M. Dixmier et H. Viltard, Jossot – Caricatures. De la révolte à la fuite en Orient (1866-1951)

Michel Dixmier et Henri Viltard, Jossot – Caricatures. De la révolte à la fuite en Orient (1866-1951), Paris bibliothèques, 2010, 183 p.

Ce livre est le catalogue de la très belle exposition rétrospective consacrée à Gustave Jossot par la Bibliothèque Forney sise à l’Hôtel de Sens (Paris 4ème) du 1er mars au 2 juillet 2011. Cette monographie permet de restituer l’itinéraire complexe de Gustave Jossot et vient ainsi compléter les travaux récents sur la caricature sous la Troisième République1. C’est en effet faute d’avoir été complètement oublié que Jossot reste méconnu. Ses dessins « libertaires » ont inspiré les caricaturistes de mai (1968 bien entendu… en 1981, il pleuvait !), ce que nous rappelle d’ailleurs Cabu dans la préface de ce catalogue, et beaucoup d’auteurs contemporains comme Tardi. Quant aux affiches publicitaires estampillées « Belle époque », elles sont régulièrement rééditées sous forme de cartes postales ou de posters. Jossot c’est tout cela certes… mais bien d’autres trésors encore2.

Né à Dijon le 16 avril 1866 dans une famille de la petite bourgeoisie locale, Gustave Henri Jossot est d’abord scolarisé chez les jésuites puis au lycée Carnot. Le remariage de son père créée des tensions qui l’amène à prendre ses distances avec la capitale bourguignonne : « J’avais l’inappréciable bonheur de posséder une belle-mère dévouée, tellement dévouée que j’étais tourmenté par la continuelle démangeaison de lui casser une chaise sur la tête » (cité p. 12). D’abord placé en internat, il s’engage ensuite dans l’armée dont il démissionne en 1884 pour vivre avec une jeune lingère, Marie-Jeanne Duriaud. Il travaille alors comme employé de bureau dans une compagnie d’assurances dont il est licencié en 1887. Commence alors sa « carrière » de dessinateur.  Petit à petit, Jossot va multiplier les collaborations mais c’est dans la revue symboliste La Plume que son trait prend forme. Jossot va ensuite multiplier les rencontres et montrer une étonnante capacité à adapter son style. Ce n’est pas un manque d’originalité, mais bien plutôt une manière de jouer avec différents codes artistiques dont il éprouve la validité et qui lui permettent de faire passer ses messages. Cet éclectisme ne permet donc pas de le rattacher exclusivement à une des écoles de cette « fin-de-siècle » (les nabis, les fauves, le japonisme, etc.). Et ce d’autant plus que les oeuvres de Jossot les plus diffusées à l’époque sont des affiches publicitaires aux couleurs vives où il interprète à sa manière l’impératif d’attirer l’attention du public : « L’affiche doit hurler et violenter les regards du passant (…) N’en déplaise aux collectionneurs, les affiches ne sont pas faites exclusivement pour eux. Avant eux, il y a le négociant ou l’industriel pour qui la réclame est faite. C’est lui qui commande et qui paie. Or ce qu’il veut, ce monsieur, c’est une affiche qui se voit. Colorations éclatantes et dimensions colossales sont donc les principales qualités requises » (cité p. 36).
Cette collaboration avec le monde industriel cesse en 1899 lorsque le décès de son père lui confère une certaine indépendance matérielle : « Grâce à l’héritage paternel ma vie est assurée et j’entends vivre en homme libre. Je ferai aussi de l’art suivant ma fantaisie et s’il se trouve des trous-du-cul qui n’apprécient pas ma technique, ils pourront se faire servir autre chose » (cité p. 60). La période qui suit est donc marquée par une radicalisation politique des dessins de Jossot dont sa contribution à L’Asiette au beurre constitue la majeure part : environ 300 dessins et 18 numéros complets de 1901 à 19073. Les thèmes développés sont multiples mais convergents. Jossot s’en prend à l’ensemble des institutions (le clergé, la justice, la police, l’armée, les franc-maçons, etc.), illustrant ainsi un individualisme poussé à l’extrême : « Je suis d’avis qu’il faut développer uniquement son Moi et se foutre de tous les cléricalismes qu’ils soient bondieusards, maçonniques ou même anarchistes » (cité p. 104). Peu intéressé par le monde du travail, Jossot témoigne aux ouvriers une sympathie non dénuée de condescendance. Se défendant d’être anarchiste, il n’en refuse pas moins les bulletins de vote qu’on lui tend, ne pouvant « admettre que la voix d’une brute avinée ait la même valeur que celle d’un penseur de génie » (cité p. 112).

 

<p>Affiche publicitaire pour le journal « L'Action » (1903)</p>

À partir de 1904, Jossot va progressivement se détourner du dessin au profit de la peinture. Il séjourne fréquemment en Tunisie où il s’installe définitivement en 1911, blessé par le refus d’un de ses dessins par le Salon des humoristes : « J’avais pris Paris en dégoût : les jalousies confraternelles, la difficulté de placer mes dessins subversifs, les critiques malveillantes ; mille et un coups d’épingles que je recevais quotidiennement m’excédaient » (cité p. 118). La production tunisienne de Jossot est assez singulière. Il n’abandonne pas son goût de la caricature mais combine son trait forcé avec une inspiration orientaliste, particulièrement évidente dans ses aquarelles. En 1913, il se convertit à l’islam, prend le nom d’Abdou-‘l-Karim et commence alors un voyage spirituel qui le conduira jusqu’aux mystères du soufisme. Sa production de l’entre-deux-guerres montre une nette évolution vers une forme d’académisme pour ce qui est des huiles sur toile. Le caricaturiste lui est toujours aussi mordant mais peine désormais à placer ses dessins. Jossot finira d’ailleurs ses jours dans la gêne matérielle et en proie aux affres de la vieillesse : « Si je trouve que tout est moche au jour d’aujourd’hui c’est sans doute, parce que je commence à vieillir et que les vieux radotent ; ils regrettent le temps passé, le temps de leur jeunesse où le vin de l’archevêché ne coûtait que cinq sous le litre » (cité p. 172). Il meut le 7 avril 1951 et est inhumé au cimetière de Dermech.

Christophe Voilliot

  1. Michel Dixmier, Jacqueline Lalouette, Didier Pasamonik, La République et l’Église. Images d’une querelle, Éditions de La Martinière, 2005 ; Michel Dixmier, Annie Duprat, Bruno Guignard, Bertrand Tillier, Quand le crayon attaque. Images satiriques et opinion publique en France (1914-1918), Paris, Autrement, 2007 ; Bertrand Tillier, La Républicature. La caricature politique en France, 1870-1914, CNRS éditions, 1997. []
  2. Dont plusieurs sont accessibles sur le formidable site réalisé par Henri Viltard: http://gustave.jossot.free.fr []
  3. Élisabeth et Michel Dixmier, L’Assiette au beurre, revue satirique illustrée 1901-1912, Maspéro, 1974. []