Séminaire Savoirs et idéologies en politique: 23 mai, F. Lebaron

Université Paris Ouest Nanterre

Savoirs et idéologies en politique

Genèse, circulation, transmission

Séminaire du Groupe d’Analyse Politique

Mercredi 23 mai, 17h :  nous recevrons Frédéric LEBARON ( Université Picardie-Jules Verne, CURAPP-ESS), pour son ouvrage La Crise de la Croyance économique (Paris, Croquant, 2010).

Bâtiment F – Salle des Actes (141)

 

________________________________

Ce séminaire est ouvert à tous les chercheurs et les doctorants intéressés par le sujet. 

Contacts :

Arnault SKORNICKI  askornicki@yahoo.fr

Laurent BONELLI laurent.bonelli@conflits.org

 


Les dissonances du doux commerce

Journée d’études

“Les dissonances du doux commerce”

4 juin 2012, Paris Ouest

Gérard de Lairesse (1641-1711), Allégorie de la liberté du commerce, 1672, Plafond du Palais de la Paix, La Haye

 

Cette journée propose d’élucider une doctrine constitutive de la pensée libérale : celle du « doux commerce », doctrine « en faveur du libre essor des activités lucratives privées » (Hirschman, Les passions et les intérêts p. 65), qui revalorisa selon Hirschman l’« appât du gain », et donc l’accumulation du capital. Elle fut formulée initialement par Montesquieu de la manière suivante : « c’est presque une règle générale, que partout où il y a des mœurs douces, il y a du commerce ; et que partout où il y a du commerce, il y a des mœurs douces » (Esprit des lois, XX, 1). Ce faisant, on tâche de suivre un sentier généalogique du libéralisme par son côté politique par ses justifications socio-politiques.

Cette journée prendra pour point de départ les analyses produites par Hirschman dans Les passions et les intérêts.

Il s’agira de laisser en suspens la question de la validité d’une telle doctrine (i.e. peut-on encore aujourd’hui dire que le commerce adoucit les mœurs ?), pour s’intéresser au destin de cette doctrine. Comme l’indique Hirschman, « certaines critiques actuelles du capitalisme montrent avec quelle efficacité » le sens initial de cette doctrine formulée par Montesquieu principalement a été « effacé de la conscience collective » (p. 118). L’idée initiale selon laquelle le commerce s’opposerait à la guerre comme l’intérêt à la passion, l’intérêt étant une passion à froid, passée au fil du rasoir du calcul utilitariste, qui désenchante le monde mais qui pacifie les rapports sociaux – idée qui se présentait alors comme une solution de rechange à l’effondrement des valeurs médiévales articulées autour de l’honneur (dans une société aristocratique) et de la religion ; cette idée initiale fut ainsi selon Hirschman évacuée, évincée, dès la reprise de cette doctrine par Adam Smith.

S’intéresser au destin de cette doctrine et donc à ses « versions revues et… dissonantes » (p. 86) permettra de déceler les raccourcis produits par les auteurs qui ont réinvesti cette doctrine ou l’ont décriée, et de se demander ce que ces raccourcis révèlent notamment sur les présupposés, implicites, de la pensée de ces derniers. Mais surtout, une telle entreprise permettra ainsi de « lever un coin du voile qui enveloppe toujours les origines idéologiques du capitalisme » (p. 116). Une telle doctrine, de par la mise en lumière de son histoire tortueuse, et de la plurivocité qui l’a constituée, révèlera son aspect idéologique.

Trois axes de réflexion seront envisagés lors de cette journée :

  • il s’agira d’analyser la manière dont cette doctrine est apparue, et le contexte de son émergence, notamment chez Montesquieu pour en dégager la signification initiale, et ses ambiguïtés constitutives.
  • pour ensuite analyser ses réinvestissements ultérieurs, et surtout les inflexions apportées au sens de cette doctrine. Il s’agit de reconstituer une histoire non pas continuiste donnant l’illusion de reconstituer des filiations imaginaires : mais celle des diverses réappropriations qui déplacent la signification de ce thème vieux comme l’Ancien Régime, en France, mais aussi en Angleterre et pourquoi pas en Italie, en philosophie, en économie, et dans la pensée politique.
  • la mise au jour du caractère malléable de cette doctrine, du type de réappropriation qui est produit permettra enfin de mettre en évidence son caractère idéologique. On se demandera pourquoi cette doctrine fonctionne en fait souvent plus comme un topos, d’autant plus couramment partagé ou décrié qu’il est flou et imprécis.

Cette journée d’études réunit des intervenants de plusieurs horizons disciplinaires.

Journée d’études organisée dans le cadre des activités du GAP et du Sophiapol (Université Paris Ouest).

Date :
Lundi 4 juin de 09h00 à 18h15

Lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment S Amphithéâtre S3 (en rez-de-chaussée)
Comment venir ? par le train et le RER

Plan du campus et trajet vers le bâtiment
tél du secrétariat : 01.40.97.73.78

Organisation et contact :

Eva Debray eva.debray@gmail.com

Arnault Skornicki askornicki@u-paris10.fr

Programme :

MATINEE : GENEALOGIE D’UNE DOCTRINE

Président de séance : Christian Lazzeri (Paris Ouest, Sophiapol)
.

