Déclaration de politique scientifique 2005-2006

Déclaration de politique scientifique

Groupe d’Analyse Politique

2005 – 2008

Les recherches poursuivies au Groupe d’Analyse Politique concernent l’Etat, l’action de l’Etat et les transformations de l’action et des représentations de l’Etat. Elles visent à constituer l’Etat en objet d’analyse scientifique en échappant aux formes routinières de pensée d’Etat qui (comme on peut l’observer avec le juridisme et la philosophie de l’histoire), en donnant aux chercheurs l’impression de penser l’Etat, restent des contributions intellectuelles au fonctionnement de celui-ci. Elles s’organisent de ce fait à partir d’un point de vue spécifique, progressivement précisé, sociologique et historique à la fois, et qui doit beaucoup au travail de N. Elias et de P. Bourdieu : prendre au sérieux l’idée de construction sociale de l’Etat et de construction sociale de la politique par l’Etat (parce que c’est un point de vue historique conséquent) mais sans céder à la croyance que les réalisations étatiques peuvent être décrites en terme de réussite ou d’échec d’entreprises immédiatement observables, et ceci bien qu’il ne fasse pas de doute que l’Etat n’a pas d’existence en dehors ou au-delà des formes de son action.

Il est paradoxal d’avoir à présenter le bilan scientifique d’un travail avant que celui-ci ait été mené à son terme. Il est pour le moins insatisfaisant d’avoir a présenter des résultats acquis quand il était prévu de tirer les enseignements de travaux, conçus en commun mais réalisés de façon dispersée, à l’occasion d’un colloque, initialement projeté en 2004 ou 2005, au terme de l’actuel contrat. L’objet de ce colloque (dont le titre encore en débat pourrait être « La représentation dans l’Etat parlementaire » ou bien « l’Etat parlementaire entre sociologie et histoire ») sera, en effet, de présenter une image – dans toute la mesure du possible scientifiquement élaborée- de l’Etat parlementaire. Ce colloque sera un essai de confrontation de cette image, issue de la convergence des recherches entreprises avec quelques unes des images de l’Etat parlementaire consacrées jusqu’ici : l’image qu’en proposent désormais les juristes (parfois suivis sur ce point par certains historiens) en décrivant ses formes, ses procédures et ses institutions ou bien l’image qu’en proposent beaucoup de philosophes, obnubilés par une philosophie de l’histoire téléologique et prisonniers d’une vision de la fin de cette histoire en terme de « démocratie ». Ces images pourront, on l’espère en tout cas, apparaître plus précisément pour ce qu’elles sont, des représentations plus ou moins savantes, dépassées parce qu’attachées au passé, et dépendantes d’un point de vue pris dans le jeu, faute que l’analyste se soit donné explicitement des principes d’analyse du jeu politique propre à l’Etat parlementaire. On reviendra, par exemple, à l’occasion de ce colloque :

sur l’affirmation de la politique comme exercice collectif avec la disqualification du monopole politique propre à la société de cour dans le cadre de la révolution française (résultats de la thèse de C. Le Digol) ;

sur la définition collective, imprévue et combattue, de l’exigence électorale comme principe de consécration d’un nouveau personnel politique et des contraintes que ce mode de sélection induit quant au travail politique qu’il prescrit (résultats des thèses de C. Voilliot ou de E. Phélippeau ou encore de quelques unes des recherches publiées de A. Garrigou ou de B. Lacroix) ;

sur le travail de formulation et de formalisation collectif des institutions, dans son double aspect de nostalgie conservatrice, rêvant d’immobiliser l’histoire et de dynamismes sociaux exogènes, largement hors de prise de « l’action publique » comme le révèle le travail toujours recommencé de censure politique imposant de voir, de faire voir et de juger les régimes en termes de « représentation » (recherches de W. Pelletier, de H. Fayat ou de O. Benoît) ;

