A. Hajjat, Les frontières de l’« identité nationale ». L’injonction à l’assimilation en France métropolitaine et coloniale

Abdellali Hajjat, Les frontières de l’« identité nationale ». L’injonction à l’assimilation en France métropolitaine et coloniale, Paris, La Découverte, coll. « Sciences humaines », 2012.

Plus d’informations sur le site de La Découverte.

Présentation

Comment un État-nation trace-t-il les frontières de ce qu’il perçoit comme son « identité» ? Pourquoi et comment, pour y parvenir, cherche-t-il constamment à définir son extériorité au travers d’un Autre jugé« inassimilable » ? En revenant sur les origines historiques de l’injonction à l’assimilation dans la procédure de naturalisation, ce livre cherche d’abord à montrer que ces « frontières » sont mouvantes. Celles-ci sont en effet le fruit de facteurs multiples, liés au contexte social et politique aussi bien qu’aux glissements des significations et des usages du concept même d’« assimilation » (des colonies vers la métropole, du discours politique vers le juridique…).

Mais, outre cette dimension historique, ce livre novateur analyse la manière dont l’administration mesure l’« assimilation » des candidats. Grâce à une enquête minutieuse en préfecture qui aura duré deux ans (2006-2007), l’auteur met ainsi en lumière l’invention des critères d’assimilation et les usages administratifs qui en sont faits, également déterminés par la concurrence de logiques administratives distinctes, les pratiques des agents subalternes et la « naturalisabilité» des candidats.
La « vérité objective » de la naturalisation est particulièrement bien révélée par les cas de refus de naturalisation pour « défaut d’assimilation », qui concernent aujourd’hui principalement des femmes et/ou des musulmans. Ces refus soulèvent ainsi les questions du hijab, de la polygamie et de l’« islamisme », qui constituent à l’heure actuelle autant de frontières à la prétendue « identité nationale ».

Arnault SKORNICKI L’économiste, la cour et la patrie

L’économiste, la cour et la patrie
par Arnault SKORNICKI
L'économiste, la cour et la patrie

Une étude sur l’émergence de la science économique au xviiiesiècle et la naissance du libéralisme.
Le livre
La science économique est devenue la forme dominante du discours politique. Elle se présente pourtant volontiers comme le plus neutre et impartial des savoirs. Que signifie cette dénégation du politique de la part d’une science si intimement liée au champ du pouvoir ? L’ambitieuse étude d’Arnault Skornicki propose un détour historique par la France des Lumières pour mettre au jour l’impensé de ce qui n’était pas encore une discipline universitaire, mais un simple genre intellectuel.
De la naissance du libéralisme d’État au Traité de la monnaie de Galiani, de la science du commerce aux luttes entre Turgot et Necker en passant par la Physiocratie, le xviiie siècle apparaît en effet comme une période clé pour l’économie politique. Savants, hommes de lettres, philosophes et administrateurs mettent leur intelligence au service des Lumières qui s’officialisent et d’un État éclairé qui tente de se réformer. L’économie politique finira par accéder aux sommets du pouvoir, pour ne plus jamais les quitter.
Une réflexion historique novatrice pour décrypter le triomphe du discours économique.
Un titre phare, dans la collection dirigée par Gisèle Sapiro.
L’auteur
Arnault Skornicki est docteur en science politique, maître de conférences à Paris X-Nanterre et chercheur au Groupe d’Analyse Politique (GAP).
Collection : Culture et société
Parution : 3 novembre Format : 15 x 23 Prix : 28 €
446 pages
ISBN : 978-2-271-07238-2
Presse : Solange Bied-Charreton 01 53 10 27 02 — solange.bied-charreton@cnrseditions.fr
15, rue Malebranche 75005 Paris

« Informations bibliographiques », Revue française de science politique 3/2011 (Vol. 61), p. 598-601. Lemoine (Yves) – Fernand Braudel, ambition et inquiétude d’un historien. – Paris, Éditions Michel de Maule, 2010 (Histoire/Essai). 210 p. Bibliogr.

