La société contre le marché : Un inédit de Polanyi

http://www.laviedesidees.fr/La-societe-contre-le-marche.html

Dans cet ouvrage inachevé et inédit, K. Polanyi s’intéresse aux sociétés « désencastrées » qui, dans l’Antiquité notamment, subordonnaient le développement de leur économie à des objectifs politiques. L’existence d’un commerce sans marché prouve ainsi, selon Polanyi, que le capitalisme n’a rien de naturel.

Télécharger ce(s) document(s) :

Recensé : Karl Polanyi, La Subsistance de l’homme. La place de l’économie dans l’histoire et dans la société, Paris, Flammarion, « Bibliothèque des Savoirs », traduit et présenté par Bernard Chavance, 2011, XIX + 420 p., 26 €.

Avec la publication de ses Essais il y a quelques années, le lecteur français dispose désormais d’un honnête panorama de l’œuvre de Karl Polanyi. Il était temps : si La Grande Transformation accusait un retard à la traduction de près de quarante ans, on peut en compter plus de trente pour La Subsistance de l’homme (The Livelihood of Man), ouvrage inachevé et publié à titre posthume en 1977 par son collègue Harry Pearson. On doit donc rendre hommage à l’économiste Bernard Chavance d’avoir pris le soin de traduire et présenter cet ouvrage important d’une des figures les plus marquantes des sciences sociales au XXe siècle. Une certaine sécheresse de style, qui contraste avec la vigueur de La Grande Transformation, ne contrarie guère une ambition rare, grevée cependant par le caractère décousu d’un texte composé à partir de diverses contributions. QuandLa Grande Transformation entendait dévoiler les origines de la crise politique mondiale des années 1930, La Subsistance de l’homme « veut partir de l’histoire économique universelle pour repenser le problème des moyens de subsistance de l’homme » (p. 11). Polanyi entend, ni plus ni moins, refondre les concepts de commerce, de monnaie ou d’institutions de marché pour leur conférer une portée anthropologique universelle et les rendre applicables à tout type de société. On mesure que les prétentions polanyiennes ne sont pas revues à la baisse ; elles embrassent tout à la fois l’histoire, l’économie et l’anthropologie, et le disputent à celles de Max Weber en matière d’« histoire économique universelle ».

Polanyi fait ainsi retour vers les économies archaïques et antiques, tirant profit des travaux collectifs qu’il a dirigés (Trade and Market in the Early Empire, 1957 ; Dahomey and the Slave Trade, 1966). Alors que La Grande Transformation étudiait le processus de désencastrement de l’économique par rapport au social entre le XVIIIe et le XXe siècle (par lequel la société s’est retrouvée dominée par le marché), La Subsistance de l’homme se focalise sur les économies les plus « encastrées » qui soient, subordonnées à d’autres impératifs que la recherche du profit, tels que des motifs non économiques tenant à la religion, l’honneur, la puissance politique de la cité, etc. Ses thèses connaîtront un vaste écho, notamment en ce qui concerne la Grèce antique (chez Moses Finley, par exemple) ; elles susciteront aussi de nombreuses critiques, estimant que Polanyi a un peu trop tordu le bâton dans son sens. Le mieux est de se reporter directement au texte pour prendre la mesure de l’élaboration conceptuelle de l’auteur (première partie), et la validité de ses catégories appliquées aux sociétés antiques (seconde partie).

Vers une économie générale, contre le « sophisme économiste »

Cet ouvrage peut se lire comme une réalisation, certes inachevée, du programme méthodologique de l’économie substantiviste, opposée à l’économie formelle fondée sur le modèle de l’homo œconomicus. L’approche de Polanyi se concentre sur l’ensemble des besoins matériels de l’homme (sa « subsistance »), et redéfinit l’économie comme procès institutionnalisé d’interaction entre l’homme et son environnement. L’économie substantiviste considère l’histoire économique non pas comme celle de l’appât du gain et de ses diverses formes prises dans l’histoire, le grand récit du développement de cette tendance à l’échange qu’Adam Smith prétendait naturelle : mais comme celle de l’aménagement social et politique des besoins humains, de la détermination institutionnelle de l’allocation des ressources et de la division du travail – soit de la place de l’économie dans la société, place qui ne fut rien moins qu’autonome jusqu’à une date récente.

C’est pourquoi le livre emprunte résolument la voie d’une histoire quasi archéologique, proche de l’anthropologie, qui puise à diverses sources : la Bible, Hésiode, Hérodote, Aristote, Platon, Xénophon, Plutarque… Et bien entendu l’historiographie de son temps, avec qui il engage un dialogue critique (en particulier Mikhaïl Rostovtzeff, plus encore que Weber). Cette histoire économique, par son antiévolutionnisme, s’écarte des paradigmes aussi bien libéral que marxiste, victimes du « sophisme économique » qui assimile « l’économie en général à sa forme de marché », et par rétroprojection voit du capitalisme, fût-il embryonnaire, là où il n’y a que de l’économie enchâssée dans le social et le politique. La célèbre problématique du désencastrement est précisément faite pour déjouer ledit sophisme, et dénaturaliser la société de marché. Retrempée dans l’anthropologie et ses vertus de décentrement, l’histoire polanyienne permet de nous délivrer des ornières de « notre mentalité de marché » pour mieux identifier la spécificité des économies non capitalistes, non orientées vers la maximisation du profit, en particulier dans les sociétés archaïques et antiques (qui constituent le principal objet de l’ouvrage).

La tentation téléologique de faire de l’économie de marché « le but naturel de quelque trois mille ans de développement occidental » est certes presque « irrésistible », avoue Polanyi. Rien n’est cependant plus faux, car l’économie de marché est le produit non pas d’un développement tendanciel à partir de débuts timides et modestes, « mais plutôt de la convergence de processus initialement distincts et indépendants » (p. 199) que seule une analyse des institutions qui en furent la condition permettra d’éclairer (p. 200). L’approche substantialiste relève donc d’une économie générale (pour reprendre une expression chère à Georges Bataille), à l’échelle de l’histoire de l’homme et de la terre. Le commerce, du point de vue substantiviste, est une méthode relativement pacifique d’acquérir des biens que l’on ne trouve pas sur place : il existait avant le capitalisme et ne présuppose pas nécessairement le marché libre, comme en témoignent les deux autres formes de commerce non marchands identifiés par Polanyi : commerces de réciprocité (don), de redistribution (proche de notre planification administrative) – l’un comme l’autre n’impliquant ni motivations par l’intérêt personnel ni liberté des prix. Cette distinction contre-intuitive entre commerce et marché inspire encore aujourd’hui des travaux sur l’Europe médiévale et moderne [1]. « Nous pourrions dire que le commerce et la monnaie nous ont accompagné depuis toujours. Mais ce n’est pas le cas du marché, qui représente un développement bien ultérieur », conclut Polanyi (p. 198).

Les marchands de l’Antiquité, ainsi, ne ressemblent guère à la « classe moyenne commerciale du XIXe siècle » (p. 146). Au contraire, les premiers appartenaient soit à la classe supérieure (liée à la direction du gouvernement), soit à la classe inférieure (dépendante du travail manuel pour assurer sa subsistance). Les pages passionnantes consacrées à l’agora athénienne sont ainsi particulièrement instructives, quoique en partie dépassées ou amendées par les recherches historiques ultérieures : couramment vue comme un lieu de discussion publique, elle consistait avant tout en un marché alimentaire où les prix se fixaient en fonction de conventions traditionnelles et sous la surveillance des magistrats, indépendamment du commerce extérieur et ce malgré la proximité du Pirée. L’agora se trouvait « au service des gens du commun », peu connecté au commerce international et nullement intégré dans un système de prix libres. « Le commerce de marché et l’agora étaient purement internes à la polis, délimitée par ses frontières physiques et politiques. (…) La responsabilité de la cité pour la subsistance de ses citoyens était un principe constant de l’économie citadine grecque » (p. 254).

Institution de marché, l’agora le devint au terme d’une lutte proprement politique : en favorisant la pratique du marché et en rétribuant quelque peu les citoyens qui rendaient ce service, Périclès contrariait les entreprises clientélistes du clan aristocratique opposé emmenés par Cimon, qui pratiquait l’hospitalité politique dans son domaine privé, autour de grandes tablées gracieusement offertes. L’agora apparaît ainsi comme une condition économique de l’indépendance civique et de la démocratie, car elle a contribué à arracher les citoyens des filets du système de corruption mis en place par les riches citoyens. C’est ainsi que l’oikos domanial (Cimon) fut politiquement supplanté par la polis démocratique (Périclès), dont la pièce la plus fameuse – l’agora – fut une authentique institution de marché enchâssée dans la politique.

