Samedi du Livre: autour de L’Économiste, la Cour et la Patrie

Samedi 1er décembre (10h-13h): autour de L’Économiste, la Cour et la Patrie. L’économie politique dans la France des Lumières, par Arnault Skornicki (Paris, CNRS Éditions, 2011).
Bibliothèque Centrale Robert Desnos, 14 boulevard Rouget de L’Isle, 93000 Montreuil, Métro Mairie de Montreuil (Ligne 9)
Sous la responsabilité de Diogo Sardinha.
Intervenants : Christian Laval, Marie-Laure Legay, Diogo Sardinha, Arnault Skornicki

Les dissonances du doux commerce

Journée d’études

“Les dissonances du doux commerce”

4 juin 2012, Paris Ouest

Gérard de Lairesse (1641-1711), Allégorie de la liberté du commerce, 1672, Plafond du Palais de la Paix, La Haye

 

Cette journée propose d’élucider une doctrine constitutive de la pensée libérale : celle du « doux commerce », doctrine « en faveur du libre essor des activités lucratives privées » (Hirschman, Les passions et les intérêts p. 65), qui revalorisa selon Hirschman l’« appât du gain », et donc l’accumulation du capital. Elle fut formulée initialement par Montesquieu de la manière suivante : « c’est presque une règle générale, que partout où il y a des mœurs douces, il y a du commerce ; et que partout où il y a du commerce, il y a des mœurs douces » (Esprit des lois, XX, 1). Ce faisant, on tâche de suivre un sentier généalogique du libéralisme par son côté politique par ses justifications socio-politiques.

Cette journée prendra pour point de départ les analyses produites par Hirschman dans Les passions et les intérêts.

Il s’agira de laisser en suspens la question de la validité d’une telle doctrine (i.e. peut-on encore aujourd’hui dire que le commerce adoucit les mœurs ?), pour s’intéresser au destin de cette doctrine. Comme l’indique Hirschman, « certaines critiques actuelles du capitalisme montrent avec quelle efficacité » le sens initial de cette doctrine formulée par Montesquieu principalement a été « effacé de la conscience collective » (p. 118). L’idée initiale selon laquelle le commerce s’opposerait à la guerre comme l’intérêt à la passion, l’intérêt étant une passion à froid, passée au fil du rasoir du calcul utilitariste, qui désenchante le monde mais qui pacifie les rapports sociaux – idée qui se présentait alors comme une solution de rechange à l’effondrement des valeurs médiévales articulées autour de l’honneur (dans une société aristocratique) et de la religion ; cette idée initiale fut ainsi selon Hirschman évacuée, évincée, dès la reprise de cette doctrine par Adam Smith.

S’intéresser au destin de cette doctrine et donc à ses « versions revues et… dissonantes » (p. 86) permettra de déceler les raccourcis produits par les auteurs qui ont réinvesti cette doctrine ou l’ont décriée, et de se demander ce que ces raccourcis révèlent notamment sur les présupposés, implicites, de la pensée de ces derniers. Mais surtout, une telle entreprise permettra ainsi de « lever un coin du voile qui enveloppe toujours les origines idéologiques du capitalisme » (p. 116). Une telle doctrine, de par la mise en lumière de son histoire tortueuse, et de la plurivocité qui l’a constituée, révèlera son aspect idéologique.

Trois axes de réflexion seront envisagés lors de cette journée :

  • il s’agira d’analyser la manière dont cette doctrine est apparue, et le contexte de son émergence, notamment chez Montesquieu pour en dégager la signification initiale, et ses ambiguïtés constitutives.
  • pour ensuite analyser ses réinvestissements ultérieurs, et surtout les inflexions apportées au sens de cette doctrine. Il s’agit de reconstituer une histoire non pas continuiste donnant l’illusion de reconstituer des filiations imaginaires : mais celle des diverses réappropriations qui déplacent la signification de ce thème vieux comme l’Ancien Régime, en France, mais aussi en Angleterre et pourquoi pas en Italie, en philosophie, en économie, et dans la pensée politique.
  • la mise au jour du caractère malléable de cette doctrine, du type de réappropriation qui est produit permettra enfin de mettre en évidence son caractère idéologique. On se demandera pourquoi cette doctrine fonctionne en fait souvent plus comme un topos, d’autant plus couramment partagé ou décrié qu’il est flou et imprécis.

Cette journée d’études réunit des intervenants de plusieurs horizons disciplinaires.

Journée d’études organisée dans le cadre des activités du GAP et du Sophiapol (Université Paris Ouest).

Date :
Lundi 4 juin de 09h00 à 18h15

Lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment S Amphithéâtre S3 (en rez-de-chaussée)
Comment venir ? par le train et le RER

Plan du campus et trajet vers le bâtiment
tél du secrétariat : 01.40.97.73.78

Organisation et contact :

Eva Debray eva.debray@gmail.com

Arnault Skornicki askornicki@u-paris10.fr

Programme :

MATINEE : GENEALOGIE D’UNE DOCTRINE

Président de séance : Christian Lazzeri (Paris Ouest, Sophiapol)
.

9h00-9h30 :  Accueil des participants et introduction par et Eva Debray (Paris Ouest, Sophiapol) et Arnault Skornicki (Paris Ouest, GAP)

9h30-10h45 :  Pierre Crétois (Univ. Lyon II, LIRE/Université de Provence)
« Pourquoi Rousseau n’aime pas le commerce ? Montesquieu  au regard de Rousseau »
Discutante : Catherine Larrère (Paris 1, Phico)

11h00-12h15 : Daniel Diatkine (Univ. d’Evry, Epée)
« Hume : un commerce si doux, et si inquiétant… »
Discutante : Magali Bessone (Univ. Rennes 1, EA 1270)

 

APRES-MIDI : DU DOUX COMMERCE COMME IDEOLOGIE
Président de séance : Jean Cartelier (Paris Ouest, EconomiX)
.

