Présentation

Séminaire de recherche La construction sociale de l’opération électorale

Responsables :
Christophe Le Digol (cledigol@orange.fr)
Christophe Voilliot (christophe.voilliot@univ-paris10.fr)

À la croisée de deux des axes de recherche du Groupe d’Analyse Politique : « les fonctions symboliques de l’élection » et « archéologie du droit de l’élection », le séminaire La construction sociale de l’opération électorale aura lieu au cours de l’année universitaire 2008-2009 à raison d’une séance mensuelle à l’université de Nanterre (salle F 520 de 15 à 17 h). Il s’inscrit dans le prolongement d’activités scientifiques antérieures : le séminaire du GAP sur les fonctions symboliques de l’élection (2007-2008) ; l’atelier « les élections : entre changement politique et transformations sociales » du colloque « les nouveaux acteurs politiques » organisé par la Société québécoise de science politique à Montréal les 8 et 9 mai 2008 ; les journées d’étude des 17 et 18 juin 2008 « gauche-droite. Usages et enjeux d’un clivage canonique ».

Ce séminaire accueillera des spécialistes de toutes disciplines, sans exclusive, de manière à favoriser des échanges entre des façons différentes de « travailler » les objets électoraux. Il est ouvert à tous chercheurs et doctorants souhaitant débattre autour de présentations de recherches en cours ou récemment publiées ayant trait aux opérations électorales au sens le plus large du terme.

Ce séminaire vise à comprendre de quelle façon des pratiques électorales, au cours d’un processus qui débute avec la Révolution française, ont progressivement été assimilées à la « démocratie ». Deux dimensions feront l’objet de notre attention durant cette première année :
1/ la genèse des pratiques constitutives des opérations électorales ;
2/ la construction des catégories tant juridiques que mentales qui structurent le rapport à l’élection des profanes et des professionnels de la politique. Il s’agit de réfléchir à la façon dont les bonnes formes de la représentation politique s’objectivent dans des règles de droit et s’imposent et se naturalisent dans l’univers mental des agents.

Ce séminaire sera aussi l’occasion d’explorer et de mettre en perspective des configurations et des histoires nationales, souvent séparées par le traitement historiographique, à partir desquelles nous pourrons ré-interroger les soi-disant « spécificités » d’une histoire française du vote.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.