MARTY Thomas

http://hal.archives-ouvertes.fr/aut/Thomas+Marty/
thomas.marty@unistra.fr ; thomarty@hotmail.com

 

Membre associé de l’UMR 7363 SAGE (Sociétés, Acteurs et Gouvernement en Europe),

université de Strasbourg – CNRS.

1. PUBLICATIONS

Ouvrage

Une histoire sociale de la réforme électorale sous la Troisième République, Paris, LGDJ, collection « Fondation Varenne », 2012 (préface de Olivier Ihl).



Articles de revues à comité de lecture :

« De l’espace électoral à son « découpage » : circonscriptions uninominales et circonscriptions de listes sous la Troisième République française. », NOROIS. Environnement, aménagement, société, n° 226, 2013, p. 91 – 106.

« La production doctorale de la doctrine juridique : division du travail académique et politisation des thèses en droit sur les modes de scrutin (1885 √ 1923) », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, n° 25, 2011, p. 281 – 304.

« Des rythmes électoraux aux règles électorales : l’expertise préfectorale des modes de scrutin entre élection et réélection (1889 – 1919)»,  Pôle Sud. Revue de science politique de l’Europe méridionale, n° 25, 2006-II, p. 9 – 23.

Articles de revues sans comité de lecture :

 (avec Gregory Hû et Blaise Magnin), « Le socialisme à la découpe. Retour sur le découpage territorial des circonscriptions électorales législatives au parti socialiste depuis 1905  », Cahiers de RECITS, n° 7, 2010, p. 259 – 277.

Chapitres d’ouvrage :

« L’institution de la stratégie électorale : sur l’opportunité d’une réforme électorale au temps du parti unifié (1905 – 1914) » in Rémi Lefèbvre (dir.), Le socialisme saisi par les institutions, à paraître en 2012.

« L’alternance et la République : d’un nouveau gouvernement à un nouveau « régime ». Mode de scrutin et codification de l’alternance en France entre 1871 et 1885 ». in Philippe Aldrin, L. Bargel, N. Bué et C. Pina (dirs), L’alternance en politique. Sociologie du changement politique, Paris, Karthala, à paraître en 2014.

« Pourquoi, et comment, le droit constitutionnel a perdu l’étude scientifique des modes de scrutin après 1945 ? Contribution à la connaissance des conversions de juristes en politistes » in Céline Pauthier et F. Audren, Disciplines juridiques, disciplines scientifiques, Toulouse, Presse de l’Université des sciences sociales, 2014 (à paraître).

« Le droit mobilisé : les conditions d’impossibilité d’une connaissance juridique des modes de scrutin », in Annie Stora-Lamarre (dir.), La République et son droit (1870 – 1930), Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2011, p. 281 – 297.

«Les réformes électorales comme facteurs de sortie de crise (1875 – 1885) » in Jerôme Grévy (dir.), Sortir de crise. Les mécanismes de résolution de crises politiques (XVIe-XXe siècle), Rennes, PUR, 2010, p. 109 – 122.

« Histoire et sociologie d’une forme de gouvernementalisation de l’action publique départementale : savoir électoral et savoir des préfets au début du vingtième siècle », in Pierre Allorant (dir.),  Administrer : savoirs, évaluations, négociations, Orléans, Presses Universitaires d’Orléans, 2009, p. 63 – 78.

« Entre paysage politique et espace électoral : le canton comme ressource préfectorale de changement du mode de scrutin législatif (1907 – 1927) », dans Yann Lagadec, Jean Le Bihan et Jean François. Tanguy (dirs), Le canton. Un territoire du quotidien dans la France contemporaine, Rennes, PUR, 2009, p. 211 – 223.

« De l’autocritique à l’autoportrait : sociographies d’un débat parlementaire sur le mode de scrutin à la Belle époque », in Jean Garrigues, Eric Anceau, Frédéric Attal,
Noëlline Castagnez, Noëlle Dauphin, Sabine Jansen et Olivier Tort (dirs),Actes du 57e congrès de la CIHAE :Assemblées et parlements dans le monde, du Moyen-Age à nos jours, Paris, Assemblée nationale, 2010, p. 675 – 690.

(Avec Antoine Schwartz), « A bonne distance. Activités intellectuelles, expériences politiques et figures de l’« électeur profane » (fin 19ème – début 20ème siècle) » ? Dans Stéphanie Wojcik et Thomas Fromentin (dirs), Le profane en politique : compétences et engagement du citoyen, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques politiques », 2008, p. 79 – 105.

« La Chambre des députés comme ressource et comme théâtre : la consécration de la cause proportionnaliste par le travail en Commission du Suffrage Universel (1902 – 1919», Dans Antonin Cohen, Bernard Lacroix et Philippe Riutort, Les formes de l’activité politique. Eléments d’analyse sociologique (18è – 20è siècles), Paris, PUF, 2006, p. 83 – 101.

 

Autres publications :

Coordination du dossier de compte-rendus « Ce que voter veut dire » , publié sur le site Nonfiction.fr (articles de C. Desrumaux, L. Willemez et T. Marty), mars 2014.

Compte rendu de « M. Löwy. La cage d’acier. Max Weber et le marxisme wéberien », Archives de sciences sociales des religions, 2014/4.

Compte rendu de « C. Evans. Mener l’enquête, guide des études de publics en bibliothèque » et « H. Pauliat, Culture et politiques culturelles en Europe », Questions de communication, n° 25, 2014.

Compte rendu de « M. Roselli et M. Perrenoud. Du lecteur à l’usager. Ethnographie d’une bibliothéque universitaire », Bulletin des bibliothèques de France, 2011, T.56, n°1, p. 94 – 95

« Les modes de scrutin », contribution à Antonin Cohen, Bernard Lacroix et Philippe Riutort (dirs), Nouveau manuel de science politique, Paris, La Découverte, 2009, p. 106 – 108.

« Le sport olympique comme démocratie représentative ? Institutionnalisation et internationalisation du choix de la ville hôte », in Truyen/Thong Communication/s, n° 28 – 29, 2008, p. 20 – 27 (n° spécial : Jeux Olympiques).

compte rendu de « Yves Déloye, Les voix de Dieu », Archives de sciences sociales des religions, n° 140, 2007, p. 186 – 187.

notices biographiques sur « Jean François Copé » et « Eva Joly » dans Universalis – Universalia 2009.

 

Communications :

« L’espace français de la compétition majoritaire : circonscriptions et candidats depuis les années 1960 ».Communication au 12ème congrès de l’AFSP, ST 28 : La coordination des partis et des électeurs dans les systèmes politiques bipolarisés (dir. B. Dolez et A. Laurent), juillet 2013. Discutant B. Dolez.

«Les logiques territoriales des candidats aux élections législatives (1986 – 2012). Itinéraires géographiques, découpage électoral et espace social des implantations politiques ». Communication au colloque Territoires & rationalités, Université de Strasbourg – Maison inter-universitaire des sciences de l’homme d’Alsace, 15 novembre 2012. Discutant : J. Rowell.

« Pourquoi, et comment, le droit constitutionnel a perdu l’étude scientifique des modes de scrutin après 1945 ? Contribution à la connaissance des conversions de juristes en politistes ». Communication à la Troisième rencontre d’histoire des facultés de droit (XIXe-XXIe siècles), Faculté de droit de Strasbourg, 16 octobre 2012. Discutant : F. Audren.

Communication au séminaire commun GEVIPAR / CHPP Les thèses soutenues récemment sur le Parlement, Paris, FNSP, juin 2012.

Communication au séminaire de clôture de l’Ecole doctorale sciences juridiques et politiques, Université Paris Ouest, 20 juin 2012.

« Presse locale et « descente de la politique » (1906 – 1914). Les compte-rendus des réunions publiques sur la réforme électorale sous la 3ème République ». communication au colloque Pour une approche interdisciplinaire de la presse de province (1830 – 1950), Université de Franche-Comté, mai 2012.

« L’alternance et la République : du nouveau gouvernement au nouveau « régime » (1871-1885) », Communication au colloque (Re)penser les alternances en science politique, Université de Nice, Laboratoire ERMES, 9-11 décembre 2011. Discutant : S. Déchezelles.

« Découpage et réforme du mode de scrutin législatif : une comparaison des savoirs mobilisés depuis la Troisième République », communication au 11ème congrès de l’Association française de science politique, ST n° 36 : Le découpage électoral : histoire, enjeux et méthodes, Strasbourg, 31 août – 2 septembre 2011. Discutant : C. Voilliot.

« Action collective et réforme électorale ». Communication au 55ème congrès de la Society for French Historical Studies, Washington University, Saint-Louis – Missouri, Etats-Unis, 26 – 29 mars 2009.

« Histoire et sociologie d’une forme de gouvernementalisation de l’action publique départementale : savoir électoral et savoir des préfets au début du 20ème siècle », Communication au colloque Administrer : savoirs, évaluations, négociations, Université d’Orléans, Laboratoire des Collectivités Territoriales, 12 décembre 2008.

√ « La 3ème République naissante et ses crises parlementaires : les débats sur les modes de scrutin comme facteurs de sortie de crise : 1871 – 1889 », Communication au colloque Sorties de crise, GERHICO-CERHILIM, Université de Poitiers, 27 – 28 novembre 2008.

√ « Les juristes et l’institutionnalisation de l’élection : entre espérances académiques et détournements politiques (1889 – 1919 », Communication au colloque La République et son droit (1870 – 1930), Université de Franche-Comté – Besançon, Laboratoire des sciences historiques, 19 – 21 novembre 2008.

√ (avec Ludivine Vanthournout), « Les rapports entre l’exécutif et le législatif reconfigurés par leurs modes de désignation ou quand l’histoire des règles électorales éclaire les relations institutionnelles », Communication au 7ème congrès français de Droit constitutionnel, atelier 6 : constitution, pouvoirs et contrepouvoirs, Paris, 22 Septembre 2008.

√ « Du mode de scrutin à l’auto-production des règles électorales. Des candidats à la députation en débat dans les médias locaux au cours des élections législatives françaises en juin 2007 », Communication au congrès de l’Association belge de science politique, Université Louvain-La-Neuve, 24 – 25 avril 2008.

 √ « Différenciation et catégorisation de l’espace électoral au début du 20ème siècle : alternative des modes de scrutin et travail politico-administratif autour des circonscriptions législatives », communication au colloque Espaces hérités, espaces enjeux : appropriations – (dé)valorisations – catégorisations, Université de Caen Basse Normandie – UMR ESO, 8 – 10 Novembre 2007, 30 p.

√ « L’arène parlementaire et son double : prises de parole sur la réforme électorale et mobilisation des expériences politiques dans la Chambre des députés à la Belle époque », communication au colloque Des « Legislative studies » en France ? Les études parlementaires : état des lieux et perspectives, Association Française de Science Politique (SPIRIT – CEVIPOF), Assemblée Nationale, 28 Septembre 2007, 17 p.

√ « Incantations réformatrices et pratiques préfectorales : le canton comme ressource politique du changement de mode de scrutin (1907 – 1928) », Communication au colloque Le canton dans la France contemporaine, Université Rennes II – CRHISCO, 21 – 23 Septembre 2006.

√ « De l’autocritique à l’autoportrait : sociographies d’un débat parlementaire sur le mode de scrutin à la belle époque », Communication à la 57è conférence du Comité International des Historiens  des Assemblées d’Etat : « Assemblées et Parlements dans le monde, du Moyen-Âge à nos jours », Paris, Assemblée Nationale, 6 Septembre 2006.

√ (Avec Antoine Schwartz),  « La production des figures du profane dans l’analyse politique électorale (1863 – 1914) », Communication aux journées d’études Rhétoriques et pratiques scientifiques et sociales du « profane », LASSP – IEP de Toulouse, 2 Décembre 2005.

√ « La réforme du mode de scrutin comme enjeu de requalification de la carrière parlementaire (1910 – 1919), Communication au 8ème congrès de l’Association Française de Science Politique, Atelier : Temporalités électorales et temporalités décisionnelles. Les liens entre longévité, action et carrières politiques (Sous la dir. De G. Marrel et R. Payre), IEP Lyon – Lyon 2, 14 – 16 Septembre 2005.

