Avis de recherche ! La gouvernementalité socialiste

 

Avis de recherche !

La gouvernementalité socialiste

  

Les soirées-débats du Lieu-Dit (19h-21h)

6 rue Sorbier 75020 Paris – 01.40.33.26.29

Accès : 
métro Ménilmontant (ligne 2) ou Gambetta (ligne 3) ; 
bus n°96  

CONTACTS :

Isabelle Bruno izabruno@gmail.com

Arnault Skornicki askornicki@yahoo.fr


Avis de recherche !

La gouvernementalité socialiste

Dans une formule provocatrice, Michel Foucault estimait « qu’il n’y a pas de gouvernementalité socialiste autonome » ; il en concluait que cette gouvernementalité, « il faut l’inventer ». Y a-t-il un art socialiste de gouverner? Comment penser ensemble l’émancipation socialiste et les impératifs de l’organisation? Le socialisme ne signifie-t-il pas, par essence, l’extinction de la politique et des rapports de pouvoir? Ou, à l’inverse, la tradition socialiste, de la Commune de Paris à Porto Alegre, de Flora Tristan à Evo Morales, n’est-elle pas riche de réflexions et pratiques autour de nouvelles manières de conduire les hommes – jusque dans ses échecs les plus notables?

Réinterroger la réalité et la possibilité d’une politique du socialisme qui ne soient ni celle de la bureaucratie d’État ni celle d’un libéralisme tempéré, telle est l’ambition de ce séminaire qui se tiendra au Lieu-Dit, de janvier à juin 2012. Avec des historiens, sociologues, militants, philosophes ou économistes, le public est invité à échanger librement sur les questions suivantes : une gouvernementalité socialiste est-elle possible? Et si oui, à quoi pourrait-elle bien ressembler?

Au-delà de la campagne électorale qui battra son plein, dans un contexte de crise globale historique et de renouvellement des formes de mobilisation sociale, ces soirées-débats seront l’occasion d’aller plus loin que la critique du néolibéralisme, en (re)découvrant collectivement les réalités et les virtualités du socialisme et de sa politique.

Première soirée-débat

le mardi 31 janvier 2012 de 19h à 21h

avec Laurent Jeanpierre et Luc Boltanski

Calendrier 2012 (les mardis de 19h à 21h au Lieu-Dit)

  • 31 janvier : Laurent Jeanpierre & Luc Boltanski
  • 14 février : Samuel Hayat & Michelle Riot-Sarcey
  • 6 mars : Yves Cohen
  • 20 mars : Pierre Dardot & Christian Laval
  • 3 avril : Yves Citton & Frédéric Lordon
  • mai-juin (dates à préciser) : séance(s) de débats entre militants sur les modes d’organisation (collectifs, mouvements, partis, syndicats, etc.)

Certains textes seront disponibles en ligne sur le site du Lieu-Dit <http://www.lelieudit.com/>

Norbert Elias au travail Les Samedis du Groupe d’Analyse Politique

Norbert Elias au travail

Les Samedis du Groupe d’Analyse Politique

  

Centre Malher –10h30-13h

9, Rue Malher 75004 (salle 309, 3e étage)

Bus : Lignes 76 et 96 / Métro : St Paul (Ligne 1)

 

Coordinateurs et contacts:

Bernard LACROIX lacroix_b@yahoo.fr

Arnault SKORNICKI askornicki@u-paris10.fr

 

Norbert Elias au travail

Les Samedis du Groupe d’Analyse Politique

 

 

Cet atelier périodique se propose de « travailler » Norbert Elias, à savoir, de revenir collectivement moins sur l’exégèse de son œuvre, que sur l’usage de sa sociologie, tout spécialement dans l’analyse de la politique. Devenue sur le tard, en France, une référence commune et consacrée de chercheurs de toutes disciplines (sociologie, histoire, science politique, « socio-histoire »…), la figure d’Elias risquait par là même de se figer dans quelques grands motifs aussi connus que fétichisés : « processus de civilisation », « société de cour », « autocontrainte », « configuration », « habitus national », etc.

On ne s’interdira pas de revenir sur tous ces grands marqueurs de la sociologie éliasienne, au contraire. Mais on privilégiera à cette fin des textes méconnus, non traduits en langue française ou en cours de traduction ; le dialogue entre chercheurs de divers horizons théoriques prêts à expliciter leurs usages de la sociologie de Norbert Elias sur leurs divers terrains ; en espérant que ces usages pratiques en diront autant sinon plus sur la fécondité de son travail que la lecture seule de ses textes. Le Groupe d’Analyse Politique entend ainsi poursuivre une entreprise engagée depuis longtemps, notamment avec le collectif de 1997 dirigé par Bernard Lacroix & Alain Garrigou, Norbert Elias, la politique et l’histoire, et prolongée par toute une série de travaux consacrés à la sociogenèse de l’État (notamment parlementaire) et de l’ordre politique. Cet atelier périodique entend rassembler ces efforts et leur donner un cadre pour les poursuivre avec tous celles et ceux concernés par l’usage d’Elias dans l’analyse sociale des formes de l’activité politique.