La figure de Fernand Braudel reste aujourd’hui, vingt-cinq ans après sa mort, une référence incontournable de l’historiographie contemporaine. Sa vision du temps et de l’espace a révolutionné de façon durable une approche de l’histoire souvent trop immobile et décontextualisée. C’est ce processus intellectuel qu’Y. Lemoine se propose de retranscrire au travers d’une analyse des conditions de production de la pensée braudélienne. Loin de succomber aux sirènes de la mode biographique, l’auteur tente de restituer les contextes et les interactions successivement à l’œuvre dans la vie de l’historien, donnant ainsi sens et pertinence à des ouvrages majeurs tels que La Méditerranée ou la Grammaire des civilisations. Les différentes expériences académiques, de Sao Paulo au Collège de France, ont achevé de donner au « paradigme braudélien » une dimension géographique et historique de grande ampleur. Les notions de vitesse et de mouvement prennent une importance non négligeable. Voici la naissance du concept de « géohistoire » ainsi retracée. Y. Lemoine nous fait découvrir les « angoisses » qui ont nourri cette grande ambition scientifique. Face à la montée en puissance des sciences sociales dans l’analyse du présent, il fallait à cette discipline canonique à laquelle Braudel tenait tant des concepts capables de répondre aux luttes traditionnelles du champ académique. La « géohistoire » avait cette ambition. C’est alors au tour de l’auteur de faire part de ses inquiétudes : « Comment maintenir l’Histoire comme interlocutrice valable de la lecture du monde ? »

Cédric Plont – Université Paris X-Nanterre, GAP

Ch. Voilliot, Eléments de science politique

Christophe Voilliot, Eléments de science politique, L’Harmattan, Logiques politiques, Paris, décembre 2010, 208 pages

Ce livre, fruit d’un travail pédagogique collectif, témoigne de la situation paradoxale de la science politique française contemporaine. Influencée par l’ensemble des sciences sociales, notamment par la sociologie, cette discipline est difficilement accessible aux non spécialistes. Cet ouvrage propose une version unifiée sur des éléments de science politique en s’appuyant sur des travaux récents et sur les acquis de la sociologie. Il souligne aussi les limites de l’approche sociologique en science politique.

TABLE DES MATIERES
Introduction – La science politique : objets, méthodes et problématiques 9
Chapitre 1 : L’ordre politique 15
1/ Naissance de l’État moderne 19
a) Les formes archaïques 20
(1) Les sociétés anciennes 20
(2) Existe-t-il des sociétés sans État ? 27
b) La formation des États modernes ? 29
(3) La sociologie historique 29
(4) La « dynamique de l’Occident » et la genèse d’une bureaucratie d’État 38
(5) Vers un renversement de perspective ? 44
c) L’universalisation de l’ordre étatique 47
(6) Ordre national et ordre international 48
(7) Mondialisation et « crise de l’État » 51
2/ L’analyse sociologique des institutions politiques 61
a) Une catégorie hybride : les régimes politiques 61
(8) Que cent-mille typologies fleurissent… 62
(9) Le triptyque DAT et ses limites 65
b) Une division du travail institutionnalisée 83
(10) Domination et représentation 85
(11) Qu’est-ce qu’un champ politique ? 89
(12) La « politique saisie par le droit » ? 95
Chapitre 2 : La participation politique 101
1/ L’action collective 103
a) Les théories de l’action collective 103
(13) Le paradoxe de l’action collective 104
(14) La mobilisation en théories 108
b) Les formes contemporaines de l’action collective 112
(15) Les groupes d’intérêt 112
(16) La défense des causes et le militantisme 121
2/ La politique électorale 129
a) les comportements électoraux 129
(17) Le vote : de l’évidence à l’analyse 130
(18) Les déterminants sociaux du vote 133
b) Les partis politiques 138
(19) Aux origines des partis politiques 139
(20) Du parti politique à l’entreprise partisane 147
c) Médias, communication et sondages 152
(21) Le journalisme politique 152
(22) L’opinion publique et les sondages 158
Chapitre 3 : L’action publique 165
1/ Qui gouverne ? 167
a) Comment caractériser les gouvernants ? 167
(23) Les élites politiques 167
(24) La « noblesse d’État » 171
b) La politique : une activité spécifique 175
(25) La professionnalisation politique 175
(26) Champ politique et champ du pouvoir 180
2/ Les politiques publiques 185
a) Les différents niveaux de l’action publique 185
(27) De l’Europe aux collectivités territoriales 185
(28) Le rôle des acteurs privés 192
b) L’analyse des politiques publiques 196
(29) Qu’est-ce que l’analyse des politiques publiques ? 196
(30) Pour une sociologie de l’action publique 199
Table des matières 203
Index 205

L. Bonelli et W. Pelletier (dir.), L’Etat démantelé. Enquête sur une révolution silencieuse

Laurent Bonelli et Willy Pelletier (dir.), L’Etat démantelé. Enquête sur une révolution silencieuse, La Découverte, Paris, septembre 2010, 324 pages.