9h00-9h30 :  Accueil des participants et introduction par et Eva Debray (Paris Ouest, Sophiapol) et Arnault Skornicki (Paris Ouest, GAP)

9h30-10h45 :  Pierre Crétois (Univ. Lyon II, LIRE/Université de Provence)
« Pourquoi Rousseau n’aime pas le commerce ? Montesquieu  au regard de Rousseau »
Discutante : Catherine Larrère (Paris 1, Phico)

11h00-12h15 : Daniel Diatkine (Univ. d’Evry, Epée)
« Hume : un commerce si doux, et si inquiétant… »
Discutante : Magali Bessone (Univ. Rennes 1, EA 1270)

 

APRES-MIDI : DU DOUX COMMERCE COMME IDEOLOGIE
Président de séance : Jean Cartelier (Paris Ouest, EconomiX)
.

14h00-15h15 : Arnault Skornicki (Paris Ouest, GAP)
« Les intermittences du commerce et de la guerre, des Lumières à l’âge des empires »
Discutante : Francine Markovits (Paris Ouest, Ireph-Dipsa)

15h30-16h45 : Eva Debray (Paris Ouest, Sophiapol)
« La reprise hayékienne de la doctrine du doux commerce : la société moderne est-elle principalement soudée par les « réseaux d’argent » ? »
Discutante : Catherine Audard (London School of Economics)

17h00-18h15 : Frédéric Lebaron (Univ. Picardie-Jules Verne, CURAPP-ESS)
« La dure réalité du doux commerce : concurrence, domination et échange inégal dans la zone euro »
Discutant : Stéphane Haber (Paris Ouest, Sophiapol).

Avis de recherche ! La gouvernementalité socialiste, Séance 6

 

Avis de recherche !

La gouvernementalité socialiste

 Erro, Intérieur américain numéro 7 (1968)

 Les soirées-débats du Lieu-Dit (19h-21h)

6 rue Sorbier 75020 Paris – 01.40.33.26.29

Accès : 
métro Ménilmontant (ligne 2) ou Gambetta (ligne 3) ; 
bus n°96

CONTACTS :

Isabelle Bruno izabruno@gmail.com

Arnault Skornicki askornicki@yahoo.fr


Avis de recherche !

La gouvernementalité socialiste

Dans une formule provocatrice, Michel Foucault estimait « qu’il n’y a pas de gouvernementalité socialiste autonome » ; il en concluait que cette gouvernementalité, « il faut l’inventer ». Y a-t-il un art socialiste de gouverner? Comment penser ensemble l’émancipation socialiste et les impératifs de l’organisation? Le socialisme ne signifie-t-il pas, par essence, l’extinction de la politique et des rapports de pouvoir? Ou, à l’inverse, la tradition socialiste, de la Commune de Paris à Porto Alegre, de Flora Tristan à Evo Morales, n’est-elle pas riche de réflexions et pratiques autour de nouvelles manières de conduire les hommes – jusque dans ses échecs les plus notables?

Réinterroger la réalité et la possibilité d’une politique du socialisme qui ne soient ni celle de la bureaucratie d’État ni celle d’un libéralisme tempéré, telle est l’ambition de ce séminaire qui se tiendra au Lieu-Dit, de janvier à juin 2012. Avec des historiens, sociologues, militants, philosophes ou économistes, le public est invité à échanger librement sur les questions suivantes : une gouvernementalité socialiste est-elle possible? Et si oui, à quoi pourrait-elle bien ressembler?

Au-delà de la campagne électorale qui battra son plein, dans un contexte de crise globale historique et de renouvellement des formes de mobilisation sociale, ces soirées-débats seront l’occasion d’aller plus loin que la critique du néolibéralisme, en (re)découvrant collectivement les réalités et les virtualités du socialisme et de sa politique.

Dernière soirée-débat

le mardi 15 mai 2012 de 19h à 21h

Table-ronde militante sur les modes d’organisation et d’action collective

Calendrier 2012 (les mardis de 19h à 21h au Lieu-Dit)

Soirées précédentes :

  • 31 janvier : Laurent Jeanpierre & Luc Boltanski
  • 14 février : Samuel Hayat & Michèle Riot-Sarcey
  • 6 mars : Yves Cohen & Paolo Napoli
  • 20 mars : Pierre Dardot & Christian Laval
  • 3 avril : Yves Citton & Anne Querrien

Certains textes et enregistrements sont disponibles en ligne

sur le site du Lieu-Dit <http://www.lelieudit.com/> et sur <savoirscommuns.org>

Norbert Elias au travail: à propos de Freud (12 mai 2012)

Norbert Elias au travail

Les Samedis du Groupe d’Analyse Politique

 

 

Samedi 12 mai 2012, 10h30-13h : à propos de Freud

Autour de Au-delà de FreudSociologie, psychologie, psychanalyse (Paris, La Découverte, « Textes à l’appui/laboratoire des sciences sociales », 2010). Avec Marc Joly (politiste et cotraducteur de l’ouvrage, ATER à l’Université de Rouen, auteur de Devenir Norbert Elias) et Claire Pagès (philosophe, ATER Université de Nancy II, auteur de Freud, Ellipses, 2008).

Centre Malher –10h30-13h

9, Rue Malher 75004 (salle 309, 3e étage)

Bus : Lignes 76 et 96 / Métro : St Paul (Ligne 1)

 

Coordinateurs et contacts:

Bernard LACROIX lacroix_b@yahoo.fr

Arnault SKORNICKI askornicki@u-paris10.fr