Séminaire Savoirs & idéologies en Politique: Löwy & Kalinowski sur Weber

SAVOIRS ET IDÉOLOGIES EN POLITIQUE
Genèse, circulation, transmission

418QPQx9FKL._SY445_ widget

SPÉCIALE “MAX WEBER” – 14 mai 2014, F352, 14-17h

Call for Papers: Towards a social history of political ideas

Call for Papers: Towards a social history of political ideas
International conference – CEVIPOF/ISP/Triangle
Paris – January 22-23, 2015
Call for Papers
In France, the history of political ideas is often seen as a “Trojan horse” for conservative intellectual revolutions. This attitude may well be deserved as, compared to the dynamism and the historiographical revolutions experienced in         England, Germany, Italy and other countries over the last forty years, the history of political ideas does indeed appear somewhat less vibrant in France. The fact that the subject has not been given institutional recognition and that it has been scattered in disciplines as diverse as philosophy, the humanities, law and political science, has restrained the emergence of a discussion on what might be expected of it from an epistemological and methodological point of view. Such attitudes have also hampered the arrival in France of other traditions such as the Cambridge School or German historical semantics.
In France, nonetheless, particularly under the influence of Pierre Bourdieu, a shift toward a “social history of political ideas” has also emerged. Such an approach is quite foreign to the Cambridge School and the Begriffgeschichte. It focuses on including the subject in the social sciences and reconnecting it with the great French tradition of social history, while rejecting the opposition between the history of ideas and social history, internal analysis (or “content analysis”) and external analysis (by “social” causes). It has remained distant from a certain practice of the history of ideas which is often accused of being locked into Plato’s “place beyond heaven”, lapsing into teleology and a fetichism for the major authors of the genre. However, the phrase “social history of ideas” is still struggling to become a coherent program. Some pioneering attempts have already been faced with difficult methodological issues. Certainly, American researchers such as Neal and Ellen Meiksins Wood have presented their Marxist approach under the label of “social history of political theory.” Numerous empirical studies have also contributed to the renewal of the history of political ideas by considering them as a domain of social activity like any other. They are inspired in particular by the sociology of intellectuals and experts, Foucault’s genealogy, Skinnerian contextualism, conceptual history, analysis of ideologies and political languages, etc. However, the dispersion of all these efforts remains an objective obstacle to collective discussion, which is the only way to constitute a theoretical platform that can bring scholars together without denying their differences.
This conference will take an important step in this direction by federating research that is too often isolated, drawing up an inventory of research, and highlighting its prospects. The idea is to create a community of researchers capable of joining the international scientific field that has been formed around these concerns and engaging in debate with major international historiographical schools, in order to contribute to reflection on a potential program for the social history of political ideas. This conference will provide an occasion for dialogue between researchers from different academic and disciplinary backgrounds, with diverse and sometimes divergent approaches, all of whom aim to understand how beliefs, ideologies and ideas are developed and debated in a political context which cannot be separated from the social context.  It seems indeed that the time is ripe to bring this work, currently spread out in several disciplines, together.
The question asked of all contributors will be: what does a “social history of political ideas” mean? In other words, under what conditions can a history of political thought be constituted as a true discipline in the social sciences? The question aims not only to fill a French “gap” by importing innovations from elsewhere, but also to examine and reinterpret these innovations using the resources available, together with the issues and challenges that make up French academia. This will be the theme of the conference that we hope will be a founding event.
***
The focus will be on four questions:
1  How should political ideas be contextualized ?
Although there is general agreement on the need to “contextualize” political ideas so that their meaning might be grasped, not all agree on the definition of that context: discursive, scientific, political, social, technical etc. Which of these should be given priority to reach an understanding of how ideas are produced? How can these different contexts be articulated and to what type of causality do they refer? This issue of context is related to another: what does “social” means in the phrase “social history of political ideas”?
2. The role of the sociology of intellectuals in the history of political ideas
The sociology of intellectuals and of their commitment constitutes an essential dimension in the production of a social history of political thought: individuals specialized in the production of symbolic forms, theories, or systems of legitimation or protest are at the intersection of the intellectual and the political         and play a key role in the objectification and imposition of ideas and visions of the world. To what extent does social analysis of an intellectual group enable the meaning of what they produce to be clarified? Does it allow the contrast between external analysis and internal analysis to be transcended?
3. The question of ideology and how it is circulated
However old and sometimes discredited it might be, the notion of ideology has been revisited anew by social sciences such as the history of mentalities or modern cultural history in France, cultural studies in the English-speaking world (based on classic authors such as Mannheim or Gramsci)… Ideologies, Zeitgeist, doxa, common sense, dominant consensus: how can the social sciences deal with a series of massive and anonymous phenomena? How can theories (Marxism, Neoliberalism, Feudalism and so on) “grip the masses”, or rather, how can a plurality of individuals appropriate (or not) visions of the world, twisting them, turning them around and revisiting them as they do so? We are primarily interested in the question of how ideas are circulated in society, the media and cultural intermediaries used to do this (readers, publishers, mass media, etc.), from a national or transnational perspective.
4. Popular classes and political ideas
Continuing on from the previous questions, one problem in particular needs to be dealt with given the fact that it is a sensitive and often neglected one: how can the emergence of a “popular” history of political ideas be envisaged, by reflecting on the intellectual constructs that emerge from social groups often seen as passive receivers of ideas produced elsewhere by the dominant economic, cultural and political elites? Does this mean that a dominated culture is necessarily heteronomous? How can the political sense of the subordinate classes be studied without denying the phenomena of political dispossession but         also without reducing politics to its purely legitimate and institutional definition?
*** 

Papers will last 30 minutes and will focus on methodological and epistemological issues. For the purposes of clarity, we invite contributors to develop their thinking from specific examples taken from their own work. Contributors will also be asked to send in the text of their paper two weeks prior to the conference.
Language of the conference: English or French
Terms of submission:
Proposals for papers should not exceed one page and should indicate your discipline and institutional affiliation. They should be sent before June 15 to both of the following addresses: c.gaboriaux@free.fr and askornicki@u-paris10.fr.
Answers will be sent by 15 July at the latest.
Organizing Committee:
Jeremie Barthas (Queen Mary, London), Alexandre Escudier (FNSP / CEVIPOF), Chloé Gaboriaux (IEP Paris / CEVIPOF), Thomas Hippler (IEP Lyon / Triangle), Arnault Skornicki (Paris Ouest Nanterre / ISP), Jérôme Tournadre (CNRS / ISP).

 