14h00-15h15 : Arnault Skornicki (Paris Ouest, GAP)
« Les intermittences du commerce et de la guerre, des Lumières à l’âge des empires »
Discutante : Francine Markovits (Paris Ouest, Ireph-Dipsa)

15h30-16h45 : Eva Debray (Paris Ouest, Sophiapol)
« La reprise hayékienne de la doctrine du doux commerce : la société moderne est-elle principalement soudée par les « réseaux d’argent » ? »
Discutante : Catherine Audard (London School of Economics)

17h00-18h15 : Frédéric Lebaron (Univ. Picardie-Jules Verne, CURAPP-ESS)
« La dure réalité du doux commerce : concurrence, domination et échange inégal dans la zone euro »
Discutant : Stéphane Haber (Paris Ouest, Sophiapol).

Avis de recherche ! La gouvernementalité socialiste, Séance 6

 

Avis de recherche !

La gouvernementalité socialiste

 Erro, Intérieur américain numéro 7 (1968)

 Les soirées-débats du Lieu-Dit (19h-21h)

6 rue Sorbier 75020 Paris – 01.40.33.26.29

Accès : 
métro Ménilmontant (ligne 2) ou Gambetta (ligne 3) ; 
bus n°96

CONTACTS :

Isabelle Bruno izabruno@gmail.com

Arnault Skornicki askornicki@yahoo.fr


Avis de recherche !

La gouvernementalité socialiste

Dans une formule provocatrice, Michel Foucault estimait « qu’il n’y a pas de gouvernementalité socialiste autonome » ; il en concluait que cette gouvernementalité, « il faut l’inventer ». Y a-t-il un art socialiste de gouverner? Comment penser ensemble l’émancipation socialiste et les impératifs de l’organisation? Le socialisme ne signifie-t-il pas, par essence, l’extinction de la politique et des rapports de pouvoir? Ou, à l’inverse, la tradition socialiste, de la Commune de Paris à Porto Alegre, de Flora Tristan à Evo Morales, n’est-elle pas riche de réflexions et pratiques autour de nouvelles manières de conduire les hommes – jusque dans ses échecs les plus notables?

Réinterroger la réalité et la possibilité d’une politique du socialisme qui ne soient ni celle de la bureaucratie d’État ni celle d’un libéralisme tempéré, telle est l’ambition de ce séminaire qui se tiendra au Lieu-Dit, de janvier à juin 2012. Avec des historiens, sociologues, militants, philosophes ou économistes, le public est invité à échanger librement sur les questions suivantes : une gouvernementalité socialiste est-elle possible? Et si oui, à quoi pourrait-elle bien ressembler?

Au-delà de la campagne électorale qui battra son plein, dans un contexte de crise globale historique et de renouvellement des formes de mobilisation sociale, ces soirées-débats seront l’occasion d’aller plus loin que la critique du néolibéralisme, en (re)découvrant collectivement les réalités et les virtualités du socialisme et de sa politique.

Dernière soirée-débat

le mardi 15 mai 2012 de 19h à 21h

Table-ronde militante sur les modes d’organisation et d’action collective

Calendrier 2012 (les mardis de 19h à 21h au Lieu-Dit)

Soirées précédentes :

  • 31 janvier : Laurent Jeanpierre & Luc Boltanski
  • 14 février : Samuel Hayat & Michèle Riot-Sarcey
  • 6 mars : Yves Cohen & Paolo Napoli
  • 20 mars : Pierre Dardot & Christian Laval
  • 3 avril : Yves Citton & Anne Querrien

Certains textes et enregistrements sont disponibles en ligne

sur le site du Lieu-Dit <http://www.lelieudit.com/> et sur <savoirscommuns.org>

Avis de recherche ! La gouvernementalité socialiste, Séance 5

Avis de recherche !

La gouvernementalité socialiste

Erro, Intérieur américain numéro 7 (1968)

Cinquième soirée-débat au Lieu-Dit

le mardi 3 avril 2012 de 19h à 21h avec Yves CITTON et Anne QUERRIEN

Politique des pressions et politique des gestes en régime médiocratique

Le Lieu-Dit 

6 rue Sorbier 75020 Paris –  Accès : métro Ménilmontant (ligne 2) ou Gambetta (ligne 3) ; bus n°96

Dans une formule provocatrice, Michel Foucault estimait « qu’il n’y a pas de gouvernementalité socialiste autonome» ; il en concluait que cette gouvernementalité, « il faut l’inventer ». Y a-t-il un art socialiste de gouverner? Comment penser ensemble l’émancipation socialiste et les impératifs de l’organisation? Le socialisme ne signifie-t-il pas, par essence, l’extinction de la politique et des rapports de pouvoir? Ou, à l’inverse, la tradition socialiste, de la Commune de Paris à Porto Alegre, de Flora Tristan à Evo Morales, n’est-elle pas riche de réflexions et pratiques autour de nouvelles manières de conduire les hommes – jusque dans ses échecs les plus notables?

Réinterroger la réalité et la possibilité d’une politique du socialisme qui ne soient ni celle de la bureaucratie d’État ni celle d’un libéralisme tempéré, telle est l’ambition de ce séminaire qui se tiendra au Lieu-Dit, de janvier à juin 2012. Avec des historiens, sociologues, militants, philosophes ou économistes, le public est invité à échanger librement sur les questions suivantes : une gouvernementalité socialiste est-elle possible? Et si oui, à quoi pourrait-elle bien ressembler?

Au-delà de la campagne électorale qui battra son plein, dans un contexte de crise globale historique et de renouvellement des formes de mobilisation sociale, ces soirées-débats seront l’occasion d’aller plus loin que la critique du néolibéralisme, en (re)découvrant collectivement les réalités et les virtualités du socialisme et de sa politique.