Capitalisme antique, capitalisme moderne

La conclusion de ce livre inachevée prend à bras-le-corps la question posée par Max Weber : « L’Antiquité connaît-elle l’économie capitaliste, à un degré qui soit significatif du point de vue de l’histoire de la civilisation ? » [2]. La réponse de Polanyi est sans détour : il y a discontinuité historique forte entre l’économie antique (qui comprend bien une réalité marchande) et le capitalisme moderne, et cette discontinuité est plus radicalement affirmée que chez Weber même, qui parlait de « capitalisme antique » (centré sur la rente et l’exploitation privée de rapports de domination politique). Polanyi préfère quant à lui réserver le terme au seul « capitalisme libéral », entrepreneurial et rationnel, qui s’est imposé après le XVIIIe siècle et la Révolution industrielle, alors que, sous l’Antiquité, « le commerce était principalement organisé par des moyens politiques, on se procurait de la monnaie en profitant de façon avisée des occasions fournies par la guerre et la politique (…) » (p. 372). Il prend donc au sérieux les déclarations anti-chrématistiques d’Aristote dans La Politique, où il mettait en garde contre l’usage spéculatif de la monnaie.

Bizarrement, cette insistance sur la singularité du capitalisme marchand, qui va de pair avec la mise en évidence de la spécificité des formes anciennes ou alternatives d’économie a fait accuser Polanyi (mais aussi Weber) d’ethnocentrisme, aveugles qu’ils auraient été à l’aptitude des Anciens ou des Orientaux au capitalisme marchand. C’est la critique, mi-historique mi-politique, et parfois violemment formulée, qu’on peut trouver chez Jack Goody, dans un ouvrage au demeurant passionnant [3]. Weber et Polanyi, idéologues de l’exceptionnalisme occidental ? Pour le premier, on est parfois tenté de se poser la question, sans mettre en doute pour autant son immense apport à l’histoire et la sociologie économiques. Pour le second, la critique paraît étrange : on lui doit davantage un radical décentrement temporel et anthropologique, qu’une quelconque arrogance occidentale. Mais il est vrai qu’il n’aurait probablement pas partagé la croyance de Goody dans l’unité foncière des civilisations.

Il n’a pas échappé à Polanyi que l’Antiquité a connu certaines formes de prix de marché, voire de « capitalisme », terme qu’il entoure de prudents guillemets et resitue simplement dans les strictes limites sociales du temps, soulignant qu’Athènes (par exemple) subordonnait sa production céréalière à des objectifs politiques. Depuis, l’historiographie a mis en avant la qualité de « cités marchandes » des unités politiques grecques, et le rôle du marché international dans la formation des prix des céréales, sans pour autant étayer l’existence d’un marché autorégulateur et intégrateur [4]. Mais, et c’est ce que J. Goody n’a pas vu, l’enquête dans La Subsistance de l’hommeconcerne aussi les origines du mécanisme de marché : quand, où et comment le commerce se lie aux marchés, comment le marché devient le vecteur de « mouvement commerciaux » pour donner le « commerce de marché » et les « marchés faiseurs de prix » autorégulés ? Polanyi croit en trouver les éléments précisément là où le capitalisme libéral n’existait pas comme tel : par exemple, dans l’avènement d’un « marché faiseur de prix sous stricte surveillance administrative » (p. 362), sous le règne d’Alexandre le Grand et la supervision de la capitale politique de l’empire. Et pourtant, la présence de ces éléments de marché n’a pas fait système, et Polanyi d’avouer que leurs origines sont obscures, « bien que les marchés ne soient pas aussi anciens que l’humanité et qu’ils aient des origines déterminées dans l’histoire humaine. » (p. 198). À ce titre, La Subsistance de l’homme n’a pas la vertu généalogique qui faisait tout le sel de La Grande Transformation, et s’intéresse davantage aux formes d’encastrement qu’au processus de désencastrement, c’est-à-dire d’autonomisation de l’économie – qui est tout autant sa redéfinition dans son sens « formel » qui domine notre époque aujourd’hui.

Faisons un pas de plus : si l’on admet que le capitalisme n’a rien de naturel, alors le commerce n’est pas, pas même « tendanciellement », équivalent au « marché ». Voir du capitalisme à Athènes ou Babylone, c’est peut-être s’aveugler et projeter – sans le savoir ni le vouloir – l’« obsolète mentalité de marché » dans des sociétés qui ne la connaissaient pas. C’est risquer de ratifier la croyance dans l’éternité et l’universalité du capitalisme, dont l’histoire serait celle d’un développement tendanciel plus ou moins contrarié, ou favorisé, selon les périodes et les sociétés. Par exemple, Goody estime que les deux grandes significations du marché – comme espace ou place du marché, comme principe ou mécanisme autorégulateur d’offre-demande-prix – ne vont pas l’une sans l’autre. La chose paraît historiquement douteuse et, pour le coup, rétrospective. Polanyi prend bien soin de distinguer les deux, non sans quelque raison, car le « mécanisme d’offre-demande-prix » n’a pas d’attache spécifique à un lieu précis et n’est pas restreint à la vente au détail de la nourriture. Il s’agit d’un processus de déterritorialisation qui permet précisément d’embrasser le reste de la société et de décloisonner les marchés locaux. Ce schème d’analyse historique a une portée certaine, notamment dans l’économie d’Ancien Régime, les marchés(locaux, fragmentés, surveillés par la « police » du roi) s’opposent, au nom du juste prix, auprincipe de marché – pour reprendre la distinction élaborée par Steven L. Kaplan [5]. Il y a de multiples marchés sous l’Ancien Régime, mais pas d’économie de marché, pas de système de prix « libres », et encore moins d’intégration achevée entre commerce extérieur (où le capitalisme marchand s’avérait fort dynamique) et commerce intérieur – ce qui ne signifie pas absence de lien entre les deux.

Reste que ces sociétés qui pratiquent le commerce mais ne connaissent pas le marché ou les éléments de marché » semblent, dans certaines analyses de Polanyi, agir contre le marché, contre le risque de déstabilisation des rapports sociaux que ferait courir l’apparition d’un tel système économique. On ne parle pas ici des contre-mouvements évoqués par Polanyi dans La Grande Transformation, formés en réaction aux effets dévastateurs du marché autorégulateur au cours du XIXe siècle (mouvement ouvrier, syndicalisme etc.). De même que les Indiens Guarani (expliquait Pierre Clastres) faisaient tout ce qu’il fallait pour étouffer dans l’œuf toute autorité centralisée, la plupart des sociétés archaïques développait des techniques administratives de redistribution afin de « rendre inutile le développement des méthodes de marchés » (p. 189). La politique commerciale d’Athènes, en particulier, était précisément faite pour conjurer l’apparition de mécanismes marchands.

Ces sociétés contre le marché ne sont aujourd’hui certainement ni désirables ni aimables, pour esclavagistes qu’elles furent bien souvent – aspect guère souligné dans l’ouvrage. Mais ce qui fut réel jadis – un commerce sans marché – pourrait être bien possible aujourd’hui, dans le cadre de sociétés modernes, complexes, individualistes et technologiquement avancées. Un commerce ré-encastré dans le social, où les échanges et les prix seraient débattus démocratiquement : l’autre nom du socialisme, que Polanyi a toujours appelé de ses vœux.

par Arnault Skornicki [21-03-2012]

Pour citer cet article :

Arnault Skornicki, « La société contre le marché. Un inédit de Polanyi », La Vie des idées, 21 mars 2012. ISSN : 2105-3030. URL : http://www.laviedesidees.fr/La-societe-contre-le-marche.html

Notes

[1] Par exemple Martha C. Howell, Commerce before Capitalism in Europe, 1300-1600. New York, Cambridge University Press, 2010.

[2] Max Weber, Économie et société dans l’Antiquité, Paris, La Découverte, trad. C. Colliot-Thélène et F. Laroche, 1998, p. 19.

[3Le vol de l’histoire : Comment l’Europe a imposé le récit de son passé au reste du monde, Paris, Gallimard, 2010, p. 191-202. Voir la recension de Jacques Revel, « Le récit du monde », publié dans laviedesidees.fr, le 26 avril 2011.

[4] Alain Bresson, La cité marchande, Editions Ausonius, 2000.

[5] Kaplan, Steven L., Les ventres de Paris. Pouvoir et approvisionnement dans la France d’Ancien Régime, Paris, Fayard, trad. S. Boulongne, 1988.

