BONELLI Laurent

Maître de conférences en science politique de l’université de Paris Ouest-Nanterre.

laurent.bonelli@conflits.org

Responsabilités scientifiques

Co-rédacteur en chef de la revue Cultures & Conflits et membre  du comité éditorial de la revue International Political Sociology (Wiley-Blackwell).

Publications

Ouvrages et direction d’ouvrages collectifs

Laurent Bonelli, La France a peur. Une histoire sociale de « l’insécurité », Paris, La Découverte, 2008.
Edition de poche, revue et augmentée, septembre 2010

Laurent Bonelli et Willy Pelletier (dir.), L’Etat démantelé. Enquête sur une révolution silencieuse, Paris, La Découverte, 2010.

Didier Bigo, Laurent Bonelli et Thomas Deltombe (dir.), Au nom du 11 septembre. Les démocraties occidentales à l’épreuve de l’antiterrorisme, Paris, La Découverte, 2008.

Laurent Bonelli et Gilles Sainati (dir.), La machine à punir. Pratiques et discours sécuritaires. L’Esprit Frappeur, Paris, mars 2001, 320 pages. Réédition, revue et augmentée 2004, 390 pages.

Chapitres d’ouvrages collectifs

« Les “mille” démantèlements de l’Etat », avec Willy Pelletier, in Laurent Bonelli et Willy Pelletier (dir.), L’Etat démantelé. Enquête sur une révolution silencieuse, Paris, La Découverte, 2010, pp.13-25.

« Les modernisations contradictoires de la police nationale », in Laurent Bonelli et Willy Pelletier (dir.), L’Etat démantelé. Enquête sur une révolution silencieuse, Paris, La Découverte, 2010, pp.102-117.

« Les forces de police », in Antonin Cohen, Bernard Lacroix et Philippe Riutort (dir.), Nouveau manuel de science politique, La Découverte, Paris 2009, pp.235-241.

« D’une configuration disciplinaire à l’autre ? », in Bernard Harcourt (dir.) Discipline, security and beyond, Carceral Notebooks, Volume IV, Chicago 2009, pp. 7-22.

« Postface » de l’ouvrage de Bertrand Rothé, Lebrac, trois mois de prison, Seuil, Paris, 2009, pp. 271-283.

“‘Hidden in Plain sight’ : intelligence, exception and suspicion after 11 September 2001”, in Didier Bigo et Anastassia Tsoukala (dir.), Terror, Insecurity and Liberty. Illiberal Practices of Liberal Regimes after 9/11, London, Routledge, 2008, pp.100-120.

« “¡Ya estábamos pisando a fondo desde 1995 !”. La sorprendente estabilidad del antiterrorismo francés antes y después del 11S », in Charles T. Powell et Fernando Reinares (dir.), La democracias occidentales frente al terrorismo global, Ariel, Barcelona, 2008, pp.195-223.

« Les caractéristiques de l’antiterrorisme français : “Parer les coups plutôt que panser les plaies” », in Didier Bigo, Laurent Bonelli et Thomas Deltombe (dir.), Au nom du 11 septembre. Les démocraties occidentales à l’épreuve de l’antiterrorisme, Paris, La Découverte, 2008, pp.168-187.

“Policing the youth : towards a redefinition of discipline and social control in French working-class neighbourhoods”, in Sudhir Venkatesh, (Ed.) Youth, Globalization and the Law, Stanford University Press, 2007, pp. 90-123.

« Formation, conservation et reconversion de dispositions antisubversives. L’exemple des renseignements généraux » in Sylvie Tissot, Christophe Gaubert et Marie-Hélène Lechien (dir.), Reconversions militantes, Limoges, Presses universitaires de Limoges, 2006, pp.79-104.

“Acción colectiva y suburbios. Reflexiones sobre el otoño francés de 2005”, in Roberto Bergalli et Iñaki Rivera Beiras (dir.) Emergencias urbanas, Barcelone, éditions Anthropos, 2006, pp.169-182.

« The control of the enemy within ? Police intelligence in the French banlieues » in Didier Bigo and Elspeth Guild (dir.) Controlling Frontiers : Free Movement into and within Europe, Ashgate, London, 2005, pp.193-204.

“Obsesión securitaria e ilegalismos populares en Francia, desde principios de 1980”, in Roberto Bergalli et Iñaki Rivera Beiras (dir.) Política criminal de la guerra, Barcelone, éditions Anthropos, 2005, pp.99-143.

Participation à des ouvrages institutionnels

Council of Europe, Young people from lower-income neighbourhoods. Guide to new Policy approaches, Council of Europe Publishing, Strasbourg, 2007, 241 pages.

Council of Europe, Migrants and their descendants. Guide to policies for the well-being of all in pluralist societies, Council of Europe Publishing, Strasbourg, 2010, 294 pages.

Articles dans des revues à comité de lecture

« Les Renseignements généraux et les violences urbaines ». Actes de la Recherche en Sciences Sociales n°136-137, mars 2001, pp. 95-103.

« Evolutions et régulations des illégalismes populaires en France depuis le début des années 1980 », Cultures & Conflits, n°51, automne 2003, pp. 9-42.

« Un ennemi anonyme et sans visage. Renseignement, exception et suspicion après le 11 septembre 2001 », Cultures & Conflits n°58, été 2005, pp.101-129.

« Quand les consultants se saisissent de la sécurité urbaine », Savoir / Agir n°9, septembre 2009, pp. 17-28.

« De l’usage de la violence en politique », Cultures & Conflits n° 81-82, printemps/été 2011, pp. 7-16

Articles dans des revues sans comité de lecture

« Les contrats locaux de sécurité : une sécurité déléguée ? » Regards sur l’actualité, n° 284, octobre 2002, pp.53-63.

« Ordre social et ordre policier dans les quartiers populaires français », Les politiques sociales, n°1&2 – 2003, pp. 52-65.

« Insécurité(s), marginalité sociale et exclusion politique des quartiers populaires français : quelles origines et quelles alternatives ? » Tendances de la cohésion sociale n° 11, janvier 2005, pp. 69-92.

« Quelle sécurité pour les migrants et leurs enfants ? Réflexions à partir de l’exemple Catalan », Tendances de la cohésion sociale n° 19, décembre 2007, pp.99-119.

Enseignements universitaires

2009-2012. CM Introduction aux politiques publiques (L2) ; CM Les enjeux de la sécurité en Europe (M1) ; CM Réformes de l’Etat et nouvelle gestion publique (M1) ; séminaire sur les politiques de la Ville, une approche sociologique (M2).

2008-2009. CM Initiation aux politiques publiques (M1) ; CM Les enjeux de la sécurité en Europe (M1) ; CM Les transformations de l’Etat sous la Ve République (L3) ; séminaire sur les politiques de la Ville (M2).

2005-2006. Consultant pour l’Open University de Londres (université d’enseignement à distance). Elaboration (avec Jef Huysmans) du cours DD306 Politics and Religion (68 heures).

2003-2004. Attaché temporaire d’enseignement et de recherche (ATER). Enseignements : sociologie politique approfondie en maîtrise de science politique (deux groupes) et introduction à la science politique en 1e année de Droit (trois groupes). Université Paris X-Nanterre (96 heures).

2002-2003. Attaché temporaire d’enseignement et de recherche (ATER). Enseignements : sociologie politique approfondie en maîtrise de science politique (deux groupes) et introduction à la science politique en 1e année de Droit (trois groupes). Université Paris X-Nanterre (96 heures).

2001-2002. Chargé d’enseignement : séminaire approches critique de la sécurité, DEA de sociologie politique et de politique comparée. Université Paris X-Nanterre (24 heures).

2000-2001. Chargé d’enseignement : introduction à la science politique, 1er année de Droit (2 groupes). Université Paris X-Nanterre. (33 heures).

1999-2000. Chargé d’enseignement : introduction à la science politique, 1er année de Droit (2 groupes). Université Paris X-Nanterre. (33 heures).

Contrats de recherche

Collectifs

2011-2013. Coordination de l’enquête Trajectoires sociales, carrières judiciaires et politiques pénales : une analyse quanti-qualitative de trois populations de mineurs passées par le tribunal de grande instance de Nanterre (1996 – 2001 – 2006). GAP / CLERSE.

2011-2012. Membre du working group Living in dignity in the 21st century : poverty, human rights and democracy, du Conseil de l’Europe.

2007. Senior researcher dans le programme Studies on violent radicalization, mené par le centre d’études et de recherches internationales (CERI), le King’s College de l’université de Londres et l’université Rey Juan Carlos de Madrid, pour le compte de la Commission Européenne.

2004-2009. Junior researcher dans le programme The Changing Landscape of European Security (Challenge) PCRD6 de la Commission Européenne, conduit au niveau français par le CERI.

2003-2006. Junior researcher dans le programme European Liberty and Security. Security Issues, Social Cohesion and Institutional Development of the European Union-ELISE-SERD-2002-00124, DGXII-Commission Européenne, conduit au niveau français par le CERI.

2000-2001. La fonction de protection : une approche dynamique et dialectique. Laurent Bonelli, Didier Bigo et Anastassia Tsoukala, contrat pour le ministère de la Défense – Délégation à l’action stratégique, 164 pages.

1999-2001 Les nouvelles formes de gestion publique de la déviance en Europe. Contrat collectif de Centre de Sociologie Européenne. TSER Commission européenne (n°SOE2-CT98-3069).

Individuels

2007. Le rôle du dialogue interculturel. Contribution au Livre blanc sur le dialogue interculturel du Conseil de l’Europe, DG IV, 52 pages.

2006. Politiques sociales, politiques de sécurité et migrants en Catalogne. Rapport exploratoire pour le Conseil de l’Europe, DG III, cohésion sociale, Strasbourg, 120 pages.

2001-2002. Formation à l’Europe, formation de l’Europe. L’impact de l’européanisation sur les cours et doctrines de formation. Ministère de la Défense – Délégation aux affaires stratégiques, 125 pages.

