José Luis Moreno Pestaña, Foucault, la gauche et la politique

José Luis Moreno Pestaña, Foucault, la gauche et la politique, Paris, Éditions Textuel, 2011, 144 p.

Dans la lignée d’un précédent ouvrage consacré à M. Foucault1, J. L. Moreno Pastaña nous propose ici un guide de lecture stimulant de « l’œuvre » du célèbre philosophe, sous le prisme de ses rapports avec la politique. Cette entreprise de déconstruction est d’autant plus nécessaire que les textes de Foucault ont beaucoup voyagé et que la publication décalée, et non encore achevée, de ses cours au Collège de France vient compléter de manière parfois surprenante notre connaissance de son travail. La superposition des lectures et des interprétations a le plus souvent pour effet de décontextualiser un corpus qui, tout impressionnant qu’il soit, n’en est pas moins redevable d’une analyse circonstanciée des conditions de sa production et de sa réception. La clarté de l’analyse proposée ici, bien mise en valeur par la charte graphique de cette collection intitulée « petite encyclopédie critique », mérite d’être soulignée. En aucun cas, il ne s’agit uniquement d’un « livre à charge » d’un « chercheur lié à l’école sociologique de Pierre Bourdieu » comme a cru pouvoir le discerner le (re)censeur du journal Le Monde2.

Une telle entreprise se heurte, souligne d’emblée l’auteur, à trois difficultés : « ne pas réduire la philosophie à la politique » (p. 13), c’est-à-dire prendre acte de l’existence d’un champ philosophique distinct du champ politique3, tenir compte des transformations du champ politique et accepter que tous les écrits de Foucault ne sont pas redevables d’une lecture politique directe. De cette « approche non scolastique » des rapports de la philosophie foucaldienne à la politique, il en ressort que « politiquement parlant, Foucault a été inconstant et l’a été toute sa vie » (p. 14). Voilà qui assurément demande des explications. Foucault lui-même a toujours revendiqué cette forme d’inconstance. La lecture chronologique des nombreux entretiens qui sont insérés dans les quatre volumes des Dits et Ecrits en fournit aisément la preuve. On peut néanmoins, et c’est ce que suggère l’auteur, considérer que nous sommes ici en présence d’une forme d’« esthétisme politique qui exige des publics complètement acritiques qui ont assez de confiance dans le charisme de l’auteur pour pouvoir le suivre dans tous ses détours et pour le défendre contre ceux qui le questionnent » (p. 23).
Si l’on admet que l’énoncé des positions successives occupées par Foucault n’est pas une dénonciation mais une tentative de reconstitution d’une trajectoire biographique, et si l’on procède rigoureusement – comme le fait J. L. Moreno Pastaña – à une lecture croisée de sa production intellectuelle, on ne peut que sortir étourdi de l’exercice. « Foucault a effectivement occupé beaucoup de positions politiques et sa pensée, lorsqu’elle avait une traduction politique, s’est alignée sur diverses positions tout au long de sa carrière » (p. 131). Beaucoup mais pas toutes, Foucault n’a jamais succombé aux sirènes du stalinisme ou de la réaction conservatrice (même dans ses articles si controversés sur la révolution iranienne). Il n’en a pas moins « été tour à tour communiste, gaulliste (…) gauchiste puis socialiste libéral ». De son gaullisme, on peut dire qu’il a été à la fois un héritage de classe et un « tremplin vers la réussite académique » dans les années soixante. Quant à son socialisme libéral, qui en a fait un temps le compagnon de route de la dérive néo-conservatrice des « nouveaux philosophes »4, il est aussi le fruit d’une appréhension singulière du néo-libéralisme triomphant des années quatre-vingt.
Cette dernière volte peut-elle s’expliquer par la « crise politique » (p. 106) dans laquelle se débat Foucault au milieu des années soixante-dix, au moment où le gauchisme français est en plein recul ? Tout en réaffirmant sa critique du socialisme d’État, il prend en effet ses distances avec la critique libertaire de ses années militantes. Son analyse du néo-libéralisme, notamment dans son cours intitulé Naissance de la biopolitique, est suffisamment ambiguë pour avoir engendré successivement deux courants de pensée : d’un coté un éloge de la « société du risque »5 mettant en évidence « les vertus de l’économicisme anthropologique du néolibéralisme » (p. 120), de l’autre une analyse « de gauche » tentant de réintroduire la mesure des inégalités sociales, et donc la critique marxienne du capitalisme, dans l’analyse foucaldienne6. Regrettons la manière dont J. L. Moreno Pastaña escamote au passage la publication et la réception de Surveiller et punir7. Certes, ce livre est l’aboutissement des travaux antérieurs et de ses critiques des pratiques pénitentiaires, mais, au moins jusqu’à la publication par H. Dreyfus et P. Rabinow de « l’essai sur le pouvoir »8, il constituera le socle de la réconciliation partielle des sciences sociales avec la pensée de Foucault.
Dans sa conclusion, J. L. Moreno Pastaña affirme successivement qu’« une gauche démocratique peut se revendiquer de Foucault et [qu’] il y a quelques questions que Foucault aide à se poser quand on est de gauche » (p. 133). Ces deux assertions conclusives méritent d’être complétées : d’une part, le foucaldisme n’est pas aujourd’hui en France un monopole de gauche, ou des penseurs de gauche, plusieurs Foucault(s) circulent et les images publiques du philosophe peuvent se superposer et se contredire dès que l’on quitte l’espace balisé par le travail des commentateurs au sein du champ philosophique ; d’autre part, la puissance suggestive de beaucoup de ces textes dépasse, et de loin, la seule fabrique des idées politiques. L’« œuvre » de Michel Foucault n’a donc pas grand-chose à craindre d’un réductionnisme biographique par ailleurs totalement étranger à la démarche de J. L. Moreno Pastaña. Quant aux nombreux lecteurs qui s’interrogent sur l’inconstance politique de Foucault, ils trouveront dans Foucault, la gauche et la politique de solides éléments de réponse.

CHRISTOPHE VOILLIOT

  1. José Luis Moreno Pestaña, En devenant Foucault. Sociogenèse d’un grand philosophe, Broissieux, Éditions du Croquant, 2006. []
  2. Serge Audier, « Critique politique des “foucaulâtres” », article publié le 11 février 2011. []
  3. Louis Pinto, dir., Le commerce des idées philosophiques, Broissieux, Éditions du Croquant, 2009. []
  4. Michaël Scott Christopherson, Les intellectuels contre la gauche. L’idéologie antitotalitaire en France (1973-1981), Marseille, Agone, 2009. []
  5. François Ewald, L’État-providence, Paris, Grasset, 1986. []
  6. Christian Laval, Pierre Dardot, La nouvelle raison du monde, Paris, Éditions La Découverte, 2009. []
  7. « Michel Foucault. “Surveiller et punir” : la prison vingt ans après », Sociétés & Représentations, 3, novembre 1996. []
  8. Hubert Dreyfus, Paul Rabinow, Michel Foucault. Un parcours philosophique, Paris, Gallimard, 1984. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *