M. Dixmier et H. Viltard, Jossot – Caricatures. De la révolte à la fuite en Orient (1866-1951)

Michel Dixmier et Henri Viltard, Jossot – Caricatures. De la révolte à la fuite en Orient (1866-1951), Paris bibliothèques, 2010, 183 p.

Ce livre est le catalogue de la très belle exposition rétrospective consacrée à Gustave Jossot par la Bibliothèque Forney sise à l’Hôtel de Sens (Paris 4ème) du 1er mars au 2 juillet 2011. Cette monographie permet de restituer l’itinéraire complexe de Gustave Jossot et vient ainsi compléter les travaux récents sur la caricature sous la Troisième République1. C’est en effet faute d’avoir été complètement oublié que Jossot reste méconnu. Ses dessins « libertaires » ont inspiré les caricaturistes de mai (1968 bien entendu… en 1981, il pleuvait !), ce que nous rappelle d’ailleurs Cabu dans la préface de ce catalogue, et beaucoup d’auteurs contemporains comme Tardi. Quant aux affiches publicitaires estampillées « Belle époque », elles sont régulièrement rééditées sous forme de cartes postales ou de posters. Jossot c’est tout cela certes… mais bien d’autres trésors encore2.

Né à Dijon le 16 avril 1866 dans une famille de la petite bourgeoisie locale, Gustave Henri Jossot est d’abord scolarisé chez les jésuites puis au lycée Carnot. Le remariage de son père créée des tensions qui l’amène à prendre ses distances avec la capitale bourguignonne : « J’avais l’inappréciable bonheur de posséder une belle-mère dévouée, tellement dévouée que j’étais tourmenté par la continuelle démangeaison de lui casser une chaise sur la tête » (cité p. 12). D’abord placé en internat, il s’engage ensuite dans l’armée dont il démissionne en 1884 pour vivre avec une jeune lingère, Marie-Jeanne Duriaud. Il travaille alors comme employé de bureau dans une compagnie d’assurances dont il est licencié en 1887. Commence alors sa « carrière » de dessinateur.  Petit à petit, Jossot va multiplier les collaborations mais c’est dans la revue symboliste La Plume que son trait prend forme. Jossot va ensuite multiplier les rencontres et montrer une étonnante capacité à adapter son style. Ce n’est pas un manque d’originalité, mais bien plutôt une manière de jouer avec différents codes artistiques dont il éprouve la validité et qui lui permettent de faire passer ses messages. Cet éclectisme ne permet donc pas de le rattacher exclusivement à une des écoles de cette « fin-de-siècle » (les nabis, les fauves, le japonisme, etc.). Et ce d’autant plus que les oeuvres de Jossot les plus diffusées à l’époque sont des affiches publicitaires aux couleurs vives où il interprète à sa manière l’impératif d’attirer l’attention du public : « L’affiche doit hurler et violenter les regards du passant (…) N’en déplaise aux collectionneurs, les affiches ne sont pas faites exclusivement pour eux. Avant eux, il y a le négociant ou l’industriel pour qui la réclame est faite. C’est lui qui commande et qui paie. Or ce qu’il veut, ce monsieur, c’est une affiche qui se voit. Colorations éclatantes et dimensions colossales sont donc les principales qualités requises » (cité p. 36).
Cette collaboration avec le monde industriel cesse en 1899 lorsque le décès de son père lui confère une certaine indépendance matérielle : « Grâce à l’héritage paternel ma vie est assurée et j’entends vivre en homme libre. Je ferai aussi de l’art suivant ma fantaisie et s’il se trouve des trous-du-cul qui n’apprécient pas ma technique, ils pourront se faire servir autre chose » (cité p. 60). La période qui suit est donc marquée par une radicalisation politique des dessins de Jossot dont sa contribution à L’Asiette au beurre constitue la majeure part : environ 300 dessins et 18 numéros complets de 1901 à 19073. Les thèmes développés sont multiples mais convergents. Jossot s’en prend à l’ensemble des institutions (le clergé, la justice, la police, l’armée, les franc-maçons, etc.), illustrant ainsi un individualisme poussé à l’extrême : « Je suis d’avis qu’il faut développer uniquement son Moi et se foutre de tous les cléricalismes qu’ils soient bondieusards, maçonniques ou même anarchistes » (cité p. 104). Peu intéressé par le monde du travail, Jossot témoigne aux ouvriers une sympathie non dénuée de condescendance. Se défendant d’être anarchiste, il n’en refuse pas moins les bulletins de vote qu’on lui tend, ne pouvant « admettre que la voix d’une brute avinée ait la même valeur que celle d’un penseur de génie » (cité p. 112).

 

<p>Affiche publicitaire pour le journal « L'Action » (1903)</p>

À partir de 1904, Jossot va progressivement se détourner du dessin au profit de la peinture. Il séjourne fréquemment en Tunisie où il s’installe définitivement en 1911, blessé par le refus d’un de ses dessins par le Salon des humoristes : « J’avais pris Paris en dégoût : les jalousies confraternelles, la difficulté de placer mes dessins subversifs, les critiques malveillantes ; mille et un coups d’épingles que je recevais quotidiennement m’excédaient » (cité p. 118). La production tunisienne de Jossot est assez singulière. Il n’abandonne pas son goût de la caricature mais combine son trait forcé avec une inspiration orientaliste, particulièrement évidente dans ses aquarelles. En 1913, il se convertit à l’islam, prend le nom d’Abdou-‘l-Karim et commence alors un voyage spirituel qui le conduira jusqu’aux mystères du soufisme. Sa production de l’entre-deux-guerres montre une nette évolution vers une forme d’académisme pour ce qui est des huiles sur toile. Le caricaturiste lui est toujours aussi mordant mais peine désormais à placer ses dessins. Jossot finira d’ailleurs ses jours dans la gêne matérielle et en proie aux affres de la vieillesse : « Si je trouve que tout est moche au jour d’aujourd’hui c’est sans doute, parce que je commence à vieillir et que les vieux radotent ; ils regrettent le temps passé, le temps de leur jeunesse où le vin de l’archevêché ne coûtait que cinq sous le litre » (cité p. 172). Il meut le 7 avril 1951 et est inhumé au cimetière de Dermech.

Christophe Voilliot

  1. Michel Dixmier, Jacqueline Lalouette, Didier Pasamonik, La République et l’Église. Images d’une querelle, Éditions de La Martinière, 2005 ; Michel Dixmier, Annie Duprat, Bruno Guignard, Bertrand Tillier, Quand le crayon attaque. Images satiriques et opinion publique en France (1914-1918), Paris, Autrement, 2007 ; Bertrand Tillier, La Républicature. La caricature politique en France, 1870-1914, CNRS éditions, 1997. []
  2. Dont plusieurs sont accessibles sur le formidable site réalisé par Henri Viltard: http://gustave.jossot.free.fr []
  3. Élisabeth et Michel Dixmier, L’Assiette au beurre, revue satirique illustrée 1901-1912, Maspéro, 1974. []

Appel à com – Colloque “Culture et contre-culture” – Univ. Paris Ouest Nanterre

COLLOQUE « CULTURE ET CONTRE-CULTURE : GENÈSES, PRATIQUES, CONCEPTUALISATIONS »


Appel à communication


Le Groupe d’analyse politique (GAP), le Centre d’études et de recherches sur l’espace germanophone (CEREG) et le Centre de recherches anglophones (CREA) de l’Université Paris Ouest Nanterre, en partenariat avec la chaire d’histoire du temps présent de l’Université de Bielefeld, ainsi que le Centre d’études littéraires Jean Mourot (CELJM) et Interdisciplinarité dans les études anglophones (IDEA) de l’Université Nancy 2 vous invitent à participer au colloque international « Culture et contre-culture : genèses, pratiques, conceptualisations » qui se tiendra à l’Université Paris Ouest Nanterre les 21, 22 et 23 mars 2012.

La « contre-culture » figure aujourd’hui parmi les notions de référence du vocabulaire intellectuel et historiographique. Elle constitue non seulement un équivalent sémantique extensible des résistances aux cultures dominantes, mais également une périodisation intuitive des contestations de l’ordre social qui ont émergé dans la seconde moitié du 20e siècle. Il suffit peut-être de rappeler, pour évoquer l’évidence apparente de la contre-culture, que celle-ci est devenue une notion pédagogique dans les sciences sociales complétant le diptyque traditionnel culture/sous-culture. Même s’il est le résultat d’histoires différentes, bien qu’en partie enchâssées, son usage à l’étranger n’est pas moins divers et équivoque. Qu’il s’agisse de manuels ou de travaux spécialisés, notamment dans les cultural studies, la contre-culture (counterculture) est régulièrement associée au contexte de sa naissance présumée, la « culture hippie », bien qu’elle soit également mobilisée pour penser des phénomènes aussi larges que ceux des « sous-cultures vagabondes », des « cultures pirate » d’hier et d’aujourd’hui, avec l’émergence des « communautés virtuelles », ou encore des pratiques couvrant le spectre très large des oppositions aux cultures officielles, comme le rock alternatif ou le ragmarket. De même, en Allemagne, des travaux récents semblent ouvrir une perspective attentive à l’histoire vécue des contre-cultures ; ils épousent entre autres la variété des usages concrets du mot Gegenkultur et ses évolutions dans le temps, mais en les pensant notamment à partir de contrastes (Gegenkultur / Popkultur / Alternativkultur) dont la pertinence reste à démontrer.  L’histoire croisée des contre-cultures – particulièrement pertinente dans le cas de la RFA et de l’aire communiste – serait ici un moyen pour mettre au jour des décalages rarement explorés.

C’est pourquoi seraient bienvenues les propositions relatives à la chronologie des contre-cultures et aux problèmes qu’elle pose, dans la diversité des géographies et des contextes où elle prend sens. Ces propositions pourraient interroger aussi les dynamiques contestataires des années 1960-1970, essentielles semble-t-il en ce qu’elles enferment des questions pratiques et théoriques dont la connaissance des contre-cultures est indissociable. Il reste que l’historicité des contre-cultures est faite de processus nationaux et transnationaux imbriqués et qu’elle superpose des ordres de réalité en partie différents. Les mots et les mots d’ordre, les mobilisations et les formes de regroupement, les mécanismes collectifs de lutte, les stratégies de renoncement ou de reconversion feraient ainsi aisément l’objet d’études de cas. Les approches pourraient finalement prendre en compte ces différentes dimensions de la contre-culture à partir des entrées suivantes :

  • Les hiérarchies culturelles. Le langage des contre-cultures et les alternatives qu’elles mettent en forme sont inséparables des luttes de redéfinition des hiérarchies culturelles et de leur légitimité. Plus concrètement qu’on ne pourrait le penser a priori, les contre-cultures des années 1960 et 1970 ne sont pas une « révolte » contre des « valeurs traditionnelles », mais des ensembles d’opérations de requalification des références culturelles légitimes et de déplacement des frontières entre ce qui tient lieu de culture et fait autorité, et des répertoires culturels réputés impurs. C’est ainsi que, dans le vaste ensemble de publications couvert par le réseau de l’underground press syndicate, on observe non seulement un travail de subversion artistique dans le contenu plus ou moins revendicatif des textes et du graphisme, mais aussi la recherche d’un lien avec des traditions littéraires et artistiques hétérodoxes bien qu’en partie consacrées (dada et les surréalistes, Henry Miller ou Cecil Taylor). L’examen des pratiques de déplacement des frontières de la légitimité culturelle a aussi l’intérêt, pour la période des années 1960-70, de montrer ce que sont les systèmes de références pratiques des acteurs et les conditions d’imposition d’un art d’inventer et de se réinventer plus ou moins difficiles selon les moments et les lieux. Ces efforts ne sont pas compréhensibles en dehors des rapports au sein de l’espace culturel au sens large entre des acteurs aussi différents qu’artistes ou écrivains d’avant-garde, consacrés « prophètes » des mouvements contestataires, sans oublier certaines figures du champ intellectuel (Foucault ou Marcuse), ou « bohème » culturelle en quête de reconnaissance et rédacteurs de journaux auto-édités de contre-information.

 

  • Les trajectoires conceptuelles. La mise en évidence des usages du mot « contre-culture », de ses significations dans les différentes langues, mais aussi des mots et des mots d’ordre de la contre-culture (underground, beat, hippie, en anglais, alternativ, autonom en allemand), révèle à la fois les enjeux de qualification de phénomènes présentés comme nouveaux et  certains mécanismes de circulation et de vulgarisation (la télévision, la radio, la presse nationale, spécialisée ou généraliste). Si l’usage et la valeur d’usage des mots sont un indicateur particulier de la consolidation des groupes et de la transformation des structures, suivre leur trajectoire permet de situer les moments où des labels comme « Beat generation » ou « underground » deviennent des outils de désignation apparemment neutre des phénomènes que ces labels recouvrent, contribuant ainsi à les détacher de leurs raisons et de leurs conditions initiales. Ces processus d’officialisation, qui ne sont pas compréhensibles en dehors de l’action des entrepreneurs culturels, font partie intégrante de l’histoire des contre-cultures, de leur « récupération » et de leur routinisation.

 

  • Les dynamiques contestataires. La présence de phénomènes collectifs apparemment nouveaux (les « communes d’artistes », les « cultures alternatives », les « squats/Hausbesetzungen », les « communautés alternatives » etc.), de dispositifs plus ou moins inédits (circuits d’information parallèles, écoles itinérantes, pédagogies parallèles) qui reposent parfois sur des formes de rassemblement déjà inventées comme le familistère à la Godin, doit être pensée à travers ses conditions de possibilité. Ces dynamiques collectives, qui mettent en jeu le rapport passé/présent,  s’observent aussi dans la continuité des mouvements politiques des années 1960 et 1970 à nos jours, comme le montre l’exemple de die Grünen. Les débats historiographiques sur la genèse sociale des contestations des années 1960-1970 – en particulier les mobilisations et mouvements étudiants, féministes, gays et lesbiens –  doivent ici retenir l’attention pour éclairer certaines raisons « structurelles » trop souvent négligées. Il semble ainsi pertinent de revenir sur les causes sociales de la contre-culture, que celles-ci renvoient, comme l’a montré Dick Hebdige, à des phénomènes de circulation des personnes donnant lieu à des appropriations ou des emprunts culturels ou, comme l’ont montré différentes enquêtes sociologiques à partir des années 1970, à l’apparition de nouvelles contraintes collectives (la dévaluation des titres scolaires, le chômage, l’organisation du travail salarié) qui cessent d’être vécues comme des épreuves individuelles de milieu. L’étude de ces raisons structurelles pourrait mettre en lumière l’existence de convergences transnationales du phénomène.

 

Ce colloque international se déroulera à l’Université Paris Ouest Nanterre, les 21, 22 et 23 mars 2012. Les communications écrites devront être remises à l’avance et être rédigées dans la perspective d’une publication. Les propositions de communication (une à deux pages), comportant les nom, prénom, affiliation(s) institutionnelle(s) et coordonnées électroniques des auteurs, sont à envoyer pour le 15 septembre 2011 à l’adresse e-mail du colloque : colloquecontreculture@gmail.com

Les communications pourront se faire en français, allemand et anglais. Les communications en allemand ou anglais devront faire l’objet d’un résumé envoyé à l’avance.

Les réponses concernant l’acceptation des communications seront envoyées d’ici le 15 octobre 2011.

Comité scientifique d’organisation : Ingrid Gilcher-Holtey, Bernard Lacroix, Xavier Landrin, Anne-Marie Pailhès, Caroline Rolland-Diamond.

 

Eléments bibliographiques :

– Philippe Artières, Michelle Zancarini-Fournel (dir.), 68, une histoire collective (1962-1981), Paris, La Découverte, 2008.

– Beth Bailey, Sex in the Heartland¸Cambridge, Harvard University Press, 1999.

– Bennett M. Berger, The Survival of a Counterculure, Los Angeles – Berkeley, University of California Press, 1981.

– Pierre Bourdieu, La Distinction : critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979.

– Pierre Bourdieu, Homo Academicus, Paris, Minuit, 1984.

– Peter Braunstein, Michael William Doyle (eds.), Imagine Nation: The American Countercultures of the 1960s and ’70s, New York, Routledge, 2002.

– Eric Brun, « L’avant-garde totale : la forme d’engagement de l’Internationale situationniste », Actes de la recherche en sciences sociales, 176-177, 2009.

– Dominique Cardon, Fabien Granjon, « Médias alternatifs et médias activistes », in Eric Agrikoliansky, Olivier Fillieule, Nonna Mayer (dir.), L’altermondialisme en France : la longue histoire d’une nouvelle cause, Paris, Flammarion, 2005.

– Patrick Combes, La littérature et le mouvement de Mai 68, Paris, Seghers, 1984.

– Dominique Damamme, Boris Gobille, Frédérique Matonti, Bernard Pudal (dir.),  Mai – Juin 68, Paris, Les Editions de l’Atelier / Editions ouvrières, 2008.

– Alice Echols, Daring to be Bad: Radical Feminism in America, 1967-1975, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1989.

– Alice Echols, Shaky Ground, The ’60s and Its Aftershocks, New York, Columbia University Press, 2002.

– Didier Eribon, Michel Foucault, Paris, Flammarion, 1989.

– Didier Eribon, Réflexions sur la question gay, Paris, Fayard, 1999.

– David Farber, The Age of Great Dreams: America in the 1960s, New York, Hill and Wang, 1994.

– David Farber (ed.), The ’60s: From Memory to History, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1994.

– Justine Faure, Denis Rolland (dir.), 68 hors de France : histoire et constructions historiographiques, Paris, L’Harmattan, 2009.

– Ken Gelder (ed.), The Subcultures Reader, London, Routledge, 2005.

Genre, sexualité & société, « Révolution / Libération », 3, 2010.

– Ingrid Gilcher-Holtey, « Die Phantasie an die Macht » : Mai 68 in Frankreich, Frankfurt am Main, Suhrkamp, 1995.

– Ingrid Gilcher-Holtey, Die 68er Bewegung : Deutschland, Westeuropa, USA, München, C.H. Beck, 2001.

– Todd Gitlin, The Sixties: Years of Hope, Days of Rage, New York, Bantham Books, 1987.

– Boris Gobille, « La parabole du Fils retrouvé : remarques sur le ‘deuil de 68’ et la ‘génération de 68’ », Mots, 54, 1998.

– Claude Grignon, Jean-Claude Passeron, Le savant et le populaire : misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris, Gallimard / Seuil, 1989.

– Stuart Hall, Tony Jefferson (eds.), Resistance through Rituals, London, Routledge, 1993.

– Dick Hebdige, Sous-culture : le sens du style, Paris, Zones, 2008.

– Thomas Hecken, Gegenkultur und Avantgarde, 1950-1970 : Situationisten, Beatniks, 68er, Tübingen, Francke, 2006.

– Richard Hoggart, La culture du pauvre: étude sur le style de vie des classes populaires en Angleterre, Paris, Minuit, 1970.

– Laurent Jeanpierre, « ‘Modernisme’ américain et espace littéraire français : réseaux et raisons d’un rendez-vous différé », in Anna Boschetti (dir.), L’espace culturel transnational, Paris, Nouveau Monde éditions, 2010.

– Perrine Kervran, Anaïs Kien, Les années Actuel, Marseille, Le Mot et le Reste, 2010.

– Bernard Lacroix, L’Utopie communautaire: histoire sociale d’une révolte, Paris, PUF, 2006.

– Bernard Lacroix, « A contre-courant : le parti pris du réalisme », Pouvoirs, « Mai 68 », 39, 1986.

– Danièle Léger, « Les utopies du retour », Actes de la recherche en sciences sociales, 30, 1979.

– Henning Marmulla, « Internationalisierung der Intellektuellen ? Möglichkeiten und Grenzen einer ‘communauté internationale’ nach dem Algerienkrieg », in Ingrid Gilcher-Holtey, (Hrsg.), Zwischen den Fronten : Positionskämpfe europäischer Intellektueller im 20. Jahrhundert, Berlin, Akademie Verlag, 2006.

– Lilian Mathieu, Les années 70, un âge d’or des luttes?, Paris, Textuel, 2009.

– Gérard Mauger, « Gauchisme, contre-culture et néo-libéralisme : pour une histoire de la ‘génération de mai 68’ », CURAPP, L’identité politique, 1994.

– Gérard Mauger, Claude F. Poliak, Bernard Pudal, Histoires de lecteurs, Paris, Nathan, 1999.

– Doug McAdam, Freedom summer, Oxford, Oxford University Press, 1988.

– Doug McAdam, Political Process and the Development of Black Insurgency, 1930-1970, Chicago, University of Chicago Press, 1982.

– Christian de Montlibert, Crise économique et conflits sociaux, Paris, L’Harmattan, 1989.

– Nicolas Pas, « Images d’une révolte ludique », Revue historique, 2, 2005.

– Georges Perec, Un homme qui dort, Paris, Denoël, 1967.

– Caroline Rolland-Diamond, Chicago : le moment 68. Territoires de la contestation étudiante et répression politique, Paris, Syllepse, 2011.

– Kristin Ross, Mai 68 et ses vies ultérieures, Bruxelles, Complexe, 2005.

SCALPEL, Cahiers de sociologie politique de Nanterre,  « Mai 68, trente ans après », 4-5, 1999.

– Kristina Schulz, Der lange Atem der Provokation, Frankfurt am Main, Campus Verlag, 2002.

« Informations bibliographiques », Revue française de science politique 3/2011 (Vol. 61), p. 598-601. Lemoine (Yves) – Fernand Braudel, ambition et inquiétude d’un historien. – Paris, Éditions Michel de Maule, 2010 (Histoire/Essai). 210 p. Bibliogr.

La figure de Fernand Braudel reste aujourd’hui, vingt-cinq ans après sa mort, une référence incontournable de l’historiographie contemporaine. Sa vision du temps et de l’espace a révolutionné de façon durable une approche de l’histoire souvent trop immobile et décontextualisée. C’est ce processus intellectuel qu’Y. Lemoine se propose de retranscrire au travers d’une analyse des conditions de production de la pensée braudélienne. Loin de succomber aux sirènes de la mode biographique, l’auteur tente de restituer les contextes et les interactions successivement à l’œuvre dans la vie de l’historien, donnant ainsi sens et pertinence à des ouvrages majeurs tels que La Méditerranée ou la Grammaire des civilisations. Les différentes expériences académiques, de Sao Paulo au Collège de France, ont achevé de donner au « paradigme braudélien » une dimension géographique et historique de grande ampleur. Les notions de vitesse et de mouvement prennent une importance non négligeable. Voici la naissance du concept de « géohistoire » ainsi retracée. Y. Lemoine nous fait découvrir les « angoisses » qui ont nourri cette grande ambition scientifique. Face à la montée en puissance des sciences sociales dans l’analyse du présent, il fallait à cette discipline canonique à laquelle Braudel tenait tant des concepts capables de répondre aux luttes traditionnelles du champ académique. La « géohistoire » avait cette ambition. C’est alors au tour de l’auteur de faire part de ses inquiétudes : « Comment maintenir l’Histoire comme interlocutrice valable de la lecture du monde ? »

Cédric Plont – Université Paris X-Nanterre, GAP

Karl Polanyi, le marché et le socialisme

Karl Polanyi, Essais, Paris, Seuil, 2008, 589 p., 29 €.

Édités par Michèle Cangiani et Jérôme Maucourant, traduits par Françoise Laroche et Laurence Collaud, avec une postface d’Alain Caillé et Jean-Louis Laville.


On prend aujourd’hui la mesure de la postérité intellectuelle de Karl Polanyi, dans des domaines aussi divers que l’anthropologie (Marshall Sahlins, Louis Dumont), l’histoire de la Grèce antique (Moses Finley) ou la sociologie économique (Mark Granovetter). Un courant de sciences sociales comme le MAUSS (Mouvement anti-utilitariste en sciences sociales, auquel appartiennent Alain Caillé et Jean-Louis Laville, auteurs de la postface) revendique son influence. Il n’en reste pas moins que la réception française a longtemps souffert des retards et de la rareté des traductions de l’œuvre prolifique du grand penseur hongrois. Ce gros volume, annoncé il y a quelques années par Jérôme Maucourant dans une lumineuse petite monographie intitulée Avez-vous lu Polanyi ? (La Dispute, 2005), remédie définitivement à cette situation fâcheuse. Les éditeurs ont en effet accompli un grand travail de traduction (de l’allemand et de l’anglais) afin de rassembler des articles, certains célèbres, d’autres moins (dont des manuscrits inédits), écrits avant et après La grande transformation (1944). Ils ne sont classés ni par ordre chronologique, ni par ordre thématique, mais de manière générique : recherche académique, activités journalistiques, propositions politiques – variété qui donne d’autant plus le vertige qu’elle découle de la diversité des observatoires qui scandent une trajectoire mouvementée (Vienne de l’entre-deux-guerres, Angleterre, carrière américaine). Les trois parties se répondent et se croisent bien souvent, mais ce choix des éditeurs a le mérite de faire voir la portée et la pluralité du travail de Polanyi : des textes forts savants d’histoire économique qui relèvent autant de l’anthropologie que de l’économie politique (1ère partie) ; des analyses politiques, tant programmatiques que journalistiques, en pleine crise européenne (2e partie) ; des conceptions « positives » du socialisme polanyien (3e partie).

« L’obsolète mentalité de marché »

On retrouve ainsi les célèbres analyses sur « l’économie comme processus institutionnalisé », sur Aristote ou sur l’économie des sociétés antiques, dont certaines étaient disponibles dans le fameux Trade and Markets in the Early Empires (1957) ; mais également des textes sur la monnaie, la méthode marxiste et le déterminisme économiciste. La variété des études historiques peut être ressaisie par le fil conducteur de la pensée polanyienne : le système de marché autorégulateur est un produit récent de l’histoire et ne peut constituer la grille de lecture appropriée des économies antiques, féodales ou primitives ; elle est l’exception quand les autres sont la règle. Un tel renversement de perspectives n’a pas fini de décentrer et de dénaturaliser nos représentations de l’économie, même si un certain nombre de réserves historiques sur les thèses polanyiennes se sont exprimées depuis. Reste que la thèse du Marché autorégulateur comme processus institutionnalisé permet de comprendre que l’économie marchande s’est « désencastrée » tardivement des institutions sociales qui lui assignaient une place dominée dans la société. Cette autonomisation de la sphère économique, en effet, n’est pas la restauration d’un « ordre spontané », ni même le produit nécessaire de l’histoire, mais un phénomène culturel et politique : il n’y a pas de « (néo)libéralisme » qui n’ait été investi et encouragé par l’appareil d’État, comme il n’y a pas d’homo œconomicus calculateur et motivé par le gain qui ne soit le produit d’une nouvelle culture politique apparue au XVIIIe siècle, en opposition à des rationalités économiques encastrées dans d’autres systèmes de valeurs (religion, honneur, etc.).

