UNIVERSITÉ DE PRINTEMPS / FRÜHLINGSUNIVERSITÄT: PARIS OUEST – BIELEFELD

 UNIVERSITÉ DE PRINTEMPS / FRÜHLINGSUNIVERSITÄT

                     PARIS OUEST – BIELEFELD

 

             « Qu’est-ce que le politique ? »

 

  20 mars 2012 – Salle des conférences, bât. F, 3e étage.

 

Les Universités de Nanterre et de Bielefeld poursuivent dans le cadre désormais régulier d’un dialogue pluridisciplinaire franco-allemand leur réflexion sur le « repérage du politique ». Cette année, le Groupe d’Analyse Politique reçoit plusieurs chercheurs allemands spécialisés dans l’analyse du politique et, plus précisément, dans deux directions qui sont aujourd’hui bien circonscrites en Allemagne : la sémantique historique du vocabulaire socio-politique et l’histoire des transformations collectives dans la conjoncture de 1968.

Les premières rencontres qui s’étaient tenues à Bielefeld au cours de l’été 2010 (http://wwwhomes.uni-bielefeld.de/iholtey/workshops.html) avaient mis en évidence les différences et les parentés entre deux modes d’approche du politique dont la présentation du Sonderforschungsbereich « Das Politische als Kommunikationsraum in der Geschichte » avait permis, côté allemand, d’éclairer les principes essentiels. « Politique » s’entendait ainsi comme un travail pratique de définition des frontières et des espaces s’étendant ou se contractant en fonction des conjonctures. D’un point de vue analytique, le repérage du politique impose en chaque cas d’identifier deux aspects inséparables : une forme transcendante aux individus à l’intérieur de laquelle ceux-ci établissent des relations entre eux et fixent des règles communes ;  une activité de négociation, pacifique ou violente, entre des acteurs (professionnels et non professionnels de la politique) qui font du pouvoir un système de relations par définition instable. La sémantique apparaît de ce point de vue essentielle dans la mesure où elle donne accès aux classifications pratiques que le mot « politique » capitalise au cours de son histoire. L’analyse des conjonctures de remise en question des limites de l’espace politique, telles que la conjoncture de 68, met assez bien en évidence cette construction diachronique du politique.

La définition de la sémantique comme préalable à l’analyse (ne serait-ce que pour éviter l’anachronisme dans l’approche de « la » politique) et comme principe de construction de la réalité constituait entre chercheurs bielefeldiens et nanterriens un point d’accord fondé sur des références partagées, notamment la Begriffsgeschichte. Il en était de même pour le questionnement autour de la mise en forme des frontières de l’espace politique et la critique d’une vision pérenne du « système politique » qui trouvaient un point de chute autour de la discussion de la notion bourdieusienne de « champ politique ».

Sans évacuer l’interrogation sur les « traditions » dont procèdent les différentes contributions présentées dans le cadre de cette nouvelle journée, il s’agira de poursuivre le dialogue en revenant non seulement sur l’analyse sémantique, mais aussi sur la redéfinition du politique dans la conjoncture de 1968. Cette journée sera également l’occasion de présenter des travaux interrogeant, sous différents angles, la constitution du champ politique : le travail de la représentation, la circulation des référents politiques, les processus de réforme et d’institutionnalisation politiques.

Organisation/ Animation : Ingrid Gilcher-Holtey, Silja Behre, Björn Lück, Bernard Lacroix, Xavier Landrin, Arnault Skornicki.

Financements : Groupe d’Analyse Politique, Ecole doctorale de sciences juridiques et politiques – Université Paris Ouest Nanterre.

PROGRAMME :

9h30-10h00 :  Introduction : Ingrid GILCHER-HOLTEY / Bernard LACROIX

I. Les langages du politique

10h00-10h20 : Martin PAPENHEIM : « ‘Politique’ et ‘révolution’: une approche sémantique »

10h30-10h50 :  Cédric PLONT : « Le ‘cérémonial de langue’ : mots politiques ou politique des mots ? Le développement d’un langage de cour en France au XVIe siècle »

11h00-11h20 : Björn LÜCK : « La politique et le politique chez Jürgen Habermas: la vision transnationale de l´avenir européen »

12h00-14h00 : Déjeuner

II. Le travail politique en contexte critique

14h00-14h20 : Silja BEHRE : « ‘Visions et révisions’: quelle politique après la désintégration du mouvement 68 ? »

14h30-14h50 : Christelle DORMOY-RAJRAMANAN, « Réformer l’Université française autour de 1968 : Evolution des rapports de forces entre ‘le’ et ‘la’ politique en matière d’enseignement supérieur, des années 1950 aux années 1970 »

III. Mises en forme politique et travail de représentation

15h00-15h20 : Fabien CARRIE : « Bricolage et légitimation d’une représentation politique : la redéfinition des clivages au sein de la cause animale en Angleterre dans les années 1960 et 1970 »

15h30-15h50 : Kilho LEE : « Ce que l’Europe fait à la politique (en Corée du Sud) : la réception du référent européen par les élites sud-coréennes »

15h50-16h10 : Pause café

IV. Les dynamiques d’institutionnalisation politique

16h10-16h30 : Mathilde SEMPE, « L’institutionnalisation d’une politique du livre en Bretagne : enjeux de luttes pour la construction d’une identité culturelle régionale »

16h40-17h00 : Paul LEHNER, « Socio-histoire des Conseillers d’Orientation Scolaire, de l’ ‘orientateur’ au ‘technicien de la relation’ : l’institutionnalisation de l’orientation scolaire au sein d’un mode de domination à composante scolaire »