sur la stabilisation et la reproduction de structures de relations entre la population et ses élus d’une part mais également entre élus et gouvernements, ce double système de relation définissant une formule de gouvernement. On peut vraisemblablement trouver la genèse historique de cette formule au coeur et au cours de la Troisième République en même temps qu’elle garde une forme de pérennité jusque sous la cinquième, sous réserve des interdépendances nouvelles (par exemple l’Europe) dans lesquelles est pris le groupe national. Mais on insistera aussi dans le cadre de ce colloque, puisque c’est tout l’enjeu d’une révision des conceptions en usage, sur la difficulté pratique propre aux acteurs impliqués dans cette dynamique et dans le jeu qui en est le principe moteur, de prendre un point de vue pertinent et intellectuellement satisfaisant sur le jeu ; bref, sur ce qui fait que les images multiples et sensiblement hétérogènes du jeu parlementaire ont toujours peu ou prou un aspect fonctionnel qui contribue dans une certaine mesure à la perpétuation du jeu sous les formes en apparence inédites que prend celui-ci. C’est en particulier sous cet angle qu’est interrogé au Groupe d’Analyse Politique le travail intellectuel de réflexion sur la politique d’acteurs qui ont un pied dans la politique et un pied dans l’observation de celle-ci, cette interrogation constituant l’autre bloc des thèses engagées (recherches de C. Le Strat, de X. Landrin, de T. Marty, de F. Vittori ou de L. Quéro). Ce colloque pourrait ainsi contribuer non seulement à souligner l’insuffisance de quelques unes des conceptions de l’Etat parlementaire en usage, mais également à mettre en valeur l’une des limites historiques majeures du travail scientifique relatif à la politique : bien que les produits du travail spécifique d’explicitation de la politique appellent une forme de distanciation, les usages de ces produits demeurent irréductiblement des enjeux de luttes politiques. Ceci fait du travail scientifique, notamment en sciences politiques, un travail jamais terminé et toujours à reprendre jusqu’à revêtir parfois pour les chercheurs dans cette matière les caractères d’une épreuve subjective douloureuse. II L’esquisse de ce projet de colloque comme description du terme provisoire des recherches collectives entreprises montre assez les terrains investis, ainsi que la démarche réflexive adoptée : les perspectives 2005 – 2008 s’en déduisent tout naturellement. Le terrain investi est double : lasociologie de l’Etat comme enquête sur les groupes en concurrence qui définissent ce dernier et comme utilisation des acquis du travail réalisé autour de Pierre Bourdieu mais aussi par les meilleurs spécialistes d’histoire « contemporaine » avec lesquels le Groupe d’Analyse Politique a développé de nombreuses relations ces dernières années (URA 1016 devenue UMR 8072 du CNRS ou bien Société d’Histoire du Dix-Neuvième Siècle) ; l’histoire politique qui est l’expression des configurations et des reconfigurations de ces groupes de l’autre au titre des mobilisations, extrêmement variées avec lesquelles « l’action » ou « l’inaction » de l’Etat se trouvent être en relation. Il résulte de la construction sociologiquement pertinente tant de l’action de l’Etat que de ces mobilisations que celle-ci tend à faire apparaître la plupart des figures et propos développés au fil de l’ histoire politique comme autant d’aspects d’une mémoire d’Etat et de son développement. Simultanément l’enquête et l’analyse de phénomènes plus immédiats et plus contemporains (thèse en cours de P. Riutort ou de L. Bonelli) tend à fonctionner pratiquement comme une sorte d’expérience intellectuelle collective introduisant à la réflexion sur le présent et le passé qui l’a engendré. Le travail de coproduction du passé par l’analyste présent constituant le passé en passé à travers son retour sur celui-ci conduit en effet à voir « l’action politique », par delà la diversité de ses modalités, comme la rencontre de lignes d’action définies dans et par le passé, et de situations structurées par des entreprises collectives passées définissant les propriétés de cette situation et les contraintes qui s’imposent à ceux qui s’efforcent de faire bouger le monde qu’elle définit. L’enquête réflexive conduite sur le présent, devient, à ce titre, l’instrument privilégié de l’étude du présent des acteurs du passé. Les perspectives pour 2005 – 2008 se déduisent de ces observations.

a) dans un contexte d’incertitude savante accrue sur le travail scientifique et la scientificité, de domestication accentuée des sciences sociales, sommées de se mettre au service de l’expertise et de confusion intéressée par l’univers médiatique entre le travail scientifique et les images publiques de la science, il s’agira d’abord d’approfondir dans la confrontation la vision de l’exercice scientifique tel qu’il s’est progressivement consolidé au GAP : et pour cela de revenir encore sur Elias et son travail mais aussi sur Bourdieu et son entreprise en nom collectif en même temps qu’on fera fonctionner cette façon de travailler sur de nouveaux objets.

b) il n’est toutefois aucune raison de désespérer du travail accompli comme le montre deux indications encourageantes : la façon dont Elias, un peu grâce au travail du Groupe d’Analyse Politique, est devenu une référence incontournable dans les sciences politiques françaises, et l’intérêt que rencontre au delà de la discipline, et en particulier parmi les historiens, le travail de E. Phélippeau relatif aux conditions de la professionnalisation politique au Dix-neuvième siècle. Il s’agit donc aussi, indépendamment de l’achèvement de toutes les recherches en nom personnel en cours, de poursuivre le travail entrepris :

avec la poursuite de la mise en place de la banque de données prosopographiques sur le personnel de la Troisième République entamée depuis plusieurs années ;

avec la publication de deux numéros de SCALPEL, la revue du laboratoire, le premier à paraître étant justement consacré à histoire et science politique ;

avec la mise en ligne des numéros précédents de cette revue en vue de déprovincialiser, peut être d’internationaliser, en tout cas de faire exister notre point de vue dans le débat scientifique ;

avec enfin la finalisation et la formalisation des partenariats européens utiles à la poursuite de l’observation des dynamiques et des reconfigurations des « sciences politiques » dans les années qui viennent : un accord de partenariat avec le département de science politique de l’université de Lausanne sera prochainement conclu en même temps que l’intégration dans un réseau européen d’observation des sciences sociales est en cours de négociation.