Résumé

Dans le débat public, les diagnostics alarmistes sur la « crise de l’État-providence », et les procès contre l’État-redistributeur, ont laissé place à toujours plus d’injonctions à « réformer l’État ». Cet impératif est devenu le point de ralliement d’élites politiques (de droite comme de gauche), de hauts fonctionnaires nationaux et internationaux, mais aussi des intellectuels les plus en vue, de journalistes, voire de certains syndicalistes.

Que recouvre cette « réforme de l’État » ? Comment a-t-elle été mise en œuvre depuis vingt ans ? Quelles conséquences pour le service public et les usagers ? Ce livre s’efforce de répondre à ces questions en faisant dialoguer des chercheurs, des fonctionnaires et des syndicalistes. L’échange d’analyses et d’expériences permet de dessiner les lignes de force de ce mouvement, tout en restant attentif aux singularités observables.

Ce travail intellectuel et collectif est nécessaire pour comprendre une révolution silencieuse.

Car, si les réformes néolibérales de l’État s’effectuent parfois à grand renfort de publicité (privatisation de La Poste, restrictions des budgets de l’hôpital public ou de l’Éducation nationale), elles sont le plus souvent invisibles, et ne rencontrent que des protestations sectorielles, peu coordonnées, encore moins médiatisées. Elles passent par tel décret, telle directive, telle circulaire, voués à demeurer obscurs et confidentiels, dans certains cas élaborés par des cabinets d’audit privés… La plupart, et parmi les plus structurelles, passent inaperçues, sauf pour ceux qui en affrontent directement les conséquences…

Au terme de ce voyage dans la « réforme de l’État » et ses effets, c’est l’avenir des services publics, de nos services publics, qui est en jeu. C’est-à-dire celui d’un modèle de société

Sommaire :

Avant-Propos, par Serge Halimi

Introduction. Les « mille » démantèlements de l’État, par Laurent Bonelli et Willy Pelletier

I / Promoteurs et promotions de l’État modeste

1. Les rénovateurs du libéralisme, par François Denord

2. La formation des élites d’État et l’avènement d’une nouvelle « classe rapace », par Alain Garrigou

3. La réussite du thème de la « crise de l’État » ou l’impérialisme de la compétence, par Blaise Magnin

4. L’expansion du journalisme économique et la critique de l’État, par Philippe Riutort

5. Comment l’Union européenne ruine le contrôle public de l’économie, par Antoine Schwartz

II / Le nouveau management public

6. La naissance du New Public Management en Grande-Bretagne et sa reformulation par les néotravaillistes, par Jérôme Tournadre-Plancq

7. Workfare et culture gestionnaire : la refonte du service public de l’emploi en Grande-Bretagne, par Corinne Nativel

8. Les modernisations contradictoires de la police nationale, par Laurent Bonelli

9. L’hôpital malade de la rentabilité, par André Grimaldi

10. Vers une justice managériale ?, par Gilles Sainati

11. L’enseignement supérieur autonomisé ou atomisé ?, par Frédéric Neyrat

III / Réorganisations de l’État

12. L’invention de Pôle emploi, par Willy Pelletier

13. L’Éducation nationale dans la tourmente des réformes politiques, par Axel Trani

14. L’« efficacité » de l’École comme enjeu politique et pédagogique, par Sandrine Garcia

15. La réforme des services déconcentrés de l’État. L’exemple de l’Inspection du travail, par Jean-Christian Billard

16. Comment l’État se débarrasse en secret de ses fonctionnaires. L’exemple du ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et de la Pêche, par Ogun Ar Goff

17. Les collectivités locales et la réforme de l’État : le point de vue des élus territoriaux, par Gilles Garnier et Francine Bavay

IV / Paupérisation de l’État et privatisation : des usagers aux clients

18. La privatisation des chemins de fer sur les rails de l’exemple allemand, par Olivier Cyran

19. Les privatisations de France Telecom, entretien avec Willy Pelletier

20. Privatisation réalisée et privatisation en cours : des télécommunications à La Poste, par Hélène Adam

21. Les externalisations du ministère de la Défense, par Edouard Sill

22. La culture à l’encan. Politique culturelle et culture du résultat, par Sabine Rozier

23. Modernisation, organisations du travail et souffrances dans la fonction publique, entretien avec Nathalie Robatel

Conclusion. Le nouveau désordre collectif : marché, liberté, autorité, par Bernard Lacroix

Chronologie. Moderniser l’État, une chronologie (1967-2009), par Nathalie Robatel.

A. Cohen, B. Lacroix, Ph. Riutort (dir.), Nouveau manuel de science politique

Nouveau manuel de science politique

Antonin COHEN, Bernard LACROIX, Philippe RIUTORT

Ce Nouveau manuel propose une vaste présentation des connaissances disponibles en science politique. Unique manuel collectif en langue française, mobilisant l’expertise de plus de 70 auteurs, il réunit les meilleurs spécialistes des nombreux thèmes abordés. La diversité de ces thèmes, des objets les plus classiques de la discipline aux sujets les plus contemporains, le traitement novateur de certaines questions, l’attention particulière accordée aux relations transnationales et à la politique comparée, la discussion des auteurs de sociologie et d’histoire, l’historicisation des processus sociaux qui ont donné corps à la politique moderne font de cet ouvrage un outil de travail indispensable et incomparable. Il s’adresse aux étudiants en science politique et aux étudiants en droit, histoire, sociologie, économie ayant des options de science politique au programme dans le cadre de leur cursus LMD, au sein des Universités comme des Instituts d’études politiques, en France et dans les pays francophones (Belgique, Suisse, Québec, etc.). Par sa clarté pédagogique et son exhaustivité thématique et bibliographique, il est destiné aux étudiants de la L1 jusqu’au M2 (incluant la préparation aux concours).

Collection
: Grands Repères Manuels

Parution : septembre 2009
Nb de pages : 792
Prix : 35 €
ISBN : 9782707153661
Dimensions : 170 * 240 mm
Façonnage : Broché


Table des matières

Avant-propos
Chapitre introductif : L’analyse des phénomènes politiques
Introduction
1. Qu’est-ce que la politique ?,
par Antonin Cohen, Bernard Lacroix, Philippe Riutort 1. Une question de définition 2. Un point de vue wébérien
2. Qu’est-ce que la science politique ?
, par Antonin Cohen, Bernard Lacroix, Philippe Riutort 1. La quête illusoire des origines 2. Une lente et partielle autonomisation académique 3. Une « vraie » science

I / Genèses des groupements politiques
Introduction
1. Vie et mort des groupements et des formes politiques, par Xavier Landrin 1. La construction de l’ordre féodal 2. L’invention du passé national
2. Genèses et constructions de l’État moderne, par Bernard Lacroix 1. La monopolisation : conquête des monopoles et conquête territoriale 2. La puissance publique : serviteurs de l’État et raison d’État
3. Constructions pratiques et symboliques des frontières politiques, par Arnault Skornicki 1. Borner, mesurer, compter l’État 2. Représenter l’État

II / Figures historiques de l’État parlementaire
Introduction

1. La division du travail en politique, par Éric Phélippeau 1. Mandants et mandataires : la différenciation de rôles politiques 2. L’autonomisation et la spécialisation de la politique moderne 3. La professionnalisation des auxiliaires du travail politique
2. L’apprivoisement du suffrage universel, par Alain Garrigou 1. Politisation et démocratisation 2. Émancipation et domestication des dominés 3. Vote et science de la politique
3. La genèse de la concurrence pour la ratification : les partis politiques, par Hervé Fayat 1. Une question de définition et de méthode 2. Sociogenèse des partis et configuration des rapports de représentation 3. L’établissement d’une concurrence partisane

