Samedi du Livre: autour de L’Économiste, la Cour et la Patrie

Samedi 1er décembre (10h-13h): autour de L’Économiste, la Cour et la Patrie. L’économie politique dans la France des Lumières, par Arnault Skornicki (Paris, CNRS Éditions, 2011).
Bibliothèque Centrale Robert Desnos, 14 boulevard Rouget de L’Isle, 93000 Montreuil, Métro Mairie de Montreuil (Ligne 9)
Sous la responsabilité de Diogo Sardinha.
Intervenants : Christian Laval, Marie-Laure Legay, Diogo Sardinha, Arnault Skornicki

La société contre le marché : Un inédit de Polanyi

http://www.laviedesidees.fr/La-societe-contre-le-marche.html

Dans cet ouvrage inachevé et inédit, K. Polanyi s’intéresse aux sociétés « désencastrées » qui, dans l’Antiquité notamment, subordonnaient le développement de leur économie à des objectifs politiques. L’existence d’un commerce sans marché prouve ainsi, selon Polanyi, que le capitalisme n’a rien de naturel.

Télécharger ce(s) document(s) :

Recensé : Karl Polanyi, La Subsistance de l’homme. La place de l’économie dans l’histoire et dans la société, Paris, Flammarion, « Bibliothèque des Savoirs », traduit et présenté par Bernard Chavance, 2011, XIX + 420 p., 26 €.

Avec la publication de ses Essais il y a quelques années, le lecteur français dispose désormais d’un honnête panorama de l’œuvre de Karl Polanyi. Il était temps : si La Grande Transformation accusait un retard à la traduction de près de quarante ans, on peut en compter plus de trente pour La Subsistance de l’homme (The Livelihood of Man), ouvrage inachevé et publié à titre posthume en 1977 par son collègue Harry Pearson. On doit donc rendre hommage à l’économiste Bernard Chavance d’avoir pris le soin de traduire et présenter cet ouvrage important d’une des figures les plus marquantes des sciences sociales au XXe siècle. Une certaine sécheresse de style, qui contraste avec la vigueur de La Grande Transformation, ne contrarie guère une ambition rare, grevée cependant par le caractère décousu d’un texte composé à partir de diverses contributions. QuandLa Grande Transformation entendait dévoiler les origines de la crise politique mondiale des années 1930, La Subsistance de l’homme « veut partir de l’histoire économique universelle pour repenser le problème des moyens de subsistance de l’homme » (p. 11). Polanyi entend, ni plus ni moins, refondre les concepts de commerce, de monnaie ou d’institutions de marché pour leur conférer une portée anthropologique universelle et les rendre applicables à tout type de société. On mesure que les prétentions polanyiennes ne sont pas revues à la baisse ; elles embrassent tout à la fois l’histoire, l’économie et l’anthropologie, et le disputent à celles de Max Weber en matière d’« histoire économique universelle ».

Polanyi fait ainsi retour vers les économies archaïques et antiques, tirant profit des travaux collectifs qu’il a dirigés (Trade and Market in the Early Empire, 1957 ; Dahomey and the Slave Trade, 1966). Alors que La Grande Transformation étudiait le processus de désencastrement de l’économique par rapport au social entre le XVIIIe et le XXe siècle (par lequel la société s’est retrouvée dominée par le marché), La Subsistance de l’homme se focalise sur les économies les plus « encastrées » qui soient, subordonnées à d’autres impératifs que la recherche du profit, tels que des motifs non économiques tenant à la religion, l’honneur, la puissance politique de la cité, etc. Ses thèses connaîtront un vaste écho, notamment en ce qui concerne la Grèce antique (chez Moses Finley, par exemple) ; elles susciteront aussi de nombreuses critiques, estimant que Polanyi a un peu trop tordu le bâton dans son sens. Le mieux est de se reporter directement au texte pour prendre la mesure de l’élaboration conceptuelle de l’auteur (première partie), et la validité de ses catégories appliquées aux sociétés antiques (seconde partie).

Vers une économie générale, contre le « sophisme économiste »

Cet ouvrage peut se lire comme une réalisation, certes inachevée, du programme méthodologique de l’économie substantiviste, opposée à l’économie formelle fondée sur le modèle de l’homo œconomicus. L’approche de Polanyi se concentre sur l’ensemble des besoins matériels de l’homme (sa « subsistance »), et redéfinit l’économie comme procès institutionnalisé d’interaction entre l’homme et son environnement. L’économie substantiviste considère l’histoire économique non pas comme celle de l’appât du gain et de ses diverses formes prises dans l’histoire, le grand récit du développement de cette tendance à l’échange qu’Adam Smith prétendait naturelle : mais comme celle de l’aménagement social et politique des besoins humains, de la détermination institutionnelle de l’allocation des ressources et de la division du travail – soit de la place de l’économie dans la société, place qui ne fut rien moins qu’autonome jusqu’à une date récente.

C’est pourquoi le livre emprunte résolument la voie d’une histoire quasi archéologique, proche de l’anthropologie, qui puise à diverses sources : la Bible, Hésiode, Hérodote, Aristote, Platon, Xénophon, Plutarque… Et bien entendu l’historiographie de son temps, avec qui il engage un dialogue critique (en particulier Mikhaïl Rostovtzeff, plus encore que Weber). Cette histoire économique, par son antiévolutionnisme, s’écarte des paradigmes aussi bien libéral que marxiste, victimes du « sophisme économique » qui assimile « l’économie en général à sa forme de marché », et par rétroprojection voit du capitalisme, fût-il embryonnaire, là où il n’y a que de l’économie enchâssée dans le social et le politique. La célèbre problématique du désencastrement est précisément faite pour déjouer ledit sophisme, et dénaturaliser la société de marché. Retrempée dans l’anthropologie et ses vertus de décentrement, l’histoire polanyienne permet de nous délivrer des ornières de « notre mentalité de marché » pour mieux identifier la spécificité des économies non capitalistes, non orientées vers la maximisation du profit, en particulier dans les sociétés archaïques et antiques (qui constituent le principal objet de l’ouvrage).

La tentation téléologique de faire de l’économie de marché « le but naturel de quelque trois mille ans de développement occidental » est certes presque « irrésistible », avoue Polanyi. Rien n’est cependant plus faux, car l’économie de marché est le produit non pas d’un développement tendanciel à partir de débuts timides et modestes, « mais plutôt de la convergence de processus initialement distincts et indépendants » (p. 199) que seule une analyse des institutions qui en furent la condition permettra d’éclairer (p. 200). L’approche substantialiste relève donc d’une économie générale (pour reprendre une expression chère à Georges Bataille), à l’échelle de l’histoire de l’homme et de la terre. Le commerce, du point de vue substantiviste, est une méthode relativement pacifique d’acquérir des biens que l’on ne trouve pas sur place : il existait avant le capitalisme et ne présuppose pas nécessairement le marché libre, comme en témoignent les deux autres formes de commerce non marchands identifiés par Polanyi : commerces de réciprocité (don), de redistribution (proche de notre planification administrative) – l’un comme l’autre n’impliquant ni motivations par l’intérêt personnel ni liberté des prix. Cette distinction contre-intuitive entre commerce et marché inspire encore aujourd’hui des travaux sur l’Europe médiévale et moderne [1]. « Nous pourrions dire que le commerce et la monnaie nous ont accompagné depuis toujours. Mais ce n’est pas le cas du marché, qui représente un développement bien ultérieur », conclut Polanyi (p. 198).

Les marchands de l’Antiquité, ainsi, ne ressemblent guère à la « classe moyenne commerciale du XIXe siècle » (p. 146). Au contraire, les premiers appartenaient soit à la classe supérieure (liée à la direction du gouvernement), soit à la classe inférieure (dépendante du travail manuel pour assurer sa subsistance). Les pages passionnantes consacrées à l’agora athénienne sont ainsi particulièrement instructives, quoique en partie dépassées ou amendées par les recherches historiques ultérieures : couramment vue comme un lieu de discussion publique, elle consistait avant tout en un marché alimentaire où les prix se fixaient en fonction de conventions traditionnelles et sous la surveillance des magistrats, indépendamment du commerce extérieur et ce malgré la proximité du Pirée. L’agora se trouvait « au service des gens du commun », peu connecté au commerce international et nullement intégré dans un système de prix libres. « Le commerce de marché et l’agora étaient purement internes à la polis, délimitée par ses frontières physiques et politiques. (…) La responsabilité de la cité pour la subsistance de ses citoyens était un principe constant de l’économie citadine grecque » (p. 254).

Institution de marché, l’agora le devint au terme d’une lutte proprement politique : en favorisant la pratique du marché et en rétribuant quelque peu les citoyens qui rendaient ce service, Périclès contrariait les entreprises clientélistes du clan aristocratique opposé emmenés par Cimon, qui pratiquait l’hospitalité politique dans son domaine privé, autour de grandes tablées gracieusement offertes. L’agora apparaît ainsi comme une condition économique de l’indépendance civique et de la démocratie, car elle a contribué à arracher les citoyens des filets du système de corruption mis en place par les riches citoyens. C’est ainsi que l’oikos domanial (Cimon) fut politiquement supplanté par la polis démocratique (Périclès), dont la pièce la plus fameuse – l’agora – fut une authentique institution de marché enchâssée dans la politique.

Capitalisme antique, capitalisme moderne

La conclusion de ce livre inachevée prend à bras-le-corps la question posée par Max Weber : « L’Antiquité connaît-elle l’économie capitaliste, à un degré qui soit significatif du point de vue de l’histoire de la civilisation ? » [2]. La réponse de Polanyi est sans détour : il y a discontinuité historique forte entre l’économie antique (qui comprend bien une réalité marchande) et le capitalisme moderne, et cette discontinuité est plus radicalement affirmée que chez Weber même, qui parlait de « capitalisme antique » (centré sur la rente et l’exploitation privée de rapports de domination politique). Polanyi préfère quant à lui réserver le terme au seul « capitalisme libéral », entrepreneurial et rationnel, qui s’est imposé après le XVIIIe siècle et la Révolution industrielle, alors que, sous l’Antiquité, « le commerce était principalement organisé par des moyens politiques, on se procurait de la monnaie en profitant de façon avisée des occasions fournies par la guerre et la politique (…) » (p. 372). Il prend donc au sérieux les déclarations anti-chrématistiques d’Aristote dans La Politique, où il mettait en garde contre l’usage spéculatif de la monnaie.

Bizarrement, cette insistance sur la singularité du capitalisme marchand, qui va de pair avec la mise en évidence de la spécificité des formes anciennes ou alternatives d’économie a fait accuser Polanyi (mais aussi Weber) d’ethnocentrisme, aveugles qu’ils auraient été à l’aptitude des Anciens ou des Orientaux au capitalisme marchand. C’est la critique, mi-historique mi-politique, et parfois violemment formulée, qu’on peut trouver chez Jack Goody, dans un ouvrage au demeurant passionnant [3]. Weber et Polanyi, idéologues de l’exceptionnalisme occidental ? Pour le premier, on est parfois tenté de se poser la question, sans mettre en doute pour autant son immense apport à l’histoire et la sociologie économiques. Pour le second, la critique paraît étrange : on lui doit davantage un radical décentrement temporel et anthropologique, qu’une quelconque arrogance occidentale. Mais il est vrai qu’il n’aurait probablement pas partagé la croyance de Goody dans l’unité foncière des civilisations.

Il n’a pas échappé à Polanyi que l’Antiquité a connu certaines formes de prix de marché, voire de « capitalisme », terme qu’il entoure de prudents guillemets et resitue simplement dans les strictes limites sociales du temps, soulignant qu’Athènes (par exemple) subordonnait sa production céréalière à des objectifs politiques. Depuis, l’historiographie a mis en avant la qualité de « cités marchandes » des unités politiques grecques, et le rôle du marché international dans la formation des prix des céréales, sans pour autant étayer l’existence d’un marché autorégulateur et intégrateur [4]. Mais, et c’est ce que J. Goody n’a pas vu, l’enquête dans La Subsistance de l’hommeconcerne aussi les origines du mécanisme de marché : quand, où et comment le commerce se lie aux marchés, comment le marché devient le vecteur de « mouvement commerciaux » pour donner le « commerce de marché » et les « marchés faiseurs de prix » autorégulés ? Polanyi croit en trouver les éléments précisément là où le capitalisme libéral n’existait pas comme tel : par exemple, dans l’avènement d’un « marché faiseur de prix sous stricte surveillance administrative » (p. 362), sous le règne d’Alexandre le Grand et la supervision de la capitale politique de l’empire. Et pourtant, la présence de ces éléments de marché n’a pas fait système, et Polanyi d’avouer que leurs origines sont obscures, « bien que les marchés ne soient pas aussi anciens que l’humanité et qu’ils aient des origines déterminées dans l’histoire humaine. » (p. 198). À ce titre, La Subsistance de l’homme n’a pas la vertu généalogique qui faisait tout le sel de La Grande Transformation, et s’intéresse davantage aux formes d’encastrement qu’au processus de désencastrement, c’est-à-dire d’autonomisation de l’économie – qui est tout autant sa redéfinition dans son sens « formel » qui domine notre époque aujourd’hui.

Faisons un pas de plus : si l’on admet que le capitalisme n’a rien de naturel, alors le commerce n’est pas, pas même « tendanciellement », équivalent au « marché ». Voir du capitalisme à Athènes ou Babylone, c’est peut-être s’aveugler et projeter – sans le savoir ni le vouloir – l’« obsolète mentalité de marché » dans des sociétés qui ne la connaissaient pas. C’est risquer de ratifier la croyance dans l’éternité et l’universalité du capitalisme, dont l’histoire serait celle d’un développement tendanciel plus ou moins contrarié, ou favorisé, selon les périodes et les sociétés. Par exemple, Goody estime que les deux grandes significations du marché – comme espace ou place du marché, comme principe ou mécanisme autorégulateur d’offre-demande-prix – ne vont pas l’une sans l’autre. La chose paraît historiquement douteuse et, pour le coup, rétrospective. Polanyi prend bien soin de distinguer les deux, non sans quelque raison, car le « mécanisme d’offre-demande-prix » n’a pas d’attache spécifique à un lieu précis et n’est pas restreint à la vente au détail de la nourriture. Il s’agit d’un processus de déterritorialisation qui permet précisément d’embrasser le reste de la société et de décloisonner les marchés locaux. Ce schème d’analyse historique a une portée certaine, notamment dans l’économie d’Ancien Régime, les marchés(locaux, fragmentés, surveillés par la « police » du roi) s’opposent, au nom du juste prix, auprincipe de marché – pour reprendre la distinction élaborée par Steven L. Kaplan [5]. Il y a de multiples marchés sous l’Ancien Régime, mais pas d’économie de marché, pas de système de prix « libres », et encore moins d’intégration achevée entre commerce extérieur (où le capitalisme marchand s’avérait fort dynamique) et commerce intérieur – ce qui ne signifie pas absence de lien entre les deux.

Reste que ces sociétés qui pratiquent le commerce mais ne connaissent pas le marché ou les éléments de marché » semblent, dans certaines analyses de Polanyi, agir contre le marché, contre le risque de déstabilisation des rapports sociaux que ferait courir l’apparition d’un tel système économique. On ne parle pas ici des contre-mouvements évoqués par Polanyi dans La Grande Transformation, formés en réaction aux effets dévastateurs du marché autorégulateur au cours du XIXe siècle (mouvement ouvrier, syndicalisme etc.). De même que les Indiens Guarani (expliquait Pierre Clastres) faisaient tout ce qu’il fallait pour étouffer dans l’œuf toute autorité centralisée, la plupart des sociétés archaïques développait des techniques administratives de redistribution afin de « rendre inutile le développement des méthodes de marchés » (p. 189). La politique commerciale d’Athènes, en particulier, était précisément faite pour conjurer l’apparition de mécanismes marchands.

Ces sociétés contre le marché ne sont aujourd’hui certainement ni désirables ni aimables, pour esclavagistes qu’elles furent bien souvent – aspect guère souligné dans l’ouvrage. Mais ce qui fut réel jadis – un commerce sans marché – pourrait être bien possible aujourd’hui, dans le cadre de sociétés modernes, complexes, individualistes et technologiquement avancées. Un commerce ré-encastré dans le social, où les échanges et les prix seraient débattus démocratiquement : l’autre nom du socialisme, que Polanyi a toujours appelé de ses vœux.

par Arnault Skornicki [21-03-2012]

Pour citer cet article :

Arnault Skornicki, « La société contre le marché. Un inédit de Polanyi », La Vie des idées, 21 mars 2012. ISSN : 2105-3030. URL : http://www.laviedesidees.fr/La-societe-contre-le-marche.html

Notes

[1] Par exemple Martha C. Howell, Commerce before Capitalism in Europe, 1300-1600. New York, Cambridge University Press, 2010.

[2] Max Weber, Économie et société dans l’Antiquité, Paris, La Découverte, trad. C. Colliot-Thélène et F. Laroche, 1998, p. 19.

[3Le vol de l’histoire : Comment l’Europe a imposé le récit de son passé au reste du monde, Paris, Gallimard, 2010, p. 191-202. Voir la recension de Jacques Revel, « Le récit du monde », publié dans laviedesidees.fr, le 26 avril 2011.

[4] Alain Bresson, La cité marchande, Editions Ausonius, 2000.

[5] Kaplan, Steven L., Les ventres de Paris. Pouvoir et approvisionnement dans la France d’Ancien Régime, Paris, Fayard, trad. S. Boulongne, 1988.

Si vous souhaitez critiquer ou développer cet article, vous êtes invité à proposer un texte au comité de rédaction. Nous vous répondrons dans les meilleurs délais : redaction@laviedesidees.fr.

 

 

Les dissonances du doux commerce

Journée d’études

“Les dissonances du doux commerce”

4 juin 2012, Paris Ouest

Gérard de Lairesse (1641-1711), Allégorie de la liberté du commerce, 1672, Plafond du Palais de la Paix, La Haye

 

Cette journée propose d’élucider une doctrine constitutive de la pensée libérale : celle du « doux commerce », doctrine « en faveur du libre essor des activités lucratives privées » (Hirschman, Les passions et les intérêts p. 65), qui revalorisa selon Hirschman l’« appât du gain », et donc l’accumulation du capital. Elle fut formulée initialement par Montesquieu de la manière suivante : « c’est presque une règle générale, que partout où il y a des mœurs douces, il y a du commerce ; et que partout où il y a du commerce, il y a des mœurs douces » (Esprit des lois, XX, 1). Ce faisant, on tâche de suivre un sentier généalogique du libéralisme par son côté politique par ses justifications socio-politiques.

Cette journée prendra pour point de départ les analyses produites par Hirschman dans Les passions et les intérêts.

Il s’agira de laisser en suspens la question de la validité d’une telle doctrine (i.e. peut-on encore aujourd’hui dire que le commerce adoucit les mœurs ?), pour s’intéresser au destin de cette doctrine. Comme l’indique Hirschman, « certaines critiques actuelles du capitalisme montrent avec quelle efficacité » le sens initial de cette doctrine formulée par Montesquieu principalement a été « effacé de la conscience collective » (p. 118). L’idée initiale selon laquelle le commerce s’opposerait à la guerre comme l’intérêt à la passion, l’intérêt étant une passion à froid, passée au fil du rasoir du calcul utilitariste, qui désenchante le monde mais qui pacifie les rapports sociaux – idée qui se présentait alors comme une solution de rechange à l’effondrement des valeurs médiévales articulées autour de l’honneur (dans une société aristocratique) et de la religion ; cette idée initiale fut ainsi selon Hirschman évacuée, évincée, dès la reprise de cette doctrine par Adam Smith.