La distinction entre le sens substantif et matériel de l’économie (échange entre l’homme et son environnement social et naturel), et son sens formel et logique (calcul coûts-avantages dans une situation de rareté), homologue de l’approche institutionnaliste, permet ainsi de resituer l’économie dans des formes plus larges que celle du marché créateur de prix libres : « Bien que les institutions de marché soient donc des institutions d’échange, le marché et l’échange ne coïncident pas » (p. 74). Polanyi met par exemple sur pied une judicieuse opposition idéale-typique entre le factor (marchand motivé par le statut que lui confèrent la société ou l’autorité politique) et le mercator (marchand mû par le profit) soit deux formes d’intérêt socio-historiquement déterminées (voir le chapitre 6). Le commerce est une activité plus large que l’échange marchand (dont il n’est qu’une des formes), distinction qui permet à Polanyi d’évoquer le paradoxe d’un commerce sans marché (comme à Hammourabi), et une pluralité de commerces : de dons (réciprocité), de gestion (redistribution), de marché (échange dans un système de prix libres).

Ce recueil apporte ainsi en langue française des éclairages sur la genèse et la compréhension des thèses controversées de La grande transformation. C’est cependant sur la philosophie sociale et politique de Polanyi, délibérément négligée par les éditeurs dans leur introduction, que le volume s’avère le plus riche.

Capitalisme, socialisme, démocratie… et fascisme

Le « jeune » Polanyi, dans l’entre-deux-guerres, se révèle être un intellectuel-journaliste engagé et prolifique sur les questions économiques et diplomatiques (ce qui sera déterminant dans la genèse de La grande transformation), d’abord à Vienne puis en Grande-Bretagne à partir de 1933. À cet égard, la série d’articles politiques et philosophiques (notamment ceux écrits pour New Britain) consacrés au fascisme et au socialisme ne relève pas d’un domaine séparé de la pensée de Polanyi, mais de la matrice même de son œuvre : « Pour comprendre le fascisme allemand, nous devons en revenir à l’Angleterre de Ricardo », résumera-t-il dans une formule provocatrice. L’imposition et la crise de la société de marché constituent la condition de possibilité même de ce mouvement de masse singulier. Homme de la Mitteleuropa, Polanyi a vécu de près la montée en puissance des mouvements fascistes en Allemagne et surtout en Autriche où « l’austrofascisme » s’impose en 1933 avec l’arrivée au pouvoir de Dolfuss [1].

L’analyse polanyienne de ce phénomène historique se démarque des interprétations marxistes par son refus de réduire le fascisme aux causes qui l’ont engendré (réaction bourgeoise, crise morale ou résistance à la modernité libérale). Elle se fonde sur une lecture minutieuse de la littérature théorique fasciste : Alfred Rosenberg, Ludwig Klages, et surtout le philosophe viennois Othmar Spann, dont le projet corporatiste mêlant prurit romantico-réactionnaire et anti-individualisme radical, serait, selon Polanyi, la source d’inspiration du fascisme autrichien et de la Constitution de 1934. Mais il le rattache aussi au processus historique qu’expriment de telles idées, à savoir une solution totalitaire à la crise de la société de marché. Le fascisme ne fut pas un simple outil de la bourgeoisie pour perpétuer son pouvoir, ni un simple courant réactionnaire ou conservateur, mais un mouvement qui s’appuie sur les masses pour amener celles-ci à se déposséder de leur propre pouvoir (p. 360). Le fascisme se définit donc comme un mouvement révolutionnaire contre la démocratie, non seulement comme système institutionnel, mais comme culture et comme pratique. Son principe fondamental, commun à toutes ses variantes nationales, reste un anti-individualisme farouche. Le projet de société de marché, qui a pu épouser les aspirations libérales et démocrates de la bourgeoisie du XIXe siècle, est devenu, avec la « grande transformation », incompatible avec la démocratie : nulle implication réciproque, donc, entre la démocratie et le marché.

Polanyi n’est pas si loin des approches les plus récentes du fascisme proposées par Emilio Gentile ou George Mosse, qui le définit comme une « révolution bourgeoise anti-bourgeoise », auquel répond comme en écho la formule polanyienne : « Le fascisme constitue le type même de solution révolutionnaire qui garde le capitalisme intact » (p. 427). Que le fascisme puisse procurer une certaine sécurité de l’emploi et une dose de planification, c’est précisément ce qui le rend dangereux plutôt que « socialiste », car une telle « réforme » passe par une centralisation absolue du pouvoir entre les mains d’un petit groupe. Bien sûr, ces analyses ne sont pas sans défaut : Polanyi ne tient guère compte du rôle majeur de la Première Guerre mondiale dans la naissance des mouvements fascistes, passe au second plan le problème de l’État fasciste au profit d’une attention quasi-exclusive à son « corporatisme ». Cependant, l’insistance sur ce dernier aspect conduit Polanyi à formuler une thèse originale sur la nature du pouvoir politique fasciste. En effet, non seulement le fascisme ne contredit pas le capitalisme, mais il lui emprunte sa pratique autoritaire du pouvoir au sein de l’entreprise et de l’industrie. « Loin d’étendre le pouvoir de l’État démocratique à l’industrie, le fascisme s’est en effet efforcé d’élargir le pouvoir de l’industrie autocratique à l’État » (p. 439). L’État devient la propriété absolue d’une clique d’intérêts particuliers qui s’appuie sur une pyramide de corporations avec lesquelles elle entretient des rapports de vassalité et qui annihilent la « personnalité » des individus : « Cette tentative fasciste vise à faire de la vie économique l’État même » (p. 440), une vie économique moderne fondée sur la grande industrie et des masses de travailleurs sans propriété.

Vers un socialisme de la liberté

Comme extension de la démocratie à l’économie, le « socialisme fonctionnel » polanyien s’affirme comme l’exact envers du fascisme, en dépit des troublantes analogies que l’intellectuel hongrois affronte courageusement sur la question de la corporation. Dans son socialisme positif, les producteurs de chaque branche seraient en effet représentés démocratiquement par des corporations aux niveaux régional puis national, comme les consommateurs. Cela rapproche Polanyi du socialisme solidariste tout en écartant par avance ceux qui – comme Hayek – assimilent tout système corporatif à du crypto-fascisme. Le socialisme démocratique, parlementaire et décentralisé de Polanyi se nourrit paradoxalement d’une réflexion sur le fascisme. Comment assurer une primauté du politique sur l’économique pour éviter la solution fasciste ? 1) La corporation doit représenter les travailleurs et non les propriétaires ; 2) Polanyi reformule un tricaméralisme dans lequel s’affirme la préséance de la chambre politique sur la chambre économique (élue selon un suffrage professionnel indirect) et la chambre culturelle (élue au suffrage universel direct, et qui aurait en charge non seulement la culture, mais aussi l’éducation, la santé, et même la BBC).

Polanyi a très tôt rejeté l’opposition entre le marché et la planification administrative centralisée dans laquelle les libéraux comme Ludwig von Mises voulaient enfermer le socialisme. Ce qui distingue le socialisme du capitalisme n’est pas la disparition de tout échange « marchand » au profit d’un système de prix et de production piloté par l’État, mais le dépassement des « lois » aveugles du marché concurrentiel par la réappropriation de l’économie par la collectivité, qui passe nécessairement par l’abolition de la propriété des moyens de production. Ce socialisme démocratique implique donc une sorte de commerce sans marché (autorégulateur) ni système de prix libres, « puisque achat et vente existent dans l’économie du socialisme corporatif, à prix obtenus par accords » (p. 285), tout le problème étant d’imaginer les modalités institutionnelles dudit accord. L’intérêt des conceptions socialistes de Polanyi tient d’abord à leur dimension chrétienne (un peu rose et sucrée) greffée sur un Marx de la jeunesse et sur le concept d’« aliénation » – comme son compatriote György Lukács. Le christianisme y est conçu comme un individualisme authentique fondé sur la fraternité, contrairement à l’individualisme libéral qui atomise la communauté et au fascisme qui annihile l’individu. En vertu d’un « lien indissoluble entre l’homme et la société », cet individualisme relationnel fonde la personnalité de l’individu dans sa relation à autrui, et se trouve justement accompli par le socialisme, par lequel les hommes se réapproprieraient leur essence que le capitalisme leur avait confisquée.