√ « Des modes de scrutin à la réforme électorale : la politisation des thèses juridiques sur la représentation proportionnelle (1885 – 1923) », Communication au 6ème congrès français de Droit constitutionnel, Atelier : Quels outils théoriques pour comprendre le droit ? (Sous la dir. De M. Troper et A. Viala), Université Montpellier 1, 9 – 11 Juin 2005.

√ « La Chambre des députés entre controverse et contrebande. Mobilisations proportionnalistes, travail de commission et légitimation parlementaire d’une analyse électorale (1902 – 1919) ». Communication aux journées d’études Qu’est-ce que l’analyse sociologique de la politique ? Méthodes, objets et controverses, Université Paris X Nanterre – Groupe d’Analyse Politique, 25 – 26 Mai 2004.

« Le militantisme intellectuel d’Attac Toulouse. Disposition enseignante et autodidaxie légitime chez les militants d’Attac ». Communication au colloque Les mobilisations altermondialistes, Association Française de Science Politique – GERMM, Paris, Fondation Nationale des Sciences Politiques, 3 – 5 Décembre 2003.

√ « Les contradictions sociales et politiques de la mobilisation électorale de Tocqueville dans la Manche entre 1848 et 1851 », Communications au Séminaire de DEA de Bernard Lacroix, La plitisation, Université Paris X Nanterre, 18 et 25 Mars 2003.

 

2. FORMATIONS ET TITRES

2014. Qualification aux fonctions de maître de conférences en section 19 (sociologie, démographie)

2012. Qualifications aux fonctions de maître de conférences en section 04 (science politique) et 22 (histoire et civilisations).

2011. Doctorat de science politique, dirigé par Bernard Lacroix (Université Paris Ouest, mention très honorable avec félicitations du jury à l’unanimité).Jury: Olivier Ihl, Renaud Payre (rapporteurs), Claude Emeri, Didier Georgakakis, Gilles Le Béguec. Thèse récompensée par le deuxième prix de la Fondation Varenne en juin 2012. Titre de la thèse : Mobilisation politique et expertise électorale : la question de la « représentation proportionnelle». Histoire sociale de la réforme électorale sous la Troisième République,

3. ENSEIGNEMENTS

2013 – 2014. Chargé de cours en sociologie et histoire (Université de Limoges, L1 et 2) [Cours magistraux de Politiques sociales et Droit public ; TD d’histoire économique et sociale].

2009 à 2013. Chargé de cours en science politique (Université de Strasbourg, Master 1 et 2 Sciences sociales du politique) [cours magistral sur les comportements électoraux, TD de recherche bibliographique M2].

2010. Chargé de cours en science politique (Université de Franche-Comté, IUT) [CM de vie politique contemporaine].

2008 – 2009. Enseignant contractuel en sciences économiques et sociales (Rectorat de Strasbourg : Seconde, Première, Terminale) et science politique (Première) ; Cours Galien, chargé de cours en histoire contemporaine – préparation au concours d’entrée aux IEP.

2008. Chargé de TD en science politique (Université de Haute-Alsace, Licence) [TD de vie politique]

2005 à 2007. ATER en science politique (Institut d’Études Politiques de Strasbourg, Master 1 et 2) [CM et TD sur les comportements électoraux]

2002 à 2005. Allocataire moniteur (Université Paris X Nanterre en science politique (DEUG et maîtrise) [TD sociologie politique, TD relations internationales].


Une réflexion sur « MARTY Thomas »

  1. j’ai vos articles sur l’introduction ds modes de scrutin et je suis très interessé pr votre thèse à titre intellectuel,j’enseigne moi m^me un cours sur les elections et votre problèmatique de l’expertise des modes de scrutin m’interpelle vivement
    si vous diposer d’une version électronique je vous suis grè de l’envoyer à mon adresse électronique
    merci et félicitations pour votre thèse
    mohamed brahimi
    faculté des sciences jridiques économiques et sociales
    AVENUE DES NATIONS UNIES
    BP 721 AGDAL RABAT MAROC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.