S’intéresser au destin de cette doctrine et donc à ses « versions revues et… dissonantes » (p. 86) permettra de déceler les raccourcis produits par les auteurs qui ont réinvesti cette doctrine ou l’ont décriée, et de se demander ce que ces raccourcis révèlent notamment sur les présupposés, implicites, de la pensée de ces derniers. Mais surtout, une telle entreprise permettra ainsi de « lever un coin du voile qui enveloppe toujours les origines idéologiques du capitalisme » (p. 116). Une telle doctrine, de par la mise en lumière de son histoire tortueuse, et de la plurivocité qui l’a constituée, révèlera son aspect idéologique.

Trois axes de réflexion seront envisagés lors de cette journée :

  • il s’agira d’analyser la manière dont cette doctrine est apparue, et le contexte de son émergence, notamment chez Montesquieu pour en dégager la signification initiale, et ses ambiguïtés constitutives.
  • pour ensuite analyser ses réinvestissements ultérieurs, et surtout les inflexions apportées au sens de cette doctrine. Il s’agit de reconstituer une histoire non pas continuiste donnant l’illusion de reconstituer des filiations imaginaires : mais celle des diverses réappropriations qui déplacent la signification de ce thème vieux comme l’Ancien Régime, en France, mais aussi en Angleterre et pourquoi pas en Italie, en philosophie, en économie, et dans la pensée politique.
  • la mise au jour du caractère malléable de cette doctrine, du type de réappropriation qui est produit permettra enfin de mettre en évidence son caractère idéologique. On se demandera pourquoi cette doctrine fonctionne en fait souvent plus comme un topos, d’autant plus couramment partagé ou décrié qu’il est flou et imprécis.

Cette journée d’études réunit des intervenants de plusieurs horizons disciplinaires.

Journée d’études organisée dans le cadre des activités du GAP et du Sophiapol (Université Paris Ouest).

Date :
Lundi 4 juin de 09h00 à 18h15

Lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment S Amphithéâtre S3 (en rez-de-chaussée)
Comment venir ? par le train et le RER

Plan du campus et trajet vers le bâtiment
tél du secrétariat : 01.40.97.73.78

Organisation et contact :

Eva Debray eva.debray@gmail.com

Arnault Skornicki askornicki@u-paris10.fr

Programme :

MATINEE : GENEALOGIE D’UNE DOCTRINE

Président de séance : Christian Lazzeri (Paris Ouest, Sophiapol)
.

9h00-9h30 :  Accueil des participants et introduction par et Eva Debray (Paris Ouest, Sophiapol) et Arnault Skornicki (Paris Ouest, GAP)

9h30-10h45 :  Pierre Crétois (Univ. Lyon II, LIRE/Université de Provence)
« Pourquoi Rousseau n’aime pas le commerce ? Montesquieu  au regard de Rousseau »
Discutante : Catherine Larrère (Paris 1, Phico)

11h00-12h15 : Daniel Diatkine (Univ. d’Evry, Epée)
« Hume : un commerce si doux, et si inquiétant… »
Discutante : Magali Bessone (Univ. Rennes 1, EA 1270)

 

APRES-MIDI : DU DOUX COMMERCE COMME IDEOLOGIE
Président de séance : Jean Cartelier (Paris Ouest, EconomiX)
.

14h00-15h15 : Arnault Skornicki (Paris Ouest, GAP)
« Les intermittences du commerce et de la guerre, des Lumières à l’âge des empires »
Discutante : Francine Markovits (Paris Ouest, Ireph-Dipsa)

15h30-16h45 : Eva Debray (Paris Ouest, Sophiapol)
« La reprise hayékienne de la doctrine du doux commerce : la société moderne est-elle principalement soudée par les « réseaux d’argent » ? »
Discutante : Catherine Audard (London School of Economics)

17h00-18h15 : Frédéric Lebaron (Univ. Picardie-Jules Verne, CURAPP-ESS)
« La dure réalité du doux commerce : concurrence, domination et échange inégal dans la zone euro »
Discutant : Stéphane Haber (Paris Ouest, Sophiapol).

Avis de recherche ! La gouvernementalité socialiste, Séance 6

 

Avis de recherche !

La gouvernementalité socialiste

 Erro, Intérieur américain numéro 7 (1968)

 Les soirées-débats du Lieu-Dit (19h-21h)

6 rue Sorbier 75020 Paris – 01.40.33.26.29

Accès : 
métro Ménilmontant (ligne 2) ou Gambetta (ligne 3) ; 
bus n°96

CONTACTS :

Isabelle Bruno izabruno@gmail.com

Arnault Skornicki askornicki@yahoo.fr


Avis de recherche !

La gouvernementalité socialiste

Dans une formule provocatrice, Michel Foucault estimait « qu’il n’y a pas de gouvernementalité socialiste autonome » ; il en concluait que cette gouvernementalité, « il faut l’inventer ». Y a-t-il un art socialiste de gouverner? Comment penser ensemble l’émancipation socialiste et les impératifs de l’organisation? Le socialisme ne signifie-t-il pas, par essence, l’extinction de la politique et des rapports de pouvoir? Ou, à l’inverse, la tradition socialiste, de la Commune de Paris à Porto Alegre, de Flora Tristan à Evo Morales, n’est-elle pas riche de réflexions et pratiques autour de nouvelles manières de conduire les hommes – jusque dans ses échecs les plus notables?

Réinterroger la réalité et la possibilité d’une politique du socialisme qui ne soient ni celle de la bureaucratie d’État ni celle d’un libéralisme tempéré, telle est l’ambition de ce séminaire qui se tiendra au Lieu-Dit, de janvier à juin 2012. Avec des historiens, sociologues, militants, philosophes ou économistes, le public est invité à échanger librement sur les questions suivantes : une gouvernementalité socialiste est-elle possible? Et si oui, à quoi pourrait-elle bien ressembler?

Au-delà de la campagne électorale qui battra son plein, dans un contexte de crise globale historique et de renouvellement des formes de mobilisation sociale, ces soirées-débats seront l’occasion d’aller plus loin que la critique du néolibéralisme, en (re)découvrant collectivement les réalités et les virtualités du socialisme et de sa politique.

Dernière soirée-débat

le mardi 15 mai 2012 de 19h à 21h

Table-ronde militante sur les modes d’organisation et d’action collective

Calendrier 2012 (les mardis de 19h à 21h au Lieu-Dit)

Soirées précédentes :

  • 31 janvier : Laurent Jeanpierre & Luc Boltanski
  • 14 février : Samuel Hayat & Michèle Riot-Sarcey
  • 6 mars : Yves Cohen & Paolo Napoli
  • 20 mars : Pierre Dardot & Christian Laval
  • 3 avril : Yves Citton & Anne Querrien

Certains textes et enregistrements sont disponibles en ligne

sur le site du Lieu-Dit <http://www.lelieudit.com/> et sur <savoirscommuns.org>

Norbert Elias au travail: à propos de Freud (12 mai 2012)

Norbert Elias au travail

Les Samedis du Groupe d’Analyse Politique

 

 

Samedi 12 mai 2012, 10h30-13h : à propos de Freud

Autour de Au-delà de FreudSociologie, psychologie, psychanalyse (Paris, La Découverte, « Textes à l’appui/laboratoire des sciences sociales », 2010). Avec Marc Joly (politiste et cotraducteur de l’ouvrage, ATER à l’Université de Rouen, auteur de Devenir Norbert Elias) et Claire Pagès (philosophe, ATER Université de Nancy II, auteur de Freud, Ellipses, 2008).

Centre Malher –10h30-13h

9, Rue Malher 75004 (salle 309, 3e étage)

Bus : Lignes 76 et 96 / Métro : St Paul (Ligne 1)

 

Coordinateurs et contacts:

Bernard LACROIX lacroix_b@yahoo.fr

Arnault SKORNICKI askornicki@u-paris10.fr

Avis de recherche ! La gouvernementalité socialiste, Séance 5

Avis de recherche !

La gouvernementalité socialiste

Erro, Intérieur américain numéro 7 (1968)

Cinquième soirée-débat au Lieu-Dit

le mardi 3 avril 2012 de 19h à 21h avec Yves CITTON et Anne QUERRIEN

Politique des pressions et politique des gestes en régime médiocratique

Le Lieu-Dit 

6 rue Sorbier 75020 Paris –  Accès : métro Ménilmontant (ligne 2) ou Gambetta (ligne 3) ; bus n°96

Dans une formule provocatrice, Michel Foucault estimait « qu’il n’y a pas de gouvernementalité socialiste autonome» ; il en concluait que cette gouvernementalité, « il faut l’inventer ». Y a-t-il un art socialiste de gouverner? Comment penser ensemble l’émancipation socialiste et les impératifs de l’organisation? Le socialisme ne signifie-t-il pas, par essence, l’extinction de la politique et des rapports de pouvoir? Ou, à l’inverse, la tradition socialiste, de la Commune de Paris à Porto Alegre, de Flora Tristan à Evo Morales, n’est-elle pas riche de réflexions et pratiques autour de nouvelles manières de conduire les hommes – jusque dans ses échecs les plus notables?

Réinterroger la réalité et la possibilité d’une politique du socialisme qui ne soient ni celle de la bureaucratie d’État ni celle d’un libéralisme tempéré, telle est l’ambition de ce séminaire qui se tiendra au Lieu-Dit, de janvier à juin 2012. Avec des historiens, sociologues, militants, philosophes ou économistes, le public est invité à échanger librement sur les questions suivantes : une gouvernementalité socialiste est-elle possible? Et si oui, à quoi pourrait-elle bien ressembler?

Au-delà de la campagne électorale qui battra son plein, dans un contexte de crise globale historique et de renouvellement des formes de mobilisation sociale, ces soirées-débats seront l’occasion d’aller plus loin que la critique du néolibéralisme, en (re)découvrant collectivement les réalités et les virtualités du socialisme et de sa politique.


CONTACTS :

Isabelle Bruno izabruno@gmail.com Arnault Skornicki askornicki@yahoo.fr


Textes et enregistrements prochainement disponibles en ligne sur le site du Lieu-Dit <http://www.lelieudit.com/> et sur <savoirscommuns.org>

Colloque « CULTURE ET CONTRE-CULTURE : GENÈSES, PRATIQUES, CONCEPTUALISATIONS »

« CULTURE ET CONTRE-CULTURE : GENÈSES, PRATIQUES, CONCEPTUALISATIONS »

COLLOQUE INTERNATIONAL, UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE, 21-23 MARS 2012

 

Ce colloque international propose un bilan raisonné des recherches actuelles sur la contre-culture. Il convie des témoins et des spécialistes à réfléchir collectivement sur ce qui fait l’historicité de la contre-culture en écartant toute définition figée et en prenant acte de la diversité des expériences de ceux qui en ont été les acteurs et les observateurs privilégiés. Il fera ainsi toute sa place à la multiplicité des terrains et des analyses, mais en partant de questions communes. Quelles sont les conditions sociales d’émergence, de reconversion ou d’épuisement de la contre-culture ? Comment évoquer toutes ses incarnations sans en faire une catégorie commode ou inopérante ?  Comment comprendre ses circulations et ses appropriations nationales et transnationales ?  Quels sont les enjeux que recouvrent ses reformulations successives ?

Plusieurs entrées, organisées en demi-journées, permettront d’aborder ces questions. La construction du « texte contre-culturel » sera d’abord interrogée pour saisir non seulement les processus de consécration d’auteurs ou de références tenus pour emblématiques, mais aussi les différents supports imprimés par lesquels ils circulent. Les rapports politiques à la contre-culture seront également mis en perspective à travers les configurations nationales dans lesquelles ils prennent leur essor et les tensions ou les proximités qu’ils entretiennent avec l’engagement « gauchiste ». Enfin, le retour sur les contextes et les scènes où se constitue un répertoire contestataire multiforme, intégrant les pratiques artistiques, la critique sociale et la mise en jeu des identités sexuelles, permettra d’explorer la diversité des phénomènes contre-culturels. Ces différentes entrées dans l’histoire contre-culturelle seront l’occasion de revenir sur des débats en cours : quels rapports entre contre-culture et capitalisme ? Quels rôles de la contre-culture dans le vacillement et le changement des formes de la domination ? Par-delà les revendications de filiations et les généalogies souvent artificielles,  quelles continuités historiques entre les contre-cultures d’hier et d’aujourd’hui ?

 

LIEU : Salle des conférences – Bâtiment B

CONTACT : colloquecontreculture@gmail.com

 

COMITÉ SCIENTIFIQUE D’ORGANISATION :

– Ingrid Gilcher-Holtey, Chaire d’Histoire du temps présent, Université de Bielefeld

– Bernard Lacroix, Groupe d’analyse politique, Université Paris Ouest – Institut Universitaire de France

– Xavier Landrin, Groupe d’analyse politique, Université Paris Ouest Nanterre

– Anne-Marie Pailhès, Centre d’études et de recherches sur l’espace germanophone, Université Paris Ouest Nanterre

– Caroline Rolland-Diamond, Centre de recherches anglophones, Université Paris Ouest Nanterre

 

INSTITUTIONS ORGANISATRICES ET PARTENARIAT :

Centre d’études et de recherches sur l’espace germanophone (CEREG), Université Paris Ouest Nanterre

– Centre de recherches anglophones (CREA), Université Paris Ouest Nanterre

– Groupe d’analyse politique (GAP), Université Paris Ouest Nanterre

– Chaire d’histoire du temps présent, Université de Bielefeld

– Institut Universitaire de France

– Institut des Amériques (IdA)

DAAD – Deutscher Akademischer Austausch Dienst

– Centre d’études littéraires Jean Mourot (CELJM), Université Nancy 2

– Interdisciplinarité dans les études anglophones (IDEA), Université Nancy 2

 

 

PROGRAMME

  MERCREDI 21 MARS

 

8h00- 8h30 : Accueil des participants

8h30-9h00 : Ouverture

CONFÉRENCES D’INTRODUCTION. D’hier à aujourd’hui : Expériences et analyses de la contre-culture

Présidence: Ingrid GILCHER-HOLTEY, Université de Bielefeld.

9h00 – 09h30 : Laurent DANCHIN, Critique d’art, « La contre-culture à Nanterre : entre Grappin et Benny Lévy »

09h45 – 10h15 : Alice ECHOLS, University of Southern California, « From Hanging Out to Coming Out: The Countercultures of the Long Sixties »

10h30 – 11h00 : David FARBER, Temple University, « Building the Counterculture »

11h15 – 11h30 : Pause café

11h30 – 12h00 : Didier ERIBON, Université de Picardie Jules Verne, « Sociologie et domination »

12h15 – 12h45 : Beth BAILEY, Temple University, « Sex as a Weapon »

13h00 – 14h30 : Déjeuner

 

PANEL I. La construction du ‘texte’ contre-culturel

Présidence : Ingrid GILCHER-HOLTEY, Université de Bielefeld

1. La formation d’une référence américaine

14h30 – 14h50 : Stephan ISERNHAGEN, Université de Bielefeld, « Susan Sontag et la contre-culture à Greenwich Village »

14h50 – 15h10 : Sophie DANNENMÜLLER, Université Paris 7, « La publication Semina de Wallace Berman : un trait d’union pour les Beats, beatniks et autres ‘barbares sacrés’ de la Côte Ouest »

 

2. Les usages de la théorie

15h40 – 16h00 : Matthieu REMY, Université de Nancy 2, « Le jeune Marx, une figure tutélaire de la contre-culture ? »

16h00 – 16h20 : Anna TRESPEUCH-BERTHELOT, Université Paris 1, « La réception de l’Internationale Situationniste : une balise dans l’histoire de la contre-culture »

16h50 – 17h10 : Pause café

 

3. La presse parallèle et la critique sociale

17h10 – 17h30 : Daniel GORDON, Edge Hill University, « Sans Frontière et la fin des ‘années 68’ en France »

17h30 – 17h50 : Manus McGROGAN, Université de Portsmouth, « TOUT!: A l’interface de l’underground et de la révolution »

 

JEUDI 22 MARS

 

PANEL II. Institutions politiques et dynamiques contre-culturelles

Présidence: Anne-Marie PAILHES, Université Paris Ouest Nanterre

 

1. Les institutions religieuses

9h00 – 9h20 : Catherine DEJEUMONT, Université Paris Ouest Nanterre, « Münster (1534-1535) : exemple précoce de contre-culture ou histoire d’une méprise ? »

9h20 – 9h40 : Vincent SOULAGE, EPHE, « L’Eglise parallèle des chrétiens contestataires des années 68 »

 

2. Les régimes politiques

10h10 – 10h30 : Nathanel AMAR, Sciences Po – CERI, « La communauté punk en chine : entre réinterprétation d’une contre-culture et dissidence »

10h30 – 10h50 : Federico TARRAGONI, Agrégé de sciences sociales et doctorant contractuel en sociologie (IDHE-Paris 10/CSPRP-Paris 7), « La contre-culture populaire à l’épreuve de l’hégémonie populiste : le peuple des barrios vénézuéliens de la contestation callejera aux Comunas socialistes ».

11h20 – 11h40 : Pause café

 

3. Les « gauchismes »  

11h40 – 12h00 : Silke MENDE, Université de Tübingen, « La naissance des Verts à partir de la contre-culture ? La formation des Verts ouest-allemands dans les années 1970 et ses relations avec le monde alternatif »

12h00 – 12h20 : Michaël ROLLAND, Université de Nancy 2, « Les relations complexes entre la contre-culture et les gauches radicales dans la France des années 1968 »

13h00 – 14h30 : Déjeuner

 

PANEL III.  Pratiques alternatives

Présidence : Caroline ROLLAND-DIAMOND, Université Paris Ouest Nanterre

 

1.  L’autonomie des groupements intellectuels et ses enjeux

14h30 – 14h50 : Björn LÜCK, Université de Bielefeld, « A la recherche d’une contre-structure :  le quotidien allemand « taz » et l’autogestion »

14h50 – 15h10 : Claus KRÖGER, Université de Bielefeld, “The « Verlag der Autoren » (Publishing House of Authors) as a  counter-institution? »

 

2. Les formes du « retour à la nature »

15h40 – 16h00 : Eric DOIDY, INRA Dijon, « Reconversions et déplacements de la critique dans la mobilisation pacifiste contemporaine aux Etats-Unis. Ethnographie d’un héritage de la contre-culture des années 1960-1970 »

16h00 – 16h20 : Anahita GRISONI, EHESS, « Sous les pavés, la terre : des mouvements néo-ruraux au marché du bien-être, de la contre-culture à la culture alternative ? »

16h50 – 17h10 : Pause café

 

3. Les nouveaux enjeux de consommation dans la dynamique capitaliste 

17h10 – 17h30 : Benoît LEROUX, Université Paris Est Créteil, « Une contre-culture en agriculture ?  La dynamique agrobiologique face au paradigme productiviste »

17h30 – 17h50 : Jean-Baptiste VELUT, Université Paris Est Marne La Vallée, « ‘Fair trade’, ‘sweatfree’ and ‘carbon neutral’: American consumer action in the age of globalism

VENDREDI 23 MARS

 

PANEL IV. La transformation des répertoires contestataires

Présidence : Xavier LANDRIN, Université Paris Ouest Nanterre

 

1.  De nouveaux répertoires contestataires ?

9h00 – 9h20 : William SCHNABEL, Université de Nancy 2,  « Weather Underground : du radicalisme à la révolution »

9h20 – 9h40 : Baptiste COLIN, Université Paris 7, « ‘wat tut du zu tuwat?’  ou l’espace transnational des squatt*eur*euses. Une approche croisée de l’été 1981 à Berlin-Ouest et Paris »

9h40 – 10h00 : Charlotte BOMY, Université Paul Valéry Montpellier 3, « Contre-cultures sur les scènes berlinoises après 1968 : transferts des discours et des pratiques de part et d’autre du Mur »

10h40 – 11h00 : Pause café

 

2. Usages du genre et identités sexuelles

11h00 – 11h20 : Antoine IDIER, Université Picardie Jules Verne, « ‘Jouons aux élections avec les pédés !’ : Détournement et réappropriation de l’élection par les militants homosexuels français »

