MINASSIAN Gaïdz

Travaux, publications communications

Organisateur du colloque sur la sécurité numérique et les activités d’importance vitale, au Sénat, les 25-26 juin 2009.

L’Arménie, avant-poste russe au Caucase ?, Russie.Nei.Visions, n°27, février 2008, 15/02/2008.

Organisateur du colloque sur le marché de la sécurité privée en France, INHES, le 24 janvier 2008

Caucase du Sud, la nouvelle guerre froide, Autrement, Paris, 2007.

Les fabriques du jihad, sous la direction de Jean-Luc Marret, PUF, Paris, 2005

Géopolitique de l’Arménie, Ellipses, Paris, 2005

Guerre et terrorisme arménien, PUF, Paris, 2002

Docteur en science politique, mention très bien avec les félicitations du jury à l’unanimité et encouragement à la publication. Thèse : la Fédération révolutionnaire arménienne, Ethique et Politique, 1959-1998, ou l’utopie en suspens, 1999.

Articles dans des revues avec comité de lecture

« Paix et Sécurité dans le Caucase du Sud », Politique Internationale, été 2009.

« La Turquie, l’Iran et le Caucase », Questions Internationales, La Documentation française, mai-juin 2008

« Grands manoeuvres dans le Caucase du Sud », Politique Etrangère, revue de l’IFRI, 2008/4, Hiver.

« Retour du leadership de la Russie dans le Caucase du Sud », Annuaire français des relations internationales, AFRI, 2009, volume 10, Bruylant.

« Le bouclier antimissiles et les Etats du Caucase du Sud », Annuaire français des relations internationales, AFRI, 2008, volume 9, Bruylant.

« L’Iran et le Caucase du Sud », Questions internationales, l’Iran n° 25, Mai-Juin 2007.

« « Micro-Etat », « mini-Etat » : essai de classification », Annuaire français des relations internationales, AFRI, 2007, volume 8, Bruylant.

« Quelle communauté de destin entre Arméniens et Turcs ? », Revue française de Géopolitique, Ellipses, Paris, Janvier 2006.

« Pour une géopolitique des diasporas », Annuaire français des relations internationales, AFRI, 2006, volume 7, Bruylant.

« La guerre russo-tchétchène, un conflit sans fin », Annuaire français des relations internationales, AFRI, 2005, volume 6, Bruylant.

« La Transcaucasie est morte, vive le Caucase du Sud ? », Annuaire français des relations internationales, AFRI, 2004, volume 5, Bruylant.

« La Tchétchénie, entre guerre traditionnelle et guerre asymétrique », Questions Internationales, La Documentation française, n°9, septembre-octobre 2004.

« Paix et sécurité dans le Caucase du Sud », Politique Etrangère, revue de l’IFRI, 2004/4, Hiver.

« Caucase du Sud, les enjeux de la coopération régionale », Politique Etrangère, revue de l’IFRI, 3/2002, Automne.

« L’Iran entre deux guerres », Questions Internationales, La Documentation française, n°4, novembre-décembre 2003.

« L’Internationale socialiste et les partis exilés de l’Est : le cas de la Fédération révolutionnaire arménienn », Revue Est-Ouest, CNRS, 2002.

Communication avec actes

12-13 mars 2009 : Faut-il désirer ou craindre l’entrée de la Turquie dans l’Union Européenne ?, colloque à l’Université Paris Ouest, communication sur la Turquie et le Caucase du Sud.

15 octobre 2007 : La défense anti-missiles en débats, communication sur le bouclier anti-missiles et les Etats du Caucase du Sud. L’Harmattan, Paris, 2008

Communication sans actes

29 janvier 2009 : La Russie, le retour d’une grande puissance ?, Séminaire dans le cadre des activités du trinôme Défense-Education nationale-IHEDN de l’Académie d’Amiens, dans l’esprit du protocole Défense – Education nationale avec le parrainage de l’Académie des Sciences morales et politiques.

3 juin 2008 : Géopolitique de la mer Noire : Enjeux et perspectives, intervention colloque de l’Institut de Prospective de Sécurité en Europe (IPSE) et du Centre d’études et de recherches de l’école militaire (CEREM) à l’ambassade de Roumanie en France.

Ouvrages scientifiques ou contribution à des ouvrages scientifiques :

Sous la direction de Jean-Jacques Roche, « Insécurité publique, sécurité privée », Economica, 2005

Sous la direction de Serge Sur, « Les conflits de la mer Noire », Université Paris II, 2009

Notes de lecture

Le Sud Caucase, un défi pour l’Europe, les Cahiers de Chaillot, décembre 2003. Politique étrangère,

Twice A Stranger How Mass Expulsion Forged Modern Greece and Turkey, Bruce Clark, Londres, Granta Books, 2006, 274 pages. Politique Etrangère, 1/2007.

Géopolitique des Kurdes, Philippe Boulanger, Ellipses, 2006, Revue Droit & Culture(s)

Thèmes de recherche

Sociologie des relations internationales

Sociologie des conflits

Sécurité privée

États, réseaux, transnationalisme, espace ex-soviétique, terrorisme

Résolutions des conflits

Autres activités

Chef d’édition au Monde.fr, auteur de plusieurs notes de lecture publiées dans Le Monde et Le Monde des Livres.

Charges d’enseignement

Chargé de TD, Université Paris X Nanterre

2000:2007 : Sociologie des idées politiques (Licence 3)

2003/2006 : Module méthodologique « Politique et Internet » (DEA puis Master 2)

2004/2006 : Sociologie des relations internationales (Licence 3)

PELLETIER Willy

Travaux, publications, communications

Thèse (en cours) : La construction de l’espace local par la loi municipale de 1885., dir. B. Lacroix.

Articles dans revues à comité de lecture

« Positions sociales des élus et procès d’institutionnalisation des Verts », Contretemps, n° 4, mai 2002.

(avec Didier Gélot et Catherine Lévy), « La nouvelle convention d’assurance – chômage : de la formation au formatage des demandeurs d’emploi », Droit social, n° 6, Juin 2002.

Ouvrages scientifiques

W. Pelletier, « Sociale « nature » : représentations de l’idéologie et usages sociaux des environnements », in JM. Harribey et M. Löwy (dir.), Capital contre nature, Paris, PUF, 2003.

Thèmes de recherche

Professionnalisation politique

Construction sociale du droit

Activités de vulgarisation

W. Pelletier (avec D. Gélot, C. Villiers et alii), Pour un Grenelle de l’UNEDIC, L’indemnisation du chômage en France, Paris, Syllepse, 2003.

Charges d’enseignement

Enseignant du second degré

PRAG à l’IUT de Soisson

RUITORT Philippe

Professeur de sciences sociales en lettres supérieures au lycée Henri-IV.

Travaux, publications, communications

Thèse en cours : « Les éléments de transformation du jeu politique au cours des années 1980 : analyse du « phénomène » Tapie » ( dir. M. le professeur Bernard Lacroix,)

Articles revue à comité de lecture

« La consécration de l’animateur. Appréciation d’un métier et affirmation d’une position : les métamorphoses de Thierry Ardisson » (avec Pierre Leroux), Réseaux, n°139, 2006, p.219-248.

« Les nouveaux habits du journalisme économique », Hermès, n° 44, 2006, p. 135-141.

« L’information en matière de religion : une spécialisation moralement fondée ? », Réseaux, n°111,2002, p.131-161

« Les émissions économiques à la télévision », Médiamorphoses, INA, n°2, 2001, p.4-10

« Dérision et cinéma commercial : les limites de l’humeur anti-institutionnelle de Jean Yanne », Hermès, n°29, p.209-216

« Le journalisme au service de l’économie. Les conditions d’émergence de l’information économique en France à partir des années 1950 », Actes de la recherche en sciences sociales, n°131/132, 2000, p.41-55

« Au nom du nom ou comment investir son poste. Le cas des éditorialistes d’Europe 1 », Scalpel, n°2/3, 1997, p.79-105. Disponible sur www.gap-nanterre.org

« Grandir l’événement. L’art et la manière de l’éditorialiste », Réseaux, n°76, 1996, p.61-81. Disponible sur www.enssib.fr/autres-sites/reseaux-cnet/76/04-riuto.pdf

Communication avec actes

« Collaborer avec un ministre atypique. Les collaborateurs de Bernard Tapie au ministère de la ville. 1992-1993 ». Colloque « Les collaborateurs d’élus » organisé par le DESS de Droit de la vie politique de l’Université Paris X-Nanterre, 17 et 18 juin 2004.

« Quand les conseillers de la communication produisent des hommes politiques à leur image : le « cas » Tapie ». Colloque « Les approches sociologiques en science politique », Groupe d’Analyse Politique de Paris X -Nanterre, 25 et 26 mai 2004.

Communication sans actes

« La maîtrise des émotions. De l’intimité à l’entre soi : 93 faubourg Saint-Honoré » (avec Pierre Leroux), 2e Congrès de l’Association Française de Sociologie (AFS), RTF Sociologie des médias, 8 septembre 2006.

« Confusion ou mélange des genres ? La politique dans les émissions de divertissement. Les exemples de « Tout le monde en parle » et de « 93 Faubourg Saint-Honoré ». Séminaire « La vie des idées et la télévision », INA, 25 juin 2006.

« 93 Faubourg Saint-Honoré. Téléviser l’intimité sociale ou les règles du jeu du dîner médiatique » (avec Pierre Leroux). Journée d’étude du CRIS (Centre de recherche sur l’information spécialisée)/ INA, « les intellectuels de médias. 2ème édition », département de sciences de l’information et de la communication, Université Paris X-Nanterre, 24 novembre 2005.

« Bernard Tapie au prisme des intellectuels de médias » Journée d’études sur « Les intellectuels de médias », département Information et Communication, Université Paris X- Nanterre, 18 Juin 2005.
« Ecrire un éditorial : peut-on codifier le talent ? ». Colloque « Les genres journalistiques », IUT de Lannion, 16 et 17 septembre 2004.

« L’information religieuse en France ». Colloque sur les journalismes spécialisés, Institut Français de Presse (Université Paris II) et Institut d’Etudes Politiques de Rennes, Rennes, 27 Juin 2001.

« Qu’est-ce qu’informer ? L’exemple de l’information économique ». Entretiens Franklin, 4ème édition, Université Paris X-Nanterre/ Pôle Universitaire Léonard de Vinci, 8 avril 1999.

« Enseigner la sociologie au lycée : retour sur une pratique ». Journée d’études de la Société Française de Sociologie, Ecole normale supérieure Ulm, 3 Juin 1998.

Ouvrages scientifiques

Sociologie de la communication politique, Paris, La Découverte, coll. Repères, 2007.

Antonin Cohen, Bernard Lacroix, Philippe Riutort (dir.) Les formes de l’activité politique. Eléments d’analyse sociologique,PUF, 507 p.

Précis de sociologie, Presses Universitaires de France, coll. Major, 2004.

Premières leçons de sociologie, Presses Universitaires de France, coll. Major, 2004 (2e ed.).

Participation à des ouvrages collectifs

2006 « Quand les conseillers en communication produisent des hommes politiques à leur image : le cas Bernard Tapie », p.403-419 et « Avant-propos (avec A. Cohen et B. Lacroix) : sur quelques formes de l’activité politique », p.1-9 dans A.Cohen, B. Lacroix, P. Riutort, Les formes de l’activité politique.

« Bernard Tapie au prisme des intellectuels de médias : quelques éléments d’une croisade morale » dans David Buxton, Francis James (dir.), Les intellectuels de médias en France, INA/Harmattan, 2005, p.237-275 et « Introduction : genèse et évolution d’une catégorie floue, p.27-36.

2005 « Collaborer avec un ministre atypique. Le cabinet Tapie à la ville » dans Guillaume Courty (dir.), Le travail de collaboration avec les élus, Ed. Michel Houdiard, p. 261-277.
« L’environnement. Métamorphoses d’un problème public » dans Rapport Anthéios, Géopolitique du développement durable, Paris, PUF, p.93-105.

2004 « Les éditorialistes français et la guerre en Irak » dans Jean-Marie Charon, Arnaud Mercier, Armes de communication massive. Informations de guerre en Irak : 1991-2003, Ed. du CNRS, CNRS Communication, p.110-113.
« Le résistible quatrième pouvoir. La société américaine et ses médias » dans Pascal Gauchon (dir), L’exception américaine, Presses Universitaires de France, p.117-127.

Notes de lecture

sur Géraldine Muhlmann, Du journalisme en démocratie et Une histoire politique du journalisme, Politix, n°70, 2005, p.211-213.

sur Pierre-Paul Zalio, Grandes familles de Marseille au XXe siècle. Enquête sur l’identité économique d’un territoire portuaire, Politix, n°51, p.226-229

Thèmes de recherche

Sociologie du journalisme

Communication politique

Activités de vulgarisation

Animation d’un stage de formation professionnelle consacré à « Médias et mouvements sociaux » destiné aux professeurs de sciences économiques et sociales de l’académie de Créteil. Lycée Henri IV, 6mars-8mars 2006.

Conférencier invité « Que savons-nous des jeunes ? Un état des lieux de la sociologie de la jeunesse », Université d’été de l’Institut de Gestion Sociale, Amphithéâtre du centre universitaire Malesherbes, Paris IV Sorbonne, 29 août 2005.

Animation d’un stage de formation professionnelle consacré à « Médias et démocratie » destiné aux professeurs de sciences économiques et sociales de l’académie de Créteil. Lycée Henri IV, 7 mars-9 mars 2005.

Interventions au C2SD (Centre d’études des sciences sociales de la défense) pour la coordination d’un numéro des « Champs de Mars » consacré à « Médias et Défense », 10 décembre 2004 et 18 février 2005.

Animation d’un stage de formation professionnelle consacré à la « sociologie des médias » destiné aux professeurs de sciences économiques et sociales de l’académie de Créteil. Lycée Stanislas, 26 avril-28 avril 2004.

Activités internationales

« Une démocratie délibérative télévisée ? Le « sens commun démocratique » mobilisé dans les talk-shows » (avec Pierre Leroux), 10 juillet. 20e congrès de l’Association Internationale de Science Politique (IPSA), Fukuoka (Japon), 9-13 juillet 2006. Session : e-participation : the news profiles of politics.

« Un « sociological turn » dans l’étude de la communication politique ? ». Colloque « La science politique : nouvelles approches ? Nouvelles réalités ? », Université de Montréal/Société québécoise de science politique, 30 avril et 1er mai 2004.

« Berlusconi-Tapie : de l’amalgame à la comparaison ». 1ère conférence internationale francophone de sciences de l’information et de la communication (CIFSIC), Université de Bucarest, 28 juin/2juillet 2003.

Charges d’enseignement

Professeur de sciences sociales en lettres supérieures au lycée Henri IV à Paris (Hypokhâgne B/L)

Chargé du séminaire « Sociologie du journalisme », Master professionnel « Travail politique et parlementaire » (Université Paris X- Nanterre) depuis 2002.

Chargé de cours en sociologie (préparation au Capes externe de sciences économiques et sociales, IUFM de Versailles) depuis 1995

Maître de conférences en sociologie des relations internationales, Institut d’Etudes politiques de Paris (2002-2004)

SCHWARTZ Antoine

antoine_schwartz@yahoo.fr

Thèse (en cours) : La formule de gouvernement des libéraux du Second Empire (1857-1875).

Axes de recherche

histoire des idées politiques

questions européennes

sociologie des médias

Publications

Avec François Denord, « L’économie (très) politique du traité de Rome », Politix, vol.23, n°89, 2010, p.35-56.

« Les think tanks et la consolidation d’une vision économique du social », Informations sociales, n°157, 2010, p.60-68.
Avec François Denord, L’Europe sociale n’aura pas lieu, Paris, Raisons d’agir, 2009.

« La pensée politique des libéraux du Second Empire a-t-elle ‘inspiré’ les lois constitutionnelles de 1875 ? », dans A. Stora-Lammare et al. (dir.), La République et son droit, Besançon, Presses universitaire de Franche-Comté, [à paraître].

« Bonne Europe et mauvaise France. Les éditorialistes français interprètent le vote ‘‘non’’ au traité constitutionnel européen (mai 2005) », Politique et société, vol. 27, 2, 2008.

Avec Thomas Marty, « À bonne distance. Sur la production des figures du ‘‘profane’’ dans l’analyse politique électorale (1848-1914) » in T. Fromentin, S. Wojcik (dir.), Le profane en politique. Compétences et engagements du citoyen, préface de Jean-Michel Eymeri-Douzans, Paris, L’Harmattan, coll. Logiques politiques, 2008.

« La publication du Rappel à l’ordre et la polémique sur les ‘‘nouveaux réactionnaires’’ », in D. Buxton, F. James (dir.) Les intellectuels de médias en France, Paris, L’Harmattan-INA, coll. Les médias en actes, 2006.

Communications

« Proudhon et le renouveau de l’opposition libérale au début des années 1860 », Communication au Colloque pour le bicentenaire de la naissance de Proudhon, Besançon, 17 octobre 2009.

« Les Libéraux du Second Empire et la ‘Constitution’ de 1875 », communication au ‘55th Annual Meeting of the Society for French Historical Studies’, Saint-Louis (USA), 26-29 mars 2009.

« La pensée politique des libéraux du Second Empire : Une source d’inspiration de la ‘‘Constitution’’ de 1875 ? », communication au colloque international « La République et son droit (1870-1930) », Besançon, 19-21 novembre 2008.

« La disqualification d’un vote. Une étude de la construction médiatique du ‘‘29 mai 2005’’ », communication au deuxième Congrès international des Associations francophones de science politique, Université de Laval, Québec, 25 mai 2007.

« Le polémiste feutré et les ‘‘francs parleurs’’. À propos des journalistes de l’opposition sous le Second Empire », Journée d’études « Le Journalisme en démocratie » Université de Paris VIII-Saint-Denis, 22 septembre 2006.

« Les figures du ‘‘profane’’ en matière d’analyse politique électorale (1848-1914) », communication à la Journée d’études organisée par le LaSSP « Rhétoriques et pratiques scientifiques et sociales du ‘‘profane’’ », IEP de Toulouse, 2 décembre 2005.

« La Constitution d’une évidence : les intellectuels de médias et le projet de traité constitutionnel européen », communication à la Journée d’études organisée par le CRIS (avec le concours de l’INA), Université de Paris X Nanterre, 24 novembre 2004.

Séminaires

« Ralph Miliband, ami et lecteur de Charles Wright Mills », intervention au séminaire « La sociologie de Charles Wright Mills », E.H.E.S.S., 1er avril 2010.

« Le ‘parti libéral’ d’Edouard Laboulaye sous le Second Empire », intervention au séminaire « Savoirs et Idéologies en politique », Université de Paris Ouest- Nanterre, 16 novembre 2009 ;

« La question du mandat impératif à la fin du Second Empire », intervention au Séminaire « La construction de l’opération électorale », Université Paris Ouest – Nanterre, 15 octobre 2008.

Présentations des travaux de recherche dans le cadre du séminaire interne au laboratoire GAP (Groupe d’Analyse Politique) de Paris X Nanterre, le 29 octobre 2003, le 30 novembre 2005, et le 13 décembre 2007.

Participation au séminaire d’étude La vie des idées et la télévision, organisé par le CRIS (avec l’INA) et coordonné par F. James et D. Buxton, 2004-2005.

2003-2005 : dans le cadre du Master de science politique de l’Université Paris X, assistant au séminaire « Histoire sociale des sciences politiques » (dir. M. Bernard Lacroix).

Arnault SKORNICKI

Arnault SKORNICKI

Maître de conférence en science politique (Université Paris Ouest Nanterre)

askornicki@u-paris10.fr

Institutions et sociétés savantes

Membre du Groupe d’Analyse Politique (Paris Ouest Nanterre).

Membre du Réseau Thématique 27 de l’Association française de Sociologie (« Sociologie des intellectuels et de l’expertise)

Membre de l’Association française de science politique

Membre de la Society for French Historical Studies

Responsabilités institutionnelles

Directeur adjoint du Groupe d’Analyse Politique (depuis 2011)

Directeur adjoint du Comité Consultatif de Discipline (Science Politique depuis 2013)

Responsable de la Licence 2 Science politique

Enseignements

À l’Université Paris Ouest Nanterre 

2012-2013 :

Histoire des idées politiques : de la Renaissance aux Lumières (L3)

Histoire des idées politiques : de la Révolution française à la fin du XIXe siècle (L3)

Théories de l’État (L3)

Les élections sous la Ve République (L2)

2008-2009 :

Institutions et vie politique des Etats-Unis d’Amérique

À l’École nationale des Ponts et Chaussées

2006-2008 : Introduction aux sciences humaines (TD)


FORMATION

2008 Qualifié par le CNU en section 04 (science politique) et en section 22 (Histoire et civilisations : histoire des mondes modernes et contemporains)

2007 Reçu docteur en science politique de l’Université Paris X-Nanterre, Mention Très Honorable, félicitations du jury à l’unanimité (régime du vote à bulletin secret).
Les rationalisations politiques d’une « science nouvelle » : essai sur l’économie politique en France (1750-1776) , sous la direction de M. Jean-Marie DEMALDENT et M. Bernard LACROIX. Jury : M. Johan HEILBRON (Président), M. Éric BRIAN (rapporteur), M. Dominique DAMAMME (rapporteur), M. Jean-Marie DEMALDENT (directeur), M. Bernard LACROIX (directeur).

2002: DEA (Diplôme d’Études Approfondies) en Sociologie Politique et Politique Comparée (Paris X-Nanterre)

1998 Maîtrise de philosophie ; DEUG d’histoire (Paris X-Nanterre)

THEMES ET ORIENTATIONS DE RECHERCHE

Histoire sociale de la pensée politique, sociologie des intellectuels

Genèse de l’économie politique et du libéralisme (XVIIIe–XIXe siècles)

Circulation internationale des idées et transferts culturels

Généalogie du discours patriotique et national

La gouvernementalité socialiste


PUBLICATIONS


Ouvrage

L’économiste, la cour et la patrie. L’économie politique dans la France des Lumières, CNRS Éditions, « Culture & Société », 2011.

Accueil critique :

Articles (revues et ouvrages collectifs)

« La France des Lumières et l’humanisme commercial. Bilan et perspectives », Histoire Économie Société, à paraître fin 2013 (accepté)

« Le moment néo-machiavélien dans l’économie politique française des Lumières », dans Crétois (Pierre), Roza (Stéphanie), dir., Le Républicanisme social, un exception française ? , Paris, Presses Universitaire de la Sorbonne (à paraître courant 2013)

« Comme une envie de système. De Hegel à l’Encyclopédie », Labyrinthe, n° 34, 2010, p. 51-63.

«  England, England. La référence britannique dans le patriotisme français au XVIIIe siècle », Revue française de science politique, vol. 54, t. 4, Août 2009, p. 681-700.

« Construction des frontières pratiques et symboliques », dans Cohen (Antonin), Lacroix (Bernard), Riutort (Philippe) [dir.], Nouveau manuel de science politique, Paris, La Découverte, « Grand Repères », 2009, p. 74-85.

« Fin de la violence ou fin de l’utopie ? La gouvernementalité entre libéralisme et socialisme », Labyrinthe. Atelier interdisciplinaire, n° 29, 2008 (1), p. 17-27.

« Un publiciste pour la nation : l’abbé Baudeau physiocrate patriote », dans Alain Clément (dir.), Nicolas Baudeau (1730-1792) un philosophe économiste européen au temps des Lumières, Paris, Michel Houdiard, 2008, p. 99-121.

« L’État, l’expert et le négociant : le réseau de la science du commerce sous Louis XV », Genèses, sciences sociales et histoire, n° 65, décembre 2006, p. 4-26.

« L’économie politique du paysan parvenu : une socio-analyse de François Quesnay, fils de laboureur, chirurgien, médecin du roi et physiocrate », dans Antonin Cohen, Philippe Riutort, Bernard Lacroix (dir.), Les formes de l’activité politique (18e-20e siècles). Eléments d’analyse sociologique, Paris, PUF, 2006, p. 193-210.

« Le biopouvoir, aliénation des puissances vitales ou invention de la vie ? L’économie politique, le pain et le peuple au XVIIIe siècle », Labyrinthe. Atelier interdisciplinaire, n° 22, octobre 2005 (3), p. 55-65.

Valorisation de la recherche

« Le libéralisme, une philosophie sociale », Sciences humaines, septembre 2010.

« Georges Pompidou (1911-1974) », Encyclopedia Universalis, Corpus, 2010.

« La vie politique aux Pays-Bas : Évolution politique et sociale depuis 1994 », Encyclopedia Universalis, Corpus, 2010.

« François Fillon », Encyclopedia Universalis, Thésaurus, 2010.

Lectures et comptes-rendus

Liana Vardi, The Physiocrats and the World of the Enlightenment. Cambridge and New York: Cambridge University Press, 2012, dans H-France (à paraître)

Loïc Charles, Frédéric Lefebvre et Christine Théré (dir.) Le Cercle de Vincent de Gournay. Savoirs économiques et pratiques administratives en France au milieu du XVIIIe siècle, Paris, INED, 2011, Annales HSS, 2012/4, p. 1160-1162.

Marc Joly, Devenir Norbert Elias, Paris, Fayard, 2012, dans Revue française de Science Politique, 2012/5, p. 993-994.

La société contre le marché. Un inédit de Polanyi », La Vie des idées, 21 mars 2012. ISSN : 2105-3030. URL : http://www.laviedesidees.fr/La-societe-contre-le-marche.html

« Foucault est-il de gauche ? », lecture de José Luis Moreno Pestaña, Foucault, la gauche et la politique, Paris, Textuel, 2010, dans La Vie des idées, 24 juin 2011. ISSN : 2105-3030. URL : http://www.laviedesidees.fr/Foucault-est-il-de-gauche.html

« Les libertariens sont-ils des hippies de droite ? », lecture de Sébastien Caré, Les libertariens aux États-Unis. Sociologie d’un mouvement asocial, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, « Res Publica », dans Nonfiction, février 2011, http://www.nonfiction.fr/article-4254-les_libertariens_sont_ils_des_hippies_de_droite_.htm.

« La petite musique des intellectuels », lecture de Louis Pinto, Le café du commerce des penseurs. À propos de la doxa intellectuelle, dans Nonfiction, janvier 2010, http://www.nonfiction.fr/article-3063-p1-la_petite_musique_des_intellectuels.htm

« Généalogie de la morale néolibérale », lecture de Pierre Dardot & Christian Laval, La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néolibérale (Paris, La Découverte, 2009), dans La Vie des Idées, septembre 2009, http://www.laviedesidees.fr/Genealogie-de-la-morale.html

“ La Déontologie politique ” ou la pensée constitutionnelle de Jeremy Bentham par Emmanuelle Deschamps (Genève-Paris, Librairie Droz, 2008), dans Revue d’histoire du XIXe siècle, n° 39, 2009/2, p. 147-150.

« Karl Polanyi, le marché et le socialisme », lecture de Karl Polanyi, Essais (Paris, Seuil, 2008), dans La Vie des Idées, septembre 2008, http://www.laviedesidees.fr/Karl-Polanyi-le-marche-et-le.html. [Traduction anglaise (par Françoise Pinteaux-Jones) : « Karl Polanyi, the Market and Socialism », http://www.laviedesidees.fr/Karl-Polanyi-the-Market-and.html]

Gérard Mauger, L’émeute de novembre 2005, une révolte protopolitique (Bellecombe-en-Bauges, éditions du Croquant, 2006), dans Labyrinthe, n° 28, 2007, p. 151-156.

Jay M. Smith, Nobility Reimagined. The Patriotic Nation In Eighteenth-century France (Ithaca and London), dans Annales historiques de la Révolution française, n° 346, 2006, p. 177-180.

Jérôme Maucourant, Avez-vous lu Polanyi ? (Paris, La Découverte, 2005), dans Politix, 2006, n° 74, p. 219-221.

Bruno Amable et Stefano Palombarini, L’Économie politique n’est pas une science morale (Paris, Raisons d’Agir Éditions, 2005), dans Labyrinthe, n° 23, 2006, p. 107-111.

Serge Audier, Les Théories de la République (Paris, La Découverte, 2004), dans la Revue française de science politique, n° 55 (3), juin 2005, p. 536-538.

Bernard Hours, Louis XV et sa Cour. Le Roi, l’Étiquette et le Courtisan. Essai Historique (Paris, PUF, 2002), dans Politix, n° 69, avril 2005, p. 170-173.

Coordination de numéro de revue

Coordination du dossier publié dans Labyrinthe, n° 29, 2008 (1) (avec Déborah Cohen) : « Ce que le Libéralisme Promet. Entre Utopies et Pratiques »

Traduction (de l’anglais au français)

Peter Campbell, « La rhétorique patriotique et le monde parlementaire », dans A. Lemaître (coord.), Le monde parlementaire au XVIIIe siècle : L’invention d’un discours politique, Rennes, PUR, 2010, p. 193- 220.

Comité de lecture

Rapporteur pour la revue Tracés, n°17, novembre 2009, « Que faire des institutions ? ».


COMMUNICATIONS

2013

  • « L’économiste au salon. Le rôle de la mondanité dans l’économie politique des Lumières /The Economist in the salon. High society and political economy during the French Enlightenment
    », The 59th Annual Meeting of Society for French Historical Studies, Cambridge (Massachusetts, US), 6 avril.
  • « Y a-t-il une gouvernementalité socialiste ? », Séminaire Sophiapol “Socialismes” : “Le socialisme et la question du pouvoir ”, mardi 26 mars 2013, Université Paris Ouest.
  • « Le triomphe de l’utilitarisme ou comment l’économie est devenue une science de gouvernement. », Séminaire « Sociologie du désintéressement » animé par Gisèle Sapiro, EHESS, 30 janvier

2012

  • « L’avenir est-il écrit dans les lois du marché ? La science économique et la réforme à la fin de l’Ancien Régime », École d’été du programme ANR « Profutur », Savoirs et techniques d’anticipation. Prévision et organisation du futur aux XVIIIe et XIXe siècles,  jeudi 30 août 2012, Station Biologique de Roscoff
  • « Les intermittences du commerce et de la guerre, des Lumières à l’âge des empires », Journée d’études « Les dissonances du doux commerce », 4 juin 2012.
  • « Le moment néomachiavélien dans l’économie politique des Lumières françaises : de Forbonnais à Necker », Colloque « Un républicanisme social au XVIIIe siècle : l’exception française ? », Université Paris I Panthéon-Sorbonne.
  • (avec Christophe Le Digol) « L’Antiquité au miroir de l’économie politique, des Lumières à la Révolution », Colloque Les usages de l’Antiquité, Paris Ouest Nanterre, 13 avril 2012.

2011

  • « Comment peut-on être économiste (au XVIIIe siècle) ? Contribution à une généalogie de la croyance économique », Séminaire du GAP Savoirs et idéologies en politique, Paris Ouest Nanterre, 16 novembre 2011.
  • « L’économie politique, une “ science nouvelle ” pour des temps nouveaux  : l’émergence d’un genre intellectuel dans la France des Lumières », Congrès de l’Association française de sociologie, RT27 « Sociologie des intellectuels et de l’expertise : savoirs et pouvoirs », Grenoble, 5 juillet 2011.
  • « Les assemblées provinciales et la participation politique dans l’Ancien Régime », Université d’été européenne de sciences juridiques 2011, Vilnius (Lituanie), 1er juillet 2011.
  • « Le marché est-il une expérience de pensée ? La controverse du commerce des blés dans les Lumières françaises », Séminaire du M2 « Expérience de pensée au siècle des Lumières », organisé par Marion Chottin et Élise Sultan, Paris I, 28 avril 2011.

2010

  • « Démocratie, utopie et socialisme chez Polanyi et quelques autres », Université d’Automne du CVUH et des Cahiers d’Histoire, Atelier « Démocratie et république » organisé par Olivier Le Trocquer, 27 novembre 2010.
  • « L’État et ses provinces à la fin de l’Ancien Régime : le mythe de la (dé)centralisation », Colloque International Décentralisation, dévolution, autonomie, (con)fédération : la gouvernance territoriale de l’État-nation, Université de Poitiers, MSHS, MIMMOC, 14-16 Octobre 2010.
  • « Une autre gouvernementalité est possible. Remarques préliminaires sur la politique du socialisme au XIXe siècle », Congrès Marx International VI, Université Paris Ouest Nanterre, 23 septembre 2010.
  • « Peut-on parler de ‘la’ politique au XVIIIe siècle en France ? », Université d’été franco-allemande, Bielefeld Universität, 8-9 juillet 2010.
  • « Birth of nations from a transnational point of view : some Eliasian considerations » (avec Bernard Lacroix), Dublin, Globalisation and Civilisation in International Relations: Towards New Models of Human Interdependence, UCD School of Sociology, 9–10 avril 2010.

2009

  • « French patriotism and the British model in the 18th Century », 23rd Annual Conference of the Society for the Study of French History, Dublin (Irlande), 29 juin 2009.
  • « Guerres de plume et luttes politiques. Les Lumières mobilisées sur le champ de bataille du libéralisme (vers 1760-vers 1770) », The 55th Annual Meeting of the Society for French Historical Studies, Saint-Louis (USA, MO), 28 mars 2009.

2007-2008

  • « La monarchie française au travail sur elle-même. Mise en forme de l’État représentatif et projets d’assemblées municipales au XVIIIe siècle », Séminaire Les fonctions symboliques de l’élection, organisé par Christophe Le Digol, GAP, Paris X-Nanterre, 23 janvier 2008.
  • « Fin de la violence ou fin de l’utopie ? Gouvernement des hommes et administration des choses entre libéralisme et socialisme (XVIIIe-XIXe siècles) », Congrès Marx International V, Université Paris X-Nanterre, Atelier 5, 5 octobre 2007.
  • « England, England. La construction de la référence nationale britannique dans le patriotisme français au milieu du XVIIIe siècle », colloque L’Étranger comme ressource, CRAPE-IEP de Rennes, 26 Avril 2007.

