Appel à communications: Pour une histoire sociale des idées politiques

Appel à communications
Pour une histoire sociale des idées politiques
Colloque international – CEVIPOF/ISP/Triangle
Paris, 22-23 janvier 2015
En France, l’histoire des idées politiques est souvent réputée être le cheval de Troie de révolutions conservatrices intellectuelles. Ce sort est peut-être mérité, tant ce domaine paraît sinistré, comparativement au dynamisme et aux révolutions historiographiques qu’ont connus l’Angleterre, l’Allemagne, l’Italie et d’autres pays depuis une quarantaine d’années. Le défaut d’institutionnalisation de l’histoire de la pensée politique conjugué à son éclatement disciplinaire entre philosophie, lettres, droit et science politique, ont bridé la constitution, en France, d’un espace de discussion autonome sur ses attendus épistémologiques et méthodologiques, et longtemps rendu difficile la réception de traditions étrangères comme l’École de Cambridge ou la sémantique historique allemande.
En France, cependant, notamment sous l’influence de Pierre Bourdieu, s’est aussi affirmé un projet de refondation disciplinaire circulant sous le syntagme d’« histoire sociale des idées politiques », dont ne se réclament guère laCambridge School ou la Begriffgeschichte. Ce projet exprime une volonté d’inscrire le genre dans les sciences sociales et de renouer avec la grande tradition française d’histoire sociale, tout en rejetant l’opposition entre histoire des idées et histoire sociale, analyse interne (de contenu) et analyse externe (par les causes « sociales »). Il reste à l’écart d’une pratique de l’histoire des idées souvent accusée de s’enfermer dans « le ciel des idées », de téléologie et de fétichisme des grands auteurs. Toutefois, le syntagme d’« histoire sociale des idées » peine encore à devenir un programme articulé. Certes, quelques tentatives pionnières se sont affrontées à ces délicates questions méthodologiques. Certes, du côté nord‑américain, l’entreprise marxiste de Neal et Ellen Meiksins Wood s’est rangée sous le label de « l’histoire sociale des théories politiques ». Il ne manque pas non plus de travaux empiriques qui contribuent au renouvellement de l’histoire des idées politiques en considérant celles-ci comme un domaine d’activités sociales comme un autre. Ils sont inspirés notamment par la sociologie des intellectuels et de l’expertise, la généalogie foucaldienne, le contextualisme skinnérien, l’histoire conceptuelle, l’analyse des idéologies et des langages politiques, etc. Cependant la dispersion de tous ces efforts constitue un obstacle objectif à la discussion collective, seule capable de faire émerger une plate-forme théorique qui puisse rassembler sans nier les différences.
Ce colloque entend accomplir un pas important dans ce sens, en fédérant des recherches trop souvent isolées, pour en faire l’état des lieux, en montrer les perspectives. Il s’agit de commencer à faire exister une communauté de chercheurs à même d’intégrer l’espace scientifique international qui s’est formé autour de ces préoccupations, de confronter les grandes écoles historiographiques étrangères afin d’alimenter un possible programme d’histoire sociale des idées politiques. Ce colloque se veut un lieu de rencontre et de dialogue entre des chercheurs qui, à partir de formations différentes, d’origines disciplinaires variées, d’approches souvent diverses et parfois divergentes, visent tous à comprendre comment, dans l’espace politique qui est avant tout un espace social, se forgent les convictions, s’élaborent les idéologies, s’affrontent les idées. Il paraît temps en effet de rassembler ces efforts et entreprises repérables dans plusieurs disciplines.
La question que nous poserons à l’ensemble des contributeurs sera donc la suivante : que peut-on entendre par« histoire sociale des idées politiques » ? Autrement dit : à quelles conditions constituer l’histoire de la pensée politique comme une authentique discipline au sein des sciences sociales ? L’originalité du questionnement tient à ce qu’il ne s’agit pas seulement de combler un « retard » français par un effort d’importation d’innovations étrangères, mais d’interroger et de réinterpréter celles-ci depuis les ressources, enjeux et problématiques constitutifs de l’espace académique français. Tel sera le fil rouge de ce colloque que nous espérons être un événement fondateur.
***
Nous souhaitons orienter la réflexion autour de quatre grands ordres de questionnements :
1.     Que fait-on quand on contextualise les idées politiques ?
Si chacun s’accorde à reconnaître la nécessité de « contextualiser » les idées politiques pour en saisir le sens, tous ne s’entendent pas sur la signification dudit contexte : des contextes discursif, scientifique, politique, social, technique, etc. Lequel faut-il privilégier pour saisir la production des idées ? Comment articuler ces différents contextes entre eux et à quel type de causalité font-ils référence ? Cette question du contexte renvoie à une autre : que signifie le « social » dans l’expression histoire sociale des idées ?