CONTACTS :

Isabelle Bruno izabruno@gmail.com Arnault Skornicki askornicki@yahoo.fr


Textes et enregistrements prochainement disponibles en ligne sur le site du Lieu-Dit <http://www.lelieudit.com/> et sur <savoirscommuns.org>

Colloque « CULTURE ET CONTRE-CULTURE : GENÈSES, PRATIQUES, CONCEPTUALISATIONS »

« CULTURE ET CONTRE-CULTURE : GENÈSES, PRATIQUES, CONCEPTUALISATIONS »

COLLOQUE INTERNATIONAL, UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE, 21-23 MARS 2012

 

Ce colloque international propose un bilan raisonné des recherches actuelles sur la contre-culture. Il convie des témoins et des spécialistes à réfléchir collectivement sur ce qui fait l’historicité de la contre-culture en écartant toute définition figée et en prenant acte de la diversité des expériences de ceux qui en ont été les acteurs et les observateurs privilégiés. Il fera ainsi toute sa place à la multiplicité des terrains et des analyses, mais en partant de questions communes. Quelles sont les conditions sociales d’émergence, de reconversion ou d’épuisement de la contre-culture ? Comment évoquer toutes ses incarnations sans en faire une catégorie commode ou inopérante ?  Comment comprendre ses circulations et ses appropriations nationales et transnationales ?  Quels sont les enjeux que recouvrent ses reformulations successives ?

Plusieurs entrées, organisées en demi-journées, permettront d’aborder ces questions. La construction du « texte contre-culturel » sera d’abord interrogée pour saisir non seulement les processus de consécration d’auteurs ou de références tenus pour emblématiques, mais aussi les différents supports imprimés par lesquels ils circulent. Les rapports politiques à la contre-culture seront également mis en perspective à travers les configurations nationales dans lesquelles ils prennent leur essor et les tensions ou les proximités qu’ils entretiennent avec l’engagement « gauchiste ». Enfin, le retour sur les contextes et les scènes où se constitue un répertoire contestataire multiforme, intégrant les pratiques artistiques, la critique sociale et la mise en jeu des identités sexuelles, permettra d’explorer la diversité des phénomènes contre-culturels. Ces différentes entrées dans l’histoire contre-culturelle seront l’occasion de revenir sur des débats en cours : quels rapports entre contre-culture et capitalisme ? Quels rôles de la contre-culture dans le vacillement et le changement des formes de la domination ? Par-delà les revendications de filiations et les généalogies souvent artificielles,  quelles continuités historiques entre les contre-cultures d’hier et d’aujourd’hui ?

 

LIEU : Salle des conférences – Bâtiment B

CONTACT : colloquecontreculture@gmail.com

 

COMITÉ SCIENTIFIQUE D’ORGANISATION :

– Ingrid Gilcher-Holtey, Chaire d’Histoire du temps présent, Université de Bielefeld

– Bernard Lacroix, Groupe d’analyse politique, Université Paris Ouest – Institut Universitaire de France

– Xavier Landrin, Groupe d’analyse politique, Université Paris Ouest Nanterre

– Anne-Marie Pailhès, Centre d’études et de recherches sur l’espace germanophone, Université Paris Ouest Nanterre

– Caroline Rolland-Diamond, Centre de recherches anglophones, Université Paris Ouest Nanterre

 

INSTITUTIONS ORGANISATRICES ET PARTENARIAT :

Centre d’études et de recherches sur l’espace germanophone (CEREG), Université Paris Ouest Nanterre

– Centre de recherches anglophones (CREA), Université Paris Ouest Nanterre

– Groupe d’analyse politique (GAP), Université Paris Ouest Nanterre

– Chaire d’histoire du temps présent, Université de Bielefeld

– Institut Universitaire de France

– Institut des Amériques (IdA)

DAAD – Deutscher Akademischer Austausch Dienst

– Centre d’études littéraires Jean Mourot (CELJM), Université Nancy 2

– Interdisciplinarité dans les études anglophones (IDEA), Université Nancy 2

 

 

PROGRAMME

  MERCREDI 21 MARS

 

8h00- 8h30 : Accueil des participants

8h30-9h00 : Ouverture

CONFÉRENCES D’INTRODUCTION. D’hier à aujourd’hui : Expériences et analyses de la contre-culture

Présidence: Ingrid GILCHER-HOLTEY, Université de Bielefeld.

9h00 – 09h30 : Laurent DANCHIN, Critique d’art, « La contre-culture à Nanterre : entre Grappin et Benny Lévy »

09h45 – 10h15 : Alice ECHOLS, University of Southern California, « From Hanging Out to Coming Out: The Countercultures of the Long Sixties »

10h30 – 11h00 : David FARBER, Temple University, « Building the Counterculture »

11h15 – 11h30 : Pause café

11h30 – 12h00 : Didier ERIBON, Université de Picardie Jules Verne, « Sociologie et domination »

12h15 – 12h45 : Beth BAILEY, Temple University, « Sex as a Weapon »

13h00 – 14h30 : Déjeuner

 

PANEL I. La construction du ‘texte’ contre-culturel

Présidence : Ingrid GILCHER-HOLTEY, Université de Bielefeld

1. La formation d’une référence américaine

14h30 – 14h50 : Stephan ISERNHAGEN, Université de Bielefeld, « Susan Sontag et la contre-culture à Greenwich Village »

14h50 – 15h10 : Sophie DANNENMÜLLER, Université Paris 7, « La publication Semina de Wallace Berman : un trait d’union pour les Beats, beatniks et autres ‘barbares sacrés’ de la Côte Ouest »

 

2. Les usages de la théorie

15h40 – 16h00 : Matthieu REMY, Université de Nancy 2, « Le jeune Marx, une figure tutélaire de la contre-culture ? »

16h00 – 16h20 : Anna TRESPEUCH-BERTHELOT, Université Paris 1, « La réception de l’Internationale Situationniste : une balise dans l’histoire de la contre-culture »

16h50 – 17h10 : Pause café

 

3. La presse parallèle et la critique sociale

17h10 – 17h30 : Daniel GORDON, Edge Hill University, « Sans Frontière et la fin des ‘années 68’ en France »

17h30 – 17h50 : Manus McGROGAN, Université de Portsmouth, « TOUT!: A l’interface de l’underground et de la révolution »

 

JEUDI 22 MARS

 

PANEL II. Institutions politiques et dynamiques contre-culturelles

Présidence: Anne-Marie PAILHES, Université Paris Ouest Nanterre

 

1. Les institutions religieuses

9h00 – 9h20 : Catherine DEJEUMONT, Université Paris Ouest Nanterre, « Münster (1534-1535) : exemple précoce de contre-culture ou histoire d’une méprise ? »

9h20 – 9h40 : Vincent SOULAGE, EPHE, « L’Eglise parallèle des chrétiens contestataires des années 68 »

 

2. Les régimes politiques

10h10 – 10h30 : Nathanel AMAR, Sciences Po – CERI, « La communauté punk en chine : entre réinterprétation d’une contre-culture et dissidence »

10h30 – 10h50 : Federico TARRAGONI, Agrégé de sciences sociales et doctorant contractuel en sociologie (IDHE-Paris 10/CSPRP-Paris 7), « La contre-culture populaire à l’épreuve de l’hégémonie populiste : le peuple des barrios vénézuéliens de la contestation callejera aux Comunas socialistes ».

11h20 – 11h40 : Pause café

 

3. Les « gauchismes »  

11h40 – 12h00 : Silke MENDE, Université de Tübingen, « La naissance des Verts à partir de la contre-culture ? La formation des Verts ouest-allemands dans les années 1970 et ses relations avec le monde alternatif »

12h00 – 12h20 : Michaël ROLLAND, Université de Nancy 2, « Les relations complexes entre la contre-culture et les gauches radicales dans la France des années 1968 »

13h00 – 14h30 : Déjeuner

 

PANEL III.  Pratiques alternatives

Présidence : Caroline ROLLAND-DIAMOND, Université Paris Ouest Nanterre

 

1.  L’autonomie des groupements intellectuels et ses enjeux

14h30 – 14h50 : Björn LÜCK, Université de Bielefeld, « A la recherche d’une contre-structure :  le quotidien allemand “taz” et l’autogestion »

14h50 – 15h10 : Claus KRÖGER, Université de Bielefeld, “The “Verlag der Autoren” (Publishing House of Authors) as a  counter-institution? »

 

2. Les formes du « retour à la nature »

15h40 – 16h00 : Eric DOIDY, INRA Dijon, « Reconversions et déplacements de la critique dans la mobilisation pacifiste contemporaine aux Etats-Unis. Ethnographie d’un héritage de la contre-culture des années 1960-1970 »

16h00 – 16h20 : Anahita GRISONI, EHESS, « Sous les pavés, la terre : des mouvements néo-ruraux au marché du bien-être, de la contre-culture à la culture alternative ? »

16h50 – 17h10 : Pause café

 

3. Les nouveaux enjeux de consommation dans la dynamique capitaliste 

17h10 – 17h30 : Benoît LEROUX, Université Paris Est Créteil, « Une contre-culture en agriculture ?  La dynamique agrobiologique face au paradigme productiviste »

17h30 – 17h50 : Jean-Baptiste VELUT, Université Paris Est Marne La Vallée, « ‘Fair trade’, ‘sweatfree’ and ‘carbon neutral’: American consumer action in the age of globalism

VENDREDI 23 MARS

 

PANEL IV. La transformation des répertoires contestataires

Présidence : Xavier LANDRIN, Université Paris Ouest Nanterre

 

1.  De nouveaux répertoires contestataires ?

9h00 – 9h20 : William SCHNABEL, Université de Nancy 2,  « Weather Underground : du radicalisme à la révolution »

9h20 – 9h40 : Baptiste COLIN, Université Paris 7, « ‘wat tut du zu tuwat?’  ou l’espace transnational des squatt*eur*euses. Une approche croisée de l’été 1981 à Berlin-Ouest et Paris »

9h40 – 10h00 : Charlotte BOMY, Université Paul Valéry Montpellier 3, « Contre-cultures sur les scènes berlinoises après 1968 : transferts des discours et des pratiques de part et d’autre du Mur »

10h40 – 11h00 : Pause café

 

2. Usages du genre et identités sexuelles

11h00 – 11h20 : Antoine IDIER, Université Picardie Jules Verne, « ‘Jouons aux élections avec les pédés !’ : Détournement et réappropriation de l’élection par les militants homosexuels français »

11h20 – 11h40 : Sarah KIANI, Université de Berne, « Egalité et restructuration du mouvement des femmes : contre-culture et institutionnalisation (1974-1996) »

12h30 – 14h00 : Déjeuner

PANEL V.  Genèse, labellisation et import-export des contre-cultures musicales

Présidence : Anaïs FLECHET, Université Versailles Saint-Quentin

 

1. Les labels de la contre-culture musicale

14h00 – 14h20 : Christophe VOILLIOT, Université Paris Ouest Nanterre, « BYG is beautiful ou comment a été labellisée la contre-culture musicale »

14h20 – 14h40 : Romuald JAMET, Université Paris Descartes, « Do It Yourself ! : Du slogan à l’art de vivre. DIY et musique dans les contre-cultures contestataires à Paris et Berlin »

15h10 – 15h30 : Pause café

 

2. Les trajectoires de la contestation musicale

15h30 – 15h50 : Jean-François HERSENT, Direction générale des Médias et des Industries culturelles – Ministère de la Culture, « Musique rock et contre-culture : dynamique contestataire ou évasion sans conséquence des enragés du larsen »

15h50 – 16h10 : Pierre RABOUD, Université de Lausanne, « Le punk dans les deux Allemagnes, le style comme dynamique contestataire »

16h10 – 16h30 : Harri VEIVO, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, « De la ‘nouvelle poésie’ des férus du jazz à l’underground des rockers subversifs : définitions et auto-définitions des pratiques artistiques expérimentales et contestataires en Finlande dans les années 60 »

17h00 – 17h20 : Pause café

 

17h20 – 18h00 : CONCLUSIONS DU COLLOQUE : Bernard LACROIX, Université Paris Ouest Nanterre – Institut Universitaire de France

 

 

UNIVERSITÉ DE PRINTEMPS / FRÜHLINGSUNIVERSITÄT: PARIS OUEST – BIELEFELD

 UNIVERSITÉ DE PRINTEMPS / FRÜHLINGSUNIVERSITÄT

                     PARIS OUEST – BIELEFELD

 

             « Qu’est-ce que le politique ? »

 

  20 mars 2012 – Salle des conférences, bât. F, 3e étage.

 

Les Universités de Nanterre et de Bielefeld poursuivent dans le cadre désormais régulier d’un dialogue pluridisciplinaire franco-allemand leur réflexion sur le « repérage du politique ». Cette année, le Groupe d’Analyse Politique reçoit plusieurs chercheurs allemands spécialisés dans l’analyse du politique et, plus précisément, dans deux directions qui sont aujourd’hui bien circonscrites en Allemagne : la sémantique historique du vocabulaire socio-politique et l’histoire des transformations collectives dans la conjoncture de 1968.

Les premières rencontres qui s’étaient tenues à Bielefeld au cours de l’été 2010 (http://wwwhomes.uni-bielefeld.de/iholtey/workshops.html) avaient mis en évidence les différences et les parentés entre deux modes d’approche du politique dont la présentation du Sonderforschungsbereich « Das Politische als Kommunikationsraum in der Geschichte » avait permis, côté allemand, d’éclairer les principes essentiels. « Politique » s’entendait ainsi comme un travail pratique de définition des frontières et des espaces s’étendant ou se contractant en fonction des conjonctures. D’un point de vue analytique, le repérage du politique impose en chaque cas d’identifier deux aspects inséparables : une forme transcendante aux individus à l’intérieur de laquelle ceux-ci établissent des relations entre eux et fixent des règles communes ;  une activité de négociation, pacifique ou violente, entre des acteurs (professionnels et non professionnels de la politique) qui font du pouvoir un système de relations par définition instable. La sémantique apparaît de ce point de vue essentielle dans la mesure où elle donne accès aux classifications pratiques que le mot « politique » capitalise au cours de son histoire. L’analyse des conjonctures de remise en question des limites de l’espace politique, telles que la conjoncture de 68, met assez bien en évidence cette construction diachronique du politique.

La définition de la sémantique comme préalable à l’analyse (ne serait-ce que pour éviter l’anachronisme dans l’approche de « la » politique) et comme principe de construction de la réalité constituait entre chercheurs bielefeldiens et nanterriens un point d’accord fondé sur des références partagées, notamment la Begriffsgeschichte. Il en était de même pour le questionnement autour de la mise en forme des frontières de l’espace politique et la critique d’une vision pérenne du « système politique » qui trouvaient un point de chute autour de la discussion de la notion bourdieusienne de « champ politique ».

Sans évacuer l’interrogation sur les « traditions » dont procèdent les différentes contributions présentées dans le cadre de cette nouvelle journée, il s’agira de poursuivre le dialogue en revenant non seulement sur l’analyse sémantique, mais aussi sur la redéfinition du politique dans la conjoncture de 1968. Cette journée sera également l’occasion de présenter des travaux interrogeant, sous différents angles, la constitution du champ politique : le travail de la représentation, la circulation des référents politiques, les processus de réforme et d’institutionnalisation politiques.

Organisation/ Animation : Ingrid Gilcher-Holtey, Silja Behre, Björn Lück, Bernard Lacroix, Xavier Landrin, Arnault Skornicki.

Financements : Groupe d’Analyse Politique, Ecole doctorale de sciences juridiques et politiques – Université Paris Ouest Nanterre.

PROGRAMME :

9h30-10h00 :  Introduction : Ingrid GILCHER-HOLTEY / Bernard LACROIX

I. Les langages du politique

10h00-10h20 : Martin PAPENHEIM : « ‘Politique’ et ‘révolution’: une approche sémantique »

10h30-10h50 :  Cédric PLONT : « Le ‘cérémonial de langue’ : mots politiques ou politique des mots ? Le développement d’un langage de cour en France au XVIe siècle »

11h00-11h20 : Björn LÜCK : « La politique et le politique chez Jürgen Habermas: la vision transnationale de l´avenir européen »

12h00-14h00 : Déjeuner

II. Le travail politique en contexte critique

14h00-14h20 : Silja BEHRE : « ‘Visions et révisions’: quelle politique après la désintégration du mouvement 68 ? »

14h30-14h50 : Christelle DORMOY-RAJRAMANAN, « Réformer l’Université française autour de 1968 : Evolution des rapports de forces entre ‘le’ et ‘la’ politique en matière d’enseignement supérieur, des années 1950 aux années 1970 »

III. Mises en forme politique et travail de représentation

15h00-15h20 : Fabien CARRIE : « Bricolage et légitimation d’une représentation politique : la redéfinition des clivages au sein de la cause animale en Angleterre dans les années 1960 et 1970 »

15h30-15h50 : Kilho LEE : « Ce que l’Europe fait à la politique (en Corée du Sud) : la réception du référent européen par les élites sud-coréennes »

15h50-16h10 : Pause café

IV. Les dynamiques d’institutionnalisation politique

16h10-16h30 : Mathilde SEMPE, « L’institutionnalisation d’une politique du livre en Bretagne : enjeux de luttes pour la construction d’une identité culturelle régionale »

16h40-17h00 : Paul LEHNER, « Socio-histoire des Conseillers d’Orientation Scolaire, de l’ ‘orientateur’ au ‘technicien de la relation’ : l’institutionnalisation de l’orientation scolaire au sein d’un mode de domination à composante scolaire »

Avis de recherche ! La gouvernementalité socialiste

 

Avis de recherche !

La gouvernementalité socialiste

  

Les soirées-débats du Lieu-Dit (19h-21h)

6 rue Sorbier 75020 Paris – 01.40.33.26.29

Accès : 
métro Ménilmontant (ligne 2) ou Gambetta (ligne 3) ; 
bus n°96  

CONTACTS :

Isabelle Bruno izabruno@gmail.com

Arnault Skornicki askornicki@yahoo.fr


Avis de recherche !

La gouvernementalité socialiste

Dans une formule provocatrice, Michel Foucault estimait « qu’il n’y a pas de gouvernementalité socialiste autonome » ; il en concluait que cette gouvernementalité, « il faut l’inventer ». Y a-t-il un art socialiste de gouverner? Comment penser ensemble l’émancipation socialiste et les impératifs de l’organisation? Le socialisme ne signifie-t-il pas, par essence, l’extinction de la politique et des rapports de pouvoir? Ou, à l’inverse, la tradition socialiste, de la Commune de Paris à Porto Alegre, de Flora Tristan à Evo Morales, n’est-elle pas riche de réflexions et pratiques autour de nouvelles manières de conduire les hommes – jusque dans ses échecs les plus notables?

Réinterroger la réalité et la possibilité d’une politique du socialisme qui ne soient ni celle de la bureaucratie d’État ni celle d’un libéralisme tempéré, telle est l’ambition de ce séminaire qui se tiendra au Lieu-Dit, de janvier à juin 2012. Avec des historiens, sociologues, militants, philosophes ou économistes, le public est invité à échanger librement sur les questions suivantes : une gouvernementalité socialiste est-elle possible? Et si oui, à quoi pourrait-elle bien ressembler?

Au-delà de la campagne électorale qui battra son plein, dans un contexte de crise globale historique et de renouvellement des formes de mobilisation sociale, ces soirées-débats seront l’occasion d’aller plus loin que la critique du néolibéralisme, en (re)découvrant collectivement les réalités et les virtualités du socialisme et de sa politique.

Première soirée-débat

le mardi 31 janvier 2012 de 19h à 21h

avec Laurent Jeanpierre et Luc Boltanski

Calendrier 2012 (les mardis de 19h à 21h au Lieu-Dit)

  • 31 janvier : Laurent Jeanpierre & Luc Boltanski
  • 14 février : Samuel Hayat & Michelle Riot-Sarcey
  • 6 mars : Yves Cohen
  • 20 mars : Pierre Dardot & Christian Laval
  • 3 avril : Yves Citton & Frédéric Lordon
  • mai-juin (dates à préciser) : séance(s) de débats entre militants sur les modes d’organisation (collectifs, mouvements, partis, syndicats, etc.)

Certains textes seront disponibles en ligne sur le site du Lieu-Dit <http://www.lelieudit.com/>

Appel à com – Colloque “Culture et contre-culture” – Univ. Paris Ouest Nanterre

COLLOQUE « CULTURE ET CONTRE-CULTURE : GENÈSES, PRATIQUES, CONCEPTUALISATIONS »


Appel à communication


Le Groupe d’analyse politique (GAP), le Centre d’études et de recherches sur l’espace germanophone (CEREG) et le Centre de recherches anglophones (CREA) de l’Université Paris Ouest Nanterre, en partenariat avec la chaire d’histoire du temps présent de l’Université de Bielefeld, ainsi que le Centre d’études littéraires Jean Mourot (CELJM) et Interdisciplinarité dans les études anglophones (IDEA) de l’Université Nancy 2 vous invitent à participer au colloque international « Culture et contre-culture : genèses, pratiques, conceptualisations » qui se tiendra à l’Université Paris Ouest Nanterre les 21, 22 et 23 mars 2012.

La « contre-culture » figure aujourd’hui parmi les notions de référence du vocabulaire intellectuel et historiographique. Elle constitue non seulement un équivalent sémantique extensible des résistances aux cultures dominantes, mais également une périodisation intuitive des contestations de l’ordre social qui ont émergé dans la seconde moitié du 20e siècle. Il suffit peut-être de rappeler, pour évoquer l’évidence apparente de la contre-culture, que celle-ci est devenue une notion pédagogique dans les sciences sociales complétant le diptyque traditionnel culture/sous-culture. Même s’il est le résultat d’histoires différentes, bien qu’en partie enchâssées, son usage à l’étranger n’est pas moins divers et équivoque. Qu’il s’agisse de manuels ou de travaux spécialisés, notamment dans les cultural studies, la contre-culture (counterculture) est régulièrement associée au contexte de sa naissance présumée, la « culture hippie », bien qu’elle soit également mobilisée pour penser des phénomènes aussi larges que ceux des « sous-cultures vagabondes », des « cultures pirate » d’hier et d’aujourd’hui, avec l’émergence des « communautés virtuelles », ou encore des pratiques couvrant le spectre très large des oppositions aux cultures officielles, comme le rock alternatif ou le ragmarket. De même, en Allemagne, des travaux récents semblent ouvrir une perspective attentive à l’histoire vécue des contre-cultures ; ils épousent entre autres la variété des usages concrets du mot Gegenkultur et ses évolutions dans le temps, mais en les pensant notamment à partir de contrastes (Gegenkultur / Popkultur / Alternativkultur) dont la pertinence reste à démontrer.  L’histoire croisée des contre-cultures – particulièrement pertinente dans le cas de la RFA et de l’aire communiste – serait ici un moyen pour mettre au jour des décalages rarement explorés.

C’est pourquoi seraient bienvenues les propositions relatives à la chronologie des contre-cultures et aux problèmes qu’elle pose, dans la diversité des géographies et des contextes où elle prend sens. Ces propositions pourraient interroger aussi les dynamiques contestataires des années 1960-1970, essentielles semble-t-il en ce qu’elles enferment des questions pratiques et théoriques dont la connaissance des contre-cultures est indissociable. Il reste que l’historicité des contre-cultures est faite de processus nationaux et transnationaux imbriqués et qu’elle superpose des ordres de réalité en partie différents. Les mots et les mots d’ordre, les mobilisations et les formes de regroupement, les mécanismes collectifs de lutte, les stratégies de renoncement ou de reconversion feraient ainsi aisément l’objet d’études de cas. Les approches pourraient finalement prendre en compte ces différentes dimensions de la contre-culture à partir des entrées suivantes :

  • Les hiérarchies culturelles. Le langage des contre-cultures et les alternatives qu’elles mettent en forme sont inséparables des luttes de redéfinition des hiérarchies culturelles et de leur légitimité. Plus concrètement qu’on ne pourrait le penser a priori, les contre-cultures des années 1960 et 1970 ne sont pas une « révolte » contre des « valeurs traditionnelles », mais des ensembles d’opérations de requalification des références culturelles légitimes et de déplacement des frontières entre ce qui tient lieu de culture et fait autorité, et des répertoires culturels réputés impurs. C’est ainsi que, dans le vaste ensemble de publications couvert par le réseau de l’underground press syndicate, on observe non seulement un travail de subversion artistique dans le contenu plus ou moins revendicatif des textes et du graphisme, mais aussi la recherche d’un lien avec des traditions littéraires et artistiques hétérodoxes bien qu’en partie consacrées (dada et les surréalistes, Henry Miller ou Cecil Taylor). L’examen des pratiques de déplacement des frontières de la légitimité culturelle a aussi l’intérêt, pour la période des années 1960-70, de montrer ce que sont les systèmes de références pratiques des acteurs et les conditions d’imposition d’un art d’inventer et de se réinventer plus ou moins difficiles selon les moments et les lieux. Ces efforts ne sont pas compréhensibles en dehors des rapports au sein de l’espace culturel au sens large entre des acteurs aussi différents qu’artistes ou écrivains d’avant-garde, consacrés « prophètes » des mouvements contestataires, sans oublier certaines figures du champ intellectuel (Foucault ou Marcuse), ou « bohème » culturelle en quête de reconnaissance et rédacteurs de journaux auto-édités de contre-information.

 

  • Les trajectoires conceptuelles. La mise en évidence des usages du mot « contre-culture », de ses significations dans les différentes langues, mais aussi des mots et des mots d’ordre de la contre-culture (underground, beat, hippie, en anglais, alternativ, autonom en allemand), révèle à la fois les enjeux de qualification de phénomènes présentés comme nouveaux et  certains mécanismes de circulation et de vulgarisation (la télévision, la radio, la presse nationale, spécialisée ou généraliste). Si l’usage et la valeur d’usage des mots sont un indicateur particulier de la consolidation des groupes et de la transformation des structures, suivre leur trajectoire permet de situer les moments où des labels comme « Beat generation » ou « underground » deviennent des outils de désignation apparemment neutre des phénomènes que ces labels recouvrent, contribuant ainsi à les détacher de leurs raisons et de leurs conditions initiales. Ces processus d’officialisation, qui ne sont pas compréhensibles en dehors de l’action des entrepreneurs culturels, font partie intégrante de l’histoire des contre-cultures, de leur « récupération » et de leur routinisation.

 

  • Les dynamiques contestataires. La présence de phénomènes collectifs apparemment nouveaux (les « communes d’artistes », les « cultures alternatives », les « squats/Hausbesetzungen », les « communautés alternatives » etc.), de dispositifs plus ou moins inédits (circuits d’information parallèles, écoles itinérantes, pédagogies parallèles) qui reposent parfois sur des formes de rassemblement déjà inventées comme le familistère à la Godin, doit être pensée à travers ses conditions de possibilité. Ces dynamiques collectives, qui mettent en jeu le rapport passé/présent,  s’observent aussi dans la continuité des mouvements politiques des années 1960 et 1970 à nos jours, comme le montre l’exemple de die Grünen. Les débats historiographiques sur la genèse sociale des contestations des années 1960-1970 – en particulier les mobilisations et mouvements étudiants, féministes, gays et lesbiens –  doivent ici retenir l’attention pour éclairer certaines raisons « structurelles » trop souvent négligées. Il semble ainsi pertinent de revenir sur les causes sociales de la contre-culture, que celles-ci renvoient, comme l’a montré Dick Hebdige, à des phénomènes de circulation des personnes donnant lieu à des appropriations ou des emprunts culturels ou, comme l’ont montré différentes enquêtes sociologiques à partir des années 1970, à l’apparition de nouvelles contraintes collectives (la dévaluation des titres scolaires, le chômage, l’organisation du travail salarié) qui cessent d’être vécues comme des épreuves individuelles de milieu. L’étude de ces raisons structurelles pourrait mettre en lumière l’existence de convergences transnationales du phénomène.

 

Ce colloque international se déroulera à l’Université Paris Ouest Nanterre, les 21, 22 et 23 mars 2012. Les communications écrites devront être remises à l’avance et être rédigées dans la perspective d’une publication. Les propositions de communication (une à deux pages), comportant les nom, prénom, affiliation(s) institutionnelle(s) et coordonnées électroniques des auteurs, sont à envoyer pour le 15 septembre 2011 à l’adresse e-mail du colloque : colloquecontreculture@gmail.com

Les communications pourront se faire en français, allemand et anglais. Les communications en allemand ou anglais devront faire l’objet d’un résumé envoyé à l’avance.

Les réponses concernant l’acceptation des communications seront envoyées d’ici le 15 octobre 2011.

Comité scientifique d’organisation : Ingrid Gilcher-Holtey, Bernard Lacroix, Xavier Landrin, Anne-Marie Pailhès, Caroline Rolland-Diamond.

 

Eléments bibliographiques :

– Philippe Artières, Michelle Zancarini-Fournel (dir.), 68, une histoire collective (1962-1981), Paris, La Découverte, 2008.

– Beth Bailey, Sex in the Heartland¸Cambridge, Harvard University Press, 1999.

– Bennett M. Berger, The Survival of a Counterculure, Los Angeles – Berkeley, University of California Press, 1981.

– Pierre Bourdieu, La Distinction : critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979.

– Pierre Bourdieu, Homo Academicus, Paris, Minuit, 1984.

– Peter Braunstein, Michael William Doyle (eds.), Imagine Nation: The American Countercultures of the 1960s and ’70s, New York, Routledge, 2002.

– Eric Brun, « L’avant-garde totale : la forme d’engagement de l’Internationale situationniste », Actes de la recherche en sciences sociales, 176-177, 2009.