Si vous souhaitez critiquer ou développer cet article, vous êtes invité à proposer un texte au comité de rédaction. Nous vous répondrons dans les meilleurs délais : redaction@laviedesidees.fr.

 

 

É. Agrikoliansky, J. Heurtaux et B. Le Grignou (dir.) – Paris en campagne. Les élections municipales de mars 2008 dans deux arrondissements parisiens

Éric Agrikoliansky, Jérôme Heurtaux et Brigitte Le Grignou (dir.), Paris en campagne. Les élections municipales de mars 2008 dans deux arrondissements parisiens, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant, 2011, 335 p.

 

Cet ouvrage propose les résultats d’une enquête réalisée par un collectif de chercheurs en science politique à l’occasion des élections municipales de 2008. Bien loin des « marronniers » du CEVIPOF, ce volume est l’occasion de soumettre à l’épreuve du terrain toute une série d’hypothèses proposées ces dernières années par la sociologie politique. Nous sommes donc en présence d’un livre important, tant du point de vue du contenu empirique que des pistes de recherche qu’il approfondit ou qu’il suggère, et qui s’inscrit à n’en pas douter dans une « lignée » fondatrice et que l’on espère durable1. Après avoir présenté les résultats de cette enquête en suivant l’ordre d’exposition proposé par les coordonnateurs (I), je reviendrai ensuite sur les limites du dispositif mis en œuvre à cette occasion (II).

I) 10e versus 16e : une enquête de sociologie politique

Cette enquête qui a pour cadre les élections municipales parisiennes de 2008 est centrée sur la campagne électorale, non pour en mesurer l’influence supposée sur le résultat final, mais pour  en proposer une analyse localisée, à la fois quantitative et ethnographique. Cette approche témoigne à sa manière d’un regain d’intérêt au sein de la sociologie politique hexagonale pour l’approche contextuelle des élections2.

Dans l’introduction, E. Agrikoliansky, J. Heurtaux et B. Le Grignou précisent la manière dont ils construisent l’objet « campagne électorale » par le biais d’une analyse « rapprochée ». Ce sont « les interactions, les transactions ordinaires, la matérialité des pratiques, la singularité des configurations électorales ou les écarts à la règle » (p. 15) qu’ils se proposent de restituer. Une telle perspective fait par conséquent la part belle au travail ethnographique qui « en appréhendant la politique à ses marges, offre de voir au-delà de la politique officielle et ce faisant de mieux en comprendre les logiques » (p. 23). Cet élan conduit les auteurs à ériger la campagne électorale en « fait politique total » (p. 23) en enrôlant l’Essai sur le don de Marcel Mauss au passage… À défaut d’être toujours convaincant, surtout lorsque s’y ajoute une pincée de Michel Dobry via la notion de « désectorisation », l’exercice a néanmoins le mérite de proposer une délimitation ouverte de l’objet : la campagne électorale comme « révélateur » des « logiques et des pratiques politiques (et sociales) ordinaires » (p. 26).

Le premier chapitre – « Bourgeois » contre « Bohèmes » ? – rédigé par E. Agrikoliansky rappelle le caractère paradoxal des progrès électoraux de la gauche dans une capitale où les classes supérieures l’emportent désormais numériquement sur les classes populaires. Un des objectifs du dispositif d’enquête retenu, opposer un arrondissement supposé stable (le 16e) à un autre supposé emblématique de la gentrification du Paris populaire (le 10e), est de s’interroger sur la persistance du clivage est-ouest qui caractérisait depuis longtemps la configuration parisienne. En effet, « l’histoire politique [récente] du 10e n’est pas celle d’une continuité, mais d’une rupture paradoxale : c’est au moment où se renforce le double processus de « dé-ouvriérisation » et d' »embourgeoisement » que l’arrondissement bascule à gauche » (p. 42 et tableau 3). Faut-il pour autant valider la catégorie  de « bobos », qui est apparue sous la plume des commentateurs des élections municipales de 2001, pour comprendre le phénomène ? Assurément non, l’analyse sociologique3 montrant certes « les métamorphoses » mais aussi la persistance d’un vote qui prend appui sur des clivages sociaux. Si beaucoup des électeurs des deux arrondissements étudiés relèvent aujourd’hui des CSP supérieures, on constate une plus grande proportion d’inactifs et d’indépendants dans le 16e et une plus grande proportion de cadres du secteur public et de professions intellectuelles dans le 10e. « Les électeurs socialistes du 10e semblent précisément se caractériser par une distance à l’égard du mercantilisme et des logiques du profit, soit parce qu’ils exercent pour le public, soit parce que c’est avant tout la culture et ses valeurs qui déterminent leur identité professionnelle » (p. 54). De plus, ces électeurs ont des revenus plus faibles, et parfois sans commune mesure, avec ceux de l’ouest parisien : il s’agit en fait de « classes moyennes à statut » (p. 55) qui s’agrègent désormais aux autres groupes composant l’électorat du PS et de ses alliés. D’autres clivages liés aux pratiques religieuses et aux structures familiales agissent également dans le même sens. Quant aux fameux « bobos », lorsqu’on tente de les identifier à partir de leurs propriétés sociales supposées, ils ont plutôt tendance à voter à droite… « En définitive, conclut E. Agrikoliansky, on comprend que la déconnexion entre statut social et préférences politico-culturelles, que suggère le terme de « bobos », est loin d’être avérée » (p. 64). Ces clivages sociaux expliquent également pourquoi prédominent au sein de ces deux arrondissements des modalités distinctes d’intérêt pour la politique : les interactions entre électeurs et élus relèvent plus volontiers de la sphère privée dans le 16e et plus volontiers de l’activité militante dans le 10e. « Dans le 16e, le maire n’est pas décrit comme un « camarade » de parti ou un modèle politique, mais plutôt comme une relation ou un proche » (p. 71). Ce phénomène explique pourquoi l’intérêt pour la campagne électorale s’avère beaucoup plus faible dans le 16e et pourquoi, lorsqu’on leur suggère d’expliciter leur vote, les électeurs de cet arrondissement font référence au registre de la fidélité plutôt qu’à celui de la conviction (tableau 10). C’est sans doute leur « forte identification à la bourgeoisie » (p. 77) comme classe, bien mise en évidence par ailleurs dans les travaux de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, qui rend inutile le rappel d’une quelconque proximité partisane comme justification du vote pour les candidats de l’UMP.

Le second chapitre rédigé par E. Agrikoliansky et S. Lévêque est consacré à l’étude des logiques de la démobilisation électorale. Plutôt que de revenir sur les enjeux de la campagne de 2008, dont il est facile ex post qu’ils constituent un facteur explicatif du niveau de mobilisation observé, les deux auteurs s’en tiennent à l’analyse des logiques structurelles de l’abstention à partir de l’étude des listes d’émargement. Ce faisant, ils montrent (tableau 7) que les abstentionnistes et les participationnistes constants s’effacent devant le nombre des intermittents du vote. On relèvera tout particulièrement dans ce chapitre la mise en évidence d’un « effet participation » : les électeurs qui se sont inscrits en nombre sur les listes électorales en 2006, à la veille du scrutin présidentiel, s’avèrent, deux ans après, plus abstentionnistes que la moyenne et contribuent donc à la baisse du taux moyen de participation car toujours inscrits… D’autres facteurs, plus classiques, font également l’objet d’analyses pertinentes : le cycle de vie dont l’effet se trouve atténué dans le 16e du fait des formes de sociabilité propre aux quartiers résidentiels ; le gender gap dont les effets sont inversés dans les deux arrondissements, beaucoup moins actives que la moyenne, les femmes du 16e n’en sont pas moins plus participationnistes que celles du 10e car mieux intégrées socialement ; le statut matrimonial qui favorise l’acte de vote à partir du moment où ce dernier s’articule aux pratiques collectives dans le cadre de la famille et du couple. Ces résultats d’enquête confirment, au dire des auteurs, la validité des hypothèses anciennes de Lazarsfeld sur l’influence de l’insertion dans des groupes primaires sur les comportements électoraux.

Les « beaux quartiers » de la capitale ont apparemment réservé quelques surprises à E. Agrikoliansky, J. Heurtaux et B. Le Grignou, surprises dont ils nous font part dans le troisième chapitre. L’élection municipale s’y apparente à un « jeu sans enjeu apparent » (p. 118) du fait de l’hégémonie électorale des candidats conservateurs. L’observation ethnographique de la campagne de l’UMP dans le 16e oblige les auteurs à s’interroger sur les motivations de l’activité militante dans un tel contexte : « l’essentiel réside peut-être moins dans ce que [les campagnes électorales] produisent (ou sont censées produire) sur les électeurs, que dans ce qu’elles produisent sur les militants et les candidats eux-mêmes » (p. 120). Même les militants les plus dévoués en apparence n’hésitent pas à confier leur scepticisme sur l’efficacité électorale de leur travail. Lors des distributions de tracts, par exemple, l’évitement du politique apparaît comme la règle. Quant aux réunions électorales, elles rassemblent surtout les colistiers et leurs proches… Seules les réunions d’appartement sont jugées efficaces mais, en l’espèce, le verdict technique n’est que la traduction d’un jugement social et de la prise de distance vis-à-vis de la « politique de rue » (p. 129) qui est associée aux quartiers populaires de la capitale. Si ces conduites militantes semblent pour une part désintéressée, elles font sens dans le cadre d’interactions où il s’agit de « tenir son rôle » et de produire une forme de solidarité d’équipe. La familiarité ainsi affichée avec les candidats est un privilège que l’on peut donc ranger dans la catégorie des « incitations de sociabilité ludiques et distinctives » (p. 136) et qui s’inscrit dans un travail simultané de valorisation de l’identité de l’arrondissement et des propriétés sociales de ses habitants.

Le quatrième chapitre, conjointement écrit par J. Heurtaux et A. Soubiron, propose un éclairage sur les « dissidences » au sein de l’UMP dans le 16ème arrondissement. Afin de prendre un peu de distance avec le traitement journalistique de ce type de fait de campagne, les auteurs font de la dissidence un mode de régulation ordinaire des candidatures au sein des partis de droite et du centre. En effet, n’est pas dissident qui veut : il s’agit le plus souvent de candidats aux ressources plus « fragiles » mais dont l’action contribue à renouveler l’offre politique locale. Cette « propriété situationnelle » (p. 170) est liée à une configuration électorale spécifique : l’hégémonie de la droite dans les « beaux quartiers » déplace en amont la compétition locale sans pour autant que la dissidence puisse être considérée comme un exit définitif. C’est pourquoi la dissidence n’est pas toujours synonyme de rupture définitive avec le parti majoritaire et s’avère souvent un « tremplin » (p. 176) pour une investiture future.

Le chapitre suivant est plus limité dans ses ambitions : T. Barboni propose un portrait d’héritier, celui de Rémi Féraud adoubé en 2008 comme successeur de Tony Dreyfus à la mairie du 10e arrondissement. L’auteur prend néanmoins ses distances avec cette lecture par le prisme de l’héritage, considérant qu’elle ne rend pas compte des conditions concrètes de transmission d’un capital politique : « l’héritage politique apparaît alors autant une habilitation à agir qu’une habilitation à prétendre » (p. 184). L’observation participante au sein de la section locale du PS montre les différentes étapes de cette « homologation partisane » (p. 189) du prétendant à la succession. À la fois candidat de l’arrondissement et candidat du parti, Féraud doit ajuster ses ressources à une situation qui lui est certes a priori favorable mais où la compétition interne au parti pour l’investiture, parce qu’elle précède la ratification dans les urnes, est une course d’obstacles qui ne doit pas être sous-estimée ex post.

Retour dans le 16e arrondissement avec S. Crépon et S. Mosbah-Natanson qui ont observé la campagne des militants socialistes en « milieu hostile ». La faiblesse des moyens matériels et humains du PS dans cet arrondissement est une contrainte qui a un impact fort sur le style des campagnes électorales, entre conformisme et provocation. « Cette situation de minorité, voire de marginalité, est en outre redoublée par le sentiment partagé par les militants d’être politiquement « dissonants » dans les beaux quartiers » (p. 213). Tout en appartenant également aux classes supérieures, les candidats du PS se distinguent de ceux de l’UMP par leur appartenance plus fréquente au secteur public. Beaucoup ont d’ailleurs adhéré avant leur arrivée dans cet arrondissement. Cela étant, on a du mal à suivre les auteurs lorsqu’ils tentent de mettre en évidence l’existence de rétributions du militantisme internes au PS dans cet arrondissement qui expliqueraient ainsi la « réalité » de l’engagement militant4.

Dans le septième chapitre, C. Achin et S. Lévêque procèdent à une comparaison de la mise en scène, et en pratiques, de la parité dans les scrutins de 2001 et de 2008. L’analyse statistique au niveau national montre (tableau p. 244) la persistance d’un « plafond verre » observable au niveau de l’accès aux postes de maires. Dans la capitale, où il existe un vivier important de candidates, l’attribution des postes d’adjoints au maire est un révélateur de la force des clivages sexués. Mais le phénomène le plus intéressant mis en évidence par les auteures est la difficulté plus grande des élues à faire carrière : tout se passe comme si les femmes éprouvaient plus de difficultés à conserver leurs positions électives que les hommes et étaient plus souvent tentées par l’exit. De plus, alors que la campagne électorale de 2001 avait été marquée par la mise en œuvre de la loi sur la parité, la féminité apparaît aujourd’hui comme une « ressource datée » (p. 253) et la parité comme un enjeu passé au second plan. C’est en quelque sorte la « diversité » qui a été le marqueur de la campagne électorale de 2008. Toutefois, derrière l’emphase des discours sur la promotion des minorités se cache une réalité moins généreuse. Ce sont d’ailleurs surtout les femmes qui « sont en charge de la diversité » (p. 267), ressource éphémère, instrumentalisée au niveau gouvernemental (la politique dite « d’ouverture ») et qui, parce qu’elle privilégie l’apparence des candidates, constitue un capital politique singulièrement fragile.

C. Achin et S. Lévêque approfondissent cette question des « capitaux corporels identitaires » dans le chapitre suivant. En fonction des configurations locales, nous disent-elles, le genre peut être neutralisé ou inversement valorisé par des logiques de construction identitaire. Pour le dire autrement, ce n’est pas tout à fait la même chose d’« être une femme » en politique dans le 10e ou dans le 16e. Là où les femmes de droite mettent en avant leurs ressources personnelles, les femmes de gauche accumulent du capital militant. De même la proximité avec les leaders masculins est vécue sur un mode différent, recherche d’un « mentor » à gauche, appui sur un « souteneur » à droite. Lorsque le corps se trouve mobilisé dans le cadre des campagnes électorales, les différences de classe réapparaissent : dans le 16e, la « figure politique de la Pompadour » (p. 279) est ainsi inséparable de la virilité que persistent à mettre en avant, non sans difficultés parfois, les candidats masculins.

Cette problématique se retrouve dans les observations de N. Neveu sur les usages du genre par les candidates en campagne dans le 10e arrondissement qui forment la trame du dernier chapitre de l’ouvrage. La division sexuée du travail militant y est d’autant plus perceptible que les modalités pratiques de la campagne obéissent encore à une forme de primauté masculine. « Alors que les femmes ont tendance à mobiliser leurs compétences personnelles et professionnelles, autrement dit ce qu’elles savent faire, les hommes, eux, s’appuient sur leurs goûts et leurs préférences, autrement dit sur ce qu’ils veulent faire » (p. 291). Les femmes en situation électorale doivent faire face à une double contrainte : « ce n’est […] qu’à condition de prétendre ne pas en jouer, que le genre peut, occasionnellement, devenir une ressource politique » (p. 300). Ainsi, la réussite des femmes politiques passe nécessairement par une mise à distance problématique de ce qu’elles sont alors que leurs homologues masculins peuvent se contenter de décliner leur identité sur le mode de l’évidence.

II) Idéal-type ou configuration ?

Il est toujours tentant de se focaliser sur les résultats d’une enquête, surtout lorsque – comme c’est le cas ici – ces résultats contribuent positivement à notre connaissance des phénomènes étudiés. Pour autant, ces résultats sont le produit d’un dispositif qui écarte tout autant qu’il donne à voir, qui éclaire tout autant qu’il obscurcit les pratiques électorales parisiennes. Écartons d’emblée une objection, contingente d’un point de vue épistémologique, et liée aux difficultés à réunir les moyens nécessaires à l’enquête : tout dispositif est une somme de contraintes pratiques et se limiter à deux arrondissements est une manière d’y faire face qui est tout sauf indigne. Reste que ces contraintes ont, semble-t-il, rejailli sur la conceptualisation du dispositif. Pour le dire autrement, tout se passe comme si cette enquête était idéal-typique par défaut5 alors que les hypothèses testées auraient gagné en épaisseur à s’inscrire dans une démarche résolument configurationnelle.