11h20 – 11h40 : Sarah KIANI, Université de Berne, « Egalité et restructuration du mouvement des femmes : contre-culture et institutionnalisation (1974-1996) »

12h30 – 14h00 : Déjeuner

PANEL V.  Genèse, labellisation et import-export des contre-cultures musicales

Présidence : Anaïs FLECHET, Université Versailles Saint-Quentin

 

1. Les labels de la contre-culture musicale

14h00 – 14h20 : Christophe VOILLIOT, Université Paris Ouest Nanterre, « BYG is beautiful ou comment a été labellisée la contre-culture musicale »

14h20 – 14h40 : Romuald JAMET, Université Paris Descartes, « Do It Yourself ! : Du slogan à l’art de vivre. DIY et musique dans les contre-cultures contestataires à Paris et Berlin »

15h10 – 15h30 : Pause café

 

2. Les trajectoires de la contestation musicale

15h30 – 15h50 : Jean-François HERSENT, Direction générale des Médias et des Industries culturelles – Ministère de la Culture, « Musique rock et contre-culture : dynamique contestataire ou évasion sans conséquence des enragés du larsen »

15h50 – 16h10 : Pierre RABOUD, Université de Lausanne, « Le punk dans les deux Allemagnes, le style comme dynamique contestataire »

16h10 – 16h30 : Harri VEIVO, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, « De la ‘nouvelle poésie’ des férus du jazz à l’underground des rockers subversifs : définitions et auto-définitions des pratiques artistiques expérimentales et contestataires en Finlande dans les années 60 »

17h00 – 17h20 : Pause café

 

17h20 – 18h00 : CONCLUSIONS DU COLLOQUE : Bernard LACROIX, Université Paris Ouest Nanterre – Institut Universitaire de France

 

 

UNIVERSITÉ DE PRINTEMPS / FRÜHLINGSUNIVERSITÄT: PARIS OUEST – BIELEFELD

 UNIVERSITÉ DE PRINTEMPS / FRÜHLINGSUNIVERSITÄT

                     PARIS OUEST – BIELEFELD

 

             « Qu’est-ce que le politique ? »

 

  20 mars 2012 – Salle des conférences, bât. F, 3e étage.

 

Les Universités de Nanterre et de Bielefeld poursuivent dans le cadre désormais régulier d’un dialogue pluridisciplinaire franco-allemand leur réflexion sur le « repérage du politique ». Cette année, le Groupe d’Analyse Politique reçoit plusieurs chercheurs allemands spécialisés dans l’analyse du politique et, plus précisément, dans deux directions qui sont aujourd’hui bien circonscrites en Allemagne : la sémantique historique du vocabulaire socio-politique et l’histoire des transformations collectives dans la conjoncture de 1968.

Les premières rencontres qui s’étaient tenues à Bielefeld au cours de l’été 2010 (http://wwwhomes.uni-bielefeld.de/iholtey/workshops.html) avaient mis en évidence les différences et les parentés entre deux modes d’approche du politique dont la présentation du Sonderforschungsbereich « Das Politische als Kommunikationsraum in der Geschichte » avait permis, côté allemand, d’éclairer les principes essentiels. « Politique » s’entendait ainsi comme un travail pratique de définition des frontières et des espaces s’étendant ou se contractant en fonction des conjonctures. D’un point de vue analytique, le repérage du politique impose en chaque cas d’identifier deux aspects inséparables : une forme transcendante aux individus à l’intérieur de laquelle ceux-ci établissent des relations entre eux et fixent des règles communes ;  une activité de négociation, pacifique ou violente, entre des acteurs (professionnels et non professionnels de la politique) qui font du pouvoir un système de relations par définition instable. La sémantique apparaît de ce point de vue essentielle dans la mesure où elle donne accès aux classifications pratiques que le mot « politique » capitalise au cours de son histoire. L’analyse des conjonctures de remise en question des limites de l’espace politique, telles que la conjoncture de 68, met assez bien en évidence cette construction diachronique du politique.

La définition de la sémantique comme préalable à l’analyse (ne serait-ce que pour éviter l’anachronisme dans l’approche de « la » politique) et comme principe de construction de la réalité constituait entre chercheurs bielefeldiens et nanterriens un point d’accord fondé sur des références partagées, notamment la Begriffsgeschichte. Il en était de même pour le questionnement autour de la mise en forme des frontières de l’espace politique et la critique d’une vision pérenne du « système politique » qui trouvaient un point de chute autour de la discussion de la notion bourdieusienne de « champ politique ».

Sans évacuer l’interrogation sur les « traditions » dont procèdent les différentes contributions présentées dans le cadre de cette nouvelle journée, il s’agira de poursuivre le dialogue en revenant non seulement sur l’analyse sémantique, mais aussi sur la redéfinition du politique dans la conjoncture de 1968. Cette journée sera également l’occasion de présenter des travaux interrogeant, sous différents angles, la constitution du champ politique : le travail de la représentation, la circulation des référents politiques, les processus de réforme et d’institutionnalisation politiques.

Organisation/ Animation : Ingrid Gilcher-Holtey, Silja Behre, Björn Lück, Bernard Lacroix, Xavier Landrin, Arnault Skornicki.

Financements : Groupe d’Analyse Politique, Ecole doctorale de sciences juridiques et politiques – Université Paris Ouest Nanterre.

PROGRAMME :

9h30-10h00 :  Introduction : Ingrid GILCHER-HOLTEY / Bernard LACROIX

I. Les langages du politique

10h00-10h20 : Martin PAPENHEIM : « ‘Politique’ et ‘révolution’: une approche sémantique »

10h30-10h50 :  Cédric PLONT : « Le ‘cérémonial de langue’ : mots politiques ou politique des mots ? Le développement d’un langage de cour en France au XVIe siècle »

11h00-11h20 : Björn LÜCK : « La politique et le politique chez Jürgen Habermas: la vision transnationale de l´avenir européen »

12h00-14h00 : Déjeuner

II. Le travail politique en contexte critique

14h00-14h20 : Silja BEHRE : « ‘Visions et révisions’: quelle politique après la désintégration du mouvement 68 ? »

14h30-14h50 : Christelle DORMOY-RAJRAMANAN, « Réformer l’Université française autour de 1968 : Evolution des rapports de forces entre ‘le’ et ‘la’ politique en matière d’enseignement supérieur, des années 1950 aux années 1970 »

III. Mises en forme politique et travail de représentation

15h00-15h20 : Fabien CARRIE : « Bricolage et légitimation d’une représentation politique : la redéfinition des clivages au sein de la cause animale en Angleterre dans les années 1960 et 1970 »

15h30-15h50 : Kilho LEE : « Ce que l’Europe fait à la politique (en Corée du Sud) : la réception du référent européen par les élites sud-coréennes »

15h50-16h10 : Pause café

IV. Les dynamiques d’institutionnalisation politique

16h10-16h30 : Mathilde SEMPE, « L’institutionnalisation d’une politique du livre en Bretagne : enjeux de luttes pour la construction d’une identité culturelle régionale »

16h40-17h00 : Paul LEHNER, « Socio-histoire des Conseillers d’Orientation Scolaire, de l’ ‘orientateur’ au ‘technicien de la relation’ : l’institutionnalisation de l’orientation scolaire au sein d’un mode de domination à composante scolaire »

Avis de recherche ! La gouvernementalité socialiste

 

Avis de recherche !

La gouvernementalité socialiste

  

Les soirées-débats du Lieu-Dit (19h-21h)

6 rue Sorbier 75020 Paris – 01.40.33.26.29

Accès : 
métro Ménilmontant (ligne 2) ou Gambetta (ligne 3) ; 
bus n°96  

CONTACTS :

Isabelle Bruno izabruno@gmail.com

Arnault Skornicki askornicki@yahoo.fr


Avis de recherche !

La gouvernementalité socialiste

Dans une formule provocatrice, Michel Foucault estimait « qu’il n’y a pas de gouvernementalité socialiste autonome » ; il en concluait que cette gouvernementalité, « il faut l’inventer ». Y a-t-il un art socialiste de gouverner? Comment penser ensemble l’émancipation socialiste et les impératifs de l’organisation? Le socialisme ne signifie-t-il pas, par essence, l’extinction de la politique et des rapports de pouvoir? Ou, à l’inverse, la tradition socialiste, de la Commune de Paris à Porto Alegre, de Flora Tristan à Evo Morales, n’est-elle pas riche de réflexions et pratiques autour de nouvelles manières de conduire les hommes – jusque dans ses échecs les plus notables?

Réinterroger la réalité et la possibilité d’une politique du socialisme qui ne soient ni celle de la bureaucratie d’État ni celle d’un libéralisme tempéré, telle est l’ambition de ce séminaire qui se tiendra au Lieu-Dit, de janvier à juin 2012. Avec des historiens, sociologues, militants, philosophes ou économistes, le public est invité à échanger librement sur les questions suivantes : une gouvernementalité socialiste est-elle possible? Et si oui, à quoi pourrait-elle bien ressembler?

Au-delà de la campagne électorale qui battra son plein, dans un contexte de crise globale historique et de renouvellement des formes de mobilisation sociale, ces soirées-débats seront l’occasion d’aller plus loin que la critique du néolibéralisme, en (re)découvrant collectivement les réalités et les virtualités du socialisme et de sa politique.

Première soirée-débat

le mardi 31 janvier 2012 de 19h à 21h

avec Laurent Jeanpierre et Luc Boltanski

Calendrier 2012 (les mardis de 19h à 21h au Lieu-Dit)

  • 31 janvier : Laurent Jeanpierre & Luc Boltanski
  • 14 février : Samuel Hayat & Michelle Riot-Sarcey
  • 6 mars : Yves Cohen
  • 20 mars : Pierre Dardot & Christian Laval
  • 3 avril : Yves Citton & Frédéric Lordon
  • mai-juin (dates à préciser) : séance(s) de débats entre militants sur les modes d’organisation (collectifs, mouvements, partis, syndicats, etc.)