Plus intéressante est sa réflexion sur une politique démocratique du socialisme, impliquant un ordre parlementaire refondé et une forme de ce qu’on n’appelait pas encore l’autogestion. En ce sens, ce socialisme démocratique, parlementaire et décentralisé n’est pas non plus tout à fait libertaire ou anarchiste, puisque Polanyi estime l’État nécessaire et l’idée d’une société autorégulée utopique. Il se rattache plutôt à l’austromarxisme et à la tradition « fabianiste » et du socialisme des Guildes qu’il a bien connue en Grande-Bretagne. C’est pourquoi il fait autant d’efforts pour mettre sur pied une sorte de droit public socialiste, en vue de trouver une politique institutionnelle appropriée au socialisme. Ce montage d’institutions organiserait la socialisation des moyens de production en assumant « la réalité du pouvoir », et se propose non de le dissoudre dans un prétendu « ordre spontané » du marché (la « catallaxie » de Friedrich Hayek – terme que Polanyi retourne ironiquement contre ce dernier), mais de l’organiser collectivement. S’il se démarque nettement du communisme bolchevique, l’intellectuel hongrois n’est pas à la recherche d’une « troisième voie » (il n’est qu’à voir la manière dont il ridiculise les projets de collaboration entre Travail et Capital). La lecture de ces Essais, qu’ils soient écrits dans l’entre-deux-guerres ou dans les années de l’après-guerre, nous apparaît en ce sens bien éloignée du portrait de Polanyi en « social-démocrate radical » esquissé par Alain Caillé et Jean-Louis Laville dans leur postface.

Jusqu’à la fin, la vigilance critique de Polanyi n’a pas fléchi. L’urgence d’instaurer la « liberté dans une société complexe » lui apparaissait d’autant plus grande depuis l’après-guerre que les méfaits d’une société technicienne incontrôlée (Hiroshima) et d’une société d’abondance aveugle (relevés à propos de l’ouvrage The Affluent Society de John Kenneth Galbraith, paru en 1958) inquiètent l’exilé autrichien aux États-Unis. L’actuelle reconstitution d’une société de marché à l’échelle planétaire, du moins comme horizon et idéal régulateur, de même que l’ébranlement de la foi de certains de ses acteurs depuis la dernière vague d’instabilité financière, rendent la lecture de ces Essais, qui opposent volontiers l’utopie libérale à la réalité de la société, fort roborative. L’imagination politique de son auteur, en ces temps d’aplatissement du pensable et du possible, nous rappelle la dimension démocratique de nombreux courants socialistes : la démocratie doit enfin oser paraître ce qu’elle ; il suffit pour cela qu’elle devienne ce qu’elle est vraiment – un socialisme authentique.

par Arnault Skornicki [15-09-2008]

Aller plus loin

Le site de l’Institut Karl Polanyi.

La recension par Daniel Benamouzig du livre de Christian Laval, L’homme économique. Essai sur les racines du libéralisme, paru en 2007.

La recension par Pierre-Paul Zalio du livre de Lucien Karpik, L’économie des singularités, paru en 2007.

Pour citer cet article :
Arnault Skornicki, « Karl Polanyi, le marché et le socialisme », La Vie des idées, 15 septembre 2008. ISSN : 2105-3030. URL : http://www.laviedesidees.fr/Karl-Polanyi-le-marche-et-le.html

Notes
[1] Je remercie Renaud Baumert pour ses précieux conseils et éclairages historiques.

Situations de Sartre, doctoriales et post-doctoriales – 31/05/2011 – “Interroger la position d’intellectuel total de Sartre à travers l’exemple d’un échec politique : le Rassemblement Démocratique Révolutionnaire”

Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Situations de Sartre, doctoriales et post-doctoriales

Journées du 30, 31 mai et du 1er juin 2011

Responsables: Christian Lazzeri, Claire Pagès, Jean-Michel Salanskis et Marion Schumm

Salle R 11 Batiment T

“Interroger la position d’intellectuel total de Sartre à travers l’exemple d’un échec politique : le Rassemblement Démocratique Révolutionnaire” par Bastien Amiel le mardi 31 mai à 11h30

Programme: http://sophiapol.hypotheses.org/4720

contact: doctorialessartre@gmail.com

José Luis Moreno Pestaña, Foucault, la gauche et la politique

José Luis Moreno Pestaña, Foucault, la gauche et la politique, Paris, Éditions Textuel, 2011, 144 p.

Dans la lignée d’un précédent ouvrage consacré à M. Foucault1, J. L. Moreno Pastaña nous propose ici un guide de lecture stimulant de « l’œuvre » du célèbre philosophe, sous le prisme de ses rapports avec la politique. Cette entreprise de déconstruction est d’autant plus nécessaire que les textes de Foucault ont beaucoup voyagé et que la publication décalée, et non encore achevée, de ses cours au Collège de France vient compléter de manière parfois surprenante notre connaissance de son travail. La superposition des lectures et des interprétations a le plus souvent pour effet de décontextualiser un corpus qui, tout impressionnant qu’il soit, n’en est pas moins redevable d’une analyse circonstanciée des conditions de sa production et de sa réception. La clarté de l’analyse proposée ici, bien mise en valeur par la charte graphique de cette collection intitulée « petite encyclopédie critique », mérite d’être soulignée. En aucun cas, il ne s’agit uniquement d’un « livre à charge » d’un « chercheur lié à l’école sociologique de Pierre Bourdieu » comme a cru pouvoir le discerner le (re)censeur du journal Le Monde2.

Une telle entreprise se heurte, souligne d’emblée l’auteur, à trois difficultés : « ne pas réduire la philosophie à la politique » (p. 13), c’est-à-dire prendre acte de l’existence d’un champ philosophique distinct du champ politique3, tenir compte des transformations du champ politique et accepter que tous les écrits de Foucault ne sont pas redevables d’une lecture politique directe. De cette « approche non scolastique » des rapports de la philosophie foucaldienne à la politique, il en ressort que « politiquement parlant, Foucault a été inconstant et l’a été toute sa vie » (p. 14). Voilà qui assurément demande des explications. Foucault lui-même a toujours revendiqué cette forme d’inconstance. La lecture chronologique des nombreux entretiens qui sont insérés dans les quatre volumes des Dits et Ecrits en fournit aisément la preuve. On peut néanmoins, et c’est ce que suggère l’auteur, considérer que nous sommes ici en présence d’une forme d’« esthétisme politique qui exige des publics complètement acritiques qui ont assez de confiance dans le charisme de l’auteur pour pouvoir le suivre dans tous ses détours et pour le défendre contre ceux qui le questionnent » (p. 23).
Si l’on admet que l’énoncé des positions successives occupées par Foucault n’est pas une dénonciation mais une tentative de reconstitution d’une trajectoire biographique, et si l’on procède rigoureusement – comme le fait J. L. Moreno Pastaña – à une lecture croisée de sa production intellectuelle, on ne peut que sortir étourdi de l’exercice. « Foucault a effectivement occupé beaucoup de positions politiques et sa pensée, lorsqu’elle avait une traduction politique, s’est alignée sur diverses positions tout au long de sa carrière » (p. 131). Beaucoup mais pas toutes, Foucault n’a jamais succombé aux sirènes du stalinisme ou de la réaction conservatrice (même dans ses articles si controversés sur la révolution iranienne). Il n’en a pas moins « été tour à tour communiste, gaulliste (…) gauchiste puis socialiste libéral ». De son gaullisme, on peut dire qu’il a été à la fois un héritage de classe et un « tremplin vers la réussite académique » dans les années soixante. Quant à son socialisme libéral, qui en a fait un temps le compagnon de route de la dérive néo-conservatrice des « nouveaux philosophes »4, il est aussi le fruit d’une appréhension singulière du néo-libéralisme triomphant des années quatre-vingt.
Cette dernière volte peut-elle s’expliquer par la « crise politique » (p. 106) dans laquelle se débat Foucault au milieu des années soixante-dix, au moment où le gauchisme français est en plein recul ? Tout en réaffirmant sa critique du socialisme d’État, il prend en effet ses distances avec la critique libertaire de ses années militantes. Son analyse du néo-libéralisme, notamment dans son cours intitulé Naissance de la biopolitique, est suffisamment ambiguë pour avoir engendré successivement deux courants de pensée : d’un coté un éloge de la « société du risque »5 mettant en évidence « les vertus de l’économicisme anthropologique du néolibéralisme » (p. 120), de l’autre une analyse « de gauche » tentant de réintroduire la mesure des inégalités sociales, et donc la critique marxienne du capitalisme, dans l’analyse foucaldienne6. Regrettons la manière dont J. L. Moreno Pastaña escamote au passage la publication et la réception de Surveiller et punir7. Certes, ce livre est l’aboutissement des travaux antérieurs et de ses critiques des pratiques pénitentiaires, mais, au moins jusqu’à la publication par H. Dreyfus et P. Rabinow de « l’essai sur le pouvoir »8, il constituera le socle de la réconciliation partielle des sciences sociales avec la pensée de Foucault.
Dans sa conclusion, J. L. Moreno Pastaña affirme successivement qu’« une gauche démocratique peut se revendiquer de Foucault et [qu’] il y a quelques questions que Foucault aide à se poser quand on est de gauche » (p. 133). Ces deux assertions conclusives méritent d’être complétées : d’une part, le foucaldisme n’est pas aujourd’hui en France un monopole de gauche, ou des penseurs de gauche, plusieurs Foucault(s) circulent et les images publiques du philosophe peuvent se superposer et se contredire dès que l’on quitte l’espace balisé par le travail des commentateurs au sein du champ philosophique ; d’autre part, la puissance suggestive de beaucoup de ces textes dépasse, et de loin, la seule fabrique des idées politiques. L’« œuvre » de Michel Foucault n’a donc pas grand-chose à craindre d’un réductionnisme biographique par ailleurs totalement étranger à la démarche de J. L. Moreno Pastaña. Quant aux nombreux lecteurs qui s’interrogent sur l’inconstance politique de Foucault, ils trouveront dans Foucault, la gauche et la politique de solides éléments de réponse.

CHRISTOPHE VOILLIOT

  1. José Luis Moreno Pestaña, En devenant Foucault. Sociogenèse d’un grand philosophe, Broissieux, Éditions du Croquant, 2006. []
  2. Serge Audier, « Critique politique des “foucaulâtres” », article publié le 11 février 2011. []
  3. Louis Pinto, dir., Le commerce des idées philosophiques, Broissieux, Éditions du Croquant, 2009. []
  4. Michaël Scott Christopherson, Les intellectuels contre la gauche. L’idéologie antitotalitaire en France (1973-1981), Marseille, Agone, 2009. []
  5. François Ewald, L’État-providence, Paris, Grasset, 1986. []
  6. Christian Laval, Pierre Dardot, La nouvelle raison du monde, Paris, Éditions La Découverte, 2009. []
  7. « Michel Foucault. “Surveiller et punir” : la prison vingt ans après », Sociétés & Représentations, 3, novembre 1996. []
  8. Hubert Dreyfus, Paul Rabinow, Michel Foucault. Un parcours philosophique, Paris, Gallimard, 1984. []

Ch. Voilliot, Eléments de science politique

Christophe Voilliot, Eléments de science politique, L’Harmattan, Logiques politiques, Paris, décembre 2010, 208 pages

Ce livre, fruit d’un travail pédagogique collectif, témoigne de la situation paradoxale de la science politique française contemporaine. Influencée par l’ensemble des sciences sociales, notamment par la sociologie, cette discipline est difficilement accessible aux non spécialistes. Cet ouvrage propose une version unifiée sur des éléments de science politique en s’appuyant sur des travaux récents et sur les acquis de la sociologie. Il souligne aussi les limites de l’approche sociologique en science politique.

TABLE DES MATIERES
Introduction – La science politique : objets, méthodes et problématiques 9
Chapitre 1 : L’ordre politique 15
1/ Naissance de l’État moderne 19
a) Les formes archaïques 20
(1) Les sociétés anciennes 20
(2) Existe-t-il des sociétés sans État ? 27
b) La formation des États modernes ? 29
(3) La sociologie historique 29
(4) La « dynamique de l’Occident » et la genèse d’une bureaucratie d’État 38
(5) Vers un renversement de perspective ? 44
c) L’universalisation de l’ordre étatique 47
(6) Ordre national et ordre international 48
(7) Mondialisation et « crise de l’État » 51
2/ L’analyse sociologique des institutions politiques 61
a) Une catégorie hybride : les régimes politiques 61
(8) Que cent-mille typologies fleurissent… 62
(9) Le triptyque DAT et ses limites 65
b) Une division du travail institutionnalisée 83
(10) Domination et représentation 85
(11) Qu’est-ce qu’un champ politique ? 89
(12) La « politique saisie par le droit » ? 95
Chapitre 2 : La participation politique 101
1/ L’action collective 103
a) Les théories de l’action collective 103
(13) Le paradoxe de l’action collective 104
(14) La mobilisation en théories 108
b) Les formes contemporaines de l’action collective 112
(15) Les groupes d’intérêt 112
(16) La défense des causes et le militantisme 121
2/ La politique électorale 129
a) les comportements électoraux 129
(17) Le vote : de l’évidence à l’analyse 130
(18) Les déterminants sociaux du vote 133
b) Les partis politiques 138
(19) Aux origines des partis politiques 139
(20) Du parti politique à l’entreprise partisane 147
c) Médias, communication et sondages 152
(21) Le journalisme politique 152
(22) L’opinion publique et les sondages 158
Chapitre 3 : L’action publique 165
1/ Qui gouverne ? 167
a) Comment caractériser les gouvernants ? 167
(23) Les élites politiques 167
(24) La « noblesse d’État » 171
b) La politique : une activité spécifique 175
(25) La professionnalisation politique 175
(26) Champ politique et champ du pouvoir 180
2/ Les politiques publiques 185
a) Les différents niveaux de l’action publique 185
(27) De l’Europe aux collectivités territoriales 185
(28) Le rôle des acteurs privés 192
b) L’analyse des politiques publiques 196
(29) Qu’est-ce que l’analyse des politiques publiques ? 196
(30) Pour une sociologie de l’action publique 199
Table des matières 203
Index 205

L. Bonelli et W. Pelletier (dir.), L’Etat démantelé. Enquête sur une révolution silencieuse

Laurent Bonelli et Willy Pelletier (dir.), L’Etat démantelé. Enquête sur une révolution silencieuse, La Découverte, Paris, septembre 2010, 324 pages.

Résumé

Dans le débat public, les diagnostics alarmistes sur la « crise de l’État-providence », et les procès contre l’État-redistributeur, ont laissé place à toujours plus d’injonctions à « réformer l’État ». Cet impératif est devenu le point de ralliement d’élites politiques (de droite comme de gauche), de hauts fonctionnaires nationaux et internationaux, mais aussi des intellectuels les plus en vue, de journalistes, voire de certains syndicalistes.

Que recouvre cette « réforme de l’État » ? Comment a-t-elle été mise en œuvre depuis vingt ans ? Quelles conséquences pour le service public et les usagers ? Ce livre s’efforce de répondre à ces questions en faisant dialoguer des chercheurs, des fonctionnaires et des syndicalistes. L’échange d’analyses et d’expériences permet de dessiner les lignes de force de ce mouvement, tout en restant attentif aux singularités observables.

Ce travail intellectuel et collectif est nécessaire pour comprendre une révolution silencieuse.

Car, si les réformes néolibérales de l’État s’effectuent parfois à grand renfort de publicité (privatisation de La Poste, restrictions des budgets de l’hôpital public ou de l’Éducation nationale), elles sont le plus souvent invisibles, et ne rencontrent que des protestations sectorielles, peu coordonnées, encore moins médiatisées. Elles passent par tel décret, telle directive, telle circulaire, voués à demeurer obscurs et confidentiels, dans certains cas élaborés par des cabinets d’audit privés… La plupart, et parmi les plus structurelles, passent inaperçues, sauf pour ceux qui en affrontent directement les conséquences…

Au terme de ce voyage dans la « réforme de l’État » et ses effets, c’est l’avenir des services publics, de nos services publics, qui est en jeu. C’est-à-dire celui d’un modèle de société

Sommaire :

Avant-Propos, par Serge Halimi

Introduction. Les « mille » démantèlements de l’État, par Laurent Bonelli et Willy Pelletier

I / Promoteurs et promotions de l’État modeste

1. Les rénovateurs du libéralisme, par François Denord

2. La formation des élites d’État et l’avènement d’une nouvelle « classe rapace », par Alain Garrigou

3. La réussite du thème de la « crise de l’État » ou l’impérialisme de la compétence, par Blaise Magnin

4. L’expansion du journalisme économique et la critique de l’État, par Philippe Riutort

5. Comment l’Union européenne ruine le contrôle public de l’économie, par Antoine Schwartz

II / Le nouveau management public

6. La naissance du New Public Management en Grande-Bretagne et sa reformulation par les néotravaillistes, par Jérôme Tournadre-Plancq

7. Workfare et culture gestionnaire : la refonte du service public de l’emploi en Grande-Bretagne, par Corinne Nativel

8. Les modernisations contradictoires de la police nationale, par Laurent Bonelli

9. L’hôpital malade de la rentabilité, par André Grimaldi

10. Vers une justice managériale ?, par Gilles Sainati

11. L’enseignement supérieur autonomisé ou atomisé ?, par Frédéric Neyrat

III / Réorganisations de l’État

12. L’invention de Pôle emploi, par Willy Pelletier

13. L’Éducation nationale dans la tourmente des réformes politiques, par Axel Trani

14. L’« efficacité » de l’École comme enjeu politique et pédagogique, par Sandrine Garcia

15. La réforme des services déconcentrés de l’État. L’exemple de l’Inspection du travail, par Jean-Christian Billard

16. Comment l’État se débarrasse en secret de ses fonctionnaires. L’exemple du ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et de la Pêche, par Ogun Ar Goff

17. Les collectivités locales et la réforme de l’État : le point de vue des élus territoriaux, par Gilles Garnier et Francine Bavay

IV / Paupérisation de l’État et privatisation : des usagers aux clients

18. La privatisation des chemins de fer sur les rails de l’exemple allemand, par Olivier Cyran

19. Les privatisations de France Telecom, entretien avec Willy Pelletier

20. Privatisation réalisée et privatisation en cours : des télécommunications à La Poste, par Hélène Adam

21. Les externalisations du ministère de la Défense, par Edouard Sill

22. La culture à l’encan. Politique culturelle et culture du résultat, par Sabine Rozier

23. Modernisation, organisations du travail et souffrances dans la fonction publique, entretien avec Nathalie Robatel

Conclusion. Le nouveau désordre collectif : marché, liberté, autorité, par Bernard Lacroix

Chronologie. Moderniser l’État, une chronologie (1967-2009), par Nathalie Robatel.

A. Cohen, B. Lacroix, Ph. Riutort (dir.), Nouveau manuel de science politique

Nouveau manuel de science politique

Antonin COHEN, Bernard LACROIX, Philippe RIUTORT

Ce Nouveau manuel propose une vaste présentation des connaissances disponibles en science politique. Unique manuel collectif en langue française, mobilisant l’expertise de plus de 70 auteurs, il réunit les meilleurs spécialistes des nombreux thèmes abordés. La diversité de ces thèmes, des objets les plus classiques de la discipline aux sujets les plus contemporains, le traitement novateur de certaines questions, l’attention particulière accordée aux relations transnationales et à la politique comparée, la discussion des auteurs de sociologie et d’histoire, l’historicisation des processus sociaux qui ont donné corps à la politique moderne font de cet ouvrage un outil de travail indispensable et incomparable. Il s’adresse aux étudiants en science politique et aux étudiants en droit, histoire, sociologie, économie ayant des options de science politique au programme dans le cadre de leur cursus LMD, au sein des Universités comme des Instituts d’études politiques, en France et dans les pays francophones (Belgique, Suisse, Québec, etc.). Par sa clarté pédagogique et son exhaustivité thématique et bibliographique, il est destiné aux étudiants de la L1 jusqu’au M2 (incluant la préparation aux concours).

Collection
: Grands Repères Manuels

Parution : septembre 2009
Nb de pages : 792
Prix : 35 €
ISBN : 9782707153661
Dimensions : 170 * 240 mm
Façonnage : Broché


Table des matières

Avant-propos
Chapitre introductif : L’analyse des phénomènes politiques
Introduction
1. Qu’est-ce que la politique ?,
par Antonin Cohen, Bernard Lacroix, Philippe Riutort 1. Une question de définition 2. Un point de vue wébérien
2. Qu’est-ce que la science politique ?
, par Antonin Cohen, Bernard Lacroix, Philippe Riutort 1. La quête illusoire des origines 2. Une lente et partielle autonomisation académique 3. Une « vraie » science

I / Genèses des groupements politiques
Introduction
1. Vie et mort des groupements et des formes politiques, par Xavier Landrin 1. La construction de l’ordre féodal 2. L’invention du passé national
2. Genèses et constructions de l’État moderne, par Bernard Lacroix 1. La monopolisation : conquête des monopoles et conquête territoriale 2. La puissance publique : serviteurs de l’État et raison d’État
3. Constructions pratiques et symboliques des frontières politiques, par Arnault Skornicki 1. Borner, mesurer, compter l’État 2. Représenter l’État

II / Figures historiques de l’État parlementaire
Introduction

1. La division du travail en politique, par Éric Phélippeau 1. Mandants et mandataires : la différenciation de rôles politiques 2. L’autonomisation et la spécialisation de la politique moderne 3. La professionnalisation des auxiliaires du travail politique
2. L’apprivoisement du suffrage universel, par Alain Garrigou 1. Politisation et démocratisation 2. Émancipation et domestication des dominés 3. Vote et science de la politique
3. La genèse de la concurrence pour la ratification : les partis politiques, par Hervé Fayat 1. Une question de définition et de méthode 2. Sociogenèse des partis et configuration des rapports de représentation 3. L’établissement d’une concurrence partisane

III / Différenciations des formes de pouvoir
Introduction

1. Concurrence entre élites et champ du pouvoir, par Christophe Charle 1. Bilan historiographique 2. Modèle napoléonien et modèle prussien 3. L’impossible modèle anglais 4. Le compromis républicain 5. Une spécificité française : la bourgeoisie de robe 6. Les nouveaux conflits de légitimité
2. Les formes de concurrence non démocratique
2
. 1. Le fascisme et le nazisme , par Enzo Traverso 1. Aux origines du fascisme 2. L’idéologie fasciste 3. Fascisme italien et nazisme allemand : quelles différences ?
2. 2. Le soviétisme, par Bernard Pudal 1. Une fausse piste : le concept de totalitarisme 2. La matrice soviétique 3. La question de la bureaucratie 4. Dictatures, violences politiques et reproduction du régime politique
3. Les concurrences « ailleurs »
3. 1. La Chine, par Stéphanie Balme 1. Que faire de la géographie et de l’Histoire ? 2. Le triptyque institutionnel : État, parti, armée 3. Conflits de légitimité : le droit au cœur du politique
3 . 2. L’Inde, par Roland Lardinois 1. Religions, castes et langues 2. Société et politique
3. 3. Le monde arabe, par Bernard Rougier 1. Concurrences régionales et pluralisme politique 2. La gestion volontaire de la conflictualité sociale 3. Les contradictions internes du bloc autoritaire 4. Les concurrences au sein de l’État corporatiste 5. Les concurrences au sein de l’espace religieux
3. 4. L’Afrique, par Luc Sindjoun 1. La concurrence politique comme concurrence guerrière 2. La concurrence politique comme concurrence pacifique
4. Les transitions démocratiques
4. 1. En Europe centrale et orientale, par Frédéric Zalewski 1. La centralité du paradigme « transitologique » 2. Les dynamiques politiques et sociales du postcommunisme
4. 2. En Afrique , par Mamoudou Gazibo 1. La dynamique de la transition en Afrique 2. La problématique de la consolidation des transitions africaines

IV / Le champ du pouvoir
Introduction
1. Le pouvoir de la force

1. 1. Les forces armées , par Jean Joana 1. Genèses de l’administration militaire 2. Pouvoir militaire et pouvoir politique : quelles relations ?
1. 2. Les forces de police, par Laurent Bonelli 1. Police des villes, police de l’État 2. Les métiers policiers 3. Autonomie, luttes et hiérarchies policières
2. Le pouvoir judiciaire, par Antoine Vauchez 1. Justice et Politique 2. Sociologie politique de la judiciarisation
3. Le pouvoir économique
3. 1. Les groupes d’intérêt, par Hélène Michel 1. Genèse et pérennisation des groupes d’intérêt 2. Les groupes d’intérêt dans des configurations étatiques 3. Pratiques de défense et enjeux de l’action collective
3. 2. La corruption politique , par Pierre Lascoumes 1. Le paradoxe d’une réprobation forte aux effets politiques faibles 2. Du réformisme moral au constructivisme : perspectives théoriques 3. De la règle à la norme : tendances contemporaines
4. Le pouvoir religieux et l’État en France, par Yann Raison du Cleuziou 1. Deux universalismes concurrents 2. Entre émancipation et dépendance 3. Un espace de socialisation politique paradoxal 4. Recompositions du « croire » et recompositions politiques 5. La politique religieuse et l’impensé de la laïcité 6. Les enjeux du symbolique
V. La domination bureaucratique
Introduction
1. Les hauts fonctionnaires et la politique
, par Françoise Dreyfus 1. Élite administrative, élite sociale ? 2. Des nominations politisées ? 3. L’élite administrative en politique 4. Les hauts fonctionnaires, acteurs des politiques publiques ?
2. Administration et pouvoir local, par Christian Le Bart 1. Le temps des notables et de l’administration locale 2. Le temps des entrepreneurs politiques
3. L’action publique, par Vincent Dubois 1. Les héritages d’une discipline appliquée 2. Les configurations sociales de l’action publique 3. De la construction des problèmes publics aux modes de gouvernement

VI / Le champ politique
Introduction

1. Le recrutement social des professionnels de la politique, par Nicolas Hubé 1. Classe, élite(s), oligarchie ? Les professionnels de la politique 2. La politique comme profession 3. La sélection sociale du personnel politique

2. Les institutions politiques,
par Delphine Dulong 1. La fondation des institutions 2. La socialisation institutionnelle 3. La légitimation des institutions politiques
3. Les rapports ordinaires à la politique,
par Pierre Lefébure 1. L’enjeu d’une définition extensive du rapport au politique 2. Les propriétés sociales comme sources des rapports ordinaires au politique 3. Les situations et les contextes dans l’activation des rapports ordinaires au politique 4. Apports interdisciplinaires pour saisir les rapports ordinaires au politique