2000-2001. La sécurité locale comme mobilisation. La mise en place des contrats locaux de sécurité (CLS) de Beauvais, Créteil, Toulouse et Issy-les-Moulineaux. Ministère de l’Intérieur – IHESI, 155 pages.

Colloques et communications

Septembre 2012. Un point de vue de science politique sur les menaces, conférence d’ouverture des journées d’études sur le concept de menace, Paris, Institut de psychologie de l’université Paris Descartes.

Juillet 2012. Governing the Police. Political Bargaining and Organisational Outputs in the French Police Reforms (1982-2010), communication à l’atelier Politics, Security, and Policing: Between Protection and Violence de l’International Political Science Association (IPSA), Madrid.

Mai 2012, Variations sur la menace globale : les services de renseignements et le “péril islamique” (France, Espagne, Royaume-Uni), communication au séminaire L’islamophobie en France : enjeux théoriques et méthodologiques, EHESS, Paris.

Mai 2011. L’immobilité comme enjeu de contrôle et de discipline, communication au colloque Technologies de la sécurité, mobilité et exceptionnalité, Paris  CERI / Télécom Ecole de Management.

Avril 2011. Las racionalidades antiterroristas, communication au département de droit de l’université de la Corogne (Espagne)

Avril 2011. Discutant de la séance « Jeunesses radicales en Russie » du séminaire Sociologie politique de la Russie, Paris, EHESS.

Mars 2011. Discutant au colloque, La police russe en procès, Paris CERI / CERCEC (EHESS-CNRS)

Mars 2011. Discutant de l’ouvrage de Bernard Harcourt, The Illusion of Free Markets. Punishment and the Myth of Natural Order, Harvard University Press, janvier 2011, Paris, Ecole Normale Supérieure

Janvier 2011. Des indisciplines juvéniles à “l’insécurité”. La genèse d’une préoccupation publique pour la sécurité en France depuis le milieu des années 1970, communication au colloque Jeunesse et violence. Perspectives socio-historiques, Bruxelles, Université catholique de Louvain.

Septembre 2010. Organisation et introduction de l’atelier Les résistances à l’autorité policière dans les démocraties occidentales, VI Congrès Marx international, Crises, révoltes, utopies, Université de Paris-Ouest-Nanterre.

Mai 2010. Un Etat pénal à la française ?, communication au colloque Le corps, le ghetto et l’Etat pénal. Autour du travail de Loïc Wacquant, Université de Paris 1 (Paris)

Avril 2009. La construction politique de « l’insécurité », des années 1970 à nos jours, communication au troisième congrès de l’Association française de sociologie (Violence et société, session G), Paris.

Avril 2009. New Threats, Old Challenges. Intelligence and Counter-terrorism after 9/11, communication au colloque Transatlantic Perspectives on the Local Pursuit of Intelligence, University of Illinois College of Law (Urbana, Etats-Unis)

Juin 2008. D’une configuration disciplinaire à l’autre. Communication au colloque Le Carcéral, Sécurité, and Beyond : Rethinking Michel Foucault’s 1978-1979, University of Chicago Paris Center, Paris.

Décembre 2007. L’exception ordinaire : renseignement et anti-terrorisme. Communication au colloque « Elites & Etat d’exception » de l’Université de Paris Est.

Juillet 2007, Revolta als suburbis francesos, Communication au colloque « Globalització, moviments socials i polítiques d’ordre públic », Université Pompeu Fabra, Barcelone.

Juillet 2006. Revuelta en los suburbios franceses : las causas de una cólera. Communication au colloque “La inmigración en España : retos y propuestas”, Université de Burgos.

Juillet 2005. Islam, terrorisme et visions sécuritaires (France, Espagne, Grande-Bretagne). Communication au colloque « Islam, médias et opinion publique. Déconstruire le choc des civilisations », UNESCO, Paris.

Mars 2005. La obsesión por la seguridad en Francia. Communication aux journées « Política criminal de la guerra. Abans i després de l’11-S 2001 i de l’11-M 2004 (a Estats Units i a Europa) », Université de Barcelone.

Juin 2004. Implications of the label of Terrorism, Police and intelligence. Communication au colloque “Policy Implications and Restructuring of Police and Army in Antiterrorist Fights – The Problem of Legitimacy and Globalized Response Mechanisms in Light of the 11-M Events”, Centre for European Policy Studies, Bruxelles.

Janvier 2004. Police, Intelligence and Anti-terrorist Services : the Little World of the Intelligence Professional, communication au colloque “Rearticulating the Politics of Liberty and Security : Globalised Exceptionalism and the Transformation of the Modern State”, King’s College, University of London.

Mars 2003. Renseignements généraux et violences urbaines : Les transformations de la surveillance politique en France au début des années 90. Communication au colloque « Regards croisés entre politistes et historiens sur la surveillance politique », CERI, Paris.

Mars 2003. De la surveillance des militants à celle des violences urbaines : la reconversion d’un capital politique policier. Communication au colloque « Les reconversions militantes », Université de Limoges.

Mars 2002. Police knowledge and urban threats. Communication à l’International Studies Association Conference, Nouvelle Orléans.

Septembre 2001. Discutant au colloque L’Etat gère-t-il toujours la sécurité ?, co-organisé par le CERI et la revue Cultures et Conflits.

Février 2001. Social control and criminalisation of poverty : police and penal affirmative action in French working class districts. Communication à l’International Studies Association Conference. Chicago.

Septembre 1999. La surveillance des « violences urbaines ». Communication au VIe congrès de l’association française de science politique. Rennes.

Vulgarisation

Sur les sentiers escarpés de la lutte armée, Le Monde diplomatique, août 2011.

Version anglaise : The secret lives of terrorists.

Version allemande : Die Terroristen. Von RAF bis al-Qaida.

Urgences sociales, outrance sécuritaire, Le Monde diplomatique, septembre 2010.

Les enjeux des politiques d’identification et de surveillance, interview Bibliothèque publique d’information, janvier 2009.
Tarnac et l’anti-terrorisme, interview sur Dailymotion, décembre 2008
Des « classes dangereuses » à discipliner, Le Monde diplomatique, mars 2008.
« La France a peur », Là-bas si j’y suis, une émission de Daniel Mermet, France Inter.
Première partie : 7 février 2008. Ecouter sur http://www.la-bas.org/article.php3 ?id_article=1365
Seconde partie : 8 février 2008. Ecouter sur http://www.la-bas.org/article.php3 ?id_article=1366
(Avec Hervé Fayat) : De compagnon de route à conseiller du patronat, Le Monde diplomatique, mai 2006.
Les raisons d’une colère, Le Monde diplomatique, décembre 2005. (Version en anglais : The trouble with the banlieues)
Quand les services de renseignement construisent un nouvel ennemi
, Le Monde diplomatique, avril 2005 (version en italien).
Une vision policière de la société, Le Monde diplomatique, février 2003 (version en espagnol).
L’œil des Renseignement généraux, dans « Sociétés sous contrôle », Manière de voir n°56, mars-avril 2001.
Des quartiers en danger aux « quartiers dangereux », Le Monde diplomatique, février 2001 (version en italien)
Les architectes du social libéralisme, Le Monde diplomatique, septembre 1998.

PLONT Cédric

cedric.plont@gmail.com

Doctorant en Science Politique sous la direction de Bernard Lacroix (GAP) et Yves Déloye (CRPS) : « La construction de l’Etat, cérémonies royales et les bourgeois de Paris entre les XVIe et XVIIIe siècles : Emergence politique d’un groupe social dans le processus de construction de l’Etat moderne. »

L’intérêt que porte la science politique à l’Histoire est assez récent, en témoigne la réception de l’œuvre de Norbert Elias avant les années 90. Au sein même de cet intérêt naissant, les analyses sont portées sur un objet canonique de la discipline : le vote. Le désenchantement et la déconstruction de cet usage de la politique concentre la quasi-totalité de l’attention portée par les politistes au passé. La question de la construction de l’Etat, de la formation de la bureaucratie est quelques peu délaissée au profit des analyses historiques, prédominantes sur le sujet. Pourtant, en partant du postulat que l’Etat est un construit, il est alors intéressant de s’interroger sur les étapes de sa formation et sur la linéarité de ce processus. Ce travail nécessite une approche compréhensive qui donne une place à l’analyse des acteurs et des usages des institutions. Quelle fut la place des bourgeois dans la démonstration cérémonielle ? Quelles en furent leurs récits et pour quels usages ? En quoi peut-on en déduire les errements et les balbutiements d’un régime politique particulier ?

Sujets de recherche

Sociogenèse de l’Etat moderne français.
Transformations de la société d’Ancien Régime.
Construction d’une identité sociale et politique particulière : « les Pieds noirs ».

 

COMMUNICATIONS et INTERVENTIONS

2011                Intervenant au 4ème Congrès francophone de Science Politique à Bruxelles, Tribune

                          « Jeunes Chercheurs » : « Processus de construction de l’Etat, cérémonies royales et

                        bourgeoisie entre les XVIe et XVIIIe siècles : socio-histoire de l’émergence politique d’un

                        groupe social. », 20 avril.

2010                Intervenant Séminaire de recherche « Was ist das Politische ? », « Elias et la science  

                        politique : de l’intérêt de La Société de Cour dans l’analyse du politique (16 e – 17 e

                        siècles) », Université de Bielefeld,  7-10 juillet.

PUBLICATIONS

 

2011              « Informations bibliographiques », Revue française de science politique 3/2011 (Vol. 61),

p. 598-601. Lemoine (Yves) – Fernand Braudel, ambition et inquiétude d’un historien. –

Paris, Éditions Michel de Maule, 2010.

2010              Participation  à la rédaction de ROUX J.C., LEMOINE Y., Chenue, l’art transporté. 250 ans

                       de conservation du patrimoine , Edition Michel de Maule, Paris.

 

CHARGES DE COURS

 

2011                 Assistant de séminaire de Bernard Lacroix, «Histoire des sciences sociales» niveau

Master 2

2009-2011      Chargé d’enseignements, cours d’Introduction à la science politique, Université Paris X

Nanterre, (janvier-mai).

 

 

FAYAT Hervé

Thèse en cours : « Civilité parlementaire et société parlementaire au XIXe siècle ». Dir. B. Lacroix.

Articles dans des revues avec comité de lecture

« Le “Robert & Cougny” et l’invention des parlementaires », (avec Nathalie Bayon), Revue d’histoire du XIX° siècle, N° 32 ­ 2006/1.

« Bien se tenir à la Chambre : l’invention de la discipline parlementaire », Jean Jaurès cahiers trimestriels, numéro 153, 2000, p. 61 à 91.

«  Remarques sur quelques chronologies d’origine syndicale du mouvement social de l’automne 1995 », Scalpel, vol. 4-5, 1999, pages 111-145.

Communication sans actes

« La discipline en séance et la pacification des mœurs parlementaires », contribution au colloque sur l’Etat parlementaire organisé à l’occasion du centenaire de Norbert Elias par la Fondation Elias et le Groupe d’Analyse Politique de Paris-X Nanterre, 15-16 mai 1997.

« Les conditions d’existence d’une parole politique, journée d’étude « la parole politique », Université de Poitiers, novembre 2001.

« La prosopographie », dans le cadre du séminaire « histoire des pratiques et des représentations politiques à l’époque contemporaine » animé par C.Prochasson et V. Duclert, décembre 2003.

«  Le métier parlementaire et sa bureaucratie », Journée d’étude sur le travail de collaboration parlementaire, 18 et 19 juin 2004, Paris X Nanterre.

Ouvrages scientifiques ou contribution à des ouvrages scientifiques

Discourir, in Dictionnaire critique de la République, Vincent Duclert et Chistophe Prochasson (dir), Flammarion, 2002, p. 1022 – 1027.

L’Assemblée Nationale, in Dictionnaire critique de la République, Vincent Duclert et Christophe Prochasson (dir), Flammarion, 2002, p. 1022 – 1027.

« la séparation des pouvoirs », Encyclopædia Universalis, Notions, 2004, p.940

Le métier parlementaire et sa bureaucratie, in Courty G., dir., Le travail de collaboration avec les élus, Paris, Michel Houdiard éditeur, 2005.

Thèmes de recherche

La civilité politique

La division du travail parlementaire, la codification et l’universalisation des moeurs parlementaires

La constitution d’un marché des produits agricoles au XIX° siècle

Charges d’enseignement

Enseignant de Sciences économiques et sociales dans le second degré

1997 à 2000 : chargé de cours à l’IPAG de Paris X-Nanterre : cours, travaux dirigés et coordination de l’enseignement d’économie dans le cadre de la préparation aux concours de la fonction publique.

2005-2006 : chargé de cours à l’UFR des sciences juridiques et politiques de Paris X-Nanterre : cour magistral en licence de science politique (sociologie des partis politiques).

LEHNER Paul

Doctorant en Science Politique sous la direction de Bernard Pudal (CSU-CNRS) depuis 2009.

paul.lehner@u-paris10.fr

Intitulé de la thèse: Socio-histoire de la « juridiction » des conseillers d’orientation scolaire : de « l’orienteur » au « technicien de la relation ». L’institutionnalisation de l’orientation scolaire dans l’évolution du mode de domination à composante scolaire.”

Introduction au programme de recherche:

Mon travail de thèse consiste à réaliser l’histoire sociale d’un métier, celui de Conseiller d’Orientation Scolaire, depuis la réforme d’enseignement Berthoin, qui correspond au premier jalon de l’unification matérielle et symbolique du système éducatif.

Aussi la thèse tend à restituer la dynamique de construction relationnelle et de légitimation d’un domaine de compétences des COS en perpétuelle redéfinition comme en témoignent les transformations successives de l’intitulé de leur métier. Le statut de Conseiller d’Orientation Scolaire et Professionnelle se substitua à celui de Conseiller d’Orientation Professionnelle qui prévalait jusqu’à l’entrée des CO dans le système scolaire en 1959. En 1972, les COSP devinrent des Conseillers d’Orientation. Enfin 1991 correspond au statut de Conseiller d’Orientation Psychologue. Cette évolution de la définition de la profession est à réinscrire dans la formation d’une école unique organisée autour d’un cycle d’observation des « aptitudes » des élèves, censé supplanté la sélection opérée de fait, par la dualité du système éducatif.

L’étude se compose de quatre parties :

1)      Une sociogenèse de la question de l’orientation scolaire du début du XXeme siècle à 1959 restituera les enjeux politiques, scientifiques et corporatifs de l’orientation scolaire. En effet, elle constitue le principe réformateur du double système éducatif puisqu’elle sous tend l’organisation d’un cycle commun d’observation des « aptitudes ». Au-delà de l’unification de l’école qu’elle implique, la mesure des « aptitudes » pose une série de questions : à partir de quels savoirs sont observées les aptitudes ? Qui les déterminent ? Quels savoirs sont constitués comme norme ?

 

2)      Puis, à partir du travail de recherche, on dégage 3 configurations dont l’examen restituera le double mouvement, histoire du poste tel qu’il est défini par l’institution et histoires des agents occupant le poste, au principe de la socio-histoire de la structuration de la profession de COS.

 

–          A) 1960-1968 : Invention du métier de conseiller d’orientation scolaire et la revendication par les COS d’un domaine de compétence non acquis.

 

–          B) 1968-180 : Problématisation et crise du paradigme de psychologie appliquée.

 

–          C) 1981-1993 : Redéfinition du rôle des COS par d’autres segments de la profession autour de nouveaux savoirs.

 

En restituant la pluralité des luttes corporatives, politiques et idéologiques autour du rôle des COS au sein du système éducatif, ainsi que les processus relationnels de construction des politiques scolaires, le thèse tend à illustrer ce que l’on entend par institutionnalisation non pas comme une création immuable, mais plutôt comme quelque chose « qui se fait et se rejoue continuellement, aussi bien dans des conjonctures critiques, où l’affrontement sur sa forme remet en question les définitions stabilisées et révèle la fragilité de sa fonctionnalité présumée, que dans la conjoncture de stabilisation, où semble momentanément conjuré le risque d’une redéfinition radicale et où la force propre de la codification parait s’imposer à tous les agents »  (Lacroix, Lagroye 1992).

 

ENSEIGNEMENTS:

– Depuis 2009: Travaux Dirigés d’Introduction à la Science Politique (Licence 1)  (49,5 h)

– 2012: Travaux Dirigés d’Analyse des Idéologies (Master 1) (33h)

RECHERCHE:

Thèmes de recherche: Sociologie et Histoire de l’École ; Sociologie des Professions ; Sociologie et Histoire des Sciences ; Sociologie de l’Institution; Histoire sociale des Idées Politiques.

Membre de l’équipe de recherche depuis 2011 : «Trajectoires sociales, carrières judiciaires et politiques pénales : une analyse quanti-qualitative de trois populations de mineur passées par le tribunal de grande instance de Nanterre (1996 – 2001 – 2006) ». Enquête financée par le Mission de recherche Droit et Justice.

COMMUNICATION:

– «  De l’utilité du concept de configuration de N. Elias : pour une démonstration de l’école comme objet d’étude de la science politique », journée d’études organisée par le GAP, Université Paris X Nanterre et le SFB (Sonderforschungsbereiche), Université de Bielefeld, Allemagne, autour du thème “Qu’est ce que le/la politique?”, 8 juillet 2010.

–    « Socio-histoire des Conseillers d’Orientation Scolaire (1959-1992): de l’ ‘orienteur’ au ‘technicien de la relation’ », Université de Printemps, entre le GAP, Université Paris X Nanterre, et le SFB, mars 2012.

– “ L’impossible rôle des conseillers d’orientation scolaire (1959-1993) : contribution pour une analyse de l’institutionnalisation d’un mode de domination scolaire”, Journée d’études du 22 et 23 Novembre à l’Université Créteil en partenariat avec le ST 4 de l’AFS. “Les évolutions du champ éducatif et ses professionnalités”.

 

PUBLICATION:

–    Paul Lehner, « Jean-Michel Chapoulie, L’école d’Etat conquiert la France. Deux siècles de politique scolaire, Collection Histoire, Presses Universitaires de Rennes, Mai 2010, 614 p., bibliographie, index », Politix, n°98.

MARTY Thomas

http://hal.archives-ouvertes.fr/aut/Thomas+Marty/
thomas.marty@unistra.fr ; thomarty@hotmail.com

 

Membre associé de l’UMR 7363 SAGE (Sociétés, Acteurs et Gouvernement en Europe),

université de Strasbourg – CNRS.

1. PUBLICATIONS

Ouvrage

Une histoire sociale de la réforme électorale sous la Troisième République, Paris, LGDJ, collection « Fondation Varenne », 2012 (préface de Olivier Ihl).



Articles de revues à comité de lecture :

« De l’espace électoral à son « découpage » : circonscriptions uninominales et circonscriptions de listes sous la Troisième République française. », NOROIS. Environnement, aménagement, société, n° 226, 2013, p. 91 – 106.

« La production doctorale de la doctrine juridique : division du travail académique et politisation des thèses en droit sur les modes de scrutin (1885 √ 1923) », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, n° 25, 2011, p. 281 – 304.

« Des rythmes électoraux aux règles électorales : l’expertise préfectorale des modes de scrutin entre élection et réélection (1889 – 1919)»,  Pôle Sud. Revue de science politique de l’Europe méridionale, n° 25, 2006-II, p. 9 – 23.