Certains textes seront disponibles en ligne sur le site du Lieu-Dit <http://www.lelieudit.com/>

Norbert Elias au travail Les Samedis du Groupe d’Analyse Politique

Norbert Elias au travail

Les Samedis du Groupe d’Analyse Politique

  

Centre Malher –10h30-13h

9, Rue Malher 75004 (salle 309, 3e étage)

Bus : Lignes 76 et 96 / Métro : St Paul (Ligne 1)

 

Coordinateurs et contacts:

Bernard LACROIX lacroix_b@yahoo.fr

Arnault SKORNICKI askornicki@u-paris10.fr

 

Norbert Elias au travail

Les Samedis du Groupe d’Analyse Politique

 

 

Cet atelier périodique se propose de « travailler » Norbert Elias, à savoir, de revenir collectivement moins sur l’exégèse de son œuvre, que sur l’usage de sa sociologie, tout spécialement dans l’analyse de la politique. Devenue sur le tard, en France, une référence commune et consacrée de chercheurs de toutes disciplines (sociologie, histoire, science politique, « socio-histoire »…), la figure d’Elias risquait par là même de se figer dans quelques grands motifs aussi connus que fétichisés : « processus de civilisation », « société de cour », « autocontrainte », « configuration », « habitus national », etc.

On ne s’interdira pas de revenir sur tous ces grands marqueurs de la sociologie éliasienne, au contraire. Mais on privilégiera à cette fin des textes méconnus, non traduits en langue française ou en cours de traduction ; le dialogue entre chercheurs de divers horizons théoriques prêts à expliciter leurs usages de la sociologie de Norbert Elias sur leurs divers terrains ; en espérant que ces usages pratiques en diront autant sinon plus sur la fécondité de son travail que la lecture seule de ses textes. Le Groupe d’Analyse Politique entend ainsi poursuivre une entreprise engagée depuis longtemps, notamment avec le collectif de 1997 dirigé par Bernard Lacroix & Alain Garrigou, Norbert Elias, la politique et l’histoire, et prolongée par toute une série de travaux consacrés à la sociogenèse de l’État (notamment parlementaire) et de l’ordre politique. Cet atelier périodique entend rassembler ces efforts et leur donner un cadre pour les poursuivre avec tous celles et ceux concernés par l’usage d’Elias dans l’analyse sociale des formes de l’activité politique.

Un mot, enfin, sur la forme et le cadre de ce travail collectif : atelier plutôt que séminaire, il tendra davantage à la libre discussion scientifique qu’à la conférence ex cathedra ; à la table ronde qu’à la leçon professorale. Tous les chercheurs-ses, les doctorant-e-s intéressé-e-s par le sujet sont les bienvenu-e-s. Pour l’année présente, la fréquence de l’atelier sera bimestrielle, le samedi en fin de matinée.

 

 

Calendrier 2012

 

28 Janvier, 10h30-13h :  Autour d’une partie inédite du Procès de Civilisation : Problèmes de traduction et perspectives. Avec Bernard Lacroix (Professeur de science politique, Paris Ouest Nanterre) & Anne-Marie Pailhès (Maître de conférences en allemand, Paris Ouest Nanterre).

17 Mars, 10h30-13h  :  Autour d’un inédit d’Elias, « Conflits de générations et célébrations nationales : analyse et perspectives », publié dans Cultures & Conflits, n°81-82, p. 23-47, http://conflits.revues.org/index18095.html. Avec Laurent Bonelli (politiste, maître dé conférences Paris Ouest Nanterre), Bernard Lacroix.

12 mai, 10h30-13h :  Autour de Au-delà de FreudSociologie, psychologie, psychanalyse (Paris, La Découverte, « Textes à l’appui/laboratoire des sciences sociales », 2010). Avec Marc Joly (politiste et cotraducteur de l’ouvrage, ATER à l’Université de Rouen) et Claire Pagès (philosophe, ATER Université de Nancy II).

 

A. Hajjat, Les frontières de l’« identité nationale ». L’injonction à l’assimilation en France métropolitaine et coloniale

Abdellali Hajjat, Les frontières de l’« identité nationale ». L’injonction à l’assimilation en France métropolitaine et coloniale, Paris, La Découverte, coll. « Sciences humaines », 2012.

Plus d’informations sur le site de La Découverte.

Présentation

Comment un État-nation trace-t-il les frontières de ce qu’il perçoit comme son « identité» ? Pourquoi et comment, pour y parvenir, cherche-t-il constamment à définir son extériorité au travers d’un Autre jugé« inassimilable » ? En revenant sur les origines historiques de l’injonction à l’assimilation dans la procédure de naturalisation, ce livre cherche d’abord à montrer que ces « frontières » sont mouvantes. Celles-ci sont en effet le fruit de facteurs multiples, liés au contexte social et politique aussi bien qu’aux glissements des significations et des usages du concept même d’« assimilation » (des colonies vers la métropole, du discours politique vers le juridique…).

Mais, outre cette dimension historique, ce livre novateur analyse la manière dont l’administration mesure l’« assimilation » des candidats. Grâce à une enquête minutieuse en préfecture qui aura duré deux ans (2006-2007), l’auteur met ainsi en lumière l’invention des critères d’assimilation et les usages administratifs qui en sont faits, également déterminés par la concurrence de logiques administratives distinctes, les pratiques des agents subalternes et la « naturalisabilité» des candidats.
La « vérité objective » de la naturalisation est particulièrement bien révélée par les cas de refus de naturalisation pour « défaut d’assimilation », qui concernent aujourd’hui principalement des femmes et/ou des musulmans. Ces refus soulèvent ainsi les questions du hijab, de la polygamie et de l’« islamisme », qui constituent à l’heure actuelle autant de frontières à la prétendue « identité nationale ».

Arnault SKORNICKI L’économiste, la cour et la patrie

L’économiste, la cour et la patrie
par Arnault SKORNICKI
L'économiste, la cour et la patrie

Une étude sur l’émergence de la science économique au xviiiesiècle et la naissance du libéralisme.
Le livre
La science économique est devenue la forme dominante du discours politique. Elle se présente pourtant volontiers comme le plus neutre et impartial des savoirs. Que signifie cette dénégation du politique de la part d’une science si intimement liée au champ du pouvoir ? L’ambitieuse étude d’Arnault Skornicki propose un détour historique par la France des Lumières pour mettre au jour l’impensé de ce qui n’était pas encore une discipline universitaire, mais un simple genre intellectuel.
De la naissance du libéralisme d’État au Traité de la monnaie de Galiani, de la science du commerce aux luttes entre Turgot et Necker en passant par la Physiocratie, le xviiie siècle apparaît en effet comme une période clé pour l’économie politique. Savants, hommes de lettres, philosophes et administrateurs mettent leur intelligence au service des Lumières qui s’officialisent et d’un État éclairé qui tente de se réformer. L’économie politique finira par accéder aux sommets du pouvoir, pour ne plus jamais les quitter.
Une réflexion historique novatrice pour décrypter le triomphe du discours économique.
Un titre phare, dans la collection dirigée par Gisèle Sapiro.
L’auteur
Arnault Skornicki est docteur en science politique, maître de conférences à Paris X-Nanterre et chercheur au Groupe d’Analyse Politique (GAP).
Collection : Culture et société
Parution : 3 novembre Format : 15 x 23 Prix : 28 €
446 pages
ISBN : 978-2-271-07238-2
Presse : Solange Bied-Charreton 01 53 10 27 02 — solange.bied-charreton@cnrseditions.fr
15, rue Malebranche 75005 Paris

É. Agrikoliansky, J. Heurtaux et B. Le Grignou (dir.) – Paris en campagne. Les élections municipales de mars 2008 dans deux arrondissements parisiens

Éric Agrikoliansky, Jérôme Heurtaux et Brigitte Le Grignou (dir.), Paris en campagne. Les élections municipales de mars 2008 dans deux arrondissements parisiens, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant, 2011, 335 p.

 

Cet ouvrage propose les résultats d’une enquête réalisée par un collectif de chercheurs en science politique à l’occasion des élections municipales de 2008. Bien loin des « marronniers » du CEVIPOF, ce volume est l’occasion de soumettre à l’épreuve du terrain toute une série d’hypothèses proposées ces dernières années par la sociologie politique. Nous sommes donc en présence d’un livre important, tant du point de vue du contenu empirique que des pistes de recherche qu’il approfondit ou qu’il suggère, et qui s’inscrit à n’en pas douter dans une « lignée » fondatrice et que l’on espère durable1. Après avoir présenté les résultats de cette enquête en suivant l’ordre d’exposition proposé par les coordonnateurs (I), je reviendrai ensuite sur les limites du dispositif mis en œuvre à cette occasion (II).

I) 10e versus 16e : une enquête de sociologie politique

Cette enquête qui a pour cadre les élections municipales parisiennes de 2008 est centrée sur la campagne électorale, non pour en mesurer l’influence supposée sur le résultat final, mais pour  en proposer une analyse localisée, à la fois quantitative et ethnographique. Cette approche témoigne à sa manière d’un regain d’intérêt au sein de la sociologie politique hexagonale pour l’approche contextuelle des élections2.

Dans l’introduction, E. Agrikoliansky, J. Heurtaux et B. Le Grignou précisent la manière dont ils construisent l’objet « campagne électorale » par le biais d’une analyse « rapprochée ». Ce sont « les interactions, les transactions ordinaires, la matérialité des pratiques, la singularité des configurations électorales ou les écarts à la règle » (p. 15) qu’ils se proposent de restituer. Une telle perspective fait par conséquent la part belle au travail ethnographique qui « en appréhendant la politique à ses marges, offre de voir au-delà de la politique officielle et ce faisant de mieux en comprendre les logiques » (p. 23). Cet élan conduit les auteurs à ériger la campagne électorale en « fait politique total » (p. 23) en enrôlant l’Essai sur le don de Marcel Mauss au passage… À défaut d’être toujours convaincant, surtout lorsque s’y ajoute une pincée de Michel Dobry via la notion de « désectorisation », l’exercice a néanmoins le mérite de proposer une délimitation ouverte de l’objet : la campagne électorale comme « révélateur » des « logiques et des pratiques politiques (et sociales) ordinaires » (p. 26).