VII / Le phénomène électoral
Introduction

1. L’opération électorale, par Christophe Voilliot 1. Genèse de l’opération électorale 2. Le vote en actions et en représentations 3. Les aléas d’un modèle
2. Le travail de mobilisation électorale,
par Rémi Lefebvre 1. L’invention des campagnes électorales 2. Professionnalisation des campagnes et bricolages électoraux 3. Transformations et continuité de la mobilisation électorale
3. Les explications du vote,
par Patrick Lehingue 1. André Siegfried : le précurseur en France 2. Lazersfeld et l’École de Columbia : la naissance des grandes enquêtes 3. Un héritage controversé 4. Variables sociales objectives et subjectives
VIII / L’entreprise partisane
Introduction
1. Partis et configurations partisanes
, par Michel Offerlé 1. Typologies et travaux de terrain 2. Définir les partis politiques 3. Configurations partisanes 4. Les partis comme relation sociale 5. Caractéristiques partisanes
2. Le leadership partisan, par Julien Fretel 1. L’institutionnalisation du leadership partisan 2. Devenir dirigeant de parti 3. Ce que gouverner un parti veut dire

3. Investissements et désinvestissements partisans
, par Philippe Juhem 1. L’investissement au sein des partis de gestion gouvernementale 2. Flux et reflux des investissements partisans amateurs

IX / Les mobilisations
Introduction
1. Répertoires d’action des mobilisations, par Erik Neveu 1. Le modèle de Tilly 2. Le répertoire comme mobilisation de ressources 3. Varier les répertoires 4. Un répertoire de troisième génération ?

2. Émergence et développement des mobilisations,
par Olivier Fillieule 1. Structures et infrastructures du mécontentement 2. Dynamiques de la mobilisation
3. Dynamiques et effets des mobilisations, par Erik Neveu 1. Les dispositifs de filtrage et d’accueil 2. Identifier des impacts 3. Des mobilisations aux révolutions 4. Les effets des mouvements sur les groupes mobilisés
X / Le travail de mise en forme symbolique de la politique

Introduction
1. Mises en scène du pouvoir politique,
par Philippe Riutort 1. Récits du pouvoir et pouvoir du récit : les mises en forme de l’autorité politique 2. Le pouvoir politique et ses contestations symboliques
2. Intellectuels et politique, par Frédérique Matonti 1. Les intellectuels avant les « intellectuels » 2. Les intellectuels et leurs engagements politiques Littératures « ignobles » : politique et histoire sociale des idée, par Erik Neveu
3. Médias et politique, par Philippe Riutort 1. La lancinante question des effets : médias et comportements politiques du public 2. L’activité politique sous contrainte médiatique
XI / La construction européenne
Introduction

1. Construction des espaces de pouvoir transnationaux en Europe, par Antonin Cohen 1. La dynamique des concurrences entre États européens 2. La genèse de l’espace de pouvoir transnational européen 3. Institutionnalisation des espaces de pouvoir transnationaux européens
2. La dynamique endogène des institutions européennes, par Antonin Cohen 1. Les transformations politiques et sociales des institutions 2. La formation d’un « milieu communautaire » 3. La fabrique de la décision supranationale
3. L’Europe au quotidien, par Romain Pasquier et Julien Weisbein 1. L’Europe au quotidien : quels acteurs ? 2. L’Europe au quotidien : les mécanismes de changements 3. L’Europe au quotidien : quels effets ?

XII / Les relations internationales
Introduction
1. La théorie des relations interétatiques
, par Dario Battistella 1. Les relations interétatiques comme rapports de puissance : la théorie (néo-) réaliste 2. Les relations interétatiques comme rapports de coopération : l’antithèse (néo-) libérale 3. Les relations interétatiques comme rapports d’identité : la tentative de synthèse constructiviste
2. Espaces de pouvoirs nationaux, espaces de pouvoir internationaux, par Yves Dezalay et Mikael Rask Madsen
1. Des réseaux transnationaux sans ancrage national 2. World Society et dynamique de découplage
3. Les flux internationaux : ordre politique et changement social, par Didier Bigo 1. Flux, État, ordre et changement 2. La gestion des flux par les États : le récit réaliste de l’ordre gouvernemental 3. Penser les flux et le changement : liquidité et/ou lignes de fuite ? Sociologie politique de l’international

LES AUTEURS

Stéphanie Balme, Sciences Po Paris (CERI)
Dario Battistella, IEP de Bordeaux
Alban Bensa, EHESS Paris (IRIS)
Laure Bereni, Université Lille II
Didier Bigo, Sciences Po Paris (CERI)
Laurent Bonelli, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense (GAP)
Yves Buchet de Neuilly, Université Lille II (CERAPS)
François Buton, EHESS Paris
Frédéric Charillon, Université d’Auvergne Clermont I
Christophe Charle, Université Paris I – Panthéon-Sorbonne
Emmanuel de Crouy Chanel, Université d’Amiens ; Université Paris I – Panthéon-Sorbonne
Dominique Damamme, Université Paris Dauphine
Éric Darras, IEP de Toulouse (LaSSP)
Yves Dezalay, CNRS, EHESS Paris (CSE)
Véronique Dimier, Université Libre de Bruxelles
Françoise Dreyfus, Université Paris I-Sorbonne
Vincent Dubois, Institut universitaire de France – IEP de Strasbourg (GSPE – PRISME)
Delphine Dulong, Université Paris I – Panthéon-Sorbonne (CRPS)
Gilles Favarel-Garrigues, Sciences Po Paris (CERI)
Hervé Fayat, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense (GAP)
Olivier Fillieule, Université de Lausanne (Suisse)
Julien Fretel, Université de Picardie Jules Verne d’Amiens (CERAPS-Lille2)
Camille Froidevaux-Metterie, Université Paris II – Panthéon – Assas
Alain Garrigou, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense
Mamoudou Gazibo, Université de Montréal (Canada)
Didier Georgakakis, IEP de Strasbourg
Boris Gobille, ENS Lettres & Sciences Humaines Lyon
Nicolas Hubé, Université Paris I – Panthéon-Sorbonne (CRPS)
Jean Joana, IEP de Toulouse
Philippe Juhem, Université de Strasbourg
Xavier Landrin, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense
Roland Lardinois, CNRS, EHESS Paris (Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du Sud)
Pierre Lascoumes, Sciences Po Paris (CEE/CNRS)
Marine de Lassalle, IEP de Strasbourg
Sylvain Laurens, Université de Limoges
Christian Le Bart, IEP de Rennes (CRAPE-CNRS)
Christophe Le Digol, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense (GAP)
Rémi Lefebvre, Université de Lille II (CERAPS)
Jean-Baptiste Legavre, Université de Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines
Patrick Lehingue, Université d’Amiens
Pierre Leroux, IEP de Rennes (CRAPE-CNRS)
Nicolas Mariot, Université d’Amiens (CURAPP-CNRS)
Thomas Marty, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense(GAP)
Frédérique Matonti, Université Paris I – Panthéon-Sorbonne (CRPS-CNRS)
Sophie Maurer, Université Sorbonne Nouvelle Paris III
Nonna Mayer, Sciences Po (CNRS)
Hélène Michel, Université de Strasbourg (GSPE-PRISME)
Joseph Morsel, Université Paris I – Panthéon-Sorbonne (LAMOP)
Érik Neveu, IEP de Rennes (CRAPE-CNRS)
Michel Offerlé, ENS
Romain Pasquier, IEP de Rennes (CRAPE-CNRS)
Éric Phélippeau, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense
Emmanuel Pierru, Université Lille II (CERAPS)
Frédéric Pierru, Université Paris Dauphine (IRISSO)
Bernard Pudal, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense (CSU-CNRS)
Yann Raison du Cleuziou, Université Paris I – Panthéon-Sorbonne (CRPS)
Mikael Rask Madsen, Université de Copenhague
Hervé Rayner, Chercheur à l’Osservatorio della via politica de Bellinzona (Italie)
Christiane Restier-Melleray, IEP de Bordeaux
Bernard Rougier, Université d’Auvergne ; Sciences Po Paris, Collège de France
Sabine Rozier, Université de Picardie Jules Verne (CURAPP/CNRS)
Vanessa Ruget, Salem State College (Etats-Unis)
Arnaud Skornicki, Université Paris Ouest-Nanterre La Défense/GAP
Luc Sindjoun, Université de Yaoundé II (Cameroun)
Isabelle Sommier, Université Paris I – Panthéon-Sorbonne/CRPS
Julien Talpin, Post-doctorant, Laboratoire Cultures et sociétés urbaines (Université Paris VIII)
Bruno Théret, Université Paris Dauphine ; CNRS/IRISSO
Enzo Traverso, Université de Picardie ; CURAPP/CNRS
Antoine Vauchez, Institut universitaire européen de Florence (Italie)
Christophe Voilliot, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense/GAP
Bernard Voutat, Université de Lausanne (Suisse)
Julien Weisbein, IEP de Toulouse
Jean-Marc Weller, Université Paris-Est Marne-la-Vallée
Frédéric Zalewski, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search