« Informations bibliographiques », Revue française de science politique 3/2011 (Vol. 61), p. 598-601. Lemoine (Yves) – Fernand Braudel, ambition et inquiétude d’un historien. – Paris, Éditions Michel de Maule, 2010 (Histoire/Essai). 210 p. Bibliogr.

La figure de Fernand Braudel reste aujourd’hui, vingt-cinq ans après sa mort, une référence incontournable de l’historiographie contemporaine. Sa vision du temps et de l’espace a révolutionné de façon durable une approche de l’histoire souvent trop immobile et décontextualisée. C’est ce processus intellectuel qu’Y. Lemoine se propose de retranscrire au travers d’une analyse des conditions de production de la pensée braudélienne. Loin de succomber aux sirènes de la mode biographique, l’auteur tente de restituer les contextes et les interactions successivement à l’œuvre dans la vie de l’historien, donnant ainsi sens et pertinence à des ouvrages majeurs tels que La Méditerranée ou la Grammaire des civilisations. Les différentes expériences académiques, de Sao Paulo au Collège de France, ont achevé de donner au « paradigme braudélien » une dimension géographique et historique de grande ampleur. Les notions de vitesse et de mouvement prennent une importance non négligeable. Voici la naissance du concept de « géohistoire » ainsi retracée. Y. Lemoine nous fait découvrir les « angoisses » qui ont nourri cette grande ambition scientifique. Face à la montée en puissance des sciences sociales dans l’analyse du présent, il fallait à cette discipline canonique à laquelle Braudel tenait tant des concepts capables de répondre aux luttes traditionnelles du champ académique. La « géohistoire » avait cette ambition. C’est alors au tour de l’auteur de faire part de ses inquiétudes : « Comment maintenir l’Histoire comme interlocutrice valable de la lecture du monde ? »

Cédric Plont – Université Paris X-Nanterre, GAP