Le premier chapitre – « Bourgeois » contre « Bohèmes » ? – rédigé par E. Agrikoliansky rappelle le caractère paradoxal des progrès électoraux de la gauche dans une capitale où les classes supérieures l’emportent désormais numériquement sur les classes populaires. Un des objectifs du dispositif d’enquête retenu, opposer un arrondissement supposé stable (le 16e) à un autre supposé emblématique de la gentrification du Paris populaire (le 10e), est de s’interroger sur la persistance du clivage est-ouest qui caractérisait depuis longtemps la configuration parisienne. En effet, « l’histoire politique [récente] du 10e n’est pas celle d’une continuité, mais d’une rupture paradoxale : c’est au moment où se renforce le double processus de « dé-ouvriérisation » et d' »embourgeoisement » que l’arrondissement bascule à gauche » (p. 42 et tableau 3). Faut-il pour autant valider la catégorie  de « bobos », qui est apparue sous la plume des commentateurs des élections municipales de 2001, pour comprendre le phénomène ? Assurément non, l’analyse sociologique3 montrant certes « les métamorphoses » mais aussi la persistance d’un vote qui prend appui sur des clivages sociaux. Si beaucoup des électeurs des deux arrondissements étudiés relèvent aujourd’hui des CSP supérieures, on constate une plus grande proportion d’inactifs et d’indépendants dans le 16e et une plus grande proportion de cadres du secteur public et de professions intellectuelles dans le 10e. « Les électeurs socialistes du 10e semblent précisément se caractériser par une distance à l’égard du mercantilisme et des logiques du profit, soit parce qu’ils exercent pour le public, soit parce que c’est avant tout la culture et ses valeurs qui déterminent leur identité professionnelle » (p. 54). De plus, ces électeurs ont des revenus plus faibles, et parfois sans commune mesure, avec ceux de l’ouest parisien : il s’agit en fait de « classes moyennes à statut » (p. 55) qui s’agrègent désormais aux autres groupes composant l’électorat du PS et de ses alliés. D’autres clivages liés aux pratiques religieuses et aux structures familiales agissent également dans le même sens. Quant aux fameux « bobos », lorsqu’on tente de les identifier à partir de leurs propriétés sociales supposées, ils ont plutôt tendance à voter à droite… « En définitive, conclut E. Agrikoliansky, on comprend que la déconnexion entre statut social et préférences politico-culturelles, que suggère le terme de « bobos », est loin d’être avérée » (p. 64). Ces clivages sociaux expliquent également pourquoi prédominent au sein de ces deux arrondissements des modalités distinctes d’intérêt pour la politique : les interactions entre électeurs et élus relèvent plus volontiers de la sphère privée dans le 16e et plus volontiers de l’activité militante dans le 10e. « Dans le 16e, le maire n’est pas décrit comme un « camarade » de parti ou un modèle politique, mais plutôt comme une relation ou un proche » (p. 71). Ce phénomène explique pourquoi l’intérêt pour la campagne électorale s’avère beaucoup plus faible dans le 16e et pourquoi, lorsqu’on leur suggère d’expliciter leur vote, les électeurs de cet arrondissement font référence au registre de la fidélité plutôt qu’à celui de la conviction (tableau 10). C’est sans doute leur « forte identification à la bourgeoisie » (p. 77) comme classe, bien mise en évidence par ailleurs dans les travaux de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, qui rend inutile le rappel d’une quelconque proximité partisane comme justification du vote pour les candidats de l’UMP.

Le second chapitre rédigé par E. Agrikoliansky et S. Lévêque est consacré à l’étude des logiques de la démobilisation électorale. Plutôt que de revenir sur les enjeux de la campagne de 2008, dont il est facile ex post qu’ils constituent un facteur explicatif du niveau de mobilisation observé, les deux auteurs s’en tiennent à l’analyse des logiques structurelles de l’abstention à partir de l’étude des listes d’émargement. Ce faisant, ils montrent (tableau 7) que les abstentionnistes et les participationnistes constants s’effacent devant le nombre des intermittents du vote. On relèvera tout particulièrement dans ce chapitre la mise en évidence d’un « effet participation » : les électeurs qui se sont inscrits en nombre sur les listes électorales en 2006, à la veille du scrutin présidentiel, s’avèrent, deux ans après, plus abstentionnistes que la moyenne et contribuent donc à la baisse du taux moyen de participation car toujours inscrits… D’autres facteurs, plus classiques, font également l’objet d’analyses pertinentes : le cycle de vie dont l’effet se trouve atténué dans le 16e du fait des formes de sociabilité propre aux quartiers résidentiels ; le gender gap dont les effets sont inversés dans les deux arrondissements, beaucoup moins actives que la moyenne, les femmes du 16e n’en sont pas moins plus participationnistes que celles du 10e car mieux intégrées socialement ; le statut matrimonial qui favorise l’acte de vote à partir du moment où ce dernier s’articule aux pratiques collectives dans le cadre de la famille et du couple. Ces résultats d’enquête confirment, au dire des auteurs, la validité des hypothèses anciennes de Lazarsfeld sur l’influence de l’insertion dans des groupes primaires sur les comportements électoraux.

Les « beaux quartiers » de la capitale ont apparemment réservé quelques surprises à E. Agrikoliansky, J. Heurtaux et B. Le Grignou, surprises dont ils nous font part dans le troisième chapitre. L’élection municipale s’y apparente à un « jeu sans enjeu apparent » (p. 118) du fait de l’hégémonie électorale des candidats conservateurs. L’observation ethnographique de la campagne de l’UMP dans le 16e oblige les auteurs à s’interroger sur les motivations de l’activité militante dans un tel contexte : « l’essentiel réside peut-être moins dans ce que [les campagnes électorales] produisent (ou sont censées produire) sur les électeurs, que dans ce qu’elles produisent sur les militants et les candidats eux-mêmes » (p. 120). Même les militants les plus dévoués en apparence n’hésitent pas à confier leur scepticisme sur l’efficacité électorale de leur travail. Lors des distributions de tracts, par exemple, l’évitement du politique apparaît comme la règle. Quant aux réunions électorales, elles rassemblent surtout les colistiers et leurs proches… Seules les réunions d’appartement sont jugées efficaces mais, en l’espèce, le verdict technique n’est que la traduction d’un jugement social et de la prise de distance vis-à-vis de la « politique de rue » (p. 129) qui est associée aux quartiers populaires de la capitale. Si ces conduites militantes semblent pour une part désintéressée, elles font sens dans le cadre d’interactions où il s’agit de « tenir son rôle » et de produire une forme de solidarité d’équipe. La familiarité ainsi affichée avec les candidats est un privilège que l’on peut donc ranger dans la catégorie des « incitations de sociabilité ludiques et distinctives » (p. 136) et qui s’inscrit dans un travail simultané de valorisation de l’identité de l’arrondissement et des propriétés sociales de ses habitants.

Le quatrième chapitre, conjointement écrit par J. Heurtaux et A. Soubiron, propose un éclairage sur les « dissidences » au sein de l’UMP dans le 16ème arrondissement. Afin de prendre un peu de distance avec le traitement journalistique de ce type de fait de campagne, les auteurs font de la dissidence un mode de régulation ordinaire des candidatures au sein des partis de droite et du centre. En effet, n’est pas dissident qui veut : il s’agit le plus souvent de candidats aux ressources plus « fragiles » mais dont l’action contribue à renouveler l’offre politique locale. Cette « propriété situationnelle » (p. 170) est liée à une configuration électorale spécifique : l’hégémonie de la droite dans les « beaux quartiers » déplace en amont la compétition locale sans pour autant que la dissidence puisse être considérée comme un exit définitif. C’est pourquoi la dissidence n’est pas toujours synonyme de rupture définitive avec le parti majoritaire et s’avère souvent un « tremplin » (p. 176) pour une investiture future.

Le chapitre suivant est plus limité dans ses ambitions : T. Barboni propose un portrait d’héritier, celui de Rémi Féraud adoubé en 2008 comme successeur de Tony Dreyfus à la mairie du 10e arrondissement. L’auteur prend néanmoins ses distances avec cette lecture par le prisme de l’héritage, considérant qu’elle ne rend pas compte des conditions concrètes de transmission d’un capital politique : « l’héritage politique apparaît alors autant une habilitation à agir qu’une habilitation à prétendre » (p. 184). L’observation participante au sein de la section locale du PS montre les différentes étapes de cette « homologation partisane » (p. 189) du prétendant à la succession. À la fois candidat de l’arrondissement et candidat du parti, Féraud doit ajuster ses ressources à une situation qui lui est certes a priori favorable mais où la compétition interne au parti pour l’investiture, parce qu’elle précède la ratification dans les urnes, est une course d’obstacles qui ne doit pas être sous-estimée ex post.

Retour dans le 16e arrondissement avec S. Crépon et S. Mosbah-Natanson qui ont observé la campagne des militants socialistes en « milieu hostile ». La faiblesse des moyens matériels et humains du PS dans cet arrondissement est une contrainte qui a un impact fort sur le style des campagnes électorales, entre conformisme et provocation. « Cette situation de minorité, voire de marginalité, est en outre redoublée par le sentiment partagé par les militants d’être politiquement « dissonants » dans les beaux quartiers » (p. 213). Tout en appartenant également aux classes supérieures, les candidats du PS se distinguent de ceux de l’UMP par leur appartenance plus fréquente au secteur public. Beaucoup ont d’ailleurs adhéré avant leur arrivée dans cet arrondissement. Cela étant, on a du mal à suivre les auteurs lorsqu’ils tentent de mettre en évidence l’existence de rétributions du militantisme internes au PS dans cet arrondissement qui expliqueraient ainsi la « réalité » de l’engagement militant4.