2.     La place de la sociologie des intellectuels dans l’histoire des idées politiques
La sociologie des intellectuels et de leur engagement constitue une dimension essentielle de l’histoire sociale de la pensée politique : au confluent des espaces intellectuel et politique, les agents spécialisés dans la production de formes symboliques, de théories, de systèmes de légitimation ou de contestation, jouent un rôle clé dans l’objectivation et l’imposition des idées et visions du monde. Mais dans quelle mesure l’analyse sociale du groupe intellectuel permet-elle d’éclairer le sens de leurs productions ? Autorise-t-elle un dépassement de l’opposition entre analyse externe et analyse interne ?
3.     La question de l’idéologie et de ses circulations
Vieux concept usé et parfois discrédité, la notion d’idéologie a pu être revisitée à nouveaux frais par les sciences sociales, comme l’histoire des mentalités et l’histoire culturelle moderne en France, les cultural studies dans le monde anglophone (sur la base de relectures de classiques comme Mannheim ou Gramsci). Idéologies, esprit du temps, doxa, sens commun, consensus dominant : comment les sciences sociales peuvent-elles se saisir d’une série de faits tout à la fois massifs et anonymes ? Comment les théories (marxisme, néolibéralisme, féodalisme…) peuvent-elles s’emparer des masses, ou plutôt, comment une pluralité de classes d’agents s’approprient (ou non) des visions du monde, en les tordant, les transformant, les replâtrant, etc. ? La question de la circulation des idées dans le corps social, de ses supports et de ses intermédiaires culturels (lecteurs, éditeurs, mass medias, etc.), nous intéresse au premier chef, dans une perspective nationale ou transnationale.
4.     Classes populaires et idées politiques          
Dans la continuité du questionnement précédent, un problème nous semble devoir être tout particulièrement traité, tant il apparaît délicat et souvent contourné : comment envisager la perspective d’une histoire « populaire » des idées politiques, en s’interrogeant sur les constructions intellectuelles qui émergent au sein de groupes sociaux jusqu’ici trop souvent considérés comme les récepteurs passifs des idées produites ailleurs, par les élites dominantes (économiques, culturelles et politiques) ? Une culture dominée est-elle pour autant hétéronome ? Comment étudier le sens politique des classes subalternes, sans nier les phénomènes dedépossession politique mais sans réduire non plus la « politique » à sa définition légitime et institutionnelle ?
***
Les communications, d’une durée de 30 minutes, devront donc privilégier les enjeux méthodologiques et épistémologiques. Pour plus de clarté, nous invitons les intervenants à développer leur réflexion à partir d’exemples précis, issus de leurs objets d’étude ou empruntés aux travaux dont ils souhaitent rendre compte. Afin de faciliter la discussion, nous leur demanderons en outre de nous adresser le texte de leur contribution une quinzaine de jours avant le colloque.
Langue du colloque : français ou anglais.
 
Modalités de soumission :
Les propositions de communication, qui n’excéderont pas une page, doivent indiquer votre discipline et votre institution de rattachement. Elles doivent être envoyées avant le 15 juin à chacune des deux adresses suivantes : c.gaboriaux@free.fr et askornicki@u-paris10.fr
Nous donnerons nos réponses d’ici le 15 juillet au plus tard.
Comité d’organisation :
Jérémie Barthas (Queen Mary, Londres), Alexandre Escudier (FNSP/CEVIPOF), Chloé Gaboriaux (IEP Paris/CEVIPOF), Thomas Hippler (IEP Lyon/Triangle), Arnault Skornicki (Paris Ouest Nanterre/ISP), Jérôme Tournadre (CNRS/ISP).
Towards a social history of political ideas
International conference – CEVIPOF/ISP/Triangle
Paris – January 22-23, 2015
Call for Papers
In France, the history of political ideas is often seen as a “Trojan horse” for conservative intellectual revolutions. This attitude may well be deserved as, compared to the dynamism and the historiographical revolutions experienced in         England, Germany, Italy and other countries over the last forty years, the history of political ideas does indeed appear somewhat less vibrant in France. The fact that the subject has not been given institutional recognition and that it has been scattered in disciplines as diverse as philosophy, the humanities, law and political science, has restrained the emergence of a discussion on what might be expected of it from an epistemological and methodological point of view. Such attitudes have also hampered the arrival in France of other traditions such as the Cambridge School or German historical semantics.