Pour Max Weber, rappelons-le, les idéaux-types ne sont pas des entités préexistantes mais des constructions ad hoc qui permettent au chercheur de typifier la réalité de manière à ordonner les observations et les faits sociaux révélés par le travail d’enquête. En ce sens, les idéaux-types sont des abstractions qui ne correspondent à aucune réalité mais qui donnent à voir des relations sociales et notamment des logiques d’opposition entre deux pôles. Dans une démarche ethnographique limitée par le nombre des terrains d’observation, il est donc impossible de rencontrer des types-idéaux même lorsque les terrains, comme c’est le cas ici, sont soigneusement et intelligemment sélectionnés. Il y a toujours en effet une irréductibilité du réel face à l’intention simplificatrice du chercheur ; au mieux les cas observés peuvent servir d’exemples pour illustrer ce que pourraient être des idéaux-types et encore, à condition d’en grossir les traits. Ainsi, si l’on peut admettre que le 16e arrondissement n’est pas loin de ressembler à l’idéal-type des beaux quartiers, il n’en demeure pas moins que nous sommes d’autant plus enclin à effectuer cette superposition que cet arrondissement nous apparaît comme exotique et que notre regard amusé ou scandalisé prête volontiers plus de cohérence qu’elles n’en ont à des pratiques qui nous sont socialement distantes, voire étrangères. Quant au 10e arrondissement, il est encore plus difficile de considérer qu’il représente à lui seul l’idéal-type du quartier en voie de gentrification. Et même si c’était le cas, ce serait faire fi de l’existence d’autres arrondissements dont les propriétés sociales et électorales ne permettent pas vraiment de les ordonner comme des cas intermédiaires entre 10e et 16e (la persistance de circonscriptions à dominante populaire par exemple), comme il serait logique et nécessaire de le faire pour s’en tenir à cette tradition sociologique. On voit par là que la démarche ethnographique des auteurs de ce livre est largement incompatible avec le pari wébérien : ce que nous allons observer n’est pas forcément ce qui doit nous permettre de construire des types-idéaux.

Que faire alors ? Admettre que nous en sommes en présence de configurations électorales dont les propriétés ne sont pas figées et immédiatement déductibles des propriétés sociales des habitants présents dans ces arrondissements. L’approche configurationnelle, inspirée on l’aura compris des travaux de Norbert Elias, a cet énorme avantage pour l’analyse sociologique de prendre en compte les relations entre acteurs qui sont inscrits dans une configuration donnée pour en déduire les propriétés qui vont caractériser le comportement électoral dominant en son sein. Dans ce cadre, ce ne sont pas les attributs individuels des électeurs qui déterminent leurs pratiques électorales, mais les relations entre les différents groupes sociaux. Cette approche est, me semble-t-il, beaucoup plus proche de ce que souhaitent mettre en œuvre ce collectif de chercheurs, à la fois privilégier une approche contextuelle des pratiques électorales sans pour autant tomber dans l’explication en dernière instance par un facteur écologique irréductible à l’analyse sociologique. Pour ce faire, il aurait quand même été souhaitable, à défaut de pouvoir multiplier les terrains d’enquête, d’inventorier les différentes configurations présentes dans la capitale dont tout laisse à penser que le nombre excède les deux cas excellemment présentés et étudiés dans le cadre de cet ouvrage.

CHRISTOPHE VOILLIOT

  1. Daniel Gaxie et Patrick Lehingue, Enjeux municipaux. La constitution des enjeux politiques dans une élection municipale, Paris, Presses universitaires de France, 1984 ; Jacques Lagroye, Patrick Lehingue et Frédéric Sawicki (dir.), Mobilisations électorales. Le cas des municipales de 2001, Paris, Presses universitaires de France, 2005. []
  2. Céline Braconnier, Une autre sociologie du vote. Les électeurs dans leurs contextes : bilan critique et perspectives, Cergy-Pontoise, LEJEP, 2010. []
  3. L’analyse repose sur un questionnaire de type « sortie des urnes » administré dans deux bureaux de vote. []
  4. Pour un point de vue opposé, voir Philippe Juhem, « La production notabiliaire du militantisme au Parti socialiste », Revue française de science politique, LVI, 6, 2006, pp. 909-941. []
  5. Ce que n’infirme pas la présentation assez elliptique qui figure dans l’avant-propos : « [l’enquête] a été menée par une dizaine de chercheurs sur deux arrondissements parisiens choisis non pour leur représentativité, mais pour leur singularité et leurs différences » (p. 9). []

M. Dixmier et H. Viltard, Jossot – Caricatures. De la révolte à la fuite en Orient (1866-1951)

Michel Dixmier et Henri Viltard, Jossot – Caricatures. De la révolte à la fuite en Orient (1866-1951), Paris bibliothèques, 2010, 183 p.

Ce livre est le catalogue de la très belle exposition rétrospective consacrée à Gustave Jossot par la Bibliothèque Forney sise à l’Hôtel de Sens (Paris 4ème) du 1er mars au 2 juillet 2011. Cette monographie permet de restituer l’itinéraire complexe de Gustave Jossot et vient ainsi compléter les travaux récents sur la caricature sous la Troisième République1. C’est en effet faute d’avoir été complètement oublié que Jossot reste méconnu. Ses dessins « libertaires » ont inspiré les caricaturistes de mai (1968 bien entendu… en 1981, il pleuvait !), ce que nous rappelle d’ailleurs Cabu dans la préface de ce catalogue, et beaucoup d’auteurs contemporains comme Tardi. Quant aux affiches publicitaires estampillées « Belle époque », elles sont régulièrement rééditées sous forme de cartes postales ou de posters. Jossot c’est tout cela certes… mais bien d’autres trésors encore2.

Né à Dijon le 16 avril 1866 dans une famille de la petite bourgeoisie locale, Gustave Henri Jossot est d’abord scolarisé chez les jésuites puis au lycée Carnot. Le remariage de son père créée des tensions qui l’amène à prendre ses distances avec la capitale bourguignonne : « J’avais l’inappréciable bonheur de posséder une belle-mère dévouée, tellement dévouée que j’étais tourmenté par la continuelle démangeaison de lui casser une chaise sur la tête » (cité p. 12). D’abord placé en internat, il s’engage ensuite dans l’armée dont il démissionne en 1884 pour vivre avec une jeune lingère, Marie-Jeanne Duriaud. Il travaille alors comme employé de bureau dans une compagnie d’assurances dont il est licencié en 1887. Commence alors sa « carrière » de dessinateur.  Petit à petit, Jossot va multiplier les collaborations mais c’est dans la revue symboliste La Plume que son trait prend forme. Jossot va ensuite multiplier les rencontres et montrer une étonnante capacité à adapter son style. Ce n’est pas un manque d’originalité, mais bien plutôt une manière de jouer avec différents codes artistiques dont il éprouve la validité et qui lui permettent de faire passer ses messages. Cet éclectisme ne permet donc pas de le rattacher exclusivement à une des écoles de cette « fin-de-siècle » (les nabis, les fauves, le japonisme, etc.). Et ce d’autant plus que les oeuvres de Jossot les plus diffusées à l’époque sont des affiches publicitaires aux couleurs vives où il interprète à sa manière l’impératif d’attirer l’attention du public : « L’affiche doit hurler et violenter les regards du passant (…) N’en déplaise aux collectionneurs, les affiches ne sont pas faites exclusivement pour eux. Avant eux, il y a le négociant ou l’industriel pour qui la réclame est faite. C’est lui qui commande et qui paie. Or ce qu’il veut, ce monsieur, c’est une affiche qui se voit. Colorations éclatantes et dimensions colossales sont donc les principales qualités requises » (cité p. 36).
Cette collaboration avec le monde industriel cesse en 1899 lorsque le décès de son père lui confère une certaine indépendance matérielle : « Grâce à l’héritage paternel ma vie est assurée et j’entends vivre en homme libre. Je ferai aussi de l’art suivant ma fantaisie et s’il se trouve des trous-du-cul qui n’apprécient pas ma technique, ils pourront se faire servir autre chose » (cité p. 60). La période qui suit est donc marquée par une radicalisation politique des dessins de Jossot dont sa contribution à L’Asiette au beurre constitue la majeure part : environ 300 dessins et 18 numéros complets de 1901 à 19073. Les thèmes développés sont multiples mais convergents. Jossot s’en prend à l’ensemble des institutions (le clergé, la justice, la police, l’armée, les franc-maçons, etc.), illustrant ainsi un individualisme poussé à l’extrême : « Je suis d’avis qu’il faut développer uniquement son Moi et se foutre de tous les cléricalismes qu’ils soient bondieusards, maçonniques ou même anarchistes » (cité p. 104). Peu intéressé par le monde du travail, Jossot témoigne aux ouvriers une sympathie non dénuée de condescendance. Se défendant d’être anarchiste, il n’en refuse pas moins les bulletins de vote qu’on lui tend, ne pouvant « admettre que la voix d’une brute avinée ait la même valeur que celle d’un penseur de génie » (cité p. 112).