2005-2006

  • « Un publiciste pour la nation : l’abbé Baudeau physiocrate patriote », Colloque international Nicolas Baudeau (1730-1792) un philosophe économiste européen au temps des Lumières, organisé par le GERCIE de l’Université de Tours, Tours et Amboise, 18-19 Mai 2006.
  • « Paris capitale de la science économique : un groupe d’experts anglomanes au Bureau du Commerce sous Louis XV », Maison Française d’Oxford, Atelier international Sciences, capitales et expertise organisé par Christelle Rabier et Stéphane Van Damme, Oxford, 15 octobre 2005.
  • « Le biopouvoir entre aliénation des puissances vitales et invention de la vie. L’économie politique, le pain et le peuple au XVIIIe siècle. », Journée d’études La biopolitique (d’) après Foucault organisée par la revue Labyrinthe, 10 juin 2005.

2004

  • « L’économie politique du paysan parvenu : une socio-analyse de François Quesnay, fils de laboureur, chirurgien, médecin du roi et physiocrate », Journées d’Études du GAP, Paris X-Nanterre, Qu’fest-ce que l’analyse sociologique de la politique ?, 26 mai 2004.
  • « Hegemony and its discontents : rival interpretations of imperialism », International Studies Association, 45th Annual Convention (Montréal), 17 mars 2004.

Discutant

  • Discutant au Samedi du Livre – Collège International de Philosophie : autour du livre de Gérard Jorland, Une Société à soigner. Hygiène et salubrité publique en France au XIXe siècle, Bibliothèque Centrale Robert Desnos, 11 février 2012.
  • Discutant au colloque « Penser la controverse : situations, usages, concepts », organisé par David Smadja et le laboratoire Espaces éthiques et politiques de l’Université Paris-est Marne-la-Vallée (10 et 11 décembre 2010).
  • Discutant à la journée d’études de Paris-I (Sorbonne), « Comment peut-on être systématique ? », organisée par Élodie Cassan & Marion Chottin, Paris I, 26 juin 2010.
  • Participation à la table ronde internationale « The origins of the French Revolution », organisée par Peter Campbell et Annie Jourdan, University of Sussex (Royaume-Uni), 5 juillet 2007.


ORGANISATION D’EVENEMENTS SCIENTIFIQUES

Séminaire

  • Séminaire mensuel de recherches du GAP (organisé avec Laurent Bonelli), Savoirs et idéologies en politique. Genèse, circulation, transmission, Paris Ouest Nanterre.
  • Séminaire bimestriel du GAP « Norbert Elias au travail » (avec Bernard LACROIX), Centre Malher (Paris 4) http://gap.hypotheses.org/387  (depuis janvier 2012).
  • Soirées-débats du Lieu-Dit « Avis de recherche: la gouvernementalité socialiste » (avec Isabelle BRUNO), au Lieu-Dit, http://gap.hypotheses.org/393

Fellowship

  • Janvier 2012 : Gimon Collection Visiting Scholar Fellowship (Université de Stanford, CA), sur le projet suivant : « De Necker au saint-simonisme : la formation d’une économie politique alternative ».

Colloques et Ateliers

  • (avec Éva DEBRAY) : journée d’études « Les dissonances du doux commerce », Paris Ouest Nanterre,  5 juin.
  • Organisation de l’atelier « Le socialisme utopique est-il utopique ? Critique sociale et projets politiques », VIe Congrès Marx International, Atelier de la Section Histoire (Paris Ouest Nanterre).
  • Organisation des ateliers 4 et 5 au Ve Congrès Marx International, Université Paris X-Nanterre : « Libéralisme, sécurité, exception » (5 octobre 2007)
  • Séance du séminaire du GAP autour de L’Économie politique n’est pas une science morale, en présence des auteurs B. Amable et S. Palombarini (le 31 mai 2006).

Activités internationales

  • Organisation de l’Université d’été franco-allemande (Sommeruniversität) de Bielefeld Universität, 8-9 juillet 2010 (avec I. Gilcher-Holthey, S. Behre, B. Lacroix et X. Landrin).
  • Organisation de deux ateliers au 55e Congrès de la Society for French Historical Studies (avec X. Landrin), le 28 mars 2009, à Saint Louis (Missouri, USA) :

Panel 1 : Mobilisations électorales et construction de l’État

Panel 2 : Mobilisations et révolutions symboliques : écrivains, savants et dans la construction de l’ordre politique.

VOILLIOT Christophe

Maître de conférences en science politique, Université Paris-Ouest Nanterre.

Travaux et publications

Communications orales et conférences

1. « La croisade contre l’absinthe », Santé et sociétés. Entretiens Franklin, Paris, juin 1996. Colloque organisé par le Groupe d’analyse politique et le LASP (Paris-X).

2. « Travail électoral et pratiques administratives à l’épreuve des élections censitaires » (avec Laurent Quéro), l’État parlementaire. Centenaire Norbert Elias, Nanterre, mai 1997. Colloque organisé par le Groupe d’analyse politique (Paris-X) et la Fondation Elias.

3. « Du suffrage censitaire au suffrage universel », Le suffrage universel, 1848-1998, Nanterre, avril 1998. Colloque organisé par le Groupe d’analyse politique et le LASP (Paris-X).

4. « Les “incidents électoraux” et les pratiques de la “candidature officielle” en 1816 », L’incident électoral de la Révolution française à la Vème République, Clermont-Ferrand, mai 2001. Colloque organisé par le Centre d’Histoire Espaces et Cultures.

5. « Écriture préfectorale et construction sociale de l’événement à propos de “l’insurrection” de Clamecy », Comment meurt une République ? Autour du Deux décembre, Lyon, novembre 2001. Colloque organisé par la Société d’histoire de la Révolution de 1848.

6. « Surveillance politique et pratiques de la “candidature officielle” sous la Restauration », Regards croisés sur la surveillance politique, Paris, mars 2003. Colloque organisé par le Centre d’études et de Recherches Internationales (FNSP) et le Centre d’études sur les Conflits.

7. « La candidature officielle : retour sur une enquête », communication au séminaire général du Master 2 de sociologie politique et politique comparée (Paris-X), 2006.

8. « La fabrication des listes au printemps 48 : le cas icaunais », communication au séminaire du GAP (Paris-X), 2007.

9. « Les comptes d’une entreprise électorale en avril 1848 », Argent et politique, Nanterre, novembre 2007. Colloque organisé par le Groupe d’analyse politique (Paris-X).

10. « Le rôle des préfets dans les pratiques de la surveillance électorale au XIXe siècle », Pratiques, acteurs et usages de la surveillance politique, Bordeaux, avril 2008. Colloque organisé par l’IOIF (Bordeaux-III).

11. « Le Mai 68 ouvrier : un objet flou », conférence-débat à l’Agora de Nanterre, mai 2008.

12. « Existe-t-il une théorie stendahlienne des coalitions ? », Sociologie des alliances et des coalitions partisanes, Lille, juin 2008. Colloque organisé par le CERAPS avec le parrainage du GEOPP-AFSP.

13. « Les élections législatives de 1849 entre incertitudes historiographiques et “modernité démocratique” », Gauche-droite. Usages et enjeux d’un clivage canonique, Nanterre, juin 2008. Colloque organisé par le Groupe d’analyse politique (Paris-X).

Mémoires et travaux inédits

14. Le Parlement et le duel en France, 1870-1914, Mémoire pour le DEA de politique comparée et de sociologie politique, Université de Paris-X Nanterre, 1995.

15. La candidature officielle en France de la Restauration aux débuts de la IIIème République. Retour sur l’historiographie d’une pratique d’État, Thèse pour le doctorat en science politique, Université de Paris-X Nanterre, 2002.

16. Position de thèse, Revue d’Histoire du XIXe siècle, 25, 2002.

Publications

Notes de lecture

17. Nord (Ph.), The Republican Moment. Struggles for Democracy in Nineteenth-century France, Cambridge, Harvard University Press, 1995 ; dans Scalpel. Cahiers de sociologie politique de Nanterre, 2/3, 1997.

18. Guionnet (Ch.), L’apprentissage de la politique moderne, Paris, Éditions L’Harmattan, 1997 ; dans Scalpel. Cahiers de sociologie politique de Nanterre, 4/5, 1999.

19. Béroud (S.), Mouriaux (R.), Vakaloulis (M.), Le mouvement social en France. Essai de sociologie politique, Paris, Éditions La Dispute, 1998 ; dans Actuel Marx, 25, 1999/1.

20. Boutet (J.), Jacot (H.), Kergoat (J.), Linhart (D.) Le monde du travail, Paris, Éditions La Découverte, 1998 ; dans Actuel Marx, 25, 1999/1.

21. François (B.), Le régime politique de la Vème République, Paris, Éditions La Découverte, 1999, dans Pouvoirs Locaux, 42, 1999.

22. Vaugrand (H.), Sociologies du sport, Paris, Éditions L’Harmattan, 1999 ; dans Actuel Marx, 26, 1999/2.

23. Laval (Ch.), L’ambition sociologique. Saint-Simon, Comte, Tocqueville, Marx, Durkheim, Weber, Paris, Éditions La Découverte, 2002 ; dans Nouveaux Regards. Éducation, recherche, culture, 19, automne 2002.

24. Phélippeau (E.), L’invention de l’homme politique moderne, Paris, Éditions Belin ; dans Nouveaux Regards. Éducation, recherche, culture, 20, hiver 2002-2003.

25. Adiamos-89, Le coup d’État du 2 décembre 1851 dans l’Yonne. Résistance et répression, Auxerre, Société des sciences historiques et naturelles de l’Yonne, 2002 ; dans la Revue d’Histoire du XIXe siècle, 28, 2004/2.

26. Cohen (A.), Lacroix (B.), Riutord (P.) dir., Les formes de l’activité politique. Éléments d’analyse sociologique XVIIIe-XXe siècles, Presses universitaires de France, 2006 ; dans la Revue d’Histoire du XIXe siècle, 34, 2007/1.

27. Déloye (Y.), Les voix de Dieu. Pour une autre histoire du suffrage universel : le clergé catholique français et le vote XIXe-XXe siècles, Librairie Arthème Fayard, 2006 ; dans la Revue d’Histoire du XIXe siècle, 34, 2007/1.

28. Rouvillois (F.), Histoire de la politesse de 1789 à nos jours, Flammarion, 2006 ; dans Universalia 2008.

29. Delmas (C.), Instituer des savoirs d’État. L’Académie des sciences morales et politiques au XIXe siècle, Éditions L’Harmattan, 2006 ; dans la Revue d’Histoire du XIXe siècle, 35, 2007/2.

30. Biard (M.), Les lilliputiens de la centralisation. Des intendants aux préfets : les hésitations d’un « modèle français », Champ Vallon, 2007 ; dans la Revue d’Histoire du XIXe siècle, 35, 2007/2.

31. Déloye (Y.), Ihl (O.), L’acte de vote, Presses de Sciences-Po, 2008 ; dans la Revue française de science politique, LVIII, 4, août 2008.

32. Karila-Cohen (P.), L’État des esprits. L’invention de l’enquête politique en France (1814-1848), Presses universitaires de Rennes, 2008 ; à paraître dans Politix.

Articles publiés dans des revues

33. « Du suffrage censitaire au suffrage universel. Évolution ou révolution des pratiques électorales ? » (avec Laurent Quéro), Actes de la recherche en sciences sociales, 140, décembre 2001. [version remaniée de 3].

34. « Travail électoral et pratiques administratives dans le cadre du suffrage censitaire. Enquête sur un refus » (avec Laurent Quéro), Revue d’Histoire du XIXe siècle, 26-27, 2003. [version remaniée de 2].

35. « La figuration de l’élection dans l’espace social d’un roman balzacien : Le député d’Arcis », A Contrario, I, 2, 2003.

36. « Surveiller et faire élire. Surveillance politique et pratiques de la “candidature officielle” sous la Restauration », Culture & Conflits, 53, 2004. [version remaniée de 6].

37. « Ce que gagner (une élection) veut dire. Les candidats à la députation de 1816 », Revue d’Histoire du XIXe siècle, 35, 2007.

Articles publiés dans des ouvrages collectifs

38. « La croisade contre l’absinthe », dans Garrigou (A.) dir., La santé dans tous ses états, Biarritz, Éditions Atlantica, 2000. [version remanié de 1].

39. « Les incidents électoraux et la contestation des pratiques de la candidature officielle en 1816 », dans Bourdin (Ph.), Caron (J.-Cl.), Bernard (M.) dir., L’incident électoral de la Révolution française à la Vème République, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise-Pascal, « histoires croisées », 2002. [version remaniée de 4].

40. « Écriture préfectorale et construction sociale de l’événement à propos de “l’insurrection” de Clamecy », dans Aprile (S.), e.a., 1851. Comment meurt une République ? Éditions Créaphis, 2005 [version remaniée de 5].

41. « Histoire des élections », Universalia, 2008, pp. 118-127, repris dans Encyclopaedia Universalis, édition papier.

42. « Les modes de scrutin », Encyclopaedia Universalis, édition papier.

Livres

43. La candidature officielle en France. Une pratique d’État de la Restauration aux débuts de la Troisième République, Presses Universitaires de Rennes, « Fondation Carnot », 2005. [version remaniée de 15].

Déclaration de politique scientifique 2005-2006

Déclaration de politique scientifique

Groupe d’Analyse Politique

2005 – 2008

Les recherches poursuivies au Groupe d’Analyse Politique concernent l’Etat, l’action de l’Etat et les transformations de l’action et des représentations de l’Etat. Elles visent à constituer l’Etat en objet d’analyse scientifique en échappant aux formes routinières de pensée d’Etat qui (comme on peut l’observer avec le juridisme et la philosophie de l’histoire), en donnant aux chercheurs l’impression de penser l’Etat, restent des contributions intellectuelles au fonctionnement de celui-ci. Elles s’organisent de ce fait à partir d’un point de vue spécifique, progressivement précisé, sociologique et historique à la fois, et qui doit beaucoup au travail de N. Elias et de P. Bourdieu : prendre au sérieux l’idée de construction sociale de l’Etat et de construction sociale de la politique par l’Etat (parce que c’est un point de vue historique conséquent) mais sans céder à la croyance que les réalisations étatiques peuvent être décrites en terme de réussite ou d’échec d’entreprises immédiatement observables, et ceci bien qu’il ne fasse pas de doute que l’Etat n’a pas d’existence en dehors ou au-delà des formes de son action.

Il est paradoxal d’avoir à présenter le bilan scientifique d’un travail avant que celui-ci ait été mené à son terme. Il est pour le moins insatisfaisant d’avoir a présenter des résultats acquis quand il était prévu de tirer les enseignements de travaux, conçus en commun mais réalisés de façon dispersée, à l’occasion d’un colloque, initialement projeté en 2004 ou 2005, au terme de l’actuel contrat. L’objet de ce colloque (dont le titre encore en débat pourrait être « La représentation dans l’Etat parlementaire » ou bien « l’Etat parlementaire entre sociologie et histoire ») sera, en effet, de présenter une image – dans toute la mesure du possible scientifiquement élaborée- de l’Etat parlementaire. Ce colloque sera un essai de confrontation de cette image, issue de la convergence des recherches entreprises avec quelques unes des images de l’Etat parlementaire consacrées jusqu’ici : l’image qu’en proposent désormais les juristes (parfois suivis sur ce point par certains historiens) en décrivant ses formes, ses procédures et ses institutions ou bien l’image qu’en proposent beaucoup de philosophes, obnubilés par une philosophie de l’histoire téléologique et prisonniers d’une vision de la fin de cette histoire en terme de « démocratie ». Ces images pourront, on l’espère en tout cas, apparaître plus précisément pour ce qu’elles sont, des représentations plus ou moins savantes, dépassées parce qu’attachées au passé, et dépendantes d’un point de vue pris dans le jeu, faute que l’analyste se soit donné explicitement des principes d’analyse du jeu politique propre à l’Etat parlementaire. On reviendra, par exemple, à l’occasion de ce colloque :

sur l’affirmation de la politique comme exercice collectif avec la disqualification du monopole politique propre à la société de cour dans le cadre de la révolution française (résultats de la thèse de C. Le Digol) ;

sur la définition collective, imprévue et combattue, de l’exigence électorale comme principe de consécration d’un nouveau personnel politique et des contraintes que ce mode de sélection induit quant au travail politique qu’il prescrit (résultats des thèses de C. Voilliot ou de E. Phélippeau ou encore de quelques unes des recherches publiées de A. Garrigou ou de B. Lacroix) ;

sur le travail de formulation et de formalisation collectif des institutions, dans son double aspect de nostalgie conservatrice, rêvant d’immobiliser l’histoire et de dynamismes sociaux exogènes, largement hors de prise de « l’action publique » comme le révèle le travail toujours recommencé de censure politique imposant de voir, de faire voir et de juger les régimes en termes de « représentation » (recherches de W. Pelletier, de H. Fayat ou de O. Benoît) ;