Un mot, enfin, sur la forme et le cadre de ce travail collectif : atelier plutôt que séminaire, il tendra davantage à la libre discussion scientifique qu’à la conférence ex cathedra ; à la table ronde qu’à la leçon professorale. Tous les chercheurs-ses, les doctorant-e-s intéressé-e-s par le sujet sont les bienvenu-e-s. Pour l’année présente, la fréquence de l’atelier sera bimestrielle, le samedi en fin de matinée.

 

 

Calendrier 2012

 

28 Janvier, 10h30-13h :  Autour d’une partie inédite du Procès de Civilisation : Problèmes de traduction et perspectives. Avec Bernard Lacroix (Professeur de science politique, Paris Ouest Nanterre) & Anne-Marie Pailhès (Maître de conférences en allemand, Paris Ouest Nanterre).

17 Mars, 10h30-13h  :  Autour d’un inédit d’Elias, « Conflits de générations et célébrations nationales : analyse et perspectives », publié dans Cultures & Conflits, n°81-82, p. 23-47, http://conflits.revues.org/index18095.html. Avec Laurent Bonelli (politiste, maître dé conférences Paris Ouest Nanterre), Bernard Lacroix.

12 mai, 10h30-13h :  Autour de Au-delà de FreudSociologie, psychologie, psychanalyse (Paris, La Découverte, « Textes à l’appui/laboratoire des sciences sociales », 2010). Avec Marc Joly (politiste et cotraducteur de l’ouvrage, ATER à l’Université de Rouen) et Claire Pagès (philosophe, ATER Université de Nancy II).

 

A. Hajjat, Les frontières de l’« identité nationale ». L’injonction à l’assimilation en France métropolitaine et coloniale

Abdellali Hajjat, Les frontières de l’« identité nationale ». L’injonction à l’assimilation en France métropolitaine et coloniale, Paris, La Découverte, coll. « Sciences humaines », 2012.

Plus d’informations sur le site de La Découverte.

Présentation

Comment un État-nation trace-t-il les frontières de ce qu’il perçoit comme son « identité» ? Pourquoi et comment, pour y parvenir, cherche-t-il constamment à définir son extériorité au travers d’un Autre jugé« inassimilable » ? En revenant sur les origines historiques de l’injonction à l’assimilation dans la procédure de naturalisation, ce livre cherche d’abord à montrer que ces « frontières » sont mouvantes. Celles-ci sont en effet le fruit de facteurs multiples, liés au contexte social et politique aussi bien qu’aux glissements des significations et des usages du concept même d’« assimilation » (des colonies vers la métropole, du discours politique vers le juridique…).

Mais, outre cette dimension historique, ce livre novateur analyse la manière dont l’administration mesure l’« assimilation » des candidats. Grâce à une enquête minutieuse en préfecture qui aura duré deux ans (2006-2007), l’auteur met ainsi en lumière l’invention des critères d’assimilation et les usages administratifs qui en sont faits, également déterminés par la concurrence de logiques administratives distinctes, les pratiques des agents subalternes et la « naturalisabilité» des candidats.
La « vérité objective » de la naturalisation est particulièrement bien révélée par les cas de refus de naturalisation pour « défaut d’assimilation », qui concernent aujourd’hui principalement des femmes et/ou des musulmans. Ces refus soulèvent ainsi les questions du hijab, de la polygamie et de l’« islamisme », qui constituent à l’heure actuelle autant de frontières à la prétendue « identité nationale ».

Séminaire GAP: Pestaña Sur Foucault

 

Savoirs et idéologies en politique
Genèse, circulation, transmission
 
Séminaire du Groupe d’Analyse Politique
Bâtiment F – Salle des Actes (141)
 
 

11 janvier 2012, de 14h30 à 16h30 :  « Michel Foucault, la gauche et la politique », par José Luis Moreno PESTAÑA (Universidad de Cádiz)
Pour préparer cette séance:  
José Luis Moreno Pestaña, Foucault, la gauche et la politique, Paris, Textuel, 2010, 144 p.
Et les recensions suivantes:
http://gap.hypotheses.org/214
http://www.laviedesidees.fr/Foucault-est-il-de-gauche.html
________________________________
Ce séminaire est ouvert à tous les chercheurs et les doctorants intéressés par le sujet.
 
Contacts :
Arnault SKORNICKI  askornicki@yahoo.fr