– Dominique Cardon, Fabien Granjon, « Médias alternatifs et médias activistes », in Eric Agrikoliansky, Olivier Fillieule, Nonna Mayer (dir.), L’altermondialisme en France : la longue histoire d’une nouvelle cause, Paris, Flammarion, 2005.

– Patrick Combes, La littérature et le mouvement de Mai 68, Paris, Seghers, 1984.

– Dominique Damamme, Boris Gobille, Frédérique Matonti, Bernard Pudal (dir.),  Mai – Juin 68, Paris, Les Editions de l’Atelier / Editions ouvrières, 2008.

– Alice Echols, Daring to be Bad: Radical Feminism in America, 1967-1975, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1989.

– Alice Echols, Shaky Ground, The ’60s and Its Aftershocks, New York, Columbia University Press, 2002.

– Didier Eribon, Michel Foucault, Paris, Flammarion, 1989.

– Didier Eribon, Réflexions sur la question gay, Paris, Fayard, 1999.

– David Farber, The Age of Great Dreams: America in the 1960s, New York, Hill and Wang, 1994.

– David Farber (ed.), The ’60s: From Memory to History, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1994.

– Justine Faure, Denis Rolland (dir.), 68 hors de France : histoire et constructions historiographiques, Paris, L’Harmattan, 2009.

– Ken Gelder (ed.), The Subcultures Reader, London, Routledge, 2005.

Genre, sexualité & société, « Révolution / Libération », 3, 2010.

– Ingrid Gilcher-Holtey, « Die Phantasie an die Macht » : Mai 68 in Frankreich, Frankfurt am Main, Suhrkamp, 1995.

– Ingrid Gilcher-Holtey, Die 68er Bewegung : Deutschland, Westeuropa, USA, München, C.H. Beck, 2001.

– Todd Gitlin, The Sixties: Years of Hope, Days of Rage, New York, Bantham Books, 1987.

– Boris Gobille, « La parabole du Fils retrouvé : remarques sur le ‘deuil de 68’ et la ‘génération de 68’ », Mots, 54, 1998.

– Claude Grignon, Jean-Claude Passeron, Le savant et le populaire : misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris, Gallimard / Seuil, 1989.

– Stuart Hall, Tony Jefferson (eds.), Resistance through Rituals, London, Routledge, 1993.

– Dick Hebdige, Sous-culture : le sens du style, Paris, Zones, 2008.

– Thomas Hecken, Gegenkultur und Avantgarde, 1950-1970 : Situationisten, Beatniks, 68er, Tübingen, Francke, 2006.

– Richard Hoggart, La culture du pauvre: étude sur le style de vie des classes populaires en Angleterre, Paris, Minuit, 1970.

– Laurent Jeanpierre, « ‘Modernisme’ américain et espace littéraire français : réseaux et raisons d’un rendez-vous différé », in Anna Boschetti (dir.), L’espace culturel transnational, Paris, Nouveau Monde éditions, 2010.

– Perrine Kervran, Anaïs Kien, Les années Actuel, Marseille, Le Mot et le Reste, 2010.

– Bernard Lacroix, L’Utopie communautaire: histoire sociale d’une révolte, Paris, PUF, 2006.

– Bernard Lacroix, « A contre-courant : le parti pris du réalisme », Pouvoirs, « Mai 68 », 39, 1986.

– Danièle Léger, « Les utopies du retour », Actes de la recherche en sciences sociales, 30, 1979.

– Henning Marmulla, « Internationalisierung der Intellektuellen ? Möglichkeiten und Grenzen einer ‘communauté internationale’ nach dem Algerienkrieg », in Ingrid Gilcher-Holtey, (Hrsg.), Zwischen den Fronten : Positionskämpfe europäischer Intellektueller im 20. Jahrhundert, Berlin, Akademie Verlag, 2006.

– Lilian Mathieu, Les années 70, un âge d’or des luttes?, Paris, Textuel, 2009.

– Gérard Mauger, « Gauchisme, contre-culture et néo-libéralisme : pour une histoire de la ‘génération de mai 68’ », CURAPP, L’identité politique, 1994.

– Gérard Mauger, Claude F. Poliak, Bernard Pudal, Histoires de lecteurs, Paris, Nathan, 1999.

– Doug McAdam, Freedom summer, Oxford, Oxford University Press, 1988.

– Doug McAdam, Political Process and the Development of Black Insurgency, 1930-1970, Chicago, University of Chicago Press, 1982.

– Christian de Montlibert, Crise économique et conflits sociaux, Paris, L’Harmattan, 1989.

– Nicolas Pas, « Images d’une révolte ludique », Revue historique, 2, 2005.

– Georges Perec, Un homme qui dort, Paris, Denoël, 1967.

– Caroline Rolland-Diamond, Chicago : le moment 68. Territoires de la contestation étudiante et répression politique, Paris, Syllepse, 2011.

– Kristin Ross, Mai 68 et ses vies ultérieures, Bruxelles, Complexe, 2005.

SCALPEL, Cahiers de sociologie politique de Nanterre,  « Mai 68, trente ans après », 4-5, 1999.

– Kristina Schulz, Der lange Atem der Provokation, Frankfurt am Main, Campus Verlag, 2002.

Situations de Sartre, doctoriales et post-doctoriales – 31/05/2011 – “Interroger la position d’intellectuel total de Sartre à travers l’exemple d’un échec politique : le Rassemblement Démocratique Révolutionnaire”

Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Situations de Sartre, doctoriales et post-doctoriales

Journées du 30, 31 mai et du 1er juin 2011

Responsables: Christian Lazzeri, Claire Pagès, Jean-Michel Salanskis et Marion Schumm

Salle R 11 Batiment T

“Interroger la position d’intellectuel total de Sartre à travers l’exemple d’un échec politique : le Rassemblement Démocratique Révolutionnaire” par Bastien Amiel le mardi 31 mai à 11h30

Programme: http://sophiapol.hypotheses.org/4720

contact: doctorialessartre@gmail.com