 

<p>Affiche publicitaire pour le journal « L'Action » (1903)</p>

À partir de 1904, Jossot va progressivement se détourner du dessin au profit de la peinture. Il séjourne fréquemment en Tunisie où il s’installe définitivement en 1911, blessé par le refus d’un de ses dessins par le Salon des humoristes : « J’avais pris Paris en dégoût : les jalousies confraternelles, la difficulté de placer mes dessins subversifs, les critiques malveillantes ; mille et un coups d’épingles que je recevais quotidiennement m’excédaient » (cité p. 118). La production tunisienne de Jossot est assez singulière. Il n’abandonne pas son goût de la caricature mais combine son trait forcé avec une inspiration orientaliste, particulièrement évidente dans ses aquarelles. En 1913, il se convertit à l’islam, prend le nom d’Abdou-‘l-Karim et commence alors un voyage spirituel qui le conduira jusqu’aux mystères du soufisme. Sa production de l’entre-deux-guerres montre une nette évolution vers une forme d’académisme pour ce qui est des huiles sur toile. Le caricaturiste lui est toujours aussi mordant mais peine désormais à placer ses dessins. Jossot finira d’ailleurs ses jours dans la gêne matérielle et en proie aux affres de la vieillesse : « Si je trouve que tout est moche au jour d’aujourd’hui c’est sans doute, parce que je commence à vieillir et que les vieux radotent ; ils regrettent le temps passé, le temps de leur jeunesse où le vin de l’archevêché ne coûtait que cinq sous le litre » (cité p. 172). Il meut le 7 avril 1951 et est inhumé au cimetière de Dermech.

Christophe Voilliot

  1. Michel Dixmier, Jacqueline Lalouette, Didier Pasamonik, La République et l’Église. Images d’une querelle, Éditions de La Martinière, 2005 ; Michel Dixmier, Annie Duprat, Bruno Guignard, Bertrand Tillier, Quand le crayon attaque. Images satiriques et opinion publique en France (1914-1918), Paris, Autrement, 2007 ; Bertrand Tillier, La Républicature. La caricature politique en France, 1870-1914, CNRS éditions, 1997. []
  2. Dont plusieurs sont accessibles sur le formidable site réalisé par Henri Viltard: http://gustave.jossot.free.fr []
  3. Élisabeth et Michel Dixmier, L’Assiette au beurre, revue satirique illustrée 1901-1912, Maspéro, 1974. []

Karl Polanyi, le marché et le socialisme

Karl Polanyi, Essais, Paris, Seuil, 2008, 589 p., 29 €.

Édités par Michèle Cangiani et Jérôme Maucourant, traduits par Françoise Laroche et Laurence Collaud, avec une postface d’Alain Caillé et Jean-Louis Laville.


On prend aujourd’hui la mesure de la postérité intellectuelle de Karl Polanyi, dans des domaines aussi divers que l’anthropologie (Marshall Sahlins, Louis Dumont), l’histoire de la Grèce antique (Moses Finley) ou la sociologie économique (Mark Granovetter). Un courant de sciences sociales comme le MAUSS (Mouvement anti-utilitariste en sciences sociales, auquel appartiennent Alain Caillé et Jean-Louis Laville, auteurs de la postface) revendique son influence. Il n’en reste pas moins que la réception française a longtemps souffert des retards et de la rareté des traductions de l’œuvre prolifique du grand penseur hongrois. Ce gros volume, annoncé il y a quelques années par Jérôme Maucourant dans une lumineuse petite monographie intitulée Avez-vous lu Polanyi ? (La Dispute, 2005), remédie définitivement à cette situation fâcheuse. Les éditeurs ont en effet accompli un grand travail de traduction (de l’allemand et de l’anglais) afin de rassembler des articles, certains célèbres, d’autres moins (dont des manuscrits inédits), écrits avant et après La grande transformation (1944). Ils ne sont classés ni par ordre chronologique, ni par ordre thématique, mais de manière générique : recherche académique, activités journalistiques, propositions politiques – variété qui donne d’autant plus le vertige qu’elle découle de la diversité des observatoires qui scandent une trajectoire mouvementée (Vienne de l’entre-deux-guerres, Angleterre, carrière américaine). Les trois parties se répondent et se croisent bien souvent, mais ce choix des éditeurs a le mérite de faire voir la portée et la pluralité du travail de Polanyi : des textes forts savants d’histoire économique qui relèvent autant de l’anthropologie que de l’économie politique (1ère partie) ; des analyses politiques, tant programmatiques que journalistiques, en pleine crise européenne (2e partie) ; des conceptions « positives » du socialisme polanyien (3e partie).

« L’obsolète mentalité de marché »

On retrouve ainsi les célèbres analyses sur « l’économie comme processus institutionnalisé », sur Aristote ou sur l’économie des sociétés antiques, dont certaines étaient disponibles dans le fameux Trade and Markets in the Early Empires (1957) ; mais également des textes sur la monnaie, la méthode marxiste et le déterminisme économiciste. La variété des études historiques peut être ressaisie par le fil conducteur de la pensée polanyienne : le système de marché autorégulateur est un produit récent de l’histoire et ne peut constituer la grille de lecture appropriée des économies antiques, féodales ou primitives ; elle est l’exception quand les autres sont la règle. Un tel renversement de perspectives n’a pas fini de décentrer et de dénaturaliser nos représentations de l’économie, même si un certain nombre de réserves historiques sur les thèses polanyiennes se sont exprimées depuis. Reste que la thèse du Marché autorégulateur comme processus institutionnalisé permet de comprendre que l’économie marchande s’est « désencastrée » tardivement des institutions sociales qui lui assignaient une place dominée dans la société. Cette autonomisation de la sphère économique, en effet, n’est pas la restauration d’un « ordre spontané », ni même le produit nécessaire de l’histoire, mais un phénomène culturel et politique : il n’y a pas de « (néo)libéralisme » qui n’ait été investi et encouragé par l’appareil d’État, comme il n’y a pas d’homo œconomicus calculateur et motivé par le gain qui ne soit le produit d’une nouvelle culture politique apparue au XVIIIe siècle, en opposition à des rationalités économiques encastrées dans d’autres systèmes de valeurs (religion, honneur, etc.).

La distinction entre le sens substantif et matériel de l’économie (échange entre l’homme et son environnement social et naturel), et son sens formel et logique (calcul coûts-avantages dans une situation de rareté), homologue de l’approche institutionnaliste, permet ainsi de resituer l’économie dans des formes plus larges que celle du marché créateur de prix libres : « Bien que les institutions de marché soient donc des institutions d’échange, le marché et l’échange ne coïncident pas » (p. 74). Polanyi met par exemple sur pied une judicieuse opposition idéale-typique entre le factor (marchand motivé par le statut que lui confèrent la société ou l’autorité politique) et le mercator (marchand mû par le profit) soit deux formes d’intérêt socio-historiquement déterminées (voir le chapitre 6). Le commerce est une activité plus large que l’échange marchand (dont il n’est qu’une des formes), distinction qui permet à Polanyi d’évoquer le paradoxe d’un commerce sans marché (comme à Hammourabi), et une pluralité de commerces : de dons (réciprocité), de gestion (redistribution), de marché (échange dans un système de prix libres).

Ce recueil apporte ainsi en langue française des éclairages sur la genèse et la compréhension des thèses controversées de La grande transformation. C’est cependant sur la philosophie sociale et politique de Polanyi, délibérément négligée par les éditeurs dans leur introduction, que le volume s’avère le plus riche.