sur la stabilisation et la reproduction de structures de relations entre la population et ses élus d’une part mais également entre élus et gouvernements, ce double système de relation définissant une formule de gouvernement. On peut vraisemblablement trouver la genèse historique de cette formule au coeur et au cours de la Troisième République en même temps qu’elle garde une forme de pérennité jusque sous la cinquième, sous réserve des interdépendances nouvelles (par exemple l’Europe) dans lesquelles est pris le groupe national. Mais on insistera aussi dans le cadre de ce colloque, puisque c’est tout l’enjeu d’une révision des conceptions en usage, sur la difficulté pratique propre aux acteurs impliqués dans cette dynamique et dans le jeu qui en est le principe moteur, de prendre un point de vue pertinent et intellectuellement satisfaisant sur le jeu ; bref, sur ce qui fait que les images multiples et sensiblement hétérogènes du jeu parlementaire ont toujours peu ou prou un aspect fonctionnel qui contribue dans une certaine mesure à la perpétuation du jeu sous les formes en apparence inédites que prend celui-ci. C’est en particulier sous cet angle qu’est interrogé au Groupe d’Analyse Politique le travail intellectuel de réflexion sur la politique d’acteurs qui ont un pied dans la politique et un pied dans l’observation de celle-ci, cette interrogation constituant l’autre bloc des thèses engagées (recherches de C. Le Strat, de X. Landrin, de T. Marty, de F. Vittori ou de L. Quéro). Ce colloque pourrait ainsi contribuer non seulement à souligner l’insuffisance de quelques unes des conceptions de l’Etat parlementaire en usage, mais également à mettre en valeur l’une des limites historiques majeures du travail scientifique relatif à la politique : bien que les produits du travail spécifique d’explicitation de la politique appellent une forme de distanciation, les usages de ces produits demeurent irréductiblement des enjeux de luttes politiques. Ceci fait du travail scientifique, notamment en sciences politiques, un travail jamais terminé et toujours à reprendre jusqu’à revêtir parfois pour les chercheurs dans cette matière les caractères d’une épreuve subjective douloureuse. II L’esquisse de ce projet de colloque comme description du terme provisoire des recherches collectives entreprises montre assez les terrains investis, ainsi que la démarche réflexive adoptée : les perspectives 2005 – 2008 s’en déduisent tout naturellement. Le terrain investi est double : lasociologie de l’Etat comme enquête sur les groupes en concurrence qui définissent ce dernier et comme utilisation des acquis du travail réalisé autour de Pierre Bourdieu mais aussi par les meilleurs spécialistes d’histoire « contemporaine » avec lesquels le Groupe d’Analyse Politique a développé de nombreuses relations ces dernières années (URA 1016 devenue UMR 8072 du CNRS ou bien Société d’Histoire du Dix-Neuvième Siècle) ; l’histoire politique qui est l’expression des configurations et des reconfigurations de ces groupes de l’autre au titre des mobilisations, extrêmement variées avec lesquelles « l’action » ou « l’inaction » de l’Etat se trouvent être en relation. Il résulte de la construction sociologiquement pertinente tant de l’action de l’Etat que de ces mobilisations que celle-ci tend à faire apparaître la plupart des figures et propos développés au fil de l’ histoire politique comme autant d’aspects d’une mémoire d’Etat et de son développement. Simultanément l’enquête et l’analyse de phénomènes plus immédiats et plus contemporains (thèse en cours de P. Riutort ou de L. Bonelli) tend à fonctionner pratiquement comme une sorte d’expérience intellectuelle collective introduisant à la réflexion sur le présent et le passé qui l’a engendré. Le travail de coproduction du passé par l’analyste présent constituant le passé en passé à travers son retour sur celui-ci conduit en effet à voir « l’action politique », par delà la diversité de ses modalités, comme la rencontre de lignes d’action définies dans et par le passé, et de situations structurées par des entreprises collectives passées définissant les propriétés de cette situation et les contraintes qui s’imposent à ceux qui s’efforcent de faire bouger le monde qu’elle définit. L’enquête réflexive conduite sur le présent, devient, à ce titre, l’instrument privilégié de l’étude du présent des acteurs du passé. Les perspectives pour 2005 – 2008 se déduisent de ces observations.

a) dans un contexte d’incertitude savante accrue sur le travail scientifique et la scientificité, de domestication accentuée des sciences sociales, sommées de se mettre au service de l’expertise et de confusion intéressée par l’univers médiatique entre le travail scientifique et les images publiques de la science, il s’agira d’abord d’approfondir dans la confrontation la vision de l’exercice scientifique tel qu’il s’est progressivement consolidé au GAP : et pour cela de revenir encore sur Elias et son travail mais aussi sur Bourdieu et son entreprise en nom collectif en même temps qu’on fera fonctionner cette façon de travailler sur de nouveaux objets.

b) il n’est toutefois aucune raison de désespérer du travail accompli comme le montre deux indications encourageantes : la façon dont Elias, un peu grâce au travail du Groupe d’Analyse Politique, est devenu une référence incontournable dans les sciences politiques françaises, et l’intérêt que rencontre au delà de la discipline, et en particulier parmi les historiens, le travail de E. Phélippeau relatif aux conditions de la professionnalisation politique au Dix-neuvième siècle. Il s’agit donc aussi, indépendamment de l’achèvement de toutes les recherches en nom personnel en cours, de poursuivre le travail entrepris :

avec la poursuite de la mise en place de la banque de données prosopographiques sur le personnel de la Troisième République entamée depuis plusieurs années ;

avec la publication de deux numéros de SCALPEL, la revue du laboratoire, le premier à paraître étant justement consacré à histoire et science politique ;

avec la mise en ligne des numéros précédents de cette revue en vue de déprovincialiser, peut être d’internationaliser, en tout cas de faire exister notre point de vue dans le débat scientifique ;

avec enfin la finalisation et la formalisation des partenariats européens utiles à la poursuite de l’observation des dynamiques et des reconfigurations des « sciences politiques » dans les années qui viennent : un accord de partenariat avec le département de science politique de l’université de Lausanne sera prochainement conclu en même temps que l’intégration dans un réseau européen d’observation des sciences sociales est en cours de négociation.

Calendrier 2009-2010 Séminaire « La construction sociale de l’opération électorale »

Séminaire de recherche La construction sociale de l’opération électorale

Responsables :

Christophe Le Digol (cledigol@orange.fr)
Christophe Voilliot (christophe.voilliot@u-paris10.fr)

Programme des séances

14 octobre 2009 : ROUMANIA MICHONOVA « Fortunes et infortunes du vote. Les pratiques électorales en Bulgarie depuis 1990 »

18 novembre 2009 : CHRISTOPHE VOILLIOT « Le vote comme rituel : au-delà des évidences » ; discutant : BERNARD PUDAL

16 décembre 2009 :  CAROLIEN VAN LOO « Narrer les élections parlementaires en termes du récit national dominant. Les libéraux et les nationalistes flamandes à l’œuvre pendant les élections de 1936, à Anvers »

20 janvier 2010 : ANTOINE FOLLAIN « L’élection au village sous l’Ancien régime »

17 février 2010 : THIERRY TRUEL « Un nouveau regard sur les élections de 1877 »

17 mars 2010 : MARYSE RAMAMBASON « Les conditions d’émergence d’élections concurrentielles libres en Russie, 1990-1993 »

14 avril 2010 : PHILIPPE SECONDY « Entre fascination et rejet : le “politicien” et la “machine” dans la France de la fin du XIXe siècle »

19 mai 2010 : MARNIX BEYEN « Les députés à l’écoute. Pour une histoire des permanences parlementaires en Belgique »

________________________________

Ce séminaire est ouvert à tous les chercheurs et les doctorants intéressés par le sujet.
Les séances ont lieu de 16h30  à 18h30  (les salles seront indiquées ultérieurement).

Calendrier 2008-2009 Séminaire « La construction sociale de l’opération électorale »

Séminaire de recherche La construction sociale de l’opération électorale

Responsables :

Christophe Le Digol (cledigol@orange.fr)
Christophe Voilliot (christophe.voilliot@u-paris10.fr)

Programme des séances

15 octobre 2008 : introduction générale du séminaire (C. Le Digol & C. Voilliot)
La question du mandat impératif à la fin du Second Empire (Antoine Schwartz)

19 novembre 2008 : Le jugement majoritaire : une nouvelle approche du vote (Michel Balinski)

17 décembre 2008 :  La « démocratie participative » (Blaise Magnin)

21 janvier 2009 : La réforme des pratiques du vote dans une perspective globale : la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis au XIXe siècle (Malcolm Crook & Tom Crook)

18 février 2009 : Les conditions d’émergence d’élections concurrentielles libres en Russie, 1990-1993 (Maryse Ramambason)

11 mars 2009 : Les usages français des « machines à voter » (Nathalie Dompnier)

15 avril 2009 : Dupin et l’invention de l’analyse électorale  (Pierre Karila-Cohen)

13 mai 2009 : L’élection au village : quoi de neuf ?  (Laurent Le Gall)

________________________________

Ce séminaire est ouvert à tous les chercheurs et les doctorants intéressés par le sujet.
Les séances ont lieu de 15 à 17 H en salle F 520.