Articles de revues sans comité de lecture :

 (avec Gregory Hû et Blaise Magnin), « Le socialisme à la découpe. Retour sur le découpage territorial des circonscriptions électorales législatives au parti socialiste depuis 1905  », Cahiers de RECITS, n° 7, 2010, p. 259 – 277.

Chapitres d’ouvrage :

« L’institution de la stratégie électorale : sur l’opportunité d’une réforme électorale au temps du parti unifié (1905 – 1914) » in Rémi Lefèbvre (dir.), Le socialisme saisi par les institutions, à paraître en 2012.

« L’alternance et la République : d’un nouveau gouvernement à un nouveau « régime ». Mode de scrutin et codification de l’alternance en France entre 1871 et 1885 ». in Philippe Aldrin, L. Bargel, N. Bué et C. Pina (dirs), L’alternance en politique. Sociologie du changement politique, Paris, Karthala, à paraître en 2014.

« Pourquoi, et comment, le droit constitutionnel a perdu l’étude scientifique des modes de scrutin après 1945 ? Contribution à la connaissance des conversions de juristes en politistes » in Céline Pauthier et F. Audren, Disciplines juridiques, disciplines scientifiques, Toulouse, Presse de l’Université des sciences sociales, 2014 (à paraître).

« Le droit mobilisé : les conditions d’impossibilité d’une connaissance juridique des modes de scrutin », in Annie Stora-Lamarre (dir.), La République et son droit (1870 – 1930), Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2011, p. 281 – 297.

«Les réformes électorales comme facteurs de sortie de crise (1875 – 1885) » in Jerôme Grévy (dir.), Sortir de crise. Les mécanismes de résolution de crises politiques (XVIe-XXe siècle), Rennes, PUR, 2010, p. 109 – 122.

« Histoire et sociologie d’une forme de gouvernementalisation de l’action publique départementale : savoir électoral et savoir des préfets au début du vingtième siècle », in Pierre Allorant (dir.),  Administrer : savoirs, évaluations, négociations, Orléans, Presses Universitaires d’Orléans, 2009, p. 63 – 78.

« Entre paysage politique et espace électoral : le canton comme ressource préfectorale de changement du mode de scrutin législatif (1907 – 1927) », dans Yann Lagadec, Jean Le Bihan et Jean François. Tanguy (dirs), Le canton. Un territoire du quotidien dans la France contemporaine, Rennes, PUR, 2009, p. 211 – 223.

« De l’autocritique à l’autoportrait : sociographies d’un débat parlementaire sur le mode de scrutin à la Belle époque », in Jean Garrigues, Eric Anceau, Frédéric Attal,
Noëlline Castagnez, Noëlle Dauphin, Sabine Jansen et Olivier Tort (dirs),Actes du 57e congrès de la CIHAE :Assemblées et parlements dans le monde, du Moyen-Age à nos jours, Paris, Assemblée nationale, 2010, p. 675 – 690.

(Avec Antoine Schwartz), « A bonne distance. Activités intellectuelles, expériences politiques et figures de l’« électeur profane » (fin 19ème – début 20ème siècle) » ? Dans Stéphanie Wojcik et Thomas Fromentin (dirs), Le profane en politique : compétences et engagement du citoyen, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques politiques », 2008, p. 79 – 105.

« La Chambre des députés comme ressource et comme théâtre : la consécration de la cause proportionnaliste par le travail en Commission du Suffrage Universel (1902 – 1919», Dans Antonin Cohen, Bernard Lacroix et Philippe Riutort, Les formes de l’activité politique. Eléments d’analyse sociologique (18è – 20è siècles), Paris, PUF, 2006, p. 83 – 101.

 

Autres publications :

Coordination du dossier de compte-rendus « Ce que voter veut dire » , publié sur le site Nonfiction.fr (articles de C. Desrumaux, L. Willemez et T. Marty), mars 2014.

Compte rendu de « M. Löwy. La cage d’acier. Max Weber et le marxisme wéberien », Archives de sciences sociales des religions, 2014/4.

Compte rendu de « C. Evans. Mener l’enquête, guide des études de publics en bibliothèque » et « H. Pauliat, Culture et politiques culturelles en Europe », Questions de communication, n° 25, 2014.

Compte rendu de « M. Roselli et M. Perrenoud. Du lecteur à l’usager. Ethnographie d’une bibliothéque universitaire », Bulletin des bibliothèques de France, 2011, T.56, n°1, p. 94 – 95

« Les modes de scrutin », contribution à Antonin Cohen, Bernard Lacroix et Philippe Riutort (dirs), Nouveau manuel de science politique, Paris, La Découverte, 2009, p. 106 – 108.

« Le sport olympique comme démocratie représentative ? Institutionnalisation et internationalisation du choix de la ville hôte », in Truyen/Thong Communication/s, n° 28 – 29, 2008, p. 20 – 27 (n° spécial : Jeux Olympiques).

compte rendu de « Yves Déloye, Les voix de Dieu », Archives de sciences sociales des religions, n° 140, 2007, p. 186 – 187.

notices biographiques sur « Jean François Copé » et « Eva Joly » dans Universalis – Universalia 2009.

 

Communications :

« L’espace français de la compétition majoritaire : circonscriptions et candidats depuis les années 1960 ».Communication au 12ème congrès de l’AFSP, ST 28 : La coordination des partis et des électeurs dans les systèmes politiques bipolarisés (dir. B. Dolez et A. Laurent), juillet 2013. Discutant B. Dolez.

«Les logiques territoriales des candidats aux élections législatives (1986 – 2012). Itinéraires géographiques, découpage électoral et espace social des implantations politiques ». Communication au colloque Territoires & rationalités, Université de Strasbourg – Maison inter-universitaire des sciences de l’homme d’Alsace, 15 novembre 2012. Discutant : J. Rowell.

« Pourquoi, et comment, le droit constitutionnel a perdu l’étude scientifique des modes de scrutin après 1945 ? Contribution à la connaissance des conversions de juristes en politistes ». Communication à la Troisième rencontre d’histoire des facultés de droit (XIXe-XXIe siècles), Faculté de droit de Strasbourg, 16 octobre 2012. Discutant : F. Audren.

Communication au séminaire commun GEVIPAR / CHPP Les thèses soutenues récemment sur le Parlement, Paris, FNSP, juin 2012.

Communication au séminaire de clôture de l’Ecole doctorale sciences juridiques et politiques, Université Paris Ouest, 20 juin 2012.

« Presse locale et « descente de la politique » (1906 – 1914). Les compte-rendus des réunions publiques sur la réforme électorale sous la 3ème République ». communication au colloque Pour une approche interdisciplinaire de la presse de province (1830 – 1950), Université de Franche-Comté, mai 2012.

« L’alternance et la République : du nouveau gouvernement au nouveau « régime » (1871-1885) », Communication au colloque (Re)penser les alternances en science politique, Université de Nice, Laboratoire ERMES, 9-11 décembre 2011. Discutant : S. Déchezelles.

« Découpage et réforme du mode de scrutin législatif : une comparaison des savoirs mobilisés depuis la Troisième République », communication au 11ème congrès de l’Association française de science politique, ST n° 36 : Le découpage électoral : histoire, enjeux et méthodes, Strasbourg, 31 août – 2 septembre 2011. Discutant : C. Voilliot.

« Action collective et réforme électorale ». Communication au 55ème congrès de la Society for French Historical Studies, Washington University, Saint-Louis – Missouri, Etats-Unis, 26 – 29 mars 2009.

« Histoire et sociologie d’une forme de gouvernementalisation de l’action publique départementale : savoir électoral et savoir des préfets au début du 20ème siècle », Communication au colloque Administrer : savoirs, évaluations, négociations, Université d’Orléans, Laboratoire des Collectivités Territoriales, 12 décembre 2008.

√ « La 3ème République naissante et ses crises parlementaires : les débats sur les modes de scrutin comme facteurs de sortie de crise : 1871 – 1889 », Communication au colloque Sorties de crise, GERHICO-CERHILIM, Université de Poitiers, 27 – 28 novembre 2008.

√ « Les juristes et l’institutionnalisation de l’élection : entre espérances académiques et détournements politiques (1889 – 1919 », Communication au colloque La République et son droit (1870 – 1930), Université de Franche-Comté – Besançon, Laboratoire des sciences historiques, 19 – 21 novembre 2008.

√ (avec Ludivine Vanthournout), « Les rapports entre l’exécutif et le législatif reconfigurés par leurs modes de désignation ou quand l’histoire des règles électorales éclaire les relations institutionnelles », Communication au 7ème congrès français de Droit constitutionnel, atelier 6 : constitution, pouvoirs et contrepouvoirs, Paris, 22 Septembre 2008.

√ « Du mode de scrutin à l’auto-production des règles électorales. Des candidats à la députation en débat dans les médias locaux au cours des élections législatives françaises en juin 2007 », Communication au congrès de l’Association belge de science politique, Université Louvain-La-Neuve, 24 – 25 avril 2008.

 √ « Différenciation et catégorisation de l’espace électoral au début du 20ème siècle : alternative des modes de scrutin et travail politico-administratif autour des circonscriptions législatives », communication au colloque Espaces hérités, espaces enjeux : appropriations – (dé)valorisations – catégorisations, Université de Caen Basse Normandie – UMR ESO, 8 – 10 Novembre 2007, 30 p.

√ « L’arène parlementaire et son double : prises de parole sur la réforme électorale et mobilisation des expériences politiques dans la Chambre des députés à la Belle époque », communication au colloque Des « Legislative studies » en France ? Les études parlementaires : état des lieux et perspectives, Association Française de Science Politique (SPIRIT – CEVIPOF), Assemblée Nationale, 28 Septembre 2007, 17 p.

√ « Incantations réformatrices et pratiques préfectorales : le canton comme ressource politique du changement de mode de scrutin (1907 – 1928) », Communication au colloque Le canton dans la France contemporaine, Université Rennes II – CRHISCO, 21 – 23 Septembre 2006.

√ « De l’autocritique à l’autoportrait : sociographies d’un débat parlementaire sur le mode de scrutin à la belle époque », Communication à la 57è conférence du Comité International des Historiens  des Assemblées d’Etat : « Assemblées et Parlements dans le monde, du Moyen-Âge à nos jours », Paris, Assemblée Nationale, 6 Septembre 2006.

√ (Avec Antoine Schwartz),  « La production des figures du profane dans l’analyse politique électorale (1863 – 1914) », Communication aux journées d’études Rhétoriques et pratiques scientifiques et sociales du « profane », LASSP – IEP de Toulouse, 2 Décembre 2005.

√ « La réforme du mode de scrutin comme enjeu de requalification de la carrière parlementaire (1910 – 1919), Communication au 8ème congrès de l’Association Française de Science Politique, Atelier : Temporalités électorales et temporalités décisionnelles. Les liens entre longévité, action et carrières politiques (Sous la dir. De G. Marrel et R. Payre), IEP Lyon – Lyon 2, 14 – 16 Septembre 2005.

√ « Des modes de scrutin à la réforme électorale : la politisation des thèses juridiques sur la représentation proportionnelle (1885 – 1923) », Communication au 6ème congrès français de Droit constitutionnel, Atelier : Quels outils théoriques pour comprendre le droit ? (Sous la dir. De M. Troper et A. Viala), Université Montpellier 1, 9 – 11 Juin 2005.

√ « La Chambre des députés entre controverse et contrebande. Mobilisations proportionnalistes, travail de commission et légitimation parlementaire d’une analyse électorale (1902 – 1919) ». Communication aux journées d’études Qu’est-ce que l’analyse sociologique de la politique ? Méthodes, objets et controverses, Université Paris X Nanterre – Groupe d’Analyse Politique, 25 – 26 Mai 2004.

« Le militantisme intellectuel d’Attac Toulouse. Disposition enseignante et autodidaxie légitime chez les militants d’Attac ». Communication au colloque Les mobilisations altermondialistes, Association Française de Science Politique – GERMM, Paris, Fondation Nationale des Sciences Politiques, 3 – 5 Décembre 2003.

√ « Les contradictions sociales et politiques de la mobilisation électorale de Tocqueville dans la Manche entre 1848 et 1851 », Communications au Séminaire de DEA de Bernard Lacroix, La plitisation, Université Paris X Nanterre, 18 et 25 Mars 2003.

 

2. FORMATIONS ET TITRES

2014. Qualification aux fonctions de maître de conférences en section 19 (sociologie, démographie)

2012. Qualifications aux fonctions de maître de conférences en section 04 (science politique) et 22 (histoire et civilisations).

2011. Doctorat de science politique, dirigé par Bernard Lacroix (Université Paris Ouest, mention très honorable avec félicitations du jury à l’unanimité).Jury: Olivier Ihl, Renaud Payre (rapporteurs), Claude Emeri, Didier Georgakakis, Gilles Le Béguec. Thèse récompensée par le deuxième prix de la Fondation Varenne en juin 2012. Titre de la thèse : Mobilisation politique et expertise électorale : la question de la « représentation proportionnelle». Histoire sociale de la réforme électorale sous la Troisième République,

3. ENSEIGNEMENTS

2013 – 2014. Chargé de cours en sociologie et histoire (Université de Limoges, L1 et 2) [Cours magistraux de Politiques sociales et Droit public ; TD d’histoire économique et sociale].

2009 à 2013. Chargé de cours en science politique (Université de Strasbourg, Master 1 et 2 Sciences sociales du politique) [cours magistral sur les comportements électoraux, TD de recherche bibliographique M2].

2010. Chargé de cours en science politique (Université de Franche-Comté, IUT) [CM de vie politique contemporaine].

2008 – 2009. Enseignant contractuel en sciences économiques et sociales (Rectorat de Strasbourg : Seconde, Première, Terminale) et science politique (Première) ; Cours Galien, chargé de cours en histoire contemporaine – préparation au concours d’entrée aux IEP.

2008. Chargé de TD en science politique (Université de Haute-Alsace, Licence) [TD de vie politique]

2005 à 2007. ATER en science politique (Institut d’Études Politiques de Strasbourg, Master 1 et 2) [CM et TD sur les comportements électoraux]

2002 à 2005. Allocataire moniteur (Université Paris X Nanterre en science politique (DEUG et maîtrise) [TD sociologie politique, TD relations internationales].

Arnault SKORNICKI

Arnault SKORNICKI

Maître de conférence en science politique (Université Paris Ouest Nanterre)

askornicki@u-paris10.fr

Institutions et sociétés savantes

Membre du Groupe d’Analyse Politique (Paris Ouest Nanterre).

Membre du Réseau Thématique 27 de l’Association française de Sociologie (« Sociologie des intellectuels et de l’expertise)

Membre de l’Association française de science politique

Membre de la Society for French Historical Studies

Responsabilités institutionnelles

Directeur adjoint du Groupe d’Analyse Politique (depuis 2011)

Directeur adjoint du Comité Consultatif de Discipline (Science Politique depuis 2013)

Responsable de la Licence 2 Science politique

Enseignements

À l’Université Paris Ouest Nanterre 

2012-2013 :

Histoire des idées politiques : de la Renaissance aux Lumières (L3)

Histoire des idées politiques : de la Révolution française à la fin du XIXe siècle (L3)

Théories de l’État (L3)

Les élections sous la Ve République (L2)

2008-2009 :

Institutions et vie politique des Etats-Unis d’Amérique

À l’École nationale des Ponts et Chaussées

2006-2008 : Introduction aux sciences humaines (TD)


FORMATION

2008 Qualifié par le CNU en section 04 (science politique) et en section 22 (Histoire et civilisations : histoire des mondes modernes et contemporains)

2007 Reçu docteur en science politique de l’Université Paris X-Nanterre, Mention Très Honorable, félicitations du jury à l’unanimité (régime du vote à bulletin secret).
Les rationalisations politiques d’une « science nouvelle » : essai sur l’économie politique en France (1750-1776) , sous la direction de M. Jean-Marie DEMALDENT et M. Bernard LACROIX. Jury : M. Johan HEILBRON (Président), M. Éric BRIAN (rapporteur), M. Dominique DAMAMME (rapporteur), M. Jean-Marie DEMALDENT (directeur), M. Bernard LACROIX (directeur).

2002: DEA (Diplôme d’Études Approfondies) en Sociologie Politique et Politique Comparée (Paris X-Nanterre)

1998 Maîtrise de philosophie ; DEUG d’histoire (Paris X-Nanterre)

THEMES ET ORIENTATIONS DE RECHERCHE

Histoire sociale de la pensée politique, sociologie des intellectuels

Genèse de l’économie politique et du libéralisme (XVIIIe–XIXe siècles)

Circulation internationale des idées et transferts culturels

Généalogie du discours patriotique et national

La gouvernementalité socialiste


PUBLICATIONS


Ouvrage

L’économiste, la cour et la patrie. L’économie politique dans la France des Lumières, CNRS Éditions, « Culture & Société », 2011.

Accueil critique :

Articles (revues et ouvrages collectifs)

« La France des Lumières et l’humanisme commercial. Bilan et perspectives », Histoire Économie Société, à paraître fin 2013 (accepté)

« Le moment néo-machiavélien dans l’économie politique française des Lumières », dans Crétois (Pierre), Roza (Stéphanie), dir., Le Républicanisme social, un exception française ? , Paris, Presses Universitaire de la Sorbonne (à paraître courant 2013)

« Comme une envie de système. De Hegel à l’Encyclopédie », Labyrinthe, n° 34, 2010, p. 51-63.

«  England, England. La référence britannique dans le patriotisme français au XVIIIe siècle », Revue française de science politique, vol. 54, t. 4, Août 2009, p. 681-700.

« Construction des frontières pratiques et symboliques », dans Cohen (Antonin), Lacroix (Bernard), Riutort (Philippe) [dir.], Nouveau manuel de science politique, Paris, La Découverte, « Grand Repères », 2009, p. 74-85.

« Fin de la violence ou fin de l’utopie ? La gouvernementalité entre libéralisme et socialisme », Labyrinthe. Atelier interdisciplinaire, n° 29, 2008 (1), p. 17-27.

« Un publiciste pour la nation : l’abbé Baudeau physiocrate patriote », dans Alain Clément (dir.), Nicolas Baudeau (1730-1792) un philosophe économiste européen au temps des Lumières, Paris, Michel Houdiard, 2008, p. 99-121.

« L’État, l’expert et le négociant : le réseau de la science du commerce sous Louis XV », Genèses, sciences sociales et histoire, n° 65, décembre 2006, p. 4-26.

« L’économie politique du paysan parvenu : une socio-analyse de François Quesnay, fils de laboureur, chirurgien, médecin du roi et physiocrate », dans Antonin Cohen, Philippe Riutort, Bernard Lacroix (dir.), Les formes de l’activité politique (18e-20e siècles). Eléments d’analyse sociologique, Paris, PUF, 2006, p. 193-210.

« Le biopouvoir, aliénation des puissances vitales ou invention de la vie ? L’économie politique, le pain et le peuple au XVIIIe siècle », Labyrinthe. Atelier interdisciplinaire, n° 22, octobre 2005 (3), p. 55-65.

Valorisation de la recherche

« Le libéralisme, une philosophie sociale », Sciences humaines, septembre 2010.

« Georges Pompidou (1911-1974) », Encyclopedia Universalis, Corpus, 2010.

« La vie politique aux Pays-Bas : Évolution politique et sociale depuis 1994 », Encyclopedia Universalis, Corpus, 2010.

« François Fillon », Encyclopedia Universalis, Thésaurus, 2010.