Capitalisme, socialisme, démocratie… et fascisme

Le « jeune » Polanyi, dans l’entre-deux-guerres, se révèle être un intellectuel-journaliste engagé et prolifique sur les questions économiques et diplomatiques (ce qui sera déterminant dans la genèse de La grande transformation), d’abord à Vienne puis en Grande-Bretagne à partir de 1933. À cet égard, la série d’articles politiques et philosophiques (notamment ceux écrits pour New Britain) consacrés au fascisme et au socialisme ne relève pas d’un domaine séparé de la pensée de Polanyi, mais de la matrice même de son œuvre : « Pour comprendre le fascisme allemand, nous devons en revenir à l’Angleterre de Ricardo », résumera-t-il dans une formule provocatrice. L’imposition et la crise de la société de marché constituent la condition de possibilité même de ce mouvement de masse singulier. Homme de la Mitteleuropa, Polanyi a vécu de près la montée en puissance des mouvements fascistes en Allemagne et surtout en Autriche où « l’austrofascisme » s’impose en 1933 avec l’arrivée au pouvoir de Dolfuss [1].

L’analyse polanyienne de ce phénomène historique se démarque des interprétations marxistes par son refus de réduire le fascisme aux causes qui l’ont engendré (réaction bourgeoise, crise morale ou résistance à la modernité libérale). Elle se fonde sur une lecture minutieuse de la littérature théorique fasciste : Alfred Rosenberg, Ludwig Klages, et surtout le philosophe viennois Othmar Spann, dont le projet corporatiste mêlant prurit romantico-réactionnaire et anti-individualisme radical, serait, selon Polanyi, la source d’inspiration du fascisme autrichien et de la Constitution de 1934. Mais il le rattache aussi au processus historique qu’expriment de telles idées, à savoir une solution totalitaire à la crise de la société de marché. Le fascisme ne fut pas un simple outil de la bourgeoisie pour perpétuer son pouvoir, ni un simple courant réactionnaire ou conservateur, mais un mouvement qui s’appuie sur les masses pour amener celles-ci à se déposséder de leur propre pouvoir (p. 360). Le fascisme se définit donc comme un mouvement révolutionnaire contre la démocratie, non seulement comme système institutionnel, mais comme culture et comme pratique. Son principe fondamental, commun à toutes ses variantes nationales, reste un anti-individualisme farouche. Le projet de société de marché, qui a pu épouser les aspirations libérales et démocrates de la bourgeoisie du XIXe siècle, est devenu, avec la « grande transformation », incompatible avec la démocratie : nulle implication réciproque, donc, entre la démocratie et le marché.

Polanyi n’est pas si loin des approches les plus récentes du fascisme proposées par Emilio Gentile ou George Mosse, qui le définit comme une « révolution bourgeoise anti-bourgeoise », auquel répond comme en écho la formule polanyienne : « Le fascisme constitue le type même de solution révolutionnaire qui garde le capitalisme intact » (p. 427). Que le fascisme puisse procurer une certaine sécurité de l’emploi et une dose de planification, c’est précisément ce qui le rend dangereux plutôt que « socialiste », car une telle « réforme » passe par une centralisation absolue du pouvoir entre les mains d’un petit groupe. Bien sûr, ces analyses ne sont pas sans défaut : Polanyi ne tient guère compte du rôle majeur de la Première Guerre mondiale dans la naissance des mouvements fascistes, passe au second plan le problème de l’État fasciste au profit d’une attention quasi-exclusive à son « corporatisme ». Cependant, l’insistance sur ce dernier aspect conduit Polanyi à formuler une thèse originale sur la nature du pouvoir politique fasciste. En effet, non seulement le fascisme ne contredit pas le capitalisme, mais il lui emprunte sa pratique autoritaire du pouvoir au sein de l’entreprise et de l’industrie. « Loin d’étendre le pouvoir de l’État démocratique à l’industrie, le fascisme s’est en effet efforcé d’élargir le pouvoir de l’industrie autocratique à l’État » (p. 439). L’État devient la propriété absolue d’une clique d’intérêts particuliers qui s’appuie sur une pyramide de corporations avec lesquelles elle entretient des rapports de vassalité et qui annihilent la « personnalité » des individus : « Cette tentative fasciste vise à faire de la vie économique l’État même » (p. 440), une vie économique moderne fondée sur la grande industrie et des masses de travailleurs sans propriété.

Vers un socialisme de la liberté

Comme extension de la démocratie à l’économie, le « socialisme fonctionnel » polanyien s’affirme comme l’exact envers du fascisme, en dépit des troublantes analogies que l’intellectuel hongrois affronte courageusement sur la question de la corporation. Dans son socialisme positif, les producteurs de chaque branche seraient en effet représentés démocratiquement par des corporations aux niveaux régional puis national, comme les consommateurs. Cela rapproche Polanyi du socialisme solidariste tout en écartant par avance ceux qui – comme Hayek – assimilent tout système corporatif à du crypto-fascisme. Le socialisme démocratique, parlementaire et décentralisé de Polanyi se nourrit paradoxalement d’une réflexion sur le fascisme. Comment assurer une primauté du politique sur l’économique pour éviter la solution fasciste ? 1) La corporation doit représenter les travailleurs et non les propriétaires ; 2) Polanyi reformule un tricaméralisme dans lequel s’affirme la préséance de la chambre politique sur la chambre économique (élue selon un suffrage professionnel indirect) et la chambre culturelle (élue au suffrage universel direct, et qui aurait en charge non seulement la culture, mais aussi l’éducation, la santé, et même la BBC).

Polanyi a très tôt rejeté l’opposition entre le marché et la planification administrative centralisée dans laquelle les libéraux comme Ludwig von Mises voulaient enfermer le socialisme. Ce qui distingue le socialisme du capitalisme n’est pas la disparition de tout échange « marchand » au profit d’un système de prix et de production piloté par l’État, mais le dépassement des « lois » aveugles du marché concurrentiel par la réappropriation de l’économie par la collectivité, qui passe nécessairement par l’abolition de la propriété des moyens de production. Ce socialisme démocratique implique donc une sorte de commerce sans marché (autorégulateur) ni système de prix libres, « puisque achat et vente existent dans l’économie du socialisme corporatif, à prix obtenus par accords » (p. 285), tout le problème étant d’imaginer les modalités institutionnelles dudit accord. L’intérêt des conceptions socialistes de Polanyi tient d’abord à leur dimension chrétienne (un peu rose et sucrée) greffée sur un Marx de la jeunesse et sur le concept d’« aliénation » – comme son compatriote György Lukács. Le christianisme y est conçu comme un individualisme authentique fondé sur la fraternité, contrairement à l’individualisme libéral qui atomise la communauté et au fascisme qui annihile l’individu. En vertu d’un « lien indissoluble entre l’homme et la société », cet individualisme relationnel fonde la personnalité de l’individu dans sa relation à autrui, et se trouve justement accompli par le socialisme, par lequel les hommes se réapproprieraient leur essence que le capitalisme leur avait confisquée.

Plus intéressante est sa réflexion sur une politique démocratique du socialisme, impliquant un ordre parlementaire refondé et une forme de ce qu’on n’appelait pas encore l’autogestion. En ce sens, ce socialisme démocratique, parlementaire et décentralisé n’est pas non plus tout à fait libertaire ou anarchiste, puisque Polanyi estime l’État nécessaire et l’idée d’une société autorégulée utopique. Il se rattache plutôt à l’austromarxisme et à la tradition « fabianiste » et du socialisme des Guildes qu’il a bien connue en Grande-Bretagne. C’est pourquoi il fait autant d’efforts pour mettre sur pied une sorte de droit public socialiste, en vue de trouver une politique institutionnelle appropriée au socialisme. Ce montage d’institutions organiserait la socialisation des moyens de production en assumant « la réalité du pouvoir », et se propose non de le dissoudre dans un prétendu « ordre spontané » du marché (la « catallaxie » de Friedrich Hayek – terme que Polanyi retourne ironiquement contre ce dernier), mais de l’organiser collectivement. S’il se démarque nettement du communisme bolchevique, l’intellectuel hongrois n’est pas à la recherche d’une « troisième voie » (il n’est qu’à voir la manière dont il ridiculise les projets de collaboration entre Travail et Capital). La lecture de ces Essais, qu’ils soient écrits dans l’entre-deux-guerres ou dans les années de l’après-guerre, nous apparaît en ce sens bien éloignée du portrait de Polanyi en « social-démocrate radical » esquissé par Alain Caillé et Jean-Louis Laville dans leur postface.