Dans le septième chapitre, C. Achin et S. Lévêque procèdent à une comparaison de la mise en scène, et en pratiques, de la parité dans les scrutins de 2001 et de 2008. L’analyse statistique au niveau national montre (tableau p. 244) la persistance d’un « plafond verre » observable au niveau de l’accès aux postes de maires. Dans la capitale, où il existe un vivier important de candidates, l’attribution des postes d’adjoints au maire est un révélateur de la force des clivages sexués. Mais le phénomène le plus intéressant mis en évidence par les auteures est la difficulté plus grande des élues à faire carrière : tout se passe comme si les femmes éprouvaient plus de difficultés à conserver leurs positions électives que les hommes et étaient plus souvent tentées par l’exit. De plus, alors que la campagne électorale de 2001 avait été marquée par la mise en œuvre de la loi sur la parité, la féminité apparaît aujourd’hui comme une « ressource datée » (p. 253) et la parité comme un enjeu passé au second plan. C’est en quelque sorte la « diversité » qui a été le marqueur de la campagne électorale de 2008. Toutefois, derrière l’emphase des discours sur la promotion des minorités se cache une réalité moins généreuse. Ce sont d’ailleurs surtout les femmes qui « sont en charge de la diversité » (p. 267), ressource éphémère, instrumentalisée au niveau gouvernemental (la politique dite « d’ouverture ») et qui, parce qu’elle privilégie l’apparence des candidates, constitue un capital politique singulièrement fragile.

C. Achin et S. Lévêque approfondissent cette question des « capitaux corporels identitaires » dans le chapitre suivant. En fonction des configurations locales, nous disent-elles, le genre peut être neutralisé ou inversement valorisé par des logiques de construction identitaire. Pour le dire autrement, ce n’est pas tout à fait la même chose d’« être une femme » en politique dans le 10e ou dans le 16e. Là où les femmes de droite mettent en avant leurs ressources personnelles, les femmes de gauche accumulent du capital militant. De même la proximité avec les leaders masculins est vécue sur un mode différent, recherche d’un « mentor » à gauche, appui sur un « souteneur » à droite. Lorsque le corps se trouve mobilisé dans le cadre des campagnes électorales, les différences de classe réapparaissent : dans le 16e, la « figure politique de la Pompadour » (p. 279) est ainsi inséparable de la virilité que persistent à mettre en avant, non sans difficultés parfois, les candidats masculins.

Cette problématique se retrouve dans les observations de N. Neveu sur les usages du genre par les candidates en campagne dans le 10e arrondissement qui forment la trame du dernier chapitre de l’ouvrage. La division sexuée du travail militant y est d’autant plus perceptible que les modalités pratiques de la campagne obéissent encore à une forme de primauté masculine. « Alors que les femmes ont tendance à mobiliser leurs compétences personnelles et professionnelles, autrement dit ce qu’elles savent faire, les hommes, eux, s’appuient sur leurs goûts et leurs préférences, autrement dit sur ce qu’ils veulent faire » (p. 291). Les femmes en situation électorale doivent faire face à une double contrainte : « ce n’est […] qu’à condition de prétendre ne pas en jouer, que le genre peut, occasionnellement, devenir une ressource politique » (p. 300). Ainsi, la réussite des femmes politiques passe nécessairement par une mise à distance problématique de ce qu’elles sont alors que leurs homologues masculins peuvent se contenter de décliner leur identité sur le mode de l’évidence.

II) Idéal-type ou configuration ?

Il est toujours tentant de se focaliser sur les résultats d’une enquête, surtout lorsque – comme c’est le cas ici – ces résultats contribuent positivement à notre connaissance des phénomènes étudiés. Pour autant, ces résultats sont le produit d’un dispositif qui écarte tout autant qu’il donne à voir, qui éclaire tout autant qu’il obscurcit les pratiques électorales parisiennes. Écartons d’emblée une objection, contingente d’un point de vue épistémologique, et liée aux difficultés à réunir les moyens nécessaires à l’enquête : tout dispositif est une somme de contraintes pratiques et se limiter à deux arrondissements est une manière d’y faire face qui est tout sauf indigne. Reste que ces contraintes ont, semble-t-il, rejailli sur la conceptualisation du dispositif. Pour le dire autrement, tout se passe comme si cette enquête était idéal-typique par défaut5 alors que les hypothèses testées auraient gagné en épaisseur à s’inscrire dans une démarche résolument configurationnelle.

Pour Max Weber, rappelons-le, les idéaux-types ne sont pas des entités préexistantes mais des constructions ad hoc qui permettent au chercheur de typifier la réalité de manière à ordonner les observations et les faits sociaux révélés par le travail d’enquête. En ce sens, les idéaux-types sont des abstractions qui ne correspondent à aucune réalité mais qui donnent à voir des relations sociales et notamment des logiques d’opposition entre deux pôles. Dans une démarche ethnographique limitée par le nombre des terrains d’observation, il est donc impossible de rencontrer des types-idéaux même lorsque les terrains, comme c’est le cas ici, sont soigneusement et intelligemment sélectionnés. Il y a toujours en effet une irréductibilité du réel face à l’intention simplificatrice du chercheur ; au mieux les cas observés peuvent servir d’exemples pour illustrer ce que pourraient être des idéaux-types et encore, à condition d’en grossir les traits. Ainsi, si l’on peut admettre que le 16e arrondissement n’est pas loin de ressembler à l’idéal-type des beaux quartiers, il n’en demeure pas moins que nous sommes d’autant plus enclin à effectuer cette superposition que cet arrondissement nous apparaît comme exotique et que notre regard amusé ou scandalisé prête volontiers plus de cohérence qu’elles n’en ont à des pratiques qui nous sont socialement distantes, voire étrangères. Quant au 10e arrondissement, il est encore plus difficile de considérer qu’il représente à lui seul l’idéal-type du quartier en voie de gentrification. Et même si c’était le cas, ce serait faire fi de l’existence d’autres arrondissements dont les propriétés sociales et électorales ne permettent pas vraiment de les ordonner comme des cas intermédiaires entre 10e et 16e (la persistance de circonscriptions à dominante populaire par exemple), comme il serait logique et nécessaire de le faire pour s’en tenir à cette tradition sociologique. On voit par là que la démarche ethnographique des auteurs de ce livre est largement incompatible avec le pari wébérien : ce que nous allons observer n’est pas forcément ce qui doit nous permettre de construire des types-idéaux.

Que faire alors ? Admettre que nous en sommes en présence de configurations électorales dont les propriétés ne sont pas figées et immédiatement déductibles des propriétés sociales des habitants présents dans ces arrondissements. L’approche configurationnelle, inspirée on l’aura compris des travaux de Norbert Elias, a cet énorme avantage pour l’analyse sociologique de prendre en compte les relations entre acteurs qui sont inscrits dans une configuration donnée pour en déduire les propriétés qui vont caractériser le comportement électoral dominant en son sein. Dans ce cadre, ce ne sont pas les attributs individuels des électeurs qui déterminent leurs pratiques électorales, mais les relations entre les différents groupes sociaux. Cette approche est, me semble-t-il, beaucoup plus proche de ce que souhaitent mettre en œuvre ce collectif de chercheurs, à la fois privilégier une approche contextuelle des pratiques électorales sans pour autant tomber dans l’explication en dernière instance par un facteur écologique irréductible à l’analyse sociologique. Pour ce faire, il aurait quand même été souhaitable, à défaut de pouvoir multiplier les terrains d’enquête, d’inventorier les différentes configurations présentes dans la capitale dont tout laisse à penser que le nombre excède les deux cas excellemment présentés et étudiés dans le cadre de cet ouvrage.

CHRISTOPHE VOILLIOT

  1. Daniel Gaxie et Patrick Lehingue, Enjeux municipaux. La constitution des enjeux politiques dans une élection municipale, Paris, Presses universitaires de France, 1984 ; Jacques Lagroye, Patrick Lehingue et Frédéric Sawicki (dir.), Mobilisations électorales. Le cas des municipales de 2001, Paris, Presses universitaires de France, 2005. []
  2. Céline Braconnier, Une autre sociologie du vote. Les électeurs dans leurs contextes : bilan critique et perspectives, Cergy-Pontoise, LEJEP, 2010. []
  3. L’analyse repose sur un questionnaire de type « sortie des urnes » administré dans deux bureaux de vote. []
  4. Pour un point de vue opposé, voir Philippe Juhem, « La production notabiliaire du militantisme au Parti socialiste », Revue française de science politique, LVI, 6, 2006, pp. 909-941. []
  5. Ce que n’infirme pas la présentation assez elliptique qui figure dans l’avant-propos : « [l’enquête] a été menée par une dizaine de chercheurs sur deux arrondissements parisiens choisis non pour leur représentativité, mais pour leur singularité et leurs différences » (p. 9). []

F. Engelmann – « The Legitimacy of Power as an Object of Political Science » – Recension du Nouveau manuel de science politique

The Legitimacy of Power as an Object of Political Science

Fabiano Engelmann
Federal University of Rio Grande do Sul, Brazil

(Cohen, Antonin, Bernard Lacroix, and Philippe Riutort. 2009. Nouveau manuel de Science Politique. Paris: Éditions La Découverte)

One of the main challenges to be met by Political Science manuals is to attain some balance between the presentation of numerous schools and subject-matters on the one hand, and reasonable analytical thoroughness on the other. Frequently, this issue is not dealt with successfully, which results in disconnections and excessive simplification, typical of this sort of publication.  This edition of Nouveau manuel de Science Politique manages to escape from the aforesaid difficulty. This collective piece of work brings together 74 authors in 786 pages and 12 chapters, and has the merit of introducing fundamental reflections paving the way towards a deeper comprehension of political phenomena on the basis of empirical studies not restricted to France, but including Europe as a whole, China, India, the Middle East and Africa. The text also contributes to further reflection upon the epistemological status of Political Science and the conditions for discussion of various socio-political phenomena.

The book is constructed by concatenating topics on the basis of general discussions as revealed by empirical research situated in its historicity, having the complex legitimization of the various forms of political power as the theoretical horizon. This successful approach outdoes even classical French Political Science and Sociology manuals published and republished over the last three decades, such as Leca and Grawitz (1985), Lagroye (1997) and Braud (2006).

Lire la suite.