In France, nonetheless, particularly under the influence of Pierre Bourdieu, a shift toward a « social history of political ideas » has also emerged. Such an approach is quite foreign to the Cambridge School and the Begriffgeschichte. It focuses on including the subject in the social sciences and reconnecting it with the great French tradition of social history, while rejecting the opposition between the history of ideas and social history, internal analysis (or “content analysis”) and external analysis (by « social » causes). It has remained distant from a certain practice of the history of ideas which is often accused of being locked into Plato’s « place beyond heaven », lapsing into teleology and a fetichism for the major authors of the genre. However, the phrase « social history of ideas » is still struggling to become a coherent program. Some pioneering attempts have already been faced with difficult methodological issues. Certainly, American researchers such as Neal and Ellen Meiksins Wood have presented their Marxist approach under the label of « social history of political theory. » Numerous empirical studies have also contributed to the renewal of the history of political ideas by considering them as a domain of social activity like any other. They are inspired in particular by the sociology of intellectuals and experts, Foucault’s genealogy, Skinnerian contextualism, conceptual history, analysis of ideologies and political languages, etc. However, the dispersion of all these efforts remains an objective obstacle to collective discussion, which is the only way to constitute a theoretical platform that can bring scholars together without denying their differences.
This conference will take an important step in this direction by federating research that is too often isolated, drawing up an inventory of research, and highlighting its prospects. The idea is to create a community of researchers capable of joining the international scientific field that has been formed around these concerns and engaging in debate with major international historiographical schools, in order to contribute to reflection on a potential program for the social history of political ideas. This conference will provide an occasion for dialogue between researchers from different academic and disciplinary backgrounds, with diverse and sometimes divergent approaches, all of whom aim to understand how beliefs, ideologies and ideas are developed and debated in a political context which cannot be separated from the social context.  It seems indeed that the time is ripe to bring this work, currently spread out in several disciplines, together.
The question asked of all contributors will be: what does a « social history of political ideas » mean? In other words, under what conditions can a history of political thought be constituted as a true discipline in the social sciences? The question aims not only to fill a French « gap » by importing innovations from elsewhere, but also to examine and reinterpret these innovations using the resources available, together with the issues and challenges that make up French academia. This will be the theme of the conference that we hope will be a founding event.
***
The focus will be on four questions:
1  How should political ideas be contextualized ?
Although there is general agreement on the need to « contextualize » political ideas so that their meaning might be grasped, not all agree on the definition of that context: discursive, scientific, political, social, technical etc. Which of these should be given priority to reach an understanding of how ideas are produced? How can these different contexts be articulated and to what type of causality do they refer? This issue of context is related to another: what does « social » means in the phrase “social history of political ideas”?
2. The role of the sociology of intellectuals in the history of political ideas
The sociology of intellectuals and of their commitment constitutes an essential dimension in the production of a social history of political thought: individuals specialized in the production of symbolic forms, theories, or systems of legitimation or protest are at the intersection of the intellectual and the political         and play a key role in the objectification and imposition of ideas and visions of the world. To what extent does social analysis of an intellectual group enable the meaning of what they produce to be clarified? Does it allow the contrast between external analysis and internal analysis to be transcended?
3. The question of ideology and how it is circulated
However old and sometimes discredited it might be, the notion of ideology has been revisited anew by social sciences such as the history of mentalities or modern cultural history in France, cultural studies in the English-speaking world (based on classic authors such as Mannheim or Gramsci)… Ideologies, Zeitgeist, doxa, common sense, dominant consensus: how can the social sciences deal with a series of massive and anonymous phenomena? How can theories (Marxism, Neoliberalism, Feudalism and so on) “grip the masses”, or rather, how can a plurality of individuals appropriate (or not) visions of the world, twisting them, turning them around and revisiting them as they do so? We are primarily interested in the question of how ideas are circulated in society, the media and cultural intermediaries used to do this (readers, publishers, mass media, etc.), from a national or transnational perspective.
 
4. Popular classes and political ideas
Continuing on from the previous questions, one problem in particular needs to be dealt with given the fact that it is a sensitive and often neglected one: how can the emergence of a « popular » history of political ideas be envisaged, by reflecting on the intellectual constructs that emerge from social groups often seen as passive receivers of ideas produced elsewhere by the dominant economic, cultural and political elites? Does this mean that a dominated culture is necessarily heteronomous? How can the political sense of the subordinate classes be studied without denying the phenomena of political dispossession but         also without reducing politics to its purely legitimate and institutional definition?
***

Papers will last 30 minutes and will focus on methodological and epistemological issues. For the purposes of clarity, we invite contributors to develop their thinking from specific examples taken from their own work. Contributors will also be asked to send in the text of their paper two weeks prior to the conference.
Language of the conference: English or French
Terms of submission:
Proposals for papers should not exceed one page and should indicate your discipline and institutional affiliation. They should be sent before June 15 to both of the following addresses: c.gaboriaux@free.fr and askornicki@u-paris10.fr.
Answers will be sent by 15 July at the latest.
Organizing Committee:
Jeremie Barthas (Queen Mary, London), Alexandre Escudier (FNSP / CEVIPOF), Chloé Gaboriaux (IEP Paris / CEVIPOF), Thomas Hippler (IEP Lyon / Triangle), Arnault Skornicki (Paris Ouest Nanterre / ISP), Jérôme Tournadre (CNRS / ISP).