Présentation

Séminaire de recherche La construction sociale de l’opération électorale

Responsables :
Christophe Le Digol (cledigol@orange.fr)
Christophe Voilliot (christophe.voilliot@univ-paris10.fr)

À la croisée de deux des axes de recherche du Groupe d’Analyse Politique : « les fonctions symboliques de l’élection » et « archéologie du droit de l’élection », le séminaire La construction sociale de l’opération électorale aura lieu au cours de l’année universitaire 2008-2009 à raison d’une séance mensuelle à l’université de Nanterre (salle F 520 de 15 à 17 h). Il s’inscrit dans le prolongement d’activités scientifiques antérieures : le séminaire du GAP sur les fonctions symboliques de l’élection (2007-2008) ; l’atelier « les élections : entre changement politique et transformations sociales » du colloque « les nouveaux acteurs politiques » organisé par la Société québécoise de science politique à Montréal les 8 et 9 mai 2008 ; les journées d’étude des 17 et 18 juin 2008 « gauche-droite. Usages et enjeux d’un clivage canonique ».

Ce séminaire accueillera des spécialistes de toutes disciplines, sans exclusive, de manière à favoriser des échanges entre des façons différentes de « travailler » les objets électoraux. Il est ouvert à tous chercheurs et doctorants souhaitant débattre autour de présentations de recherches en cours ou récemment publiées ayant trait aux opérations électorales au sens le plus large du terme.

Ce séminaire vise à comprendre de quelle façon des pratiques électorales, au cours d’un processus qui débute avec la Révolution française, ont progressivement été assimilées à la « démocratie ». Deux dimensions feront l’objet de notre attention durant cette première année :
1/ la genèse des pratiques constitutives des opérations électorales ;
2/ la construction des catégories tant juridiques que mentales qui structurent le rapport à l’élection des profanes et des professionnels de la politique. Il s’agit de réfléchir à la façon dont les bonnes formes de la représentation politique s’objectivent dans des règles de droit et s’imposent et se naturalisent dans l’univers mental des agents.

Ce séminaire sera aussi l’occasion d’explorer et de mettre en perspective des configurations et des histoires nationales, souvent séparées par le traitement historiographique, à partir desquelles nous pourrons ré-interroger les soi-disant « spécificités » d’une histoire française du vote.

Le carnet du GAP

Ce carnet vise à présenter l’actualité de la recherche au sein du Groupe d’analyse politique (EA1591) de l’Université Paris-Ouest Nanterre La Défense. Les recherches poursuivies concernent l’État, l’action de l’État et les transformations de l’action et des représentations de l’État. Elles visent à constituer l’État en objet d’analyse scientifique en échappant aux formes routinières de pensée d’État.

Kil-ho LEE


 Kil-ho LEE

Chercheur associé au Groupe d’Analyse Politique (GAP)

Université Paris Ouest Nanterre La Défense

 

E-mail : kilholee@u-paris10.fr

 

Thèmes et orientations de recherche

 

Sociologie des intellectuels, Sociologie des élites, Circulation internationale des idées, Usages sociaux des références étrangères, Economie culturelle et construction identitaire

 

 

Formations et diplômes

 

2011    Qualifié par le CNU en section 04 (science politique).

 

2009    Doctorat en science politique de l’Université Paris X – Nanterre, mention très honorable.

Les revues intellectuelles. La construction sociale d’un espace intermédiaire, sous la dir. de M. Alain Garrigou. Thèse soutenue le 1er avril 2009 devant le jury composé : M. Bernard Lacroix (professeur à l’Université Paris Paris X – Nanterre, président du jury), M. Yves Déloye (professeur à l’Université Paris 1 – Sorbonne, rapporteur), M. Alain Garrigou (professeur à l’Université Paris X – Nanterre, directeur de thèse), M. Gérard Noiriel (directeur d’études à l’EHESS), M. Louis Pinto (directeur de recherche au CNRS, Centre de Sociologie européenne, rapporteur).

 

1996    Diplôme d’Études Approfondies (DEA) de sociologie politique à l’Université Paris 1-Sorbonne.

1995    Diplôme de l’Institut d’Etudes politiques de Paris, Section « Relations internationales ».

1990    Maîtrise d’Etudes françaises et Maîtrise d’Economie internationale,

Hanguk University of Foreign Studies (Séoul).

 

 

Travaux, publications & communications

 

– « Des revues de gauche. Réflexion sociologique sur l’attribution d’un label qualitatif singulier dans le monde intellectuel » à paraître dans Christophe Le Digol et Jacques Le Bohec (dir.), Gauche-Droite. Les structures symboliques de la politique, PUF.

 

– « Made in Korea : la promotion de l’image de marque de la nation comme politique publique de l’Etat sud-coréen », à paraître.

 

– « La pensée libérale en quête de légitimité intellectuelle : naissance et reconnaissance de la revue Commentaire », communication au Congrès de l’Association française de sociologie, RT 27 « Sociologie des intellectuels et de l’expertise : savoir et pouvoir » (coord. Laurent Jeanpierre), Grenoble, 5-8 juillet 2011.

 

– « Le militantisme culturel face à la politique de réaménagement urbain en Corée du Sud : vers un nouveau répertoire d’action collective », communication au Congrès de l’Association française de sociologie, RT9 « Sociologie de l’urbain et des territoires » et GT44 « Justice sociale et sentiments d’injustice », Grenoble, 5-8 juillet 2011.

 

– « Du ‟déclin” de l’hégémonie du modèle sartrien : sociologie de la trajectoire des Temps modernes », communication au Colloque « Situations de Sartre », Université Paris Ouest Nanterre La Défense, 30-31 mai et 1er juin 2011.

 

– « Usages sociaux des références européennes en Corée », communication au Colloque « Les médiations de l’Europe politique » (coord. Philippe Aldrin et Jean-Michel Utard), MISHA-GSPE et PRISME, Strasbourg, 30-31 mai 2011.

 

– « L’institutionnalisation de la multiethnicité dans le Kazakhstan post-soviétique : le jeu des élites ethniques » (avec Eunsil YIM, IIAC et CRC-EHESS), communication au Congrès internationale des Associations francophones de science politique, ST15 « Etre gouverné dans l’espace post-soviétique », Bruxelles, 20-21-22 avril 2011

 

– « Le champ intellectuel et le marché de publications culturelles en France », intervention au séminaire du Département des Etudes françaises, Hankuk University of Foreign Studies (Séoul), 13 avril 2011.

 

– « La reconfiguration de l’espace des intellectuels français depuis les années 1980 », communication au séminaire Master du Département d’Etudes des relations internationales, Hanyang University (Séoul), 27-28 septembre 2010.

 

– « La promotion de l’image de marque de la nation (Nation branding) et une nouvelle forme de politique publique sud-coréenne », communication au Congrès de la Société québécoise de science politique, Atelier « La Communication des institutions de pouvoir » (coord. Philippe Aldrin, Alain Deneault et Nicolas Hubé), Université Laval, Québec, 20-21 mai 2010.

 

– « Les médias et le monde intellectuel français » ; « La réception du concept de capital culturel de Pierre Bourdieu en Corée : pour une compréhension sociologique de la circulation internationale des produits savants », communications à la conférence du Département Journalisme & Communications, Chonbuk National University (Corée du Sud), 23 et 30 mars 2010.

 

– « Comment un espace social se construit-il ? Réflexion sur les variables sociologiques à travers une analyse des correspondances multiples sur les revues intellectuelles », intervention au séminaire des doctorants en science politique, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, 25 janvier 2010.

 

– « La construction d’une nouvelle élite scolaire : les usages sociaux des International Studies dans l’enseignement supérieur sud-coréen », communication au Colloque international « La formation des élites. Les enjeux de l’ouverture sociale et de la mondialisation », Paris, Sciences Po, 17-18 septembre 2009.

 

– « La construction d’une cause des revues et l’émergence d’une institution culturelle d’intermédiaire : le cas de l’Institut Mémoires de l’Édition Contemporaine (IMEC) », intervention au séminaire du GAP, Université Paris X-Nanterre, 25 avril 2007.

 

– « Engagement sociologique de Pierre Bourdieu » (avec KIM Tae-soo), Hankyoreh (Séoul),

20 Février 2002, p. 7.

 

– « Pierre Bourdieu et les intellectuels français », Left Reader (Séoul), n° 4, janvier 1999,

pp. 243-272.