III / Différenciations des formes de pouvoir
Introduction

1. Concurrence entre élites et champ du pouvoir, par Christophe Charle 1. Bilan historiographique 2. Modèle napoléonien et modèle prussien 3. L’impossible modèle anglais 4. Le compromis républicain 5. Une spécificité française : la bourgeoisie de robe 6. Les nouveaux conflits de légitimité
2. Les formes de concurrence non démocratique
2
. 1. Le fascisme et le nazisme , par Enzo Traverso 1. Aux origines du fascisme 2. L’idéologie fasciste 3. Fascisme italien et nazisme allemand : quelles différences ?
2. 2. Le soviétisme, par Bernard Pudal 1. Une fausse piste : le concept de totalitarisme 2. La matrice soviétique 3. La question de la bureaucratie 4. Dictatures, violences politiques et reproduction du régime politique
3. Les concurrences « ailleurs »
3. 1. La Chine, par Stéphanie Balme 1. Que faire de la géographie et de l’Histoire ? 2. Le triptyque institutionnel : État, parti, armée 3. Conflits de légitimité : le droit au cœur du politique
3 . 2. L’Inde, par Roland Lardinois 1. Religions, castes et langues 2. Société et politique
3. 3. Le monde arabe, par Bernard Rougier 1. Concurrences régionales et pluralisme politique 2. La gestion volontaire de la conflictualité sociale 3. Les contradictions internes du bloc autoritaire 4. Les concurrences au sein de l’État corporatiste 5. Les concurrences au sein de l’espace religieux
3. 4. L’Afrique, par Luc Sindjoun 1. La concurrence politique comme concurrence guerrière 2. La concurrence politique comme concurrence pacifique
4. Les transitions démocratiques
4. 1. En Europe centrale et orientale, par Frédéric Zalewski 1. La centralité du paradigme « transitologique » 2. Les dynamiques politiques et sociales du postcommunisme
4. 2. En Afrique , par Mamoudou Gazibo 1. La dynamique de la transition en Afrique 2. La problématique de la consolidation des transitions africaines

IV / Le champ du pouvoir
Introduction
1. Le pouvoir de la force

1. 1. Les forces armées , par Jean Joana 1. Genèses de l’administration militaire 2. Pouvoir militaire et pouvoir politique : quelles relations ?
1. 2. Les forces de police, par Laurent Bonelli 1. Police des villes, police de l’État 2. Les métiers policiers 3. Autonomie, luttes et hiérarchies policières
2. Le pouvoir judiciaire, par Antoine Vauchez 1. Justice et Politique 2. Sociologie politique de la judiciarisation
3. Le pouvoir économique
3. 1. Les groupes d’intérêt, par Hélène Michel 1. Genèse et pérennisation des groupes d’intérêt 2. Les groupes d’intérêt dans des configurations étatiques 3. Pratiques de défense et enjeux de l’action collective
3. 2. La corruption politique , par Pierre Lascoumes 1. Le paradoxe d’une réprobation forte aux effets politiques faibles 2. Du réformisme moral au constructivisme : perspectives théoriques 3. De la règle à la norme : tendances contemporaines
4. Le pouvoir religieux et l’État en France, par Yann Raison du Cleuziou 1. Deux universalismes concurrents 2. Entre émancipation et dépendance 3. Un espace de socialisation politique paradoxal 4. Recompositions du « croire » et recompositions politiques 5. La politique religieuse et l’impensé de la laïcité 6. Les enjeux du symbolique
V. La domination bureaucratique
Introduction
1. Les hauts fonctionnaires et la politique
, par Françoise Dreyfus 1. Élite administrative, élite sociale ? 2. Des nominations politisées ? 3. L’élite administrative en politique 4. Les hauts fonctionnaires, acteurs des politiques publiques ?
2. Administration et pouvoir local, par Christian Le Bart 1. Le temps des notables et de l’administration locale 2. Le temps des entrepreneurs politiques
3. L’action publique, par Vincent Dubois 1. Les héritages d’une discipline appliquée 2. Les configurations sociales de l’action publique 3. De la construction des problèmes publics aux modes de gouvernement

VI / Le champ politique
Introduction

1. Le recrutement social des professionnels de la politique, par Nicolas Hubé 1. Classe, élite(s), oligarchie ? Les professionnels de la politique 2. La politique comme profession 3. La sélection sociale du personnel politique

2. Les institutions politiques,
par Delphine Dulong 1. La fondation des institutions 2. La socialisation institutionnelle 3. La légitimation des institutions politiques
3. Les rapports ordinaires à la politique,
par Pierre Lefébure 1. L’enjeu d’une définition extensive du rapport au politique 2. Les propriétés sociales comme sources des rapports ordinaires au politique 3. Les situations et les contextes dans l’activation des rapports ordinaires au politique 4. Apports interdisciplinaires pour saisir les rapports ordinaires au politique

VII / Le phénomène électoral
Introduction

1. L’opération électorale, par Christophe Voilliot 1. Genèse de l’opération électorale 2. Le vote en actions et en représentations 3. Les aléas d’un modèle
2. Le travail de mobilisation électorale,
par Rémi Lefebvre 1. L’invention des campagnes électorales 2. Professionnalisation des campagnes et bricolages électoraux 3. Transformations et continuité de la mobilisation électorale
3. Les explications du vote,
par Patrick Lehingue 1. André Siegfried : le précurseur en France 2. Lazersfeld et l’École de Columbia : la naissance des grandes enquêtes 3. Un héritage controversé 4. Variables sociales objectives et subjectives
VIII / L’entreprise partisane
Introduction
1. Partis et configurations partisanes
, par Michel Offerlé 1. Typologies et travaux de terrain 2. Définir les partis politiques 3. Configurations partisanes 4. Les partis comme relation sociale 5. Caractéristiques partisanes
2. Le leadership partisan, par Julien Fretel 1. L’institutionnalisation du leadership partisan 2. Devenir dirigeant de parti 3. Ce que gouverner un parti veut dire

3. Investissements et désinvestissements partisans
, par Philippe Juhem 1. L’investissement au sein des partis de gestion gouvernementale 2. Flux et reflux des investissements partisans amateurs

IX / Les mobilisations
Introduction
1. Répertoires d’action des mobilisations, par Erik Neveu 1. Le modèle de Tilly 2. Le répertoire comme mobilisation de ressources 3. Varier les répertoires 4. Un répertoire de troisième génération ?

2. Émergence et développement des mobilisations,
par Olivier Fillieule 1. Structures et infrastructures du mécontentement 2. Dynamiques de la mobilisation
3. Dynamiques et effets des mobilisations, par Erik Neveu 1. Les dispositifs de filtrage et d’accueil 2. Identifier des impacts 3. Des mobilisations aux révolutions 4. Les effets des mouvements sur les groupes mobilisés
X / Le travail de mise en forme symbolique de la politique

Introduction
1. Mises en scène du pouvoir politique,
par Philippe Riutort 1. Récits du pouvoir et pouvoir du récit : les mises en forme de l’autorité politique 2. Le pouvoir politique et ses contestations symboliques
2. Intellectuels et politique, par Frédérique Matonti 1. Les intellectuels avant les « intellectuels » 2. Les intellectuels et leurs engagements politiques Littératures « ignobles » : politique et histoire sociale des idée, par Erik Neveu
3. Médias et politique, par Philippe Riutort 1. La lancinante question des effets : médias et comportements politiques du public 2. L’activité politique sous contrainte médiatique
XI / La construction européenne
Introduction

1. Construction des espaces de pouvoir transnationaux en Europe, par Antonin Cohen 1. La dynamique des concurrences entre États européens 2. La genèse de l’espace de pouvoir transnational européen 3. Institutionnalisation des espaces de pouvoir transnationaux européens
2. La dynamique endogène des institutions européennes, par Antonin Cohen 1. Les transformations politiques et sociales des institutions 2. La formation d’un « milieu communautaire » 3. La fabrique de la décision supranationale
3. L’Europe au quotidien, par Romain Pasquier et Julien Weisbein 1. L’Europe au quotidien : quels acteurs ? 2. L’Europe au quotidien : les mécanismes de changements 3. L’Europe au quotidien : quels effets ?

XII / Les relations internationales
Introduction
1. La théorie des relations interétatiques
, par Dario Battistella 1. Les relations interétatiques comme rapports de puissance : la théorie (néo-) réaliste 2. Les relations interétatiques comme rapports de coopération : l’antithèse (néo-) libérale 3. Les relations interétatiques comme rapports d’identité : la tentative de synthèse constructiviste
2. Espaces de pouvoirs nationaux, espaces de pouvoir internationaux, par Yves Dezalay et Mikael Rask Madsen
1. Des réseaux transnationaux sans ancrage national 2. World Society et dynamique de découplage
3. Les flux internationaux : ordre politique et changement social, par Didier Bigo 1. Flux, État, ordre et changement 2. La gestion des flux par les États : le récit réaliste de l’ordre gouvernemental 3. Penser les flux et le changement : liquidité et/ou lignes de fuite ? Sociologie politique de l’international

LES AUTEURS

Stéphanie Balme, Sciences Po Paris (CERI)
Dario Battistella, IEP de Bordeaux
Alban Bensa, EHESS Paris (IRIS)
Laure Bereni, Université Lille II
Didier Bigo, Sciences Po Paris (CERI)
Laurent Bonelli, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense (GAP)
Yves Buchet de Neuilly, Université Lille II (CERAPS)
François Buton, EHESS Paris
Frédéric Charillon, Université d’Auvergne Clermont I
Christophe Charle, Université Paris I – Panthéon-Sorbonne
Emmanuel de Crouy Chanel, Université d’Amiens ; Université Paris I – Panthéon-Sorbonne
Dominique Damamme, Université Paris Dauphine
Éric Darras, IEP de Toulouse (LaSSP)
Yves Dezalay, CNRS, EHESS Paris (CSE)
Véronique Dimier, Université Libre de Bruxelles
Françoise Dreyfus, Université Paris I-Sorbonne
Vincent Dubois, Institut universitaire de France – IEP de Strasbourg (GSPE – PRISME)
Delphine Dulong, Université Paris I – Panthéon-Sorbonne (CRPS)
Gilles Favarel-Garrigues, Sciences Po Paris (CERI)
Hervé Fayat, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense (GAP)
Olivier Fillieule, Université de Lausanne (Suisse)
Julien Fretel, Université de Picardie Jules Verne d’Amiens (CERAPS-Lille2)
Camille Froidevaux-Metterie, Université Paris II – Panthéon – Assas
Alain Garrigou, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense
Mamoudou Gazibo, Université de Montréal (Canada)
Didier Georgakakis, IEP de Strasbourg
Boris Gobille, ENS Lettres & Sciences Humaines Lyon
Nicolas Hubé, Université Paris I – Panthéon-Sorbonne (CRPS)
Jean Joana, IEP de Toulouse
Philippe Juhem, Université de Strasbourg
Xavier Landrin, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense
Roland Lardinois, CNRS, EHESS Paris (Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du Sud)
Pierre Lascoumes, Sciences Po Paris (CEE/CNRS)
Marine de Lassalle, IEP de Strasbourg
Sylvain Laurens, Université de Limoges
Christian Le Bart, IEP de Rennes (CRAPE-CNRS)
Christophe Le Digol, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense (GAP)
Rémi Lefebvre, Université de Lille II (CERAPS)
Jean-Baptiste Legavre, Université de Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines
Patrick Lehingue, Université d’Amiens
Pierre Leroux, IEP de Rennes (CRAPE-CNRS)
Nicolas Mariot, Université d’Amiens (CURAPP-CNRS)
Thomas Marty, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense(GAP)
Frédérique Matonti, Université Paris I – Panthéon-Sorbonne (CRPS-CNRS)
Sophie Maurer, Université Sorbonne Nouvelle Paris III
Nonna Mayer, Sciences Po (CNRS)
Hélène Michel, Université de Strasbourg (GSPE-PRISME)
Joseph Morsel, Université Paris I – Panthéon-Sorbonne (LAMOP)
Érik Neveu, IEP de Rennes (CRAPE-CNRS)
Michel Offerlé, ENS
Romain Pasquier, IEP de Rennes (CRAPE-CNRS)
Éric Phélippeau, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense
Emmanuel Pierru, Université Lille II (CERAPS)
Frédéric Pierru, Université Paris Dauphine (IRISSO)
Bernard Pudal, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense (CSU-CNRS)
Yann Raison du Cleuziou, Université Paris I – Panthéon-Sorbonne (CRPS)
Mikael Rask Madsen, Université de Copenhague
Hervé Rayner, Chercheur à l’Osservatorio della via politica de Bellinzona (Italie)
Christiane Restier-Melleray, IEP de Bordeaux
Bernard Rougier, Université d’Auvergne ; Sciences Po Paris, Collège de France
Sabine Rozier, Université de Picardie Jules Verne (CURAPP/CNRS)
Vanessa Ruget, Salem State College (Etats-Unis)
Arnaud Skornicki, Université Paris Ouest-Nanterre La Défense/GAP
Luc Sindjoun, Université de Yaoundé II (Cameroun)
Isabelle Sommier, Université Paris I – Panthéon-Sorbonne/CRPS
Julien Talpin, Post-doctorant, Laboratoire Cultures et sociétés urbaines (Université Paris VIII)
Bruno Théret, Université Paris Dauphine ; CNRS/IRISSO
Enzo Traverso, Université de Picardie ; CURAPP/CNRS
Antoine Vauchez, Institut universitaire européen de Florence (Italie)
Christophe Voilliot, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense/GAP
Bernard Voutat, Université de Lausanne (Suisse)
Julien Weisbein, IEP de Toulouse
Jean-Marc Weller, Université Paris-Est Marne-la-Vallée
Frédéric Zalewski, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense