É. Agrikoliansky, J. Heurtaux et B. Le Grignou (dir.) – Paris en campagne. Les élections municipales de mars 2008 dans deux arrondissements parisiens

Éric Agrikoliansky, Jérôme Heurtaux et Brigitte Le Grignou (dir.), Paris en campagne. Les élections municipales de mars 2008 dans deux arrondissements parisiens, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant, 2011, 335 p.

 

Cet ouvrage propose les résultats d’une enquête réalisée par un collectif de chercheurs en science politique à l’occasion des élections municipales de 2008. Bien loin des « marronniers » du CEVIPOF, ce volume est l’occasion de soumettre à l’épreuve du terrain toute une série d’hypothèses proposées ces dernières années par la sociologie politique. Nous sommes donc en présence d’un livre important, tant du point de vue du contenu empirique que des pistes de recherche qu’il approfondit ou qu’il suggère, et qui s’inscrit à n’en pas douter dans une « lignée » fondatrice et que l’on espère durable1. Après avoir présenté les résultats de cette enquête en suivant l’ordre d’exposition proposé par les coordonnateurs (I), je reviendrai ensuite sur les limites du dispositif mis en œuvre à cette occasion (II).

I) 10e versus 16e : une enquête de sociologie politique

Cette enquête qui a pour cadre les élections municipales parisiennes de 2008 est centrée sur la campagne électorale, non pour en mesurer l’influence supposée sur le résultat final, mais pour  en proposer une analyse localisée, à la fois quantitative et ethnographique. Cette approche témoigne à sa manière d’un regain d’intérêt au sein de la sociologie politique hexagonale pour l’approche contextuelle des élections2.

Dans l’introduction, E. Agrikoliansky, J. Heurtaux et B. Le Grignou précisent la manière dont ils construisent l’objet « campagne électorale » par le biais d’une analyse « rapprochée ». Ce sont « les interactions, les transactions ordinaires, la matérialité des pratiques, la singularité des configurations électorales ou les écarts à la règle » (p. 15) qu’ils se proposent de restituer. Une telle perspective fait par conséquent la part belle au travail ethnographique qui « en appréhendant la politique à ses marges, offre de voir au-delà de la politique officielle et ce faisant de mieux en comprendre les logiques » (p. 23). Cet élan conduit les auteurs à ériger la campagne électorale en « fait politique total » (p. 23) en enrôlant l’Essai sur le don de Marcel Mauss au passage… À défaut d’être toujours convaincant, surtout lorsque s’y ajoute une pincée de Michel Dobry via la notion de « désectorisation », l’exercice a néanmoins le mérite de proposer une délimitation ouverte de l’objet : la campagne électorale comme « révélateur » des « logiques et des pratiques politiques (et sociales) ordinaires » (p. 26).

Le premier chapitre – « Bourgeois » contre « Bohèmes » ? – rédigé par E. Agrikoliansky rappelle le caractère paradoxal des progrès électoraux de la gauche dans une capitale où les classes supérieures l’emportent désormais numériquement sur les classes populaires. Un des objectifs du dispositif d’enquête retenu, opposer un arrondissement supposé stable (le 16e) à un autre supposé emblématique de la gentrification du Paris populaire (le 10e), est de s’interroger sur la persistance du clivage est-ouest qui caractérisait depuis longtemps la configuration parisienne. En effet, « l’histoire politique [récente] du 10e n’est pas celle d’une continuité, mais d’une rupture paradoxale : c’est au moment où se renforce le double processus de « dé-ouvriérisation » et d' »embourgeoisement » que l’arrondissement bascule à gauche » (p. 42 et tableau 3). Faut-il pour autant valider la catégorie  de « bobos », qui est apparue sous la plume des commentateurs des élections municipales de 2001, pour comprendre le phénomène ? Assurément non, l’analyse sociologique3 montrant certes « les métamorphoses » mais aussi la persistance d’un vote qui prend appui sur des clivages sociaux. Si beaucoup des électeurs des deux arrondissements étudiés relèvent aujourd’hui des CSP supérieures, on constate une plus grande proportion d’inactifs et d’indépendants dans le 16e et une plus grande proportion de cadres du secteur public et de professions intellectuelles dans le 10e. « Les électeurs socialistes du 10e semblent précisément se caractériser par une distance à l’égard du mercantilisme et des logiques du profit, soit parce qu’ils exercent pour le public, soit parce que c’est avant tout la culture et ses valeurs qui déterminent leur identité professionnelle » (p. 54). De plus, ces électeurs ont des revenus plus faibles, et parfois sans commune mesure, avec ceux de l’ouest parisien : il s’agit en fait de « classes moyennes à statut » (p. 55) qui s’agrègent désormais aux autres groupes composant l’électorat du PS et de ses alliés. D’autres clivages liés aux pratiques religieuses et aux structures familiales agissent également dans le même sens. Quant aux fameux « bobos », lorsqu’on tente de les identifier à partir de leurs propriétés sociales supposées, ils ont plutôt tendance à voter à droite… « En définitive, conclut E. Agrikoliansky, on comprend que la déconnexion entre statut social et préférences politico-culturelles, que suggère le terme de « bobos », est loin d’être avérée » (p. 64). Ces clivages sociaux expliquent également pourquoi prédominent au sein de ces deux arrondissements des modalités distinctes d’intérêt pour la politique : les interactions entre électeurs et élus relèvent plus volontiers de la sphère privée dans le 16e et plus volontiers de l’activité militante dans le 10e. « Dans le 16e, le maire n’est pas décrit comme un « camarade » de parti ou un modèle politique, mais plutôt comme une relation ou un proche » (p. 71). Ce phénomène explique pourquoi l’intérêt pour la campagne électorale s’avère beaucoup plus faible dans le 16e et pourquoi, lorsqu’on leur suggère d’expliciter leur vote, les électeurs de cet arrondissement font référence au registre de la fidélité plutôt qu’à celui de la conviction (tableau 10). C’est sans doute leur « forte identification à la bourgeoisie » (p. 77) comme classe, bien mise en évidence par ailleurs dans les travaux de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, qui rend inutile le rappel d’une quelconque proximité partisane comme justification du vote pour les candidats de l’UMP.

Le second chapitre rédigé par E. Agrikoliansky et S. Lévêque est consacré à l’étude des logiques de la démobilisation électorale. Plutôt que de revenir sur les enjeux de la campagne de 2008, dont il est facile ex post qu’ils constituent un facteur explicatif du niveau de mobilisation observé, les deux auteurs s’en tiennent à l’analyse des logiques structurelles de l’abstention à partir de l’étude des listes d’émargement. Ce faisant, ils montrent (tableau 7) que les abstentionnistes et les participationnistes constants s’effacent devant le nombre des intermittents du vote. On relèvera tout particulièrement dans ce chapitre la mise en évidence d’un « effet participation » : les électeurs qui se sont inscrits en nombre sur les listes électorales en 2006, à la veille du scrutin présidentiel, s’avèrent, deux ans après, plus abstentionnistes que la moyenne et contribuent donc à la baisse du taux moyen de participation car toujours inscrits… D’autres facteurs, plus classiques, font également l’objet d’analyses pertinentes : le cycle de vie dont l’effet se trouve atténué dans le 16e du fait des formes de sociabilité propre aux quartiers résidentiels ; le gender gap dont les effets sont inversés dans les deux arrondissements, beaucoup moins actives que la moyenne, les femmes du 16e n’en sont pas moins plus participationnistes que celles du 10e car mieux intégrées socialement ; le statut matrimonial qui favorise l’acte de vote à partir du moment où ce dernier s’articule aux pratiques collectives dans le cadre de la famille et du couple. Ces résultats d’enquête confirment, au dire des auteurs, la validité des hypothèses anciennes de Lazarsfeld sur l’influence de l’insertion dans des groupes primaires sur les comportements électoraux.

Les « beaux quartiers » de la capitale ont apparemment réservé quelques surprises à E. Agrikoliansky, J. Heurtaux et B. Le Grignou, surprises dont ils nous font part dans le troisième chapitre. L’élection municipale s’y apparente à un « jeu sans enjeu apparent » (p. 118) du fait de l’hégémonie électorale des candidats conservateurs. L’observation ethnographique de la campagne de l’UMP dans le 16e oblige les auteurs à s’interroger sur les motivations de l’activité militante dans un tel contexte : « l’essentiel réside peut-être moins dans ce que [les campagnes électorales] produisent (ou sont censées produire) sur les électeurs, que dans ce qu’elles produisent sur les militants et les candidats eux-mêmes » (p. 120). Même les militants les plus dévoués en apparence n’hésitent pas à confier leur scepticisme sur l’efficacité électorale de leur travail. Lors des distributions de tracts, par exemple, l’évitement du politique apparaît comme la règle. Quant aux réunions électorales, elles rassemblent surtout les colistiers et leurs proches… Seules les réunions d’appartement sont jugées efficaces mais, en l’espèce, le verdict technique n’est que la traduction d’un jugement social et de la prise de distance vis-à-vis de la « politique de rue » (p. 129) qui est associée aux quartiers populaires de la capitale. Si ces conduites militantes semblent pour une part désintéressée, elles font sens dans le cadre d’interactions où il s’agit de « tenir son rôle » et de produire une forme de solidarité d’équipe. La familiarité ainsi affichée avec les candidats est un privilège que l’on peut donc ranger dans la catégorie des « incitations de sociabilité ludiques et distinctives » (p. 136) et qui s’inscrit dans un travail simultané de valorisation de l’identité de l’arrondissement et des propriétés sociales de ses habitants.

Le quatrième chapitre, conjointement écrit par J. Heurtaux et A. Soubiron, propose un éclairage sur les « dissidences » au sein de l’UMP dans le 16ème arrondissement. Afin de prendre un peu de distance avec le traitement journalistique de ce type de fait de campagne, les auteurs font de la dissidence un mode de régulation ordinaire des candidatures au sein des partis de droite et du centre. En effet, n’est pas dissident qui veut : il s’agit le plus souvent de candidats aux ressources plus « fragiles » mais dont l’action contribue à renouveler l’offre politique locale. Cette « propriété situationnelle » (p. 170) est liée à une configuration électorale spécifique : l’hégémonie de la droite dans les « beaux quartiers » déplace en amont la compétition locale sans pour autant que la dissidence puisse être considérée comme un exit définitif. C’est pourquoi la dissidence n’est pas toujours synonyme de rupture définitive avec le parti majoritaire et s’avère souvent un « tremplin » (p. 176) pour une investiture future.

Le chapitre suivant est plus limité dans ses ambitions : T. Barboni propose un portrait d’héritier, celui de Rémi Féraud adoubé en 2008 comme successeur de Tony Dreyfus à la mairie du 10e arrondissement. L’auteur prend néanmoins ses distances avec cette lecture par le prisme de l’héritage, considérant qu’elle ne rend pas compte des conditions concrètes de transmission d’un capital politique : « l’héritage politique apparaît alors autant une habilitation à agir qu’une habilitation à prétendre » (p. 184). L’observation participante au sein de la section locale du PS montre les différentes étapes de cette « homologation partisane » (p. 189) du prétendant à la succession. À la fois candidat de l’arrondissement et candidat du parti, Féraud doit ajuster ses ressources à une situation qui lui est certes a priori favorable mais où la compétition interne au parti pour l’investiture, parce qu’elle précède la ratification dans les urnes, est une course d’obstacles qui ne doit pas être sous-estimée ex post.

Retour dans le 16e arrondissement avec S. Crépon et S. Mosbah-Natanson qui ont observé la campagne des militants socialistes en « milieu hostile ». La faiblesse des moyens matériels et humains du PS dans cet arrondissement est une contrainte qui a un impact fort sur le style des campagnes électorales, entre conformisme et provocation. « Cette situation de minorité, voire de marginalité, est en outre redoublée par le sentiment partagé par les militants d’être politiquement « dissonants » dans les beaux quartiers » (p. 213). Tout en appartenant également aux classes supérieures, les candidats du PS se distinguent de ceux de l’UMP par leur appartenance plus fréquente au secteur public. Beaucoup ont d’ailleurs adhéré avant leur arrivée dans cet arrondissement. Cela étant, on a du mal à suivre les auteurs lorsqu’ils tentent de mettre en évidence l’existence de rétributions du militantisme internes au PS dans cet arrondissement qui expliqueraient ainsi la « réalité » de l’engagement militant4.

Dans le septième chapitre, C. Achin et S. Lévêque procèdent à une comparaison de la mise en scène, et en pratiques, de la parité dans les scrutins de 2001 et de 2008. L’analyse statistique au niveau national montre (tableau p. 244) la persistance d’un « plafond verre » observable au niveau de l’accès aux postes de maires. Dans la capitale, où il existe un vivier important de candidates, l’attribution des postes d’adjoints au maire est un révélateur de la force des clivages sexués. Mais le phénomène le plus intéressant mis en évidence par les auteures est la difficulté plus grande des élues à faire carrière : tout se passe comme si les femmes éprouvaient plus de difficultés à conserver leurs positions électives que les hommes et étaient plus souvent tentées par l’exit. De plus, alors que la campagne électorale de 2001 avait été marquée par la mise en œuvre de la loi sur la parité, la féminité apparaît aujourd’hui comme une « ressource datée » (p. 253) et la parité comme un enjeu passé au second plan. C’est en quelque sorte la « diversité » qui a été le marqueur de la campagne électorale de 2008. Toutefois, derrière l’emphase des discours sur la promotion des minorités se cache une réalité moins généreuse. Ce sont d’ailleurs surtout les femmes qui « sont en charge de la diversité » (p. 267), ressource éphémère, instrumentalisée au niveau gouvernemental (la politique dite « d’ouverture ») et qui, parce qu’elle privilégie l’apparence des candidates, constitue un capital politique singulièrement fragile.

C. Achin et S. Lévêque approfondissent cette question des « capitaux corporels identitaires » dans le chapitre suivant. En fonction des configurations locales, nous disent-elles, le genre peut être neutralisé ou inversement valorisé par des logiques de construction identitaire. Pour le dire autrement, ce n’est pas tout à fait la même chose d’« être une femme » en politique dans le 10e ou dans le 16e. Là où les femmes de droite mettent en avant leurs ressources personnelles, les femmes de gauche accumulent du capital militant. De même la proximité avec les leaders masculins est vécue sur un mode différent, recherche d’un « mentor » à gauche, appui sur un « souteneur » à droite. Lorsque le corps se trouve mobilisé dans le cadre des campagnes électorales, les différences de classe réapparaissent : dans le 16e, la « figure politique de la Pompadour » (p. 279) est ainsi inséparable de la virilité que persistent à mettre en avant, non sans difficultés parfois, les candidats masculins.

Cette problématique se retrouve dans les observations de N. Neveu sur les usages du genre par les candidates en campagne dans le 10e arrondissement qui forment la trame du dernier chapitre de l’ouvrage. La division sexuée du travail militant y est d’autant plus perceptible que les modalités pratiques de la campagne obéissent encore à une forme de primauté masculine. « Alors que les femmes ont tendance à mobiliser leurs compétences personnelles et professionnelles, autrement dit ce qu’elles savent faire, les hommes, eux, s’appuient sur leurs goûts et leurs préférences, autrement dit sur ce qu’ils veulent faire » (p. 291). Les femmes en situation électorale doivent faire face à une double contrainte : « ce n’est […] qu’à condition de prétendre ne pas en jouer, que le genre peut, occasionnellement, devenir une ressource politique » (p. 300). Ainsi, la réussite des femmes politiques passe nécessairement par une mise à distance problématique de ce qu’elles sont alors que leurs homologues masculins peuvent se contenter de décliner leur identité sur le mode de l’évidence.

II) Idéal-type ou configuration ?

Il est toujours tentant de se focaliser sur les résultats d’une enquête, surtout lorsque – comme c’est le cas ici – ces résultats contribuent positivement à notre connaissance des phénomènes étudiés. Pour autant, ces résultats sont le produit d’un dispositif qui écarte tout autant qu’il donne à voir, qui éclaire tout autant qu’il obscurcit les pratiques électorales parisiennes. Écartons d’emblée une objection, contingente d’un point de vue épistémologique, et liée aux difficultés à réunir les moyens nécessaires à l’enquête : tout dispositif est une somme de contraintes pratiques et se limiter à deux arrondissements est une manière d’y faire face qui est tout sauf indigne. Reste que ces contraintes ont, semble-t-il, rejailli sur la conceptualisation du dispositif. Pour le dire autrement, tout se passe comme si cette enquête était idéal-typique par défaut5 alors que les hypothèses testées auraient gagné en épaisseur à s’inscrire dans une démarche résolument configurationnelle.

Pour Max Weber, rappelons-le, les idéaux-types ne sont pas des entités préexistantes mais des constructions ad hoc qui permettent au chercheur de typifier la réalité de manière à ordonner les observations et les faits sociaux révélés par le travail d’enquête. En ce sens, les idéaux-types sont des abstractions qui ne correspondent à aucune réalité mais qui donnent à voir des relations sociales et notamment des logiques d’opposition entre deux pôles. Dans une démarche ethnographique limitée par le nombre des terrains d’observation, il est donc impossible de rencontrer des types-idéaux même lorsque les terrains, comme c’est le cas ici, sont soigneusement et intelligemment sélectionnés. Il y a toujours en effet une irréductibilité du réel face à l’intention simplificatrice du chercheur ; au mieux les cas observés peuvent servir d’exemples pour illustrer ce que pourraient être des idéaux-types et encore, à condition d’en grossir les traits. Ainsi, si l’on peut admettre que le 16e arrondissement n’est pas loin de ressembler à l’idéal-type des beaux quartiers, il n’en demeure pas moins que nous sommes d’autant plus enclin à effectuer cette superposition que cet arrondissement nous apparaît comme exotique et que notre regard amusé ou scandalisé prête volontiers plus de cohérence qu’elles n’en ont à des pratiques qui nous sont socialement distantes, voire étrangères. Quant au 10e arrondissement, il est encore plus difficile de considérer qu’il représente à lui seul l’idéal-type du quartier en voie de gentrification. Et même si c’était le cas, ce serait faire fi de l’existence d’autres arrondissements dont les propriétés sociales et électorales ne permettent pas vraiment de les ordonner comme des cas intermédiaires entre 10e et 16e (la persistance de circonscriptions à dominante populaire par exemple), comme il serait logique et nécessaire de le faire pour s’en tenir à cette tradition sociologique. On voit par là que la démarche ethnographique des auteurs de ce livre est largement incompatible avec le pari wébérien : ce que nous allons observer n’est pas forcément ce qui doit nous permettre de construire des types-idéaux.

Que faire alors ? Admettre que nous en sommes en présence de configurations électorales dont les propriétés ne sont pas figées et immédiatement déductibles des propriétés sociales des habitants présents dans ces arrondissements. L’approche configurationnelle, inspirée on l’aura compris des travaux de Norbert Elias, a cet énorme avantage pour l’analyse sociologique de prendre en compte les relations entre acteurs qui sont inscrits dans une configuration donnée pour en déduire les propriétés qui vont caractériser le comportement électoral dominant en son sein. Dans ce cadre, ce ne sont pas les attributs individuels des électeurs qui déterminent leurs pratiques électorales, mais les relations entre les différents groupes sociaux. Cette approche est, me semble-t-il, beaucoup plus proche de ce que souhaitent mettre en œuvre ce collectif de chercheurs, à la fois privilégier une approche contextuelle des pratiques électorales sans pour autant tomber dans l’explication en dernière instance par un facteur écologique irréductible à l’analyse sociologique. Pour ce faire, il aurait quand même été souhaitable, à défaut de pouvoir multiplier les terrains d’enquête, d’inventorier les différentes configurations présentes dans la capitale dont tout laisse à penser que le nombre excède les deux cas excellemment présentés et étudiés dans le cadre de cet ouvrage.

CHRISTOPHE VOILLIOT

  1. Daniel Gaxie et Patrick Lehingue, Enjeux municipaux. La constitution des enjeux politiques dans une élection municipale, Paris, Presses universitaires de France, 1984 ; Jacques Lagroye, Patrick Lehingue et Frédéric Sawicki (dir.), Mobilisations électorales. Le cas des municipales de 2001, Paris, Presses universitaires de France, 2005. []
  2. Céline Braconnier, Une autre sociologie du vote. Les électeurs dans leurs contextes : bilan critique et perspectives, Cergy-Pontoise, LEJEP, 2010. []
  3. L’analyse repose sur un questionnaire de type « sortie des urnes » administré dans deux bureaux de vote. []
  4. Pour un point de vue opposé, voir Philippe Juhem, « La production notabiliaire du militantisme au Parti socialiste », Revue française de science politique, LVI, 6, 2006, pp. 909-941. []
  5. Ce que n’infirme pas la présentation assez elliptique qui figure dans l’avant-propos : « [l’enquête] a été menée par une dizaine de chercheurs sur deux arrondissements parisiens choisis non pour leur représentativité, mais pour leur singularité et leurs différences » (p. 9). []