Jusqu’à la fin, la vigilance critique de Polanyi n’a pas fléchi. L’urgence d’instaurer la « liberté dans une société complexe » lui apparaissait d’autant plus grande depuis l’après-guerre que les méfaits d’une société technicienne incontrôlée (Hiroshima) et d’une société d’abondance aveugle (relevés à propos de l’ouvrage The Affluent Society de John Kenneth Galbraith, paru en 1958) inquiètent l’exilé autrichien aux États-Unis. L’actuelle reconstitution d’une société de marché à l’échelle planétaire, du moins comme horizon et idéal régulateur, de même que l’ébranlement de la foi de certains de ses acteurs depuis la dernière vague d’instabilité financière, rendent la lecture de ces Essais, qui opposent volontiers l’utopie libérale à la réalité de la société, fort roborative. L’imagination politique de son auteur, en ces temps d’aplatissement du pensable et du possible, nous rappelle la dimension démocratique de nombreux courants socialistes : la démocratie doit enfin oser paraître ce qu’elle ; il suffit pour cela qu’elle devienne ce qu’elle est vraiment – un socialisme authentique.

par Arnault Skornicki [15-09-2008]

Aller plus loin

Le site de l’Institut Karl Polanyi.

La recension par Daniel Benamouzig du livre de Christian Laval, L’homme économique. Essai sur les racines du libéralisme, paru en 2007.

La recension par Pierre-Paul Zalio du livre de Lucien Karpik, L’économie des singularités, paru en 2007.

Pour citer cet article :
Arnault Skornicki, « Karl Polanyi, le marché et le socialisme », La Vie des idées, 15 septembre 2008. ISSN : 2105-3030. URL : http://www.laviedesidees.fr/Karl-Polanyi-le-marche-et-le.html

Notes
[1] Je remercie Renaud Baumert pour ses précieux conseils et éclairages historiques.

José Luis Moreno Pestaña, Foucault, la gauche et la politique

José Luis Moreno Pestaña, Foucault, la gauche et la politique, Paris, Éditions Textuel, 2011, 144 p.

Dans la lignée d’un précédent ouvrage consacré à M. Foucault1, J. L. Moreno Pastaña nous propose ici un guide de lecture stimulant de « l’œuvre » du célèbre philosophe, sous le prisme de ses rapports avec la politique. Cette entreprise de déconstruction est d’autant plus nécessaire que les textes de Foucault ont beaucoup voyagé et que la publication décalée, et non encore achevée, de ses cours au Collège de France vient compléter de manière parfois surprenante notre connaissance de son travail. La superposition des lectures et des interprétations a le plus souvent pour effet de décontextualiser un corpus qui, tout impressionnant qu’il soit, n’en est pas moins redevable d’une analyse circonstanciée des conditions de sa production et de sa réception. La clarté de l’analyse proposée ici, bien mise en valeur par la charte graphique de cette collection intitulée « petite encyclopédie critique », mérite d’être soulignée. En aucun cas, il ne s’agit uniquement d’un « livre à charge » d’un « chercheur lié à l’école sociologique de Pierre Bourdieu » comme a cru pouvoir le discerner le (re)censeur du journal Le Monde2.

Une telle entreprise se heurte, souligne d’emblée l’auteur, à trois difficultés : « ne pas réduire la philosophie à la politique » (p. 13), c’est-à-dire prendre acte de l’existence d’un champ philosophique distinct du champ politique3, tenir compte des transformations du champ politique et accepter que tous les écrits de Foucault ne sont pas redevables d’une lecture politique directe. De cette « approche non scolastique » des rapports de la philosophie foucaldienne à la politique, il en ressort que « politiquement parlant, Foucault a été inconstant et l’a été toute sa vie » (p. 14). Voilà qui assurément demande des explications. Foucault lui-même a toujours revendiqué cette forme d’inconstance. La lecture chronologique des nombreux entretiens qui sont insérés dans les quatre volumes des Dits et Ecrits en fournit aisément la preuve. On peut néanmoins, et c’est ce que suggère l’auteur, considérer que nous sommes ici en présence d’une forme d’« esthétisme politique qui exige des publics complètement acritiques qui ont assez de confiance dans le charisme de l’auteur pour pouvoir le suivre dans tous ses détours et pour le défendre contre ceux qui le questionnent » (p. 23).
Si l’on admet que l’énoncé des positions successives occupées par Foucault n’est pas une dénonciation mais une tentative de reconstitution d’une trajectoire biographique, et si l’on procède rigoureusement – comme le fait J. L. Moreno Pastaña – à une lecture croisée de sa production intellectuelle, on ne peut que sortir étourdi de l’exercice. « Foucault a effectivement occupé beaucoup de positions politiques et sa pensée, lorsqu’elle avait une traduction politique, s’est alignée sur diverses positions tout au long de sa carrière » (p. 131). Beaucoup mais pas toutes, Foucault n’a jamais succombé aux sirènes du stalinisme ou de la réaction conservatrice (même dans ses articles si controversés sur la révolution iranienne). Il n’en a pas moins « été tour à tour communiste, gaulliste (…) gauchiste puis socialiste libéral ». De son gaullisme, on peut dire qu’il a été à la fois un héritage de classe et un « tremplin vers la réussite académique » dans les années soixante. Quant à son socialisme libéral, qui en a fait un temps le compagnon de route de la dérive néo-conservatrice des « nouveaux philosophes »4, il est aussi le fruit d’une appréhension singulière du néo-libéralisme triomphant des années quatre-vingt.
Cette dernière volte peut-elle s’expliquer par la « crise politique » (p. 106) dans laquelle se débat Foucault au milieu des années soixante-dix, au moment où le gauchisme français est en plein recul ? Tout en réaffirmant sa critique du socialisme d’État, il prend en effet ses distances avec la critique libertaire de ses années militantes. Son analyse du néo-libéralisme, notamment dans son cours intitulé Naissance de la biopolitique, est suffisamment ambiguë pour avoir engendré successivement deux courants de pensée : d’un coté un éloge de la « société du risque »5 mettant en évidence « les vertus de l’économicisme anthropologique du néolibéralisme » (p. 120), de l’autre une analyse « de gauche » tentant de réintroduire la mesure des inégalités sociales, et donc la critique marxienne du capitalisme, dans l’analyse foucaldienne6. Regrettons la manière dont J. L. Moreno Pastaña escamote au passage la publication et la réception de Surveiller et punir7. Certes, ce livre est l’aboutissement des travaux antérieurs et de ses critiques des pratiques pénitentiaires, mais, au moins jusqu’à la publication par H. Dreyfus et P. Rabinow de « l’essai sur le pouvoir »8, il constituera le socle de la réconciliation partielle des sciences sociales avec la pensée de Foucault.
Dans sa conclusion, J. L. Moreno Pastaña affirme successivement qu’« une gauche démocratique peut se revendiquer de Foucault et [qu’] il y a quelques questions que Foucault aide à se poser quand on est de gauche » (p. 133). Ces deux assertions conclusives méritent d’être complétées : d’une part, le foucaldisme n’est pas aujourd’hui en France un monopole de gauche, ou des penseurs de gauche, plusieurs Foucault(s) circulent et les images publiques du philosophe peuvent se superposer et se contredire dès que l’on quitte l’espace balisé par le travail des commentateurs au sein du champ philosophique ; d’autre part, la puissance suggestive de beaucoup de ces textes dépasse, et de loin, la seule fabrique des idées politiques. L’« œuvre » de Michel Foucault n’a donc pas grand-chose à craindre d’un réductionnisme biographique par ailleurs totalement étranger à la démarche de J. L. Moreno Pastaña. Quant aux nombreux lecteurs qui s’interrogent sur l’inconstance politique de Foucault, ils trouveront dans Foucault, la gauche et la politique de solides éléments de réponse.

CHRISTOPHE VOILLIOT

  1. José Luis Moreno Pestaña, En devenant Foucault. Sociogenèse d’un grand philosophe, Broissieux, Éditions du Croquant, 2006. []
  2. Serge Audier, « Critique politique des “foucaulâtres” », article publié le 11 février 2011. []
  3. Louis Pinto, dir., Le commerce des idées philosophiques, Broissieux, Éditions du Croquant, 2009. []
  4. Michaël Scott Christopherson, Les intellectuels contre la gauche. L’idéologie antitotalitaire en France (1973-1981), Marseille, Agone, 2009. []
  5. François Ewald, L’État-providence, Paris, Grasset, 1986. []
  6. Christian Laval, Pierre Dardot, La nouvelle raison du monde, Paris, Éditions La Découverte, 2009. []
  7. « Michel Foucault. “Surveiller et punir” : la prison vingt ans après », Sociétés & Représentations, 3, novembre 1996. []
  8. Hubert Dreyfus, Paul Rabinow, Michel Foucault. Un parcours philosophique, Paris, Gallimard, 1984. []