Appel à communications: Pour une histoire sociale des idées politiques

Appel à communications
Pour une histoire sociale des idées politiques
Colloque international – CEVIPOF/ISP/Triangle
Paris, 22-23 janvier 2015
En France, l’histoire des idées politiques est souvent réputée être le cheval de Troie de révolutions conservatrices intellectuelles. Ce sort est peut-être mérité, tant ce domaine paraît sinistré, comparativement au dynamisme et aux révolutions historiographiques qu’ont connus l’Angleterre, l’Allemagne, l’Italie et d’autres pays depuis une quarantaine d’années. Le défaut d’institutionnalisation de l’histoire de la pensée politique conjugué à son éclatement disciplinaire entre philosophie, lettres, droit et science politique, ont bridé la constitution, en France, d’un espace de discussion autonome sur ses attendus épistémologiques et méthodologiques, et longtemps rendu difficile la réception de traditions étrangères comme l’École de Cambridge ou la sémantique historique allemande.
En France, cependant, notamment sous l’influence de Pierre Bourdieu, s’est aussi affirmé un projet de refondation disciplinaire circulant sous le syntagme d’« histoire sociale des idées politiques », dont ne se réclament guère laCambridge School ou la Begriffgeschichte. Ce projet exprime une volonté d’inscrire le genre dans les sciences sociales et de renouer avec la grande tradition française d’histoire sociale, tout en rejetant l’opposition entre histoire des idées et histoire sociale, analyse interne (de contenu) et analyse externe (par les causes « sociales »). Il reste à l’écart d’une pratique de l’histoire des idées souvent accusée de s’enfermer dans « le ciel des idées », de téléologie et de fétichisme des grands auteurs. Toutefois, le syntagme d’« histoire sociale des idées » peine encore à devenir un programme articulé. Certes, quelques tentatives pionnières se sont affrontées à ces délicates questions méthodologiques. Certes, du côté nord‑américain, l’entreprise marxiste de Neal et Ellen Meiksins Wood s’est rangée sous le label de « l’histoire sociale des théories politiques ». Il ne manque pas non plus de travaux empiriques qui contribuent au renouvellement de l’histoire des idées politiques en considérant celles-ci comme un domaine d’activités sociales comme un autre. Ils sont inspirés notamment par la sociologie des intellectuels et de l’expertise, la généalogie foucaldienne, le contextualisme skinnérien, l’histoire conceptuelle, l’analyse des idéologies et des langages politiques, etc. Cependant la dispersion de tous ces efforts constitue un obstacle objectif à la discussion collective, seule capable de faire émerger une plate-forme théorique qui puisse rassembler sans nier les différences.
Ce colloque entend accomplir un pas important dans ce sens, en fédérant des recherches trop souvent isolées, pour en faire l’état des lieux, en montrer les perspectives. Il s’agit de commencer à faire exister une communauté de chercheurs à même d’intégrer l’espace scientifique international qui s’est formé autour de ces préoccupations, de confronter les grandes écoles historiographiques étrangères afin d’alimenter un possible programme d’histoire sociale des idées politiques. Ce colloque se veut un lieu de rencontre et de dialogue entre des chercheurs qui, à partir de formations différentes, d’origines disciplinaires variées, d’approches souvent diverses et parfois divergentes, visent tous à comprendre comment, dans l’espace politique qui est avant tout un espace social, se forgent les convictions, s’élaborent les idéologies, s’affrontent les idées. Il paraît temps en effet de rassembler ces efforts et entreprises repérables dans plusieurs disciplines.
La question que nous poserons à l’ensemble des contributeurs sera donc la suivante : que peut-on entendre par« histoire sociale des idées politiques » ? Autrement dit : à quelles conditions constituer l’histoire de la pensée politique comme une authentique discipline au sein des sciences sociales ? L’originalité du questionnement tient à ce qu’il ne s’agit pas seulement de combler un « retard » français par un effort d’importation d’innovations étrangères, mais d’interroger et de réinterpréter celles-ci depuis les ressources, enjeux et problématiques constitutifs de l’espace académique français. Tel sera le fil rouge de ce colloque que nous espérons être un événement fondateur.
***
Nous souhaitons orienter la réflexion autour de quatre grands ordres de questionnements :
1.     Que fait-on quand on contextualise les idées politiques ?
Si chacun s’accorde à reconnaître la nécessité de « contextualiser » les idées politiques pour en saisir le sens, tous ne s’entendent pas sur la signification dudit contexte : des contextes discursif, scientifique, politique, social, technique, etc. Lequel faut-il privilégier pour saisir la production des idées ? Comment articuler ces différents contextes entre eux et à quel type de causalité font-ils référence ? Cette question du contexte renvoie à une autre : que signifie le « social » dans l’expression histoire sociale des idées ?
2.     La place de la sociologie des intellectuels dans l’histoire des idées politiques
La sociologie des intellectuels et de leur engagement constitue une dimension essentielle de l’histoire sociale de la pensée politique : au confluent des espaces intellectuel et politique, les agents spécialisés dans la production de formes symboliques, de théories, de systèmes de légitimation ou de contestation, jouent un rôle clé dans l’objectivation et l’imposition des idées et visions du monde. Mais dans quelle mesure l’analyse sociale du groupe intellectuel permet-elle d’éclairer le sens de leurs productions ? Autorise-t-elle un dépassement de l’opposition entre analyse externe et analyse interne ?
3.     La question de l’idéologie et de ses circulations
Vieux concept usé et parfois discrédité, la notion d’idéologie a pu être revisitée à nouveaux frais par les sciences sociales, comme l’histoire des mentalités et l’histoire culturelle moderne en France, les cultural studies dans le monde anglophone (sur la base de relectures de classiques comme Mannheim ou Gramsci). Idéologies, esprit du temps, doxa, sens commun, consensus dominant : comment les sciences sociales peuvent-elles se saisir d’une série de faits tout à la fois massifs et anonymes ? Comment les théories (marxisme, néolibéralisme, féodalisme…) peuvent-elles s’emparer des masses, ou plutôt, comment une pluralité de classes d’agents s’approprient (ou non) des visions du monde, en les tordant, les transformant, les replâtrant, etc. ? La question de la circulation des idées dans le corps social, de ses supports et de ses intermédiaires culturels (lecteurs, éditeurs, mass medias, etc.), nous intéresse au premier chef, dans une perspective nationale ou transnationale.
4.     Classes populaires et idées politiques          
Dans la continuité du questionnement précédent, un problème nous semble devoir être tout particulièrement traité, tant il apparaît délicat et souvent contourné : comment envisager la perspective d’une histoire « populaire » des idées politiques, en s’interrogeant sur les constructions intellectuelles qui émergent au sein de groupes sociaux jusqu’ici trop souvent considérés comme les récepteurs passifs des idées produites ailleurs, par les élites dominantes (économiques, culturelles et politiques) ? Une culture dominée est-elle pour autant hétéronome ? Comment étudier le sens politique des classes subalternes, sans nier les phénomènes dedépossession politique mais sans réduire non plus la « politique » à sa définition légitime et institutionnelle ?
***
Les communications, d’une durée de 30 minutes, devront donc privilégier les enjeux méthodologiques et épistémologiques. Pour plus de clarté, nous invitons les intervenants à développer leur réflexion à partir d’exemples précis, issus de leurs objets d’étude ou empruntés aux travaux dont ils souhaitent rendre compte. Afin de faciliter la discussion, nous leur demanderons en outre de nous adresser le texte de leur contribution une quinzaine de jours avant le colloque.
Langue du colloque : français ou anglais.
 
Modalités de soumission :
Les propositions de communication, qui n’excéderont pas une page, doivent indiquer votre discipline et votre institution de rattachement. Elles doivent être envoyées avant le 15 juin à chacune des deux adresses suivantes : c.gaboriaux@free.fr et askornicki@u-paris10.fr
Nous donnerons nos réponses d’ici le 15 juillet au plus tard.
Comité d’organisation :
Jérémie Barthas (Queen Mary, Londres), Alexandre Escudier (FNSP/CEVIPOF), Chloé Gaboriaux (IEP Paris/CEVIPOF), Thomas Hippler (IEP Lyon/Triangle), Arnault Skornicki (Paris Ouest Nanterre/ISP), Jérôme Tournadre (CNRS/ISP).
Towards a social history of political ideas
International conference – CEVIPOF/ISP/Triangle
Paris – January 22-23, 2015
Call for Papers
In France, the history of political ideas is often seen as a “Trojan horse” for conservative intellectual revolutions. This attitude may well be deserved as, compared to the dynamism and the historiographical revolutions experienced in         England, Germany, Italy and other countries over the last forty years, the history of political ideas does indeed appear somewhat less vibrant in France. The fact that the subject has not been given institutional recognition and that it has been scattered in disciplines as diverse as philosophy, the humanities, law and political science, has restrained the emergence of a discussion on what might be expected of it from an epistemological and methodological point of view. Such attitudes have also hampered the arrival in France of other traditions such as the Cambridge School or German historical semantics.
In France, nonetheless, particularly under the influence of Pierre Bourdieu, a shift toward a “social history of political ideas” has also emerged. Such an approach is quite foreign to the Cambridge School and the Begriffgeschichte. It focuses on including the subject in the social sciences and reconnecting it with the great French tradition of social history, while rejecting the opposition between the history of ideas and social history, internal analysis (or “content analysis”) and external analysis (by “social” causes). It has remained distant from a certain practice of the history of ideas which is often accused of being locked into Plato’s “place beyond heaven”, lapsing into teleology and a fetichism for the major authors of the genre. However, the phrase “social history of ideas” is still struggling to become a coherent program. Some pioneering attempts have already been faced with difficult methodological issues. Certainly, American researchers such as Neal and Ellen Meiksins Wood have presented their Marxist approach under the label of “social history of political theory.” Numerous empirical studies have also contributed to the renewal of the history of political ideas by considering them as a domain of social activity like any other. They are inspired in particular by the sociology of intellectuals and experts, Foucault’s genealogy, Skinnerian contextualism, conceptual history, analysis of ideologies and political languages, etc. However, the dispersion of all these efforts remains an objective obstacle to collective discussion, which is the only way to constitute a theoretical platform that can bring scholars together without denying their differences.
This conference will take an important step in this direction by federating research that is too often isolated, drawing up an inventory of research, and highlighting its prospects. The idea is to create a community of researchers capable of joining the international scientific field that has been formed around these concerns and engaging in debate with major international historiographical schools, in order to contribute to reflection on a potential program for the social history of political ideas. This conference will provide an occasion for dialogue between researchers from different academic and disciplinary backgrounds, with diverse and sometimes divergent approaches, all of whom aim to understand how beliefs, ideologies and ideas are developed and debated in a political context which cannot be separated from the social context.  It seems indeed that the time is ripe to bring this work, currently spread out in several disciplines, together.
The question asked of all contributors will be: what does a “social history of political ideas” mean? In other words, under what conditions can a history of political thought be constituted as a true discipline in the social sciences? The question aims not only to fill a French “gap” by importing innovations from elsewhere, but also to examine and reinterpret these innovations using the resources available, together with the issues and challenges that make up French academia. This will be the theme of the conference that we hope will be a founding event.
***
The focus will be on four questions:
1  How should political ideas be contextualized ?
Although there is general agreement on the need to “contextualize” political ideas so that their meaning might be grasped, not all agree on the definition of that context: discursive, scientific, political, social, technical etc. Which of these should be given priority to reach an understanding of how ideas are produced? How can these different contexts be articulated and to what type of causality do they refer? This issue of context is related to another: what does “social” means in the phrase “social history of political ideas”?
2. The role of the sociology of intellectuals in the history of political ideas
The sociology of intellectuals and of their commitment constitutes an essential dimension in the production of a social history of political thought: individuals specialized in the production of symbolic forms, theories, or systems of legitimation or protest are at the intersection of the intellectual and the political         and play a key role in the objectification and imposition of ideas and visions of the world. To what extent does social analysis of an intellectual group enable the meaning of what they produce to be clarified? Does it allow the contrast between external analysis and internal analysis to be transcended?
3. The question of ideology and how it is circulated
However old and sometimes discredited it might be, the notion of ideology has been revisited anew by social sciences such as the history of mentalities or modern cultural history in France, cultural studies in the English-speaking world (based on classic authors such as Mannheim or Gramsci)… Ideologies, Zeitgeist, doxa, common sense, dominant consensus: how can the social sciences deal with a series of massive and anonymous phenomena? How can theories (Marxism, Neoliberalism, Feudalism and so on) “grip the masses”, or rather, how can a plurality of individuals appropriate (or not) visions of the world, twisting them, turning them around and revisiting them as they do so? We are primarily interested in the question of how ideas are circulated in society, the media and cultural intermediaries used to do this (readers, publishers, mass media, etc.), from a national or transnational perspective.
 
4. Popular classes and political ideas
Continuing on from the previous questions, one problem in particular needs to be dealt with given the fact that it is a sensitive and often neglected one: how can the emergence of a “popular” history of political ideas be envisaged, by reflecting on the intellectual constructs that emerge from social groups often seen as passive receivers of ideas produced elsewhere by the dominant economic, cultural and political elites? Does this mean that a dominated culture is necessarily heteronomous? How can the political sense of the subordinate classes be studied without denying the phenomena of political dispossession but         also without reducing politics to its purely legitimate and institutional definition?
***

Papers will last 30 minutes and will focus on methodological and epistemological issues. For the purposes of clarity, we invite contributors to develop their thinking from specific examples taken from their own work. Contributors will also be asked to send in the text of their paper two weeks prior to the conference.
Language of the conference: English or French
Terms of submission:
Proposals for papers should not exceed one page and should indicate your discipline and institutional affiliation. They should be sent before June 15 to both of the following addresses: c.gaboriaux@free.fr and askornicki@u-paris10.fr.
Answers will be sent by 15 July at the latest.
Organizing Committee:
Jeremie Barthas (Queen Mary, London), Alexandre Escudier (FNSP / CEVIPOF), Chloé Gaboriaux (IEP Paris / CEVIPOF), Thomas Hippler (IEP Lyon / Triangle), Arnault Skornicki (Paris Ouest Nanterre / ISP), Jérôme Tournadre (CNRS / ISP).

 

Séminaire Savoirs & idéologies en Politique: Musso sur Saint-Simon


SAVOIRS ET IDÉOLOGIES EN POLITIQUE
Genèse, circulation, transmission
Saint-Simon
 
Mercredi 12 mars  2014, Salle des Conférences (F352), HORAIRE MODIFIÉ POUR CETTE SÉANCE : 13H30-15H30, nous aurons le plaisir de recevoir Pierre Musso (Télécom ParisTech) pour l’édition des Œuvres complètes de Saint-Simon, PUF, 2012.
Notice de l’éditeur : “La pensée de Saint-Simon (1760-1825), philosophe, sociologue et économiste qualifié de « socialiste utopique », demeure d’une grande actualité. Elle est aux origines de l’idée européenne moderne, des théories de la société industrielle et du changement social. Son œuvre invente la science politique et la sociologie. Elle appelle à fonder une organisation sociale ayant pour principale finalité d’« améliorer le plus promptement et le plus complètement possible l’existence morale et physique de la classe la plus nombreuse ». Multiples sont les courants qui ont puisé à sa source: non seulement le saint-simonisme et le positivisme, mais encore, du XIXe siècle à nos jours, les socialismes, le marxisme, le planisme technocratique, le management.
Fréquemment cité et sollicité, Saint-Simon demeure pourtant peu ou mal connu. Avec de nombreux inédits, cette série de quatre volumes de référence constitue sa première édition critique et intégrale. Elle l’éclaire d’un jour nouveau.”
Venez nombreux et nombreuses ! Ouvert à toutes et tous.
Cette 5e année de séminaire tournera autour des pensées et savoirs « critiques » en politique, essentiellement sous deux rapports : les usages politiques des sciences sociales dans la critique politique de l’ordre établi, au service de causes subversives ou d’une humeur anti-institutionnelle ; la dimension intrinsèquement critique des sciences sociales, comme disposition savante à identifier les mécanismes de domination et pointer les contours de leurs dispositifs idéologiques afférents (notamment à partir de la sociologie de Max Weber).
·      16 avril 2014 : Razmig Keucheyan (Paris 1), pour Hémisphère gauche. Une cartographie des nouvelles pensées critiques, La Découverte, 2010.
·      14 mai 2014 : SÉANCE SPÉCIALE “MAX WEBER”, avec Isabelle Kalinowski (CNRS/ENS), pour sa traduction inédite de Max Weber, Sociologie de la Domination (La Découverte 2013) & Michael Löwy (CNRS), pour son ouvrage La cage d’acier – Max Weber et le marxisme wébérien, Stock, 2013
________________________________
Contacts :         Arnault SKORNICKI  askornicki@u-paris10.fr
  Laurent BONELLI laurent.bonelli@conflits.org
 

Collectif Nanterre pour la Défense de  l’Université

Jeudi 20 mars
Quel avenir pour Nanterre ?
Conférences et débats

Sur le rapprochement entre les universités Paris 10
et Paris 8
En présence de Jean-Louis Fournel et Nicolas Jounin
Enseignants-chercheurs à Paris 8
Bâtiment F, salle 215, 13h30

Quelle université voulons-nous ?
Interventions de Bernard Pudal et Odile Henry
Enseignant-e-s-chercheur-e-s à Paris 10 et Paris 8
Bâtiment F, salle 316, 17h

Entrée libre

Séminaire Savoirs & Idéologies en Politique: Haber sur le néocapitalisme

SAVOIRS ET IDÉOLOGIES EN POLITIQUE
Genèse, circulation, transmission
 
Mercredi 12 février  2014, Salle des Actes (F141), 14h-16h30 : nous aurons le plaisir de recevoir Stéphane Haber (Paris Ouest Nanterre, Sophiapol) pour son dernier ouvrage Penser le néocapitalisme. Vie, capital, aliénation, Les Prairies Ordinaires, 2013.
 HABER_penser_neocapitalisme1
Venez nombreux et nombreuses ! Ouvert à toutes et tous.
Cette 5e année de séminaire tournera autour des pensées et savoirs « critiques » en politique, essentiellement sous deux rapports : les usages politiques des sciences sociales dans la critique politique de l’ordre établi, au service de causes subversives ou d’une humeur anti-institutionnelle ; la dimension intrinsèquement critique des sciences sociales, comme disposition savante à identifier les mécanismes de domination et pointer les contours de leurs dispositifs idéologiques afférents (notamment à partir de la sociologie de Max Weber).

 

·      12 mars 2014 : Pierre Musso (Télécom ParisTech) pour l’édition des Œuvres complètes de Saint-Simon, PUF, 2012.
·      16 avril 2014 : Razmig Keucheyan (Paris 1), pour Hémisphère gauche. Une cartographie des nouvelles pensées critiques, La Découverte, 2010.
·      14 mai 2014 : SÉANCE SPÉCIALE “MAX WEBER”, avec Isabelle Kalinowski (CNRS/ENS), pour sa traduction inédite de Max Weber, Sociologie de la Domination (La Découverte 2013) & Michael Löwy (CNRS), pour son ouvrage La cage d’acier – Max Weber et le marxisme wébérien, Stock, 2013
________________________________

ANNULATION SÉMINAIRE DU 15 JANVIER

SAVOIRS ET IDEOLOGIES EN POLITIQUE
Genèse, circulation, transmission

Séminaire Université Paris Ouest Nanterre — Plan du Campus
Un Mercredi par Mois, 14h-16h30 — Bâtiment F, Salle des Conférences (F352)

LE SÉMINAIRE EST ANNULÉ

IL SERA REPORTÉ À UNE DATE ULTÉRIEURE

15 janvier 2014 : Michael Löwy (CNRS), pour son ouvrage La cage d’acier – Max Weber et le marxisme wébérien>, Stock, 2013.

L9782234070226-X

Argument de l’année : Cette 5e année de séminaire tournera autour des pensées et savoirs « critiques » en politique, essentiellement sous deux rapports : les usages politiques des sciences sociales dans la critique politique de l’ordre établi, au service de causes subversives ou d’une humeur anti-institutionnelle ; la dimension intrinsèquement critique des sciences sociales, comme disposition savante à identifier les mécanismes de domination et pointer les contours de leurs dispositifs idéologiques afférents (notamment à partir de la sociologie de Max Weber).

Ce séminaire est ouvert à tous les chercheurs et les doctorants intéressés par le sujet.

Contacts :           

Arnault SKORNICKI  askornicki@u-paris10.fr

Laurent BONELLI laurent.bonelli@u-paris10.fr 

Séminaire GAP ‘Savoirs et Idéologies en Politique': JC Croizet

Savoirs et idéologies en politique
Genèse, circulation, transmission
Séminaire du Groupe d’Analyse Politique

Université Paris Ouest Nanterre — Plan du Campus
Bâtiment F – Salle des Conférences (352) – 14h-16h30

painting-76960
Chères/Chers collègues,

pour notre dernière séance de l’année, nous aurons le plaisir de recevoir le mercredi 12 juin (14-16h30), Jean-Claude Croizet pour une conférence intitulée “Mesurer l’intelligence ou justifier les inégalités sociales ? Retour sur les tests de QI ».
Jean-Claude Croizet est Professeur de psychologie sociale à l’Université de Poitiers (CeRCA – MSHS). Il a également travaillé sur les questions de stigmatisation sociale.

Ce séminaire est ouvert à tous les chercheurs, chercheuses et doctorant-e-s intéressé-e-s.

_______________________________
Contacts :
Arnault SKORNICKI askornicki@u-paris10.fr
Laurent BONELLI laurent.bonelli@conflits.org

Séminaire GAP ‘Savoirs et Idéologies en Politique’ : Jérémie Barthas

SAVOIRS ET IDÉOLOGIES EN POLITIQUE
Genèse, circulation, transmission
Université Paris Ouest Nanterre — Plan du Campus
 CEF434.JPG_1010866251
Nous aurons le plaisir de recevoir le mercredi 20 mars 2013 Jérémie Barthas, pour son ouvrage  L’argent n’est pas le nerf de la guerre. Essai sur une prétendue erreur de Machiavel, Rome, Collection de l’Ecole Française de Rome, 2011.
Jérémie Barthas est docteur en histoire de l’Institut Universitaire Européen de Florence, chercheur associé au CURAPP. Il a été récemment Professeur invité à l’Université d’Alberta (Italie).
L’étude de Jérémie Barthas n’est pas un énième monographie sur Machiavel, dans la tradition de l’histoire des idées politiques : à partir d’une proposition singulière et controversée de Machiavel, elle engage une vaste enquête historique sur les rapports entre finances et politique dans la Florence du XVIe siècle, et plus largement sur la construction de l’État moderne dans un moment de bouleversements géopolitiques relatifs aux “guerres d’Italie”.
Ce séminaire est ouvert à tous les chercheurs, chercheuses et doctorant-e-s intéressé-e-s
 
PROCHAINES SÉANCES:
 
18 avril 2013 : Fabienne Brion (Université Catholique de Louvain), autour du cours inédit de Michel Foucault, Mal faire, dire vrai. Fonction de l’aveu en justice, éd. F. Brion et B. E. Harcourt, Louvain-La-Neuve/Chicago, Presses universitaires de Louvain/University of Chicago Press, 2012.
 
15 mai 2013 : Gisèle Sapiro (CNRS, HESS, CESSP-Paris) autour de son dernier ouvrage : La Responsabilité de l’écrivain : Littérature, droit et morale en France (19e – 21e siècle), Paris, Seuil, 2011.
12 juin 2013 : Jean-Claude Croizet (Professeur de psychologie sociale à l’Université de Poitiers (CeRCA – MSHS), Mesurer l’intelligence ou justifier les inégalités sociales ? Retour sur les tests de QI »
_______________________________
Contacts :
Arnault SKORNICKI  askornicki@u-paris10.fr
 

Séminaire GAP ‘Savoirs et Idéologies en Politique’ : Emmanuel Didier


SAVOIRS ET IDÉOLOGIES EN POLITIQUE

Genèse, circulation, transmission 
   

Université Paris Ouest Nanterre — Plan du Campus

 

Nous aurons le plaisir de recevoir le Mercredi 12 décembre 2012, 14h (Salle des Conférences, Bât F, 352) :Emmanuel Didier (GSPM, EHESS), pour son ouvrage En quoi consiste l’Amérique ? : Les statistiques, le new deal et la démocratie, Paris, La Découverte, 2009.

Ce séminaire est ouvert à tous les chercheurs, chercheuses et doctorant-e-s intéressé-e-s

 

PROCHAINES SÉANCES:


23 janvier 2013 : Emmanuel Blanchard (UVSQ, CESDIP), « Situation coloniale, savoirs de gouvernement et gestion des populations indésirables : la préfecture de police de Paris (années 1920-1960) ».

Voir son ouvrage La police parisienne et les Algériens (1944-1962)Nouveau Monde Éditions, 2011 (et les recensions

qui lui sont associées)

20 février 2013 : Kil-ho Lee (GAP, Paris Ouest Nanterre), « L’espace des revues intellectuelles depuis 1980 en France ».

 

20 mars 2013 : Jérémie Barthas, pour son ouvrage  L’argent n’est pas le nerf de la guerre. Essai sur une prétendue erreur de Machiavel, Rome, Collection de l’Ecole Française de Rome, 2011.

18 avril 2013 : Fabienne Brion (Université Catholique de Louvain), autour du cours inédit de Michel Foucault,Mal faire, dire vrai. Fonction de l’aveu en justice, éd. F. Brion et B. E. Harcourt, Louvain-La-Neuve/Chicago, Presses universitaires de Louvain/University of Chicago Press, 2012.

 

15 mai 2013 : Gisèle SAPIRO (CNRS, HESS, CESSP-Paris) autour de son dernier ouvrage : La Responsabilité de l’écrivain : Littérature, droit et morale en France (19e – 21e siècle), Paris, Seuil, 2011.

 

12 juin 2013 : Jean-Claude Croizet (Professeur de psychologie sociale à l’Université de Poitiers (CeRCA – MSHS), Mesurer l’intelligence ou justifier les inégalités sociales ? Retour sur les tests de QI »

_______________________________

Contacts :

Arnault SKORNICKI  askornicki@u-paris10.fr


Samedi du Livre: autour de L’Économiste, la Cour et la Patrie

Samedi 1er décembre (10h-13h): autour de L’Économiste, la Cour et la Patrie. L’économie politique dans la France des Lumières, par Arnault Skornicki (Paris, CNRS Éditions, 2011).
Bibliothèque Centrale Robert Desnos, 14 boulevard Rouget de L’Isle, 93000 Montreuil, Métro Mairie de Montreuil (Ligne 9)
Sous la responsabilité de Diogo Sardinha.
Intervenants : Christian Laval, Marie-Laure Legay, Diogo Sardinha, Arnault Skornicki

Séminaire GAP: SAVOIRS ET IDEOLOGIES EN POLITIQUE

SAVOIRS ET IDEOLOGIES EN POLITIQUE

Genèse, circulation, transmission

Programme 2012-13

Un Mercredi par Mois, de 14h à 16h — Bâtiment F

Université Paris Ouest Nanterre — Plan du Campus

14 novembre 2012 : Jean-Louis Fournel (Paris 8), autour de l’ouvrage collectif Liberté(s) et libéralisme(s). Formation et circulation des concepts, dir. par J.L. Fournel, J. Guilhaumou, J.-P. Potier, ENS Éditions, 2012.

 

12 décembre 2012 : Emmanuel Didier (GSPM, EHESS), pour son ouvrage En quoi consiste l’Amérique ? : Les statistiques, le new deal et la démocratie, Paris, La Découverte, 2009.

23 janvier 2013 : Emmanuel Blanchard (UVSQ, CESDIP), « Situation coloniale, savoirs de gouvernement et gestion des populations indésirables : la préfecture de police de Paris (années 1920-1960) ». En Salle des Conférences (F352)

20 février 2013 : Kil-ho Lee (GAP, Paris Ouest Nanterre), « L’espace des revues intellectuelles depuis 1980 en France ». En Salle des Conférences (F352)

20 mars 2013 : Jérémie Barthas, pour son ouvrage  L’argent n’est pas le nerf de la guerre. Essai sur une prétendue erreur de Machiavel, Rome, Collection de l’Ecole Française de Rome, 2011. EN SALLE DES ACTES, F141

18 avril 2013 : Fabienne Brion (Université Catholique de Louvain), autour du cours inédit de Michel Foucault, Mal faire, dire vrai. Fonction de l’aveu en justice, éd. F. Brion et B. E. Harcourt, Louvain-La-Neuve/Chicago, Presses universitaires de Louvain/University of Chicago Press, 2012. En Salle des Conférences (F352)

15 mai 2013 : Gisèle SAPIRO (CNRS, HESS, CESSP-Paris) autour de son dernier ouvrage : La Responsabilité de l’écrivain : Littérature, droit et morale en France (19e – 21e siècle),Paris, Seuil, 2011. EN SALLE DES ACTES, F141

12 juin 2013 : Jean-Claude Croizet (Professeur de psychologie sociale à l’Université de Poitiers (CeRCA – MSHS), Mesurer l’intelligence ou justifier les inégalités sociales ? Retour sur les tests de QI ». En Salle des Conférences (F352)

________________________________

Ce séminaire est ouvert à tous les chercheurs et les doctorants intéressés par le sujet.

Contacts :

Arnault SKORNICKI askornicki@u-paris10.fr

Laurent BONELLI laurent.bonelli@conflits.org

La société contre le marché : Un inédit de Polanyi

http://www.laviedesidees.fr/La-societe-contre-le-marche.html

Dans cet ouvrage inachevé et inédit, K. Polanyi s’intéresse aux sociétés « désencastrées » qui, dans l’Antiquité notamment, subordonnaient le développement de leur économie à des objectifs politiques. L’existence d’un commerce sans marché prouve ainsi, selon Polanyi, que le capitalisme n’a rien de naturel.

Télécharger ce(s) document(s) :

Recensé : Karl Polanyi, La Subsistance de l’homme. La place de l’économie dans l’histoire et dans la société, Paris, Flammarion, « Bibliothèque des Savoirs », traduit et présenté par Bernard Chavance, 2011, XIX + 420 p., 26 €.

Avec la publication de ses Essais il y a quelques années, le lecteur français dispose désormais d’un honnête panorama de l’œuvre de Karl Polanyi. Il était temps : si La Grande Transformation accusait un retard à la traduction de près de quarante ans, on peut en compter plus de trente pour La Subsistance de l’homme (The Livelihood of Man), ouvrage inachevé et publié à titre posthume en 1977 par son collègue Harry Pearson. On doit donc rendre hommage à l’économiste Bernard Chavance d’avoir pris le soin de traduire et présenter cet ouvrage important d’une des figures les plus marquantes des sciences sociales au XXe siècle. Une certaine sécheresse de style, qui contraste avec la vigueur de La Grande Transformation, ne contrarie guère une ambition rare, grevée cependant par le caractère décousu d’un texte composé à partir de diverses contributions. QuandLa Grande Transformation entendait dévoiler les origines de la crise politique mondiale des années 1930, La Subsistance de l’homme « veut partir de l’histoire économique universelle pour repenser le problème des moyens de subsistance de l’homme » (p. 11). Polanyi entend, ni plus ni moins, refondre les concepts de commerce, de monnaie ou d’institutions de marché pour leur conférer une portée anthropologique universelle et les rendre applicables à tout type de société. On mesure que les prétentions polanyiennes ne sont pas revues à la baisse ; elles embrassent tout à la fois l’histoire, l’économie et l’anthropologie, et le disputent à celles de Max Weber en matière d’« histoire économique universelle ».

Polanyi fait ainsi retour vers les économies archaïques et antiques, tirant profit des travaux collectifs qu’il a dirigés (Trade and Market in the Early Empire, 1957 ; Dahomey and the Slave Trade, 1966). Alors que La Grande Transformation étudiait le processus de désencastrement de l’économique par rapport au social entre le XVIIIe et le XXe siècle (par lequel la société s’est retrouvée dominée par le marché), La Subsistance de l’homme se focalise sur les économies les plus « encastrées » qui soient, subordonnées à d’autres impératifs que la recherche du profit, tels que des motifs non économiques tenant à la religion, l’honneur, la puissance politique de la cité, etc. Ses thèses connaîtront un vaste écho, notamment en ce qui concerne la Grèce antique (chez Moses Finley, par exemple) ; elles susciteront aussi de nombreuses critiques, estimant que Polanyi a un peu trop tordu le bâton dans son sens. Le mieux est de se reporter directement au texte pour prendre la mesure de l’élaboration conceptuelle de l’auteur (première partie), et la validité de ses catégories appliquées aux sociétés antiques (seconde partie).

Vers une économie générale, contre le « sophisme économiste »

Cet ouvrage peut se lire comme une réalisation, certes inachevée, du programme méthodologique de l’économie substantiviste, opposée à l’économie formelle fondée sur le modèle de l’homo œconomicus. L’approche de Polanyi se concentre sur l’ensemble des besoins matériels de l’homme (sa « subsistance »), et redéfinit l’économie comme procès institutionnalisé d’interaction entre l’homme et son environnement. L’économie substantiviste considère l’histoire économique non pas comme celle de l’appât du gain et de ses diverses formes prises dans l’histoire, le grand récit du développement de cette tendance à l’échange qu’Adam Smith prétendait naturelle : mais comme celle de l’aménagement social et politique des besoins humains, de la détermination institutionnelle de l’allocation des ressources et de la division du travail – soit de la place de l’économie dans la société, place qui ne fut rien moins qu’autonome jusqu’à une date récente.

C’est pourquoi le livre emprunte résolument la voie d’une histoire quasi archéologique, proche de l’anthropologie, qui puise à diverses sources : la Bible, Hésiode, Hérodote, Aristote, Platon, Xénophon, Plutarque… Et bien entendu l’historiographie de son temps, avec qui il engage un dialogue critique (en particulier Mikhaïl Rostovtzeff, plus encore que Weber). Cette histoire économique, par son antiévolutionnisme, s’écarte des paradigmes aussi bien libéral que marxiste, victimes du « sophisme économique » qui assimile « l’économie en général à sa forme de marché », et par rétroprojection voit du capitalisme, fût-il embryonnaire, là où il n’y a que de l’économie enchâssée dans le social et le politique. La célèbre problématique du désencastrement est précisément faite pour déjouer ledit sophisme, et dénaturaliser la société de marché. Retrempée dans l’anthropologie et ses vertus de décentrement, l’histoire polanyienne permet de nous délivrer des ornières de « notre mentalité de marché » pour mieux identifier la spécificité des économies non capitalistes, non orientées vers la maximisation du profit, en particulier dans les sociétés archaïques et antiques (qui constituent le principal objet de l’ouvrage).

La tentation téléologique de faire de l’économie de marché « le but naturel de quelque trois mille ans de développement occidental » est certes presque « irrésistible », avoue Polanyi. Rien n’est cependant plus faux, car l’économie de marché est le produit non pas d’un développement tendanciel à partir de débuts timides et modestes, « mais plutôt de la convergence de processus initialement distincts et indépendants » (p. 199) que seule une analyse des institutions qui en furent la condition permettra d’éclairer (p. 200). L’approche substantialiste relève donc d’une économie générale (pour reprendre une expression chère à Georges Bataille), à l’échelle de l’histoire de l’homme et de la terre. Le commerce, du point de vue substantiviste, est une méthode relativement pacifique d’acquérir des biens que l’on ne trouve pas sur place : il existait avant le capitalisme et ne présuppose pas nécessairement le marché libre, comme en témoignent les deux autres formes de commerce non marchands identifiés par Polanyi : commerces de réciprocité (don), de redistribution (proche de notre planification administrative) – l’un comme l’autre n’impliquant ni motivations par l’intérêt personnel ni liberté des prix. Cette distinction contre-intuitive entre commerce et marché inspire encore aujourd’hui des travaux sur l’Europe médiévale et moderne [1]. « Nous pourrions dire que le commerce et la monnaie nous ont accompagné depuis toujours. Mais ce n’est pas le cas du marché, qui représente un développement bien ultérieur », conclut Polanyi (p. 198).

Les marchands de l’Antiquité, ainsi, ne ressemblent guère à la « classe moyenne commerciale du XIXe siècle » (p. 146). Au contraire, les premiers appartenaient soit à la classe supérieure (liée à la direction du gouvernement), soit à la classe inférieure (dépendante du travail manuel pour assurer sa subsistance). Les pages passionnantes consacrées à l’agora athénienne sont ainsi particulièrement instructives, quoique en partie dépassées ou amendées par les recherches historiques ultérieures : couramment vue comme un lieu de discussion publique, elle consistait avant tout en un marché alimentaire où les prix se fixaient en fonction de conventions traditionnelles et sous la surveillance des magistrats, indépendamment du commerce extérieur et ce malgré la proximité du Pirée. L’agora se trouvait « au service des gens du commun », peu connecté au commerce international et nullement intégré dans un système de prix libres. « Le commerce de marché et l’agora étaient purement internes à la polis, délimitée par ses frontières physiques et politiques. (…) La responsabilité de la cité pour la subsistance de ses citoyens était un principe constant de l’économie citadine grecque » (p. 254).

Institution de marché, l’agora le devint au terme d’une lutte proprement politique : en favorisant la pratique du marché et en rétribuant quelque peu les citoyens qui rendaient ce service, Périclès contrariait les entreprises clientélistes du clan aristocratique opposé emmenés par Cimon, qui pratiquait l’hospitalité politique dans son domaine privé, autour de grandes tablées gracieusement offertes. L’agora apparaît ainsi comme une condition économique de l’indépendance civique et de la démocratie, car elle a contribué à arracher les citoyens des filets du système de corruption mis en place par les riches citoyens. C’est ainsi que l’oikos domanial (Cimon) fut politiquement supplanté par la polis démocratique (Périclès), dont la pièce la plus fameuse – l’agora – fut une authentique institution de marché enchâssée dans la politique.

Capitalisme antique, capitalisme moderne

La conclusion de ce livre inachevée prend à bras-le-corps la question posée par Max Weber : « L’Antiquité connaît-elle l’économie capitaliste, à un degré qui soit significatif du point de vue de l’histoire de la civilisation ? » [2]. La réponse de Polanyi est sans détour : il y a discontinuité historique forte entre l’économie antique (qui comprend bien une réalité marchande) et le capitalisme moderne, et cette discontinuité est plus radicalement affirmée que chez Weber même, qui parlait de « capitalisme antique » (centré sur la rente et l’exploitation privée de rapports de domination politique). Polanyi préfère quant à lui réserver le terme au seul « capitalisme libéral », entrepreneurial et rationnel, qui s’est imposé après le XVIIIe siècle et la Révolution industrielle, alors que, sous l’Antiquité, « le commerce était principalement organisé par des moyens politiques, on se procurait de la monnaie en profitant de façon avisée des occasions fournies par la guerre et la politique (…) » (p. 372). Il prend donc au sérieux les déclarations anti-chrématistiques d’Aristote dans La Politique, où il mettait en garde contre l’usage spéculatif de la monnaie.

Bizarrement, cette insistance sur la singularité du capitalisme marchand, qui va de pair avec la mise en évidence de la spécificité des formes anciennes ou alternatives d’économie a fait accuser Polanyi (mais aussi Weber) d’ethnocentrisme, aveugles qu’ils auraient été à l’aptitude des Anciens ou des Orientaux au capitalisme marchand. C’est la critique, mi-historique mi-politique, et parfois violemment formulée, qu’on peut trouver chez Jack Goody, dans un ouvrage au demeurant passionnant [3]. Weber et Polanyi, idéologues de l’exceptionnalisme occidental ? Pour le premier, on est parfois tenté de se poser la question, sans mettre en doute pour autant son immense apport à l’histoire et la sociologie économiques. Pour le second, la critique paraît étrange : on lui doit davantage un radical décentrement temporel et anthropologique, qu’une quelconque arrogance occidentale. Mais il est vrai qu’il n’aurait probablement pas partagé la croyance de Goody dans l’unité foncière des civilisations.

Il n’a pas échappé à Polanyi que l’Antiquité a connu certaines formes de prix de marché, voire de « capitalisme », terme qu’il entoure de prudents guillemets et resitue simplement dans les strictes limites sociales du temps, soulignant qu’Athènes (par exemple) subordonnait sa production céréalière à des objectifs politiques. Depuis, l’historiographie a mis en avant la qualité de « cités marchandes » des unités politiques grecques, et le rôle du marché international dans la formation des prix des céréales, sans pour autant étayer l’existence d’un marché autorégulateur et intégrateur [4]. Mais, et c’est ce que J. Goody n’a pas vu, l’enquête dans La Subsistance de l’hommeconcerne aussi les origines du mécanisme de marché : quand, où et comment le commerce se lie aux marchés, comment le marché devient le vecteur de « mouvement commerciaux » pour donner le « commerce de marché » et les « marchés faiseurs de prix » autorégulés ? Polanyi croit en trouver les éléments précisément là où le capitalisme libéral n’existait pas comme tel : par exemple, dans l’avènement d’un « marché faiseur de prix sous stricte surveillance administrative » (p. 362), sous le règne d’Alexandre le Grand et la supervision de la capitale politique de l’empire. Et pourtant, la présence de ces éléments de marché n’a pas fait système, et Polanyi d’avouer que leurs origines sont obscures, « bien que les marchés ne soient pas aussi anciens que l’humanité et qu’ils aient des origines déterminées dans l’histoire humaine. » (p. 198). À ce titre, La Subsistance de l’homme n’a pas la vertu généalogique qui faisait tout le sel de La Grande Transformation, et s’intéresse davantage aux formes d’encastrement qu’au processus de désencastrement, c’est-à-dire d’autonomisation de l’économie – qui est tout autant sa redéfinition dans son sens « formel » qui domine notre époque aujourd’hui.

Faisons un pas de plus : si l’on admet que le capitalisme n’a rien de naturel, alors le commerce n’est pas, pas même « tendanciellement », équivalent au « marché ». Voir du capitalisme à Athènes ou Babylone, c’est peut-être s’aveugler et projeter – sans le savoir ni le vouloir – l’« obsolète mentalité de marché » dans des sociétés qui ne la connaissaient pas. C’est risquer de ratifier la croyance dans l’éternité et l’universalité du capitalisme, dont l’histoire serait celle d’un développement tendanciel plus ou moins contrarié, ou favorisé, selon les périodes et les sociétés. Par exemple, Goody estime que les deux grandes significations du marché – comme espace ou place du marché, comme principe ou mécanisme autorégulateur d’offre-demande-prix – ne vont pas l’une sans l’autre. La chose paraît historiquement douteuse et, pour le coup, rétrospective. Polanyi prend bien soin de distinguer les deux, non sans quelque raison, car le « mécanisme d’offre-demande-prix » n’a pas d’attache spécifique à un lieu précis et n’est pas restreint à la vente au détail de la nourriture. Il s’agit d’un processus de déterritorialisation qui permet précisément d’embrasser le reste de la société et de décloisonner les marchés locaux. Ce schème d’analyse historique a une portée certaine, notamment dans l’économie d’Ancien Régime, les marchés(locaux, fragmentés, surveillés par la « police » du roi) s’opposent, au nom du juste prix, auprincipe de marché – pour reprendre la distinction élaborée par Steven L. Kaplan [5]. Il y a de multiples marchés sous l’Ancien Régime, mais pas d’économie de marché, pas de système de prix « libres », et encore moins d’intégration achevée entre commerce extérieur (où le capitalisme marchand s’avérait fort dynamique) et commerce intérieur – ce qui ne signifie pas absence de lien entre les deux.

Reste que ces sociétés qui pratiquent le commerce mais ne connaissent pas le marché ou les éléments de marché » semblent, dans certaines analyses de Polanyi, agir contre le marché, contre le risque de déstabilisation des rapports sociaux que ferait courir l’apparition d’un tel système économique. On ne parle pas ici des contre-mouvements évoqués par Polanyi dans La Grande Transformation, formés en réaction aux effets dévastateurs du marché autorégulateur au cours du XIXe siècle (mouvement ouvrier, syndicalisme etc.). De même que les Indiens Guarani (expliquait Pierre Clastres) faisaient tout ce qu’il fallait pour étouffer dans l’œuf toute autorité centralisée, la plupart des sociétés archaïques développait des techniques administratives de redistribution afin de « rendre inutile le développement des méthodes de marchés » (p. 189). La politique commerciale d’Athènes, en particulier, était précisément faite pour conjurer l’apparition de mécanismes marchands.

Ces sociétés contre le marché ne sont aujourd’hui certainement ni désirables ni aimables, pour esclavagistes qu’elles furent bien souvent – aspect guère souligné dans l’ouvrage. Mais ce qui fut réel jadis – un commerce sans marché – pourrait être bien possible aujourd’hui, dans le cadre de sociétés modernes, complexes, individualistes et technologiquement avancées. Un commerce ré-encastré dans le social, où les échanges et les prix seraient débattus démocratiquement : l’autre nom du socialisme, que Polanyi a toujours appelé de ses vœux.

par Arnault Skornicki [21-03-2012]

Pour citer cet article :

Arnault Skornicki, « La société contre le marché. Un inédit de Polanyi », La Vie des idées, 21 mars 2012. ISSN : 2105-3030. URL : http://www.laviedesidees.fr/La-societe-contre-le-marche.html

Notes

[1] Par exemple Martha C. Howell, Commerce before Capitalism in Europe, 1300-1600. New York, Cambridge University Press, 2010.

[2] Max Weber, Économie et société dans l’Antiquité, Paris, La Découverte, trad. C. Colliot-Thélène et F. Laroche, 1998, p. 19.

[3Le vol de l’histoire : Comment l’Europe a imposé le récit de son passé au reste du monde, Paris, Gallimard, 2010, p. 191-202. Voir la recension de Jacques Revel, « Le récit du monde », publié dans laviedesidees.fr, le 26 avril 2011.

[4] Alain Bresson, La cité marchande, Editions Ausonius, 2000.

[5] Kaplan, Steven L., Les ventres de Paris. Pouvoir et approvisionnement dans la France d’Ancien Régime, Paris, Fayard, trad. S. Boulongne, 1988.

Si vous souhaitez critiquer ou développer cet article, vous êtes invité à proposer un texte au comité de rédaction. Nous vous répondrons dans les meilleurs délais : redaction@laviedesidees.fr.

 

 

Hervé DO ALTO

Hervé DO ALTO

 

Doctorant en science politique à l’Université Paris Ouest Nanterre

Membre du Groupe d’Analyse Politique (EA n° 1591)

Chercheur associé au laboratoire ERMES, Université Nice-Sophia Antipolis (EA n° 1198)

 

Formation

 

2011-2012    Doctorant en science politique à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense (Paris-X).

Membre du GAP (Groupe d’Analyse Politique), EA nº 1591.

Thèse en cours : « Vers une démocratisation paradoxale de la Bolivie ? : le MAS-IPSP bolivien dans l’institutionnalité politique et la mobilisation collective », sous la direction de Bernard Pudal.

 

2004-2011    Doctorant en science politique à l’Institut d’Etudes Politiques (IEP) d’Aix-en-Provence (Université Paul-Cézanne Aix-Marseille III).

Membre du CHERPA (Croyances, Histoire, Espace, Régulation Politique et Administrative), EA nº 4261, IEP d’Aix-en-Provence.

 

2003-2004    DEA de science politique comparative de l’IEP d’Aix-en-Provence, spécialité Amérique latine et Caraïbes (mention Bien).

Mémoire de DEA : « Entre mouvement social et organisation partisane : le MAS bolivien dans l’institutionnalité politique et la mobilisation collective », sous la direction de Daniel van Eeuwen.

Lauréat du Prix du CREALC (Centre de Recherches sur l’Amérique Latine et les Caraïbes, IEP Aix-en-Provence) du meilleur mémoire 2004.

 

2000-2002    Diplôme de l’Institut d’Etudes Politiques de Lyon (Université Lumière Lyon II), section internationale (mention Bien).

 

1999-2000    Licence d’Histoire à la University College Dublin (U.C.D., Irlande), dans le cadre d’un partenariat Erasmus avec l’Université Lumière Lyon II (mention Très Bien).

 

1998-1999    DEUG d’Histoire à l’Université Lumière Lyon II (mention Bien en 1ère année, Assez Bien en 2nde).

 

1996-1998    BTS de Commerce International au Lycée La-Martinière-Duchère de Lyon (mention Bien, 1er de l’Académie de Lyon).

 

1996              Baccalauréat scientifique au Lycée Ampère-Bourse de Lyon (mention Assez Bien).

 

 

 

 

Expérience professionnelle

 

2011-2013    Attaché temporaire en enseignement et recherche (ATER) en science politique à la Faculté de Droit et de Science Politique de l’Université de Nice-Sophia Antipolis (UNS).

 

2009-2010    Travail éditorial pour Raisons d’agir Éditions (Paris).

 

2010              Consultant pour le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) de Bolivie (octobre-décembre) dans le cadre du Programme de Consolidation Démocratique, sur le projet « Analyse de la démocratie interne du Mouvement vers le Socialisme (MAS), Bolivie » (enquête de terrain, conférences, publication dans un ouvrage collectif).

 

2004-2007    Allocataire de recherche (ALER) à l’IEP d’Aix-en-Provence.

 

2003-2004    Moniteur au CREALC (IEP Aix-en-Provence).

 

 

 

 

Activités d’enseignement

 

1) Enseignement

 

2012-2013    ATER en science politique à la Faculté de Droit et de Science Politique de l’Université de Nice-Sophia Antipolis (UNS).

Cours magistral « Théories des relations internationales » (L3, 30h).

Conférence de méthode « Sociologie politique » (L3, 15h).

Conférence de méthode « Introduction à l’analyse des politiques publiques » (L3, 15h).

Conférence de méthode « Action publique et territoires » (M1, 15h).

Intervenant dans le cadre du séminaire « Pratiques des sciences sociales » : « Enquête de terrain : les enjeux de l’auto-analyse » (M2, 3h).

 

2011-2012    ATER en science politique à la Faculté de Droit et de Science Politique de l’Université de Nice-Sophia Antipolis (UNS).

Cours magistral « Théories des relations internationales » (L3, 33h).

Conférence de méthode « Introduction à l’analyse des politiques publiques (L3, 15h).

Conférence de méthode « Action publique et territoires » (M1, 15h).

Cours de remise à niveau « Partis politiques et élections » (M2, 8h).

Cours de remise à niveau « Politiques publiques » (M2, 8h).

 

2011-2012    Chargé de cours à la Faculté Latino-américaine de Sciences Sociales – Argentine (FLACSO Argentina, Buenos Aires).

TD de Lectures dirigées en science politique et sociologie (Master, 22h).

 

2008-2010    Chargé de cours à la Universidad de Posgrado para la Investigación Estratégica en Bolivia (U-PIEB, La Paz, Bolivie)

Cours magistral « Politiques publiques » (2ème année, 15h) dans le cadre du Master en Sciences sociales pour le Développement.

 

2008               Conférences de méthodologie de l’enquête en sciences sociales à l’Académie Diplomatique du Ministère des Affaires Étrangères de Bolivie, mai-juin 2008.

 

2004-2005    Intervenant dans le cadre du séminaire de spécialité Amérique latine et Caraïbes du Master (ex-DEA) de politique comparée de l’IEP d’Aix-en-Provence.

 

 

2) Encadrement de travaux de recherche

 

2011-2012   Encadrement de travaux de recherche niveau Master à la Faculté Latino-                             américaine de Sciences Sociales (FLACSO, Buenos Aires, Argentine).

 

2010-2012    Encadrement de travaux de recherche niveau Master à la Universidad de Posgrado para la Investigación Estratégica en Bolivia (U-PIEB, La Paz, Bolivie), dans le cadre du Master en Sciences Sociales.

Activités de recherche

 

1) Publications 

A) Ouvrages et directions d’ouvrages :

« Nous serons des millions », Evo Morales et la gauche au pouvoir en Bolivie (avec Pablo Stefanoni), Paris, Raisons d’agir, 2008, 125 p.

Reinventando la nación en Bolivia; Movimientos sociales, Estado y poscolonialidad, (avec Karin Monasterios et Pablo Stefanoni (dir.)), La Paz, Clacso/Plural, 2007, 171 p.

La revolución de Evo Morales: de la coca al Palacio (avec Pablo Stefanoni), Buenos Aires, Capital Intelectual, 2006, 111 p. Édition bolivienne : Evo Morales, de la coca al Palacio, La Paz, Malatesta, 2006, 166 p. Édition italienne : Evo Morales. Il riscatte degli indigeni in Bolivia, Milan, Sperling & Kupfer, 2007, 161 p.

 

B) Contributions à des ouvrages collectifs :

– « El MAS: las ambivalencias de la democracia corporativa » (avec Pablo Stefanoni), dans PNUD Bolivia, Mutaciones del campo político en Bolivia, La Paz, PNUD Bolivia et IDEA Internacional, 2010, pp. 303-363.

– « Ethnicité et classe dans les luttes populaires en Bolivie, de la Révolution Nationale de 1952 au gouvernement d’Evo Morales », dans Gabriel Vommaro (dir.), La carte rouge de l’Amérique latine, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant, coll. Savoir/Agir, 2008, pp. 49-73.

– « La « révolution » d’Evo Morales, ou les voies sinueuses de la « refondation » en Bolivie », dans Franck Gaudichaud (dir.), Le volcan latino-américain, Paris, Textuel, 2008, pp. 205-224.

– « Le MAS-IPSP bolivien, à la croisée des politiques institutionnelle et contestataire », dans Denis Rolland et Joëlle Chassin (dir.), Pour comprendre la Bolivie d’Evo Morales, Paris, L’Harmattan, 2007, pp. 94-104.

– « Cuando el nacionalismo se pone el poncho. Una mirada retrospectiva a la etnicidad y la clase en el movimiento popular boliviano (1952-2007) », dans Maristella Svampa et Pablo Stefanoni (dir.), Bolivia – Memoria, insurgencia y movimientos sociales, Buenos Aires, Clacso/OSAL/El Colectivo, 2007, pp. 21-53.

– « El MAS-IPSP boliviano, entre la protesta callejera y la política institucional », dans Karin Monasterios, Pablo Stefanoni et Hervé Do Alto (dir.), Reinventando la nación en Bolivia; Movimientos sociales, Estado y poscolonialidad, La Paz, Clacso/Plural, 2007, pp. 71-110.

– « Bolivie : le nationalisme indigène au pouvoir » (avec Pablo Stefanoni), dans François Polet (dir.) État des résistances dans le Sud – 2007, Points de vue du Sud, Paris/Louvain-la-Neuve, Centre Tricontinental/Syllepse, 2006, pp. 43-48. Édition britannique : « The emergence of indigenous nationalism in Bolivia », dans François Polet (dir.), The State of Resistance, Popular Struggles in the Global South, Londres, Zed Books, 2007, pp. 29-34.

 

C) Directions de numéros de revues :

– Dossier « Le monde rural en politique. Le cas des protestations paysannes en Bolivie » (avec Marie-Esther Lacuisse et Franck Poupeau), dans Revue d’Études en Agriculture et Environnement (Ivry, France), nº 92 (4), 2011, pp. 357-468.

 

D) Articles dans des revues à comité de lecture :

– « Un parti paysan dans la ville en Bolivie : le Mouvement vers le socialisme (MAS) à La Paz (2005-2010) », dans Revue d’Études en Agriculture et Environnement (Ivry, France), nº 92 (4), 2011, pp. 389-416.

« Introduction » (avec Marie-Esther Lacuisse et Franck Poupeau), dans Revue d’Études en Agriculture et Environnement (Ivry, France), nº 92 (4), 2011, pp. 357-361.

– « L’indianisme est-il de gauche ? Remarques complémentaires sur L’Occident décroché de Jean-Loup Amselle » (avec Franck Poupeau), dans Civilisations (Bruxelles, Belgique), Revue internationale d’anthropologie et de sciences humaines, nº 58, 2009, pp. 141-147.

– « El MAS-IPSP boliviano, entre movimiento social y partido político », dans Análisis Político (Bogotá, Colombie), nº 62, 2008, pp. 25-43.

– « De la Révolution Nationale de 1952 à la victoire d’Evo Morales, retour sur un demi-siècle de luttes en Bolivie populaire », dans Actuel Marx (Paris), nº 42, 2007, pp. 84-96.

– « Hégémonie nationaliste et populaire, poussée autonomiste : la complexe reconfiguration du champ politique bolivien lors des élections de 2005 », dans L’Ordinaire Latino-Américain (Toulouse), nº 206, 2007, pp. 101-116.

– « Un partido campesino-indígena en la ciudad: Liderazgos barriales y facciones en el MAS-IPSP de La Paz (2005-2006) », dans Bolivian Studies Journal (Chicago, États-Unis), Vol. 13, 2006, pp. 63-86.

– « Can Organizational Forms Affect the Collective Identity of Social Movements? The Case of the Bolivian MAS-IPSP », dans Bolivian Studies Journal (Chicago, États-Unis), Vol. 12, 2005, pp. 133-154.

 

E) Articles dans des revues sans comité de lecture :

– « Un partido campesino en el poder: una mirada sociológica del MAS boliviano », dans Nueva Sociedad (Buenos Aires, Argentine), nº 234, 2011, pp. 95-111.

– « Cinq années de gouvernement populaire en Bolivie : les dilemmes d’Evo Morales », dans France-Amérique latine Magazine (Paris), nº 105, 2011, pp. 11-14.

– « Evo Morales et le processus bolivien : une « révolution trahie »? », dans Défis Sud (Bruxelles, Belgique), nº 99, 2011, pp. 30-32.

– « Las ambivalencias de la democracia corporativa – Equilibrios inestables y liderazgo carismático en el MAS » (avec Pablo Stefanoni), dans Le Monde diplomatique (edición boliviana) (La Paz, Bolivie), nº 26, 2010, pp. 4-6.

– « ¿”Más de lo mismo” o ruptura con los “tradicionales”? Bolivia y el MAS: un caso de democratización paradójica », dans Le Monde diplomatique (edición boliviana) (La Paz, Bolivie), nº 11, 2009, pp. 6-8.

– « De la révolution aux ONG, les « compagnons de route » d’Evo Morales », dans France-Amérique latine Magazine (Paris), nº 94, 2008, pp. 15-17.

– « Del entusiasmo al desconcierto: la mirada europea sobre América Latina y el temor al populismo », dans Nueva Sociedad (Buenos Aires, Argentine), nº 214, 2008, pp. 54-66.

– « « Révolution hors la révolution » en Bolivie » (avec Franck Poupeau), dans Le Monde diplomatique (Paris), nº 647, 2008, pp. 18-19.

– « Entre mouvement social et organisation partisane : le MAS bolivien dans l’institutionnalité politique et la mobilisation collective (1995-2004) », dans Lazos (Nanterre), nº 8, 2007, pp. 75-79.

– « Bolivie : un horizon post-libéral est-il possible ? Regards comparés sur un processus en cours », dans Critique communiste (Paris), nº 182, 2007, pp. 16-30.

– « Movimiento al Socialismo: ¡Ahora es cuando! Journal de campagne en Bolivie », dans Vacarme (Paris), nº 35, 2006, pp. 34-35.

– « Evo Presidente: la izquierda indigena llega al poder » (avec Pablo Stefanoni), dans El Viejo Topo (Mataró, Espagne), nº 214, 2006, pp. 52-57.

 

F) Notes de lecture et comptes-rendus d’événements scientifiques :

– Note de lecture sur El Proyectorado, Bolivia tras 20 años de ayuda externa de Antonio Rodríguez-Carmona (Plural, 2009), Le Monde diplomatique (edición boliviana) (La Paz, Bolivie), nº 26, 2010, p. 27.

– « Coloquio internacional: Reformas del estado. Poderes, territorios, sociedades. » (avec Marie-Esther Lacuisse et Franck Poupeau), compte-rendu sur le colloque international organisé à La Paz (16-19 juin 2009), dans Bulletin de l’Institut Français d’Études Andines (Lima, Pérou), nº 38 (2), 2009, pp. 389-393.

– Note de lecture sur Los múltiples rostros del multiculturalismo, revista D’Orbigny (Plural/Embajada de Francia en Bolivia, 2008), Le Monde diplomatique (edición boliviana) (La Paz, Bolivie), nº 7, 2008, p. 39.

– Note de lecture sur ¿Cómo nació el MAS ? La ruralización de la política en Bolivia de Moira Zuazo (FES, 2008), Le Monde diplomatique (edición boliviana) (La Paz, Bolivie), nº 6, 2008, p. 39.

– Note de lecture sur Evo Morales y el retorno de la izquierda nacionalista de Fernando Molina (Eureka, 2006), Lazos (Nanterre), nº 8, 2007, pp. 136-137.

 

G) Rapports et working papers :

– « El MAS: las ambivalencias de la democracia corporativa » (avec Pablo Stefanoni), working paper pour le Séminaire d’Analyse et d’Études Politiques, PNUD Bolivie et IDEA Internacional, Projet de Consolidation Démocratique, 2009, 12 p.

– « El MAS, un partido en tiempo heterogéneo » (avec Pablo Stefanoni), working paper pour le Séminaire d’Analyse et d’Études Politiques, PNUD Bolivie et IDEA Internacional Projet de Consolidation Démocratique, 2010, 21 p.

 

H) Évaluations :

–  Referee pour la revue Íconos (revue de sciences sociales de la FLACSO-Ecuador, Quito, Équateur), 2012.

Referee pour la revue Nómadas (revue de sciences sociales de l’Universidad Central de Bogotá, Colombie), n° 34, 2011.

 

2) Colloques, séminaires et congrès

A) Direction scientifique et organisation :

– « Las reformas del Estado en los países andino-amazónicos : Poderes, Territorios, Sociedades », colloque international, Institut Français d’Études Andines (IFEA), Programme de Recherche Stratégique pour la Bolivie (PIEB), Friedrich Ebert Stiftung-Institut Latino-américain de Recherches Sociales (FES-Ildis), Observatoire Politique sur l’Amérique Latine et les Caraïbes/Sciences Po Paris (Opalc/Sciences Po), Coopération Régionale Andine du Ministère des Affaires Étrangères et Européennes de France, Ambassade de France en Bolivie et Ambassade des Pays-Bas en Bolivie, La Paz (Bolivie), 16-19 juin 2009.

 

B) Communications dans le cadre d’événements scientifiques :

– « Conflicto social y reterritorialización: miradas cruzadas sobre movimientos rurales y regionalistas en Bolivia » (avec Lorenza Belinda Fontana), communication aux 2èmes Journées des Jeunes Américanistes, Centre d’Études Mexicaines et Centraméricaines (CEMCA)/Faculté des Sciences Humaines de l’Université du Costa Rica (UCR), San José (Costa Rica), 13-15 juin 2012.

– « Multiculturalisme, indianisme et postlibéralisme en Bolivie : réflexions théoriques et pratiques (critiques) à partir de l’œuvre d’Álvaro García Linera » (avec Franck Gaudichaud), communication en tant que chercheur invité dans le cadre du colloque « Le multiculturalisme et la reconfiguration contemporaine de la diversité/unité », équipe de recherche Interactions culturelles et discursives (ICD, Faculté de Lettres et Langues, Université de Tours), Tours (France), 23-25 mai 2012.

– « Mobilisations identitaires et luttes de classes. Indianisme et émancipation en Amérique latine » (avec Franck Gaudichaud), communication en tant que chercheur invité, séminaire « Pensées critiques contemporaines » donné à l’École des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS), Paris (France), 16 mai 2012.

– « « Let’s Pretend Nothing Happened. Coping with ALBA Policies in Day-To-Day Political Life », communication dans le cadre du panel « Anti-ALBA! The Politics of Opposition in the Bolivarian Alliance for the Americas », Conférence annuelle de la Society for Latin American Studies (SLAS), Sheffield (Royaume-Uni), 18-20 avril 2012.

– « Vers une démocratisation paradoxale de la Bolivie ? Le

MAS-IPSP bolivien dans l’institutionnalité politique et la mobilisation

collective »

, communication au séminaire « Études politiques » ERMES, Département de science politique de l’Université de Nice-Sophia Antipolis (UNS), Nice (France), 16 mars 2012.

– « Rurality as a ressource: The Case of the Bolivian Movimiento al Socialismo in the Cities », communication en tant que chercheur invité, séminaire « The Return of the Indian – Class and Ethnicity in the Andes », Institute for the Study of the Americas/University of London (ISA/UoL) et London School of Economics and Political Science (LSE), Londres (Royaume-Uni), 27 février 2012.

– « Mobilisations sociales et ressources naturelles : l’appropriation de la rente sous l’ère Morales », communication en tant que chercheur invité au séminaire « L’enjeu des ressources naturelles en Bolivie : dépendances et développement », Institut pour la Recherche et le Développement (IRD) et Département de Géographie de l’Université de Provence Aix-Marseille 1, Marseille (France), 29 mars 2011.

– « A Government of Social Movements? The New Configurations of Political Power in Bolivia », communication au colloque « Social Movements Governance, the Poor and the New Politics of the Americas », University of South Florida (USF, Tampa, États-Unis), Tampa (États-Unis), 2-4 février 2011 (bourse de voyage octroyée par le Kiran Patel Studies Center/USF).

– « ¿De qué Evo Morales es el nombre? », conférence aux Séminaires de l’Institut d’Etudes Politiques et de Relations Internationales (Universidad Nacional de Colombia), Bogotá (Colombie), 22 octobre 2010.

– « ¿El papel lo aguanta todo? Las vicisitudes de la « refundación » boliviana en tiempos de Evo Morales (2005-2010) », communication en tant que chercheur invité (bourse EGIDE du MAEE), Vème Chaire franco-andine de science politique co-organisée par la Universidad de los Andes (Bogotá, Colombie), Institut d’Etudes Politiques et de Relations Internationales de la Universidad Nacional de Colombia (IEPRI, Bogotá, Colombie) et Coopération régionale andine (MAEE), Bogotá (Colombie), 20-21 octobre 2010.

– « Socialiste, indianiste, populiste ? Quelques réflexions autour du phénomène Morales en Bolivie », communication à la conférence « Gauches au gouvernement en Amérique latine. Regards transversaux », Département de science politique de l’Université Lumière-Lyon 2, Lyon (France), 14 octobre 2010.

– « Un État qui subjugue. Les mouvements sociaux boliviens sous l’ère Morales, entre corporatisme, cooptation et autonomie », communication au VIème  Congrès Marx International, Nanterre (France), 23-25 septembre 2010.

– « El MAS: las ambivalencias de la democracia corporativa » (avec Pablo Stefanoni), communication au Séminaire d’Analyse et d’Études Politiques, PNUD Bolivie et IDEA Internacional, Projet de Consolidation Démocratique, La Paz (Bolivie), 23 février 2010.

– « El MAS, un partido en tiempo heterogéneo » (avec Pablo Stefanoni), communication au Séminaire d’Analyse et d’Études Politiques, PNUD Bolivie et IDEA Internacional, Projet de Consolidation Démocratique, La Paz (Bolivie), 24 novembre 2009.

– « Estudiar el MAS-IPSP al calor del cambio: desafíos éticos y epistemológicos », communication en tant que chercheur invité au Congrès International de Science Politique de Bolivie, Départements de science politique des universités San Andrés (La Paz), San Simón (Cochabamba) et Gabriel René Moreno (Santa Cruz),le Collège des Politologues de Cochabamba et IDEA Internacional, Cochabamba (Bolivie), 23-25 septembre 2009.

– « ¿Un gobierno de los movimientos sociales? Las nuevas configuraciones del poder político en Bolivia en los tiempos de Evo Morales », communication au colloque international « Las reformas del Estado en los países andino-amazónicos ; Poderes, Territorios, Sociedades », IFEA, PIEB, FES-Ildis, Opalc/Sciences Po Paris, Coopération Régionale Andine du Ministère des Affaires Étrangères et Européennes de France, Ambassade de France en Bolivie et Ambassade des Pays-Bas en Bolivie, La Paz (Bolivie), 16-19 juin 2009.

– « El MAS, un partido campesino en las ciudades. Un enfoque sociológico sobre el clientelismo partidario en Bolivia », conférence co-organisée par l’IRD, l’Ambassade de France en Bolivie, l’IFEA et l’Alliance française de La Paz, La Paz (Bolivie), 10 mars 2009,

– « Clases, etnias y territorios: las implicaciones sociales de la etnicidad en Bolivia », communication lors du séminaire de recherche « Las transformaciones del espacio social boliviano » organisé par Franck Poupeau, IFEA et Université pour la Recherche Stratégique Bolivienne (U-PIEB), La Paz (Bolivie), 10 novembre 2008.

– « Un partido campesino en la ciudad de La Paz: el caso del MAS-IPSP », conférence donnée dans le cadre du cours « Partidos políticos » de Moira Zuazo (L3 science politique), Département de Science politique de l’Université San Andrés (UMSA, La Paz), 18 juin 2008.

– « Un parti paysan dans les villes : le Mouvement vers le Socialisme (MAS-IPSP) bolivien », communication en tant que chercheur invité (financement par le Fonds d’Analyse des Sociétés Politiques – Fasopo), séminaire « Les partis paysans », Groupe d’Étude des Organisations et Partis Politiques (Geopp) de l’Association Française de Science Politique (AFSP), Paris (France), 22 novembre 2007.

– « Construyendo hegemonía desde el campo… Una mirada a las dinámicas sociales e identitarias en el seno del Movimiento al Socialismo (MAS) boliviano », communication en tant que chercheur invité (Coopération régionale andine, MAEE) au séminaire « Identidades, movilizaciones sociales y política en América Latina », Universidad de los Andes (Bogotá) et IFEA, Bogotá (Colombie), 6-8 novembre 2007.

– « El MAS-IPSP boliviano, entre movimiento social y partido político », communication au Congrès Latino-Américain de Science Politique, Association Latino-Américaine de Science Politique (ALACIP), Campinas (SP, Brésil), 4-6 septembre 2006.

 

C) Communications dans le cadre d’événements de vulgarisation :

– « Six ans après, la Bolivie d’Evo Morales à la croisée des chemins », conférence, association France-Amérique latine, Marseille (France), 18 janvier 2012.

– « La couleur du pouvoir : les mouvements indigènes en Amérique latine », conférence, Ve Rencontres « Sète Amérique Latine Semaine Artistique », Sète (France), 4 octobre 2011.

– « Où va la Bolivie d’Evo Morales ? », conférence, centre socio-culturel Pôle Sud de Lausanne, le journal Le Courrier (Suisse), et l’ONG E-changer (Suisse), Lausanne (Suisse), 30 septembre 2011.

– « Construire l’après-libéralisme sous l’ère Morales : défis et paradoxes de l’expérience bolivienne », communication au VIe Festival Raisons d’agir, association Raisons d’agir, Poitiers (France), 7-9 avril 2011.

– Débat autour du film Zona Sur (Juan Carlos Valdivia, Bolivie, 2010), dans le cadre du 28e festival Reflets du cinéma ibérique et latino-américain, association Pour le cinéma, et par le cinéma Le Zola, Villeurbanne (France), 27 mars 2011.

– « La nationalisation des hydrocarbures en Bolivie : avancées, enjeux, leçons », communication en tant que chercheur invité au symposium « A qui appartiennent les richesses naturelles ? », Centre Europe-Tiers Monde (CETIM, Suisse), Genève (Suisse), 5-6 novembre 2010.

– « ¿Sindicalista o presidente? Caracterizar el presidente, o cuando las palabras importan », communication, séminaire autour du livre Reinventando la nación en Bolivia, Vice-présidence de la République de Bolivie, La Paz (Bolivie), 15 octobre 2008.

 

 

D) Interventions au titre de discutant

– « Le pouvoir local en situation néocoloniale », séminaire « Études politiques » ERMES, Département de science politique de l’Université de Nice-Sophia Antipolis, discussion de l’ouvrage de Benoît Trépied, Une mairie dans la France coloniale. Koné, Nouvelle-Calédonie, Nice (France), 13 avril 2012.

– Discutant lors du séminaire Critique internationale autour du dossier « Ethnicité, démocratie et politique en Amérique latine », revue Critique internationale, CERI/Sciences Po, Paris (France), 13 décembre 2011.

– Discutant de l’ouvrage de Mario Yapu, Los jóvenes aymaras en La Paz y El Alto. Entre marginalidad y compromiso político, conférence, PIEB/Alliance française de La Paz, La Paz (Bolivie), 14 avril 2009.

– « Acerca de ¿Cómo nació el MAS? de Moira Zuazo – Algunas consideraciones sobre cómo analizar el actual proceso de cambio », commentaire de l’ouvrage de Moira Zuazo, FES-Ildis, La Paz (Bolivie), 18 septembre 2008.