Lectures et comptes-rendus

Liana Vardi, The Physiocrats and the World of the Enlightenment. Cambridge and New York: Cambridge University Press, 2012, dans H-France (à paraître)

Loïc Charles, Frédéric Lefebvre et Christine Théré (dir.) Le Cercle de Vincent de Gournay. Savoirs économiques et pratiques administratives en France au milieu du XVIIIe siècle, Paris, INED, 2011, Annales HSS, 2012/4, p. 1160-1162.

Marc Joly, Devenir Norbert Elias, Paris, Fayard, 2012, dans Revue française de Science Politique, 2012/5, p. 993-994.

La société contre le marché. Un inédit de Polanyi », La Vie des idées, 21 mars 2012. ISSN : 2105-3030. URL : http://www.laviedesidees.fr/La-societe-contre-le-marche.html

« Foucault est-il de gauche ? », lecture de José Luis Moreno Pestaña, Foucault, la gauche et la politique, Paris, Textuel, 2010, dans La Vie des idées, 24 juin 2011. ISSN : 2105-3030. URL : http://www.laviedesidees.fr/Foucault-est-il-de-gauche.html

« Les libertariens sont-ils des hippies de droite ? », lecture de Sébastien Caré, Les libertariens aux États-Unis. Sociologie d’un mouvement asocial, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, « Res Publica », dans Nonfiction, février 2011, http://www.nonfiction.fr/article-4254-les_libertariens_sont_ils_des_hippies_de_droite_.htm.

« La petite musique des intellectuels », lecture de Louis Pinto, Le café du commerce des penseurs. À propos de la doxa intellectuelle, dans Nonfiction, janvier 2010, http://www.nonfiction.fr/article-3063-p1-la_petite_musique_des_intellectuels.htm

« Généalogie de la morale néolibérale », lecture de Pierre Dardot & Christian Laval, La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néolibérale (Paris, La Découverte, 2009), dans La Vie des Idées, septembre 2009, http://www.laviedesidees.fr/Genealogie-de-la-morale.html

“ La Déontologie politique ” ou la pensée constitutionnelle de Jeremy Bentham par Emmanuelle Deschamps (Genève-Paris, Librairie Droz, 2008), dans Revue d’histoire du XIXe siècle, n° 39, 2009/2, p. 147-150.

« Karl Polanyi, le marché et le socialisme », lecture de Karl Polanyi, Essais (Paris, Seuil, 2008), dans La Vie des Idées, septembre 2008, http://www.laviedesidees.fr/Karl-Polanyi-le-marche-et-le.html. [Traduction anglaise (par Françoise Pinteaux-Jones) : « Karl Polanyi, the Market and Socialism », http://www.laviedesidees.fr/Karl-Polanyi-the-Market-and.html]

Gérard Mauger, L’émeute de novembre 2005, une révolte protopolitique (Bellecombe-en-Bauges, éditions du Croquant, 2006), dans Labyrinthe, n° 28, 2007, p. 151-156.

Jay M. Smith, Nobility Reimagined. The Patriotic Nation In Eighteenth-century France (Ithaca and London), dans Annales historiques de la Révolution française, n° 346, 2006, p. 177-180.

Jérôme Maucourant, Avez-vous lu Polanyi ? (Paris, La Découverte, 2005), dans Politix, 2006, n° 74, p. 219-221.

Bruno Amable et Stefano Palombarini, L’Économie politique n’est pas une science morale (Paris, Raisons d’Agir Éditions, 2005), dans Labyrinthe, n° 23, 2006, p. 107-111.

Serge Audier, Les Théories de la République (Paris, La Découverte, 2004), dans la Revue française de science politique, n° 55 (3), juin 2005, p. 536-538.

Bernard Hours, Louis XV et sa Cour. Le Roi, l’Étiquette et le Courtisan. Essai Historique (Paris, PUF, 2002), dans Politix, n° 69, avril 2005, p. 170-173.

Coordination de numéro de revue

Coordination du dossier publié dans Labyrinthe, n° 29, 2008 (1) (avec Déborah Cohen) : « Ce que le Libéralisme Promet. Entre Utopies et Pratiques »

Traduction (de l’anglais au français)

Peter Campbell, « La rhétorique patriotique et le monde parlementaire », dans A. Lemaître (coord.), Le monde parlementaire au XVIIIe siècle : L’invention d’un discours politique, Rennes, PUR, 2010, p. 193- 220.

Comité de lecture

Rapporteur pour la revue Tracés, n°17, novembre 2009, « Que faire des institutions ? ».


COMMUNICATIONS

2013

  • « L’économiste au salon. Le rôle de la mondanité dans l’économie politique des Lumières /The Economist in the salon. High society and political economy during the French Enlightenment
    », The 59th Annual Meeting of Society for French Historical Studies, Cambridge (Massachusetts, US), 6 avril.
  • « Y a-t-il une gouvernementalité socialiste ? », Séminaire Sophiapol “Socialismes” : “Le socialisme et la question du pouvoir ”, mardi 26 mars 2013, Université Paris Ouest.
  • « Le triomphe de l’utilitarisme ou comment l’économie est devenue une science de gouvernement. », Séminaire « Sociologie du désintéressement » animé par Gisèle Sapiro, EHESS, 30 janvier

2012

  • « L’avenir est-il écrit dans les lois du marché ? La science économique et la réforme à la fin de l’Ancien Régime », École d’été du programme ANR « Profutur », Savoirs et techniques d’anticipation. Prévision et organisation du futur aux XVIIIe et XIXe siècles,  jeudi 30 août 2012, Station Biologique de Roscoff
  • « Les intermittences du commerce et de la guerre, des Lumières à l’âge des empires », Journée d’études « Les dissonances du doux commerce », 4 juin 2012.
  • « Le moment néomachiavélien dans l’économie politique des Lumières françaises : de Forbonnais à Necker », Colloque « Un républicanisme social au XVIIIe siècle : l’exception française ? », Université Paris I Panthéon-Sorbonne.
  • (avec Christophe Le Digol) « L’Antiquité au miroir de l’économie politique, des Lumières à la Révolution », Colloque Les usages de l’Antiquité, Paris Ouest Nanterre, 13 avril 2012.

2011

  • « Comment peut-on être économiste (au XVIIIe siècle) ? Contribution à une généalogie de la croyance économique », Séminaire du GAP Savoirs et idéologies en politique, Paris Ouest Nanterre, 16 novembre 2011.
  • « L’économie politique, une “ science nouvelle ” pour des temps nouveaux  : l’émergence d’un genre intellectuel dans la France des Lumières », Congrès de l’Association française de sociologie, RT27 « Sociologie des intellectuels et de l’expertise : savoirs et pouvoirs », Grenoble, 5 juillet 2011.
  • « Les assemblées provinciales et la participation politique dans l’Ancien Régime », Université d’été européenne de sciences juridiques 2011, Vilnius (Lituanie), 1er juillet 2011.
  • « Le marché est-il une expérience de pensée ? La controverse du commerce des blés dans les Lumières françaises », Séminaire du M2 « Expérience de pensée au siècle des Lumières », organisé par Marion Chottin et Élise Sultan, Paris I, 28 avril 2011.

2010

  • « Démocratie, utopie et socialisme chez Polanyi et quelques autres », Université d’Automne du CVUH et des Cahiers d’Histoire, Atelier « Démocratie et république » organisé par Olivier Le Trocquer, 27 novembre 2010.
  • « L’État et ses provinces à la fin de l’Ancien Régime : le mythe de la (dé)centralisation », Colloque International Décentralisation, dévolution, autonomie, (con)fédération : la gouvernance territoriale de l’État-nation, Université de Poitiers, MSHS, MIMMOC, 14-16 Octobre 2010.
  • « Une autre gouvernementalité est possible. Remarques préliminaires sur la politique du socialisme au XIXe siècle », Congrès Marx International VI, Université Paris Ouest Nanterre, 23 septembre 2010.
  • « Peut-on parler de ‘la’ politique au XVIIIe siècle en France ? », Université d’été franco-allemande, Bielefeld Universität, 8-9 juillet 2010.
  • « Birth of nations from a transnational point of view : some Eliasian considerations » (avec Bernard Lacroix), Dublin, Globalisation and Civilisation in International Relations: Towards New Models of Human Interdependence, UCD School of Sociology, 9–10 avril 2010.

2009

  • « French patriotism and the British model in the 18th Century », 23rd Annual Conference of the Society for the Study of French History, Dublin (Irlande), 29 juin 2009.
  • « Guerres de plume et luttes politiques. Les Lumières mobilisées sur le champ de bataille du libéralisme (vers 1760-vers 1770) », The 55th Annual Meeting of the Society for French Historical Studies, Saint-Louis (USA, MO), 28 mars 2009.

2007-2008

  • « La monarchie française au travail sur elle-même. Mise en forme de l’État représentatif et projets d’assemblées municipales au XVIIIe siècle », Séminaire Les fonctions symboliques de l’élection, organisé par Christophe Le Digol, GAP, Paris X-Nanterre, 23 janvier 2008.
  • « Fin de la violence ou fin de l’utopie ? Gouvernement des hommes et administration des choses entre libéralisme et socialisme (XVIIIe-XIXe siècles) », Congrès Marx International V, Université Paris X-Nanterre, Atelier 5, 5 octobre 2007.
  • « England, England. La construction de la référence nationale britannique dans le patriotisme français au milieu du XVIIIe siècle », colloque L’Étranger comme ressource, CRAPE-IEP de Rennes, 26 Avril 2007.

2005-2006

  • « Un publiciste pour la nation : l’abbé Baudeau physiocrate patriote », Colloque international Nicolas Baudeau (1730-1792) un philosophe économiste européen au temps des Lumières, organisé par le GERCIE de l’Université de Tours, Tours et Amboise, 18-19 Mai 2006.
  • « Paris capitale de la science économique : un groupe d’experts anglomanes au Bureau du Commerce sous Louis XV », Maison Française d’Oxford, Atelier international Sciences, capitales et expertise organisé par Christelle Rabier et Stéphane Van Damme, Oxford, 15 octobre 2005.
  • « Le biopouvoir entre aliénation des puissances vitales et invention de la vie. L’économie politique, le pain et le peuple au XVIIIe siècle. », Journée d’études La biopolitique (d’) après Foucault organisée par la revue Labyrinthe, 10 juin 2005.

2004

  • « L’économie politique du paysan parvenu : une socio-analyse de François Quesnay, fils de laboureur, chirurgien, médecin du roi et physiocrate », Journées d’Études du GAP, Paris X-Nanterre, Qu’fest-ce que l’analyse sociologique de la politique ?, 26 mai 2004.
  • « Hegemony and its discontents : rival interpretations of imperialism », International Studies Association, 45th Annual Convention (Montréal), 17 mars 2004.

Discutant

  • Discutant au Samedi du Livre – Collège International de Philosophie : autour du livre de Gérard Jorland, Une Société à soigner. Hygiène et salubrité publique en France au XIXe siècle, Bibliothèque Centrale Robert Desnos, 11 février 2012.
  • Discutant au colloque « Penser la controverse : situations, usages, concepts », organisé par David Smadja et le laboratoire Espaces éthiques et politiques de l’Université Paris-est Marne-la-Vallée (10 et 11 décembre 2010).
  • Discutant à la journée d’études de Paris-I (Sorbonne), « Comment peut-on être systématique ? », organisée par Élodie Cassan & Marion Chottin, Paris I, 26 juin 2010.
  • Participation à la table ronde internationale « The origins of the French Revolution », organisée par Peter Campbell et Annie Jourdan, University of Sussex (Royaume-Uni), 5 juillet 2007.


ORGANISATION D’EVENEMENTS SCIENTIFIQUES

Séminaire

  • Séminaire mensuel de recherches du GAP (organisé avec Laurent Bonelli), Savoirs et idéologies en politique. Genèse, circulation, transmission, Paris Ouest Nanterre.
  • Séminaire bimestriel du GAP « Norbert Elias au travail » (avec Bernard LACROIX), Centre Malher (Paris 4) http://gap.hypotheses.org/387  (depuis janvier 2012).
  • Soirées-débats du Lieu-Dit « Avis de recherche: la gouvernementalité socialiste » (avec Isabelle BRUNO), au Lieu-Dit, http://gap.hypotheses.org/393

Fellowship

  • Janvier 2012 : Gimon Collection Visiting Scholar Fellowship (Université de Stanford, CA), sur le projet suivant : « De Necker au saint-simonisme : la formation d’une économie politique alternative ».

Colloques et Ateliers

  • (avec Éva DEBRAY) : journée d’études « Les dissonances du doux commerce », Paris Ouest Nanterre,  5 juin.
  • Organisation de l’atelier « Le socialisme utopique est-il utopique ? Critique sociale et projets politiques », VIe Congrès Marx International, Atelier de la Section Histoire (Paris Ouest Nanterre).
  • Organisation des ateliers 4 et 5 au Ve Congrès Marx International, Université Paris X-Nanterre : « Libéralisme, sécurité, exception » (5 octobre 2007)
  • Séance du séminaire du GAP autour de L’Économie politique n’est pas une science morale, en présence des auteurs B. Amable et S. Palombarini (le 31 mai 2006).

Activités internationales

  • Organisation de l’Université d’été franco-allemande (Sommeruniversität) de Bielefeld Universität, 8-9 juillet 2010 (avec I. Gilcher-Holthey, S. Behre, B. Lacroix et X. Landrin).
  • Organisation de deux ateliers au 55e Congrès de la Society for French Historical Studies (avec X. Landrin), le 28 mars 2009, à Saint Louis (Missouri, USA) :

Panel 1 : Mobilisations électorales et construction de l’État

Panel 2 : Mobilisations et révolutions symboliques : écrivains, savants et dans la construction de l’ordre politique.

Déclaration de politique scientifique 2005-2006

Déclaration de politique scientifique

Groupe d’Analyse Politique

2005 – 2008

Les recherches poursuivies au Groupe d’Analyse Politique concernent l’Etat, l’action de l’Etat et les transformations de l’action et des représentations de l’Etat. Elles visent à constituer l’Etat en objet d’analyse scientifique en échappant aux formes routinières de pensée d’Etat qui (comme on peut l’observer avec le juridisme et la philosophie de l’histoire), en donnant aux chercheurs l’impression de penser l’Etat, restent des contributions intellectuelles au fonctionnement de celui-ci. Elles s’organisent de ce fait à partir d’un point de vue spécifique, progressivement précisé, sociologique et historique à la fois, et qui doit beaucoup au travail de N. Elias et de P. Bourdieu : prendre au sérieux l’idée de construction sociale de l’Etat et de construction sociale de la politique par l’Etat (parce que c’est un point de vue historique conséquent) mais sans céder à la croyance que les réalisations étatiques peuvent être décrites en terme de réussite ou d’échec d’entreprises immédiatement observables, et ceci bien qu’il ne fasse pas de doute que l’Etat n’a pas d’existence en dehors ou au-delà des formes de son action.

Il est paradoxal d’avoir à présenter le bilan scientifique d’un travail avant que celui-ci ait été mené à son terme. Il est pour le moins insatisfaisant d’avoir a présenter des résultats acquis quand il était prévu de tirer les enseignements de travaux, conçus en commun mais réalisés de façon dispersée, à l’occasion d’un colloque, initialement projeté en 2004 ou 2005, au terme de l’actuel contrat. L’objet de ce colloque (dont le titre encore en débat pourrait être « La représentation dans l’Etat parlementaire » ou bien « l’Etat parlementaire entre sociologie et histoire ») sera, en effet, de présenter une image – dans toute la mesure du possible scientifiquement élaborée- de l’Etat parlementaire. Ce colloque sera un essai de confrontation de cette image, issue de la convergence des recherches entreprises avec quelques unes des images de l’Etat parlementaire consacrées jusqu’ici : l’image qu’en proposent désormais les juristes (parfois suivis sur ce point par certains historiens) en décrivant ses formes, ses procédures et ses institutions ou bien l’image qu’en proposent beaucoup de philosophes, obnubilés par une philosophie de l’histoire téléologique et prisonniers d’une vision de la fin de cette histoire en terme de « démocratie ». Ces images pourront, on l’espère en tout cas, apparaître plus précisément pour ce qu’elles sont, des représentations plus ou moins savantes, dépassées parce qu’attachées au passé, et dépendantes d’un point de vue pris dans le jeu, faute que l’analyste se soit donné explicitement des principes d’analyse du jeu politique propre à l’Etat parlementaire. On reviendra, par exemple, à l’occasion de ce colloque :

sur l’affirmation de la politique comme exercice collectif avec la disqualification du monopole politique propre à la société de cour dans le cadre de la révolution française (résultats de la thèse de C. Le Digol) ;

sur la définition collective, imprévue et combattue, de l’exigence électorale comme principe de consécration d’un nouveau personnel politique et des contraintes que ce mode de sélection induit quant au travail politique qu’il prescrit (résultats des thèses de C. Voilliot ou de E. Phélippeau ou encore de quelques unes des recherches publiées de A. Garrigou ou de B. Lacroix) ;

sur le travail de formulation et de formalisation collectif des institutions, dans son double aspect de nostalgie conservatrice, rêvant d’immobiliser l’histoire et de dynamismes sociaux exogènes, largement hors de prise de « l’action publique » comme le révèle le travail toujours recommencé de censure politique imposant de voir, de faire voir et de juger les régimes en termes de « représentation » (recherches de W. Pelletier, de H. Fayat ou de O. Benoît) ;

sur la stabilisation et la reproduction de structures de relations entre la population et ses élus d’une part mais également entre élus et gouvernements, ce double système de relation définissant une formule de gouvernement. On peut vraisemblablement trouver la genèse historique de cette formule au coeur et au cours de la Troisième République en même temps qu’elle garde une forme de pérennité jusque sous la cinquième, sous réserve des interdépendances nouvelles (par exemple l’Europe) dans lesquelles est pris le groupe national. Mais on insistera aussi dans le cadre de ce colloque, puisque c’est tout l’enjeu d’une révision des conceptions en usage, sur la difficulté pratique propre aux acteurs impliqués dans cette dynamique et dans le jeu qui en est le principe moteur, de prendre un point de vue pertinent et intellectuellement satisfaisant sur le jeu ; bref, sur ce qui fait que les images multiples et sensiblement hétérogènes du jeu parlementaire ont toujours peu ou prou un aspect fonctionnel qui contribue dans une certaine mesure à la perpétuation du jeu sous les formes en apparence inédites que prend celui-ci. C’est en particulier sous cet angle qu’est interrogé au Groupe d’Analyse Politique le travail intellectuel de réflexion sur la politique d’acteurs qui ont un pied dans la politique et un pied dans l’observation de celle-ci, cette interrogation constituant l’autre bloc des thèses engagées (recherches de C. Le Strat, de X. Landrin, de T. Marty, de F. Vittori ou de L. Quéro). Ce colloque pourrait ainsi contribuer non seulement à souligner l’insuffisance de quelques unes des conceptions de l’Etat parlementaire en usage, mais également à mettre en valeur l’une des limites historiques majeures du travail scientifique relatif à la politique : bien que les produits du travail spécifique d’explicitation de la politique appellent une forme de distanciation, les usages de ces produits demeurent irréductiblement des enjeux de luttes politiques. Ceci fait du travail scientifique, notamment en sciences politiques, un travail jamais terminé et toujours à reprendre jusqu’à revêtir parfois pour les chercheurs dans cette matière les caractères d’une épreuve subjective douloureuse. II L’esquisse de ce projet de colloque comme description du terme provisoire des recherches collectives entreprises montre assez les terrains investis, ainsi que la démarche réflexive adoptée : les perspectives 2005 – 2008 s’en déduisent tout naturellement. Le terrain investi est double : lasociologie de l’Etat comme enquête sur les groupes en concurrence qui définissent ce dernier et comme utilisation des acquis du travail réalisé autour de Pierre Bourdieu mais aussi par les meilleurs spécialistes d’histoire « contemporaine » avec lesquels le Groupe d’Analyse Politique a développé de nombreuses relations ces dernières années (URA 1016 devenue UMR 8072 du CNRS ou bien Société d’Histoire du Dix-Neuvième Siècle) ; l’histoire politique qui est l’expression des configurations et des reconfigurations de ces groupes de l’autre au titre des mobilisations, extrêmement variées avec lesquelles « l’action » ou « l’inaction » de l’Etat se trouvent être en relation. Il résulte de la construction sociologiquement pertinente tant de l’action de l’Etat que de ces mobilisations que celle-ci tend à faire apparaître la plupart des figures et propos développés au fil de l’ histoire politique comme autant d’aspects d’une mémoire d’Etat et de son développement. Simultanément l’enquête et l’analyse de phénomènes plus immédiats et plus contemporains (thèse en cours de P. Riutort ou de L. Bonelli) tend à fonctionner pratiquement comme une sorte d’expérience intellectuelle collective introduisant à la réflexion sur le présent et le passé qui l’a engendré. Le travail de coproduction du passé par l’analyste présent constituant le passé en passé à travers son retour sur celui-ci conduit en effet à voir « l’action politique », par delà la diversité de ses modalités, comme la rencontre de lignes d’action définies dans et par le passé, et de situations structurées par des entreprises collectives passées définissant les propriétés de cette situation et les contraintes qui s’imposent à ceux qui s’efforcent de faire bouger le monde qu’elle définit. L’enquête réflexive conduite sur le présent, devient, à ce titre, l’instrument privilégié de l’étude du présent des acteurs du passé. Les perspectives pour 2005 – 2008 se déduisent de ces observations.

a) dans un contexte d’incertitude savante accrue sur le travail scientifique et la scientificité, de domestication accentuée des sciences sociales, sommées de se mettre au service de l’expertise et de confusion intéressée par l’univers médiatique entre le travail scientifique et les images publiques de la science, il s’agira d’abord d’approfondir dans la confrontation la vision de l’exercice scientifique tel qu’il s’est progressivement consolidé au GAP : et pour cela de revenir encore sur Elias et son travail mais aussi sur Bourdieu et son entreprise en nom collectif en même temps qu’on fera fonctionner cette façon de travailler sur de nouveaux objets.

b) il n’est toutefois aucune raison de désespérer du travail accompli comme le montre deux indications encourageantes : la façon dont Elias, un peu grâce au travail du Groupe d’Analyse Politique, est devenu une référence incontournable dans les sciences politiques françaises, et l’intérêt que rencontre au delà de la discipline, et en particulier parmi les historiens, le travail de E. Phélippeau relatif aux conditions de la professionnalisation politique au Dix-neuvième siècle. Il s’agit donc aussi, indépendamment de l’achèvement de toutes les recherches en nom personnel en cours, de poursuivre le travail entrepris :

avec la poursuite de la mise en place de la banque de données prosopographiques sur le personnel de la Troisième République entamée depuis plusieurs années ;

avec la publication de deux numéros de SCALPEL, la revue du laboratoire, le premier à paraître étant justement consacré à histoire et science politique ;

avec la mise en ligne des numéros précédents de cette revue en vue de déprovincialiser, peut être d’internationaliser, en tout cas de faire exister notre point de vue dans le débat scientifique ;

avec enfin la finalisation et la formalisation des partenariats européens utiles à la poursuite de l’observation des dynamiques et des reconfigurations des « sciences politiques » dans les années qui viennent : un accord de partenariat avec le département de science politique de l’université de Lausanne sera prochainement conclu en même temps que l’intégration dans un réseau européen d’observation des sciences sociales est en cours de négociation.

Le carnet du GAP

Ce carnet vise à présenter l’actualité de la recherche au sein du Groupe d’analyse politique (EA1591) de l’Université Paris-Ouest Nanterre La Défense. Les recherches poursuivies concernent l’État, l’action de l’État et les transformations de l’action et des représentations de l’État. Elles visent à constituer l’État en objet d’analyse scientifique en échappant aux formes routinières de pensée d’État.

Kil-ho LEE


 Kil-ho LEE

Chercheur associé au Groupe d’Analyse Politique (GAP)

Université Paris Ouest Nanterre La Défense

 

E-mail : kilholee@u-paris10.fr

 

Thèmes et orientations de recherche

 

Sociologie des intellectuels, Sociologie des élites, Circulation internationale des idées, Usages sociaux des références étrangères, Economie culturelle et construction identitaire

 

 

Formations et diplômes

 

2011    Qualifié par le CNU en section 04 (science politique).

 

2009    Doctorat en science politique de l’Université Paris X – Nanterre, mention très honorable.

Les revues intellectuelles. La construction sociale d’un espace intermédiaire, sous la dir. de M. Alain Garrigou. Thèse soutenue le 1er avril 2009 devant le jury composé : M. Bernard Lacroix (professeur à l’Université Paris Paris X – Nanterre, président du jury), M. Yves Déloye (professeur à l’Université Paris 1 – Sorbonne, rapporteur), M. Alain Garrigou (professeur à l’Université Paris X – Nanterre, directeur de thèse), M. Gérard Noiriel (directeur d’études à l’EHESS), M. Louis Pinto (directeur de recherche au CNRS, Centre de Sociologie européenne, rapporteur).

 

1996    Diplôme d’Études Approfondies (DEA) de sociologie politique à l’Université Paris 1-Sorbonne.

1995    Diplôme de l’Institut d’Etudes politiques de Paris, Section « Relations internationales ».

1990    Maîtrise d’Etudes françaises et Maîtrise d’Economie internationale,

Hanguk University of Foreign Studies (Séoul).

 

 

Travaux, publications & communications

 

– « Des revues de gauche. Réflexion sociologique sur l’attribution d’un label qualitatif singulier dans le monde intellectuel » à paraître dans Christophe Le Digol et Jacques Le Bohec (dir.), Gauche-Droite. Les structures symboliques de la politique, PUF.

 

– « Made in Korea : la promotion de l’image de marque de la nation comme politique publique de l’Etat sud-coréen », à paraître.

 

– « La pensée libérale en quête de légitimité intellectuelle : naissance et reconnaissance de la revue Commentaire », communication au Congrès de l’Association française de sociologie, RT 27 « Sociologie des intellectuels et de l’expertise : savoir et pouvoir » (coord. Laurent Jeanpierre), Grenoble, 5-8 juillet 2011.

 

– « Le militantisme culturel face à la politique de réaménagement urbain en Corée du Sud : vers un nouveau répertoire d’action collective », communication au Congrès de l’Association française de sociologie, RT9 « Sociologie de l’urbain et des territoires » et GT44 « Justice sociale et sentiments d’injustice », Grenoble, 5-8 juillet 2011.

 

– « Du ‟déclin” de l’hégémonie du modèle sartrien : sociologie de la trajectoire des Temps modernes », communication au Colloque « Situations de Sartre », Université Paris Ouest Nanterre La Défense, 30-31 mai et 1er juin 2011.

 

– « Usages sociaux des références européennes en Corée », communication au Colloque « Les médiations de l’Europe politique » (coord. Philippe Aldrin et Jean-Michel Utard), MISHA-GSPE et PRISME, Strasbourg, 30-31 mai 2011.

 

– « L’institutionnalisation de la multiethnicité dans le Kazakhstan post-soviétique : le jeu des élites ethniques » (avec Eunsil YIM, IIAC et CRC-EHESS), communication au Congrès internationale des Associations francophones de science politique, ST15 « Etre gouverné dans l’espace post-soviétique », Bruxelles, 20-21-22 avril 2011

 

– « Le champ intellectuel et le marché de publications culturelles en France », intervention au séminaire du Département des Etudes françaises, Hankuk University of Foreign Studies (Séoul), 13 avril 2011.

 

– « La reconfiguration de l’espace des intellectuels français depuis les années 1980 », communication au séminaire Master du Département d’Etudes des relations internationales, Hanyang University (Séoul), 27-28 septembre 2010.

 

– « La promotion de l’image de marque de la nation (Nation branding) et une nouvelle forme de politique publique sud-coréenne », communication au Congrès de la Société québécoise de science politique, Atelier « La Communication des institutions de pouvoir » (coord. Philippe Aldrin, Alain Deneault et Nicolas Hubé), Université Laval, Québec, 20-21 mai 2010.

 

– « Les médias et le monde intellectuel français » ; « La réception du concept de capital culturel de Pierre Bourdieu en Corée : pour une compréhension sociologique de la circulation internationale des produits savants », communications à la conférence du Département Journalisme & Communications, Chonbuk National University (Corée du Sud), 23 et 30 mars 2010.

 

– « Comment un espace social se construit-il ? Réflexion sur les variables sociologiques à travers une analyse des correspondances multiples sur les revues intellectuelles », intervention au séminaire des doctorants en science politique, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, 25 janvier 2010.

 

– « La construction d’une nouvelle élite scolaire : les usages sociaux des International Studies dans l’enseignement supérieur sud-coréen », communication au Colloque international « La formation des élites. Les enjeux de l’ouverture sociale et de la mondialisation », Paris, Sciences Po, 17-18 septembre 2009.

 

– « La construction d’une cause des revues et l’émergence d’une institution culturelle d’intermédiaire : le cas de l’Institut Mémoires de l’Édition Contemporaine (IMEC) », intervention au séminaire du GAP, Université Paris X-Nanterre, 25 avril 2007.

 

– « Engagement sociologique de Pierre Bourdieu » (avec KIM Tae-soo), Hankyoreh (Séoul),

20 Février 2002, p. 7.

 

– « Pierre Bourdieu et les intellectuels français », Left Reader (Séoul), n° 4, janvier 1999,